Catégories
Histoire de l'humanité

Le jaïnisme

Le jaïnisme est une religion pré-bouddhiste dont les racines sont dans la tradition de Sramana. Elle est axée sur le karma.

Le jaïnisme, l’une des principales religions du monde, est censé avoir ses racines dans la civilisation de la vallée de l’Indus, et suit certains aspects des traditions sramanaises d’ascèse, d’abnégation et de contrôle afin d’atteindre un niveau de spiritualité plus élevé. Bien que le jaïnisme soit considéré comme pré-bouddhiste, les deux religions sont liées par l’accent mis sur le karma – le concept selon lequel les bonnes actions dans une vie mèneront à une meilleure existence dans la vie suivante. Le but ultime du jaïnisme est de parvenir à la libération de l’âme.

Origines du Sramana

Le jaïnisme est basé sur une ancienne philosophie religieuse indienne appelée Sramana, qui a commencé comme une ramification de la religion védique. Plusieurs mouvements Sramana sont connus pour avoir existé en Inde avant le VIème siècle avant J.-C. Le Sramana existait parallèlement à l’hindouisme védique, mais il en était séparé. Il suivait les enseignements et les rituels des Védas, les textes les plus anciens de la religion védique. Sramana, qui signifie « chercheur », est une tradition qui a commencé vers 800-600 avant J.-C., lorsque de nouveaux groupes philosophiques, qui croyaient en une voie plus austère vers la liberté spirituelle, ont rejeté l’autorité des Védas et des Brahmanes (les prêtres du système de castes de l’hindouisme védique).

Sramana a promu des concepts spirituels qui sont devenus populaires dans toutes les grandes religions indiennes, tels que saṃsāra, le cycle de la naissance et de la mort, et moksha, la libération de ce cycle. Les Sramana ont renoncé à la vie conjugale et domestique et ont adopté une voie ascétique (une voie d’autodiscipline sévère et d’abstention de toute indulgence) afin de parvenir à la libération spirituelle. Sramaṇa Les traditions (ou pratiques religieuses et morales) ont ensuite donné naissance à diverses écoles d’hindouisme, ainsi qu’au yoga, au bouddhisme et au jaïnisme.

Origines du jaïnisme

Le jaïnisme est considéré comme une religion indépendante et pré-bouddhiste qui a débuté vers 700 avant J.-C., bien que ses origines soient contestées. Certains chercheurs affirment que le jaïnisme trouve ses racines dans la civilisation de la vallée de l’Indus, reflétant la spiritualité indigène avant la migration indo-aryenne en Inde.

Plusieurs sceaux des civilisations de la vallée de l’Indus ressemblent à Rishabha, le premier Jaïn en tant que représentation visuelle de Vishnu. De nombreuses reliques représentent des symboles jaïns, notamment des figures masculines nues debout, des images avec des têtes de serpents et le symbole du taureau de Vrshabadeva. Cependant, d’autres spécialistes pensent que les traditions sramana étaient distinctes et contemporaines des pratiques religieuses indo-aryennes de la religion védique historique.

Le temple de Mirpur
Un mur élaboré du temple de Mirpur Jain : Le temple jaïn de Mirpur, en Inde, a été construit vers 800 de notre ère.

Croyances jaïnistes

La philosophie jaïn se distingue par sa croyance en l’existence indépendante de l’âme et de la matière, la négation d’un Dieu créateur et omnipotent, associée à la croyance en un univers éternel, et par l’accent mis sur la non-violence, la moralité et l’éthique. Le mot Jaïn vient du mot sanskrit jina, qui signifie conquérant, et le but ultime de la vie jaïn est de parvenir à la libération de l’âme.

La prédominance du karma est l’une des principales caractéristiques du jaïnisme. Le karma est la somme des actions d’une personne dans cette vie et dans les vies précédentes qui déterminent son destin dans les existences futures. Mot sanskrit, karma signifie action, parole ou acte. Il est axé sur le principe spirituel de cause à effet, les actions individuelles influençant les effets individuels. Les bonnes intentions et les bonnes actions contribuent au bon karma et au bonheur futur, tandis que les mauvaises intentions et les mauvaises actions produisent un mauvais karma et des souffrances futures. Le karma est un concept associé à la renaissance, ou à l’idée que la mort est le début d’une nouvelle existence. Cette idée apparaît également dans d’autres religions asiatiques, dont le bouddhisme.

La devise du jaïnisme est le Parasparopagraho Jivanam, qui signifie « la fonction des âmes est de s’entraider ». Cette notion est associée à l’idée de bonnes actions et est incorporée dans les grands principes du jaïnisme : ahimsa, la non-violence ; anekantavada, le non-absolutisme ; et aparigraha, la non-possessivité ou le non-attachement. Les adeptes prononcent cinq vœux principaux qui comprennent ahimsa et aparigraha, ainsi que satya, ne pas mentir ; asteya, ne pas voler ; et brahmacharya, la chasteté. Les moines et les nonnes jaïns adhèrent à ces vœux de manière absolue, plaçant ainsi le jaïnisme dans la tradition d’ascèse et d’autodiscipline de Sramana.

Représentation d'un moine jaïniste
Moine jaïn : image d’un moine jaïn méditant sur des textes religieux.

Les adeptes du jaïnisme

La majorité des Jaïns vivent en Inde, qui compte entre 4 et 6 millions d’adeptes. Certaines des plus grandes communautés jaïns en dehors de l’Inde se trouvent aux États-Unis, qui comptent plus de 79 000 adeptes, au Kenya, qui compte près de 69 000 adeptes, au Royaume-Uni, qui compte près de 17 000 adeptes, et au Canada, qui compte environ 12 000 adeptes. Parmi les autres pays ayant une population jaïne importante, on peut citer la Tanzanie, le Népal, l’Ouganda, la Birmanie, la Malaisie, l’Afrique du Sud, Fidji, l’Australie et le Japon.

Le jaïnisme contemporain est divisé en deux grandes écoles, ou sectes, appelées Digambara et Svetambara. La Svetambara, qui signifie « vêtue de blanc », décrit la pratique de ses adhérents ascétiques de porter des vêtements blancs, tandis que les moines de la Digambara « vêtue de ciel » ne portent pas de vêtements du tout, une pratique sur laquelle ils ne sont pas d’accord.

La plus importante fête religieuse du jaïnisme est le Mahavir Jayanti, qui célèbre la naissance de Mahavira, le 24ème et dernier Tirthankara, ou dieu enseignant. Parmi les autres festivals importants, citons Diwali, qui marque le Nirvana, ou la libération de l’âme de Mahavira, et l’événement sacré de Paryushana, également connu sous le nom de Das Lakshana, qui est une période de huit à dix jours en août ou septembre de jeûne, de prière et de méditation.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les Sramanas étaient ceux qui pratiquaient un style de vie ascétique, ou strict et renonçant à soi-même, dans la poursuite d’une libération spirituelle. Ils sont communément appelés moines.
  • Le mouvement Sramana a donné naissance au jaïnisme, qui est considéré comme une religion indépendante, pré-bouddhiste, avec des racines possibles dans la civilisation de la vallée de l’Indus.
  • La prédominance du karma est l’une des principales caractéristiques du jaïnisme. Le karma est la somme des actions d’une personne dans sa vie actuelle et ses vies antérieures ; il détermine son destin dans les existences futures.

Termes clefs

  • karma : principe de causalité selon lequel l’intention et les actions d’un individu influencent son avenir ; c’est un concept clé dans le jaïnisme, ainsi que dans l’hindouisme et le bouddhisme.
  • ascétique : Une personne qui pratique une autodiscipline sévère et l’abstention des plaisirs mondains afin d’atteindre un niveau de spiritualité plus élevé.
  • Jaïnisme : Une religion indienne qui prescrit un chemin de non-violence envers tous les êtres vivants, et qui met l’accent sur l’indépendance spirituelle et l’égalité entre toutes les formes de vie.
  • saṃsāra : Le cycle répétitif de la naissance, de la vie et de la mort (réincarnation) dans le jaïnisme, l’hindouisme et le bouddhisme.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.