Catégories
Histoire de l'humanité

Le grand schisme de 1054 ou schisme d’Orient

La séparation religieuse progressive qui a duré des siècles entre les empires romains d’Orient et d’Occident a culminé dans la séparation institutionnelle connue sous le nom du Grand Schisme d’Orient ou encore Grand Schisme de 1054 pour les historiens.

Le Schisme d’Orient, également appelé le grand schisme et le schisme de 1054, a été la rupture de la communion entre les églises orthodoxes et catholiques actuelles, qui a eu lieu au XIème siècle.

Les différences ecclésiastiques et les disputes théologiques entre l’Orient grec et l’Occident latin préexistaient à la rupture formelle qui s’est produite en 1054. Parmi celles-ci, les questions de la source du Saint-Esprit, de l’utilisation du pain levé ou sans levain dans l’Eucharistie, de la prétention de l’évêque de Rome à la juridiction universelle, et de la place du siège de Constantinople par rapport au Pentarchie, ont été les plus importantes.

Tensions entre l’Est et l’Ouest

Au tournant du millénaire, les empires romains d’Orient et d’Occident se sont progressivement séparés le long de lignes de fractures religieuses pendant des siècles, à commencer par l’empereur Léon III, pionnier de l’iconoclasme byzantin en 730, dans lequel il a déclaré que le culte des images religieuses était hérétique. L’Église occidentale est restée fermement en faveur de l’utilisation d’images religieuses. Léon a essayé d’utiliser la force militaire pour contraindre le pape Grégoire III, mais il a échoué, et le pape a condamné les actions de Léon . En réponse, Léon confisque les domaines papaux et les place sous la gouvernance de Constantinople.

L’iconoclasme a donc aggravé les divergences et les tensions croissantes entre l’Est et l’Ouest, même si l’Église était encore unifiée à cette époque. Il a également mis fin de manière décisive à la papauté dite byzantine, sous laquelle, depuis le règne de Justinien Ier un siècle auparavant, les papes de Rome avaient été nommés ou confirmés par l’empereur à Constantinople. La déférence de l’Église occidentale envers Constantinople s’est dissoute, et Rome a maintenu une position d’iconodule constante (c’est-à-dire qu’elle soutient ou est en faveur des images ou des icônes religieuses et de leur vénération).

Un nouvel empereur en Occident

En 787, la régente Irène d’Athènes convoque le second conseil de Nicée, qui restaure temporairement le culte de l’image, pour tenter d’apaiser les relations tendues entre Constantinople et Rome – mais il est trop tard. Après que Charlemagne, le roi des Francs, eut sauvé Rome d’une attaque des Lombards, le pape Léon III (à ne pas confondre avec le Léon III byzantin) le déclara nouvel empereur romain en 800 de notre ère, puisqu’une femme (Irène) ne pouvait pas être empereur. C’était aussi un message selon lequel les papes étaient désormais loyaux aux Francs, qui pouvaient les protéger, au lieu des Byzantins, qui n’avaient fait que causer des ennuis. Pour les Byzantins, c’était un scandale, qui attaquait leur prétention à être les véritables successeurs de Rome.

À partir de ce moment, l’Empire franc est généralement connu sous le nom de Saint Empire romain. Avec deux empires romains, les Byzantins et les Francs, l’autorité de l’Empire byzantin était affaiblie. En Occident, on ne les appelle plus « Romains », mais « Grecs » (et finalement « Byzantins »). Les Byzantins, cependant, continuaient à se considérer comme des Romains, et considéraient le patriarche de Constantinople, et non le pape, comme la figure religieuse la plus importante de l’église.

Crise et schisme permanent

Les différences de pratique et de culte entre l’Église de Rome à l’ouest et l’Église de Constantinople à l’est n’ont fait que s’accentuer avec le temps.

En 1053, la première étape du processus qui a conduit au schisme officiel a été franchie ; le patriarche œcuménique de Constantinople, Michael I Cerularius, a ordonné la fermeture de toutes les églises latines de Constantinople, en réponse aux églises grecques du sud de l’Italie qui avaient été forcées de fermer ou de se conformer aux pratiques latines. Selon l’historien J. B. Bury, le but de Cerularius en fermant les églises latines était « d’interrompre toute tentative de conciliation ».

Enfin, en 1054, les relations entre les traditions orientale et occidentale au sein de l’Église chrétienne ont atteint une crise terminale. Le légat papal envoyé par Léon IX se rendit à Constantinople dans le but notamment de refuser à Cerularius le titre de « patriarche œcuménique » et d’insister pour qu’il reconnaisse la prétention du pape à être le chef de toutes les églises. Le but principal de la légation papale était de demander l’aide de l’empereur byzantin en vue de la conquête normande du sud de l’Italie, et de faire face aux récentes attaques de Léon d’Ohrid contre l’utilisation des pains sans levain et d’autres coutumes occidentales, attaques qui avaient le soutien de Cerularius. L’historien Axel Bayer soutient que la légation a été envoyée en réponse à deux lettres, l’une de l’empereur demandant de l’aide pour organiser une campagne militaire commune des empires d’Orient et d’Occident contre les Normands, et l’autre de Cérulier. Face au refus de Cerularius d’accepter la demande, le chef de la légation, le cardinal Humbert de Silva Candida, l’a excommunié, et en retour Cerularius a excommunié Humbert et les autres légats. Ce n’était que le premier acte d’un processus qui a duré des siècles et qui a finalement abouti à un schisme complet.

La séparation progressive de ces derniers siècles a culminé avec une déclaration formelle de séparation institutionnelle entre l’Est, au sein de l’Église orthodoxe (aujourd’hui Église orthodoxe orientale), et l’Ouest, au sein de l’Église catholique (aujourd’hui Église catholique romaine). Cette séparation a été connue sous le nom de Grand Schisme d’Orient.

Carte grand schisme d'orient de 1054 et de la séparation des églises
Le Grand schisme d’Orient : La répartition religieuse après le schisme entre les églises de l’Empire byzantin et du Saint Empire romain en 1054 de notre ère. La carte montre que les principautés slaves orientales, la partie orientale du Royaume de Hongrie, les Pechenegs et l’Empire byzantin faisaient partie de l’Église orthodoxe. Elle montre que la Norvège, la Suède, le Danemark, l’Écosse, le Royaume anglo-saxon, la France, la Bourgogne, le Saint-Empire romain, l’État pontifical, Venise, la Croatie, la Pologne et la partie occidentale du Royaume de Hongrie faisaient partie de l’Église catholique. Enfin, elle montre qu’une partie de la population de la Croatie et de l’Empire byzantin était des Bogomiles.

L’église s’est divisée selon des lignes doctrinales, théologiques, linguistiques, politiques et géographiques, et la brèche fondamentale n’a jamais été comblée, chaque partie accusant parfois l’autre d’être tombée dans l’hérésie et d’avoir initié la division. Les conflits des siècles suivants (tels que les croisades, le massacre des Latins en 1182, les représailles de l’Occident lors du sac de Thessalonique en 1185, la prise et le sac de Constantinople en 1204 et l’imposition des patriarches latins) ne feront que rendre la réconciliation plus difficile.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Au tournant du millénaire, les Empires romains d’Orient et d’Occident se sont progressivement séparés le long de lignes de fractures religieuses pendant des siècles. Une séparation dans le monde romain peut être marquée par la construction de la Nouvelle Rome de Constantin le Grand à Byzance.
  • L’iconoclasme byzantin, en particulier, a accentué la divergence et la tension croissantes entre l’Est et l’Ouest – l’Église occidentale est restée fermement favorable à l’utilisation d’images religieuses – bien que l’Église soit encore unifiée à cette époque.
  • En réponse, le pape d’Occident déclara un nouvel empereur en Charlemagne, consolidant ainsi le clivage et provoquant l’indignation en Orient. L’empire occidental est alors connu sous le nom de Saint-Empire romain.
  • Enfin, en 1054, le schisme d’Orient a lieu : il s’agit de la déclaration officielle de séparation institutionnelle entre l’Est, au sein de l’Église orthodoxe (aujourd’hui Église orthodoxe orientale), et l’Ouest, au sein de l’Église catholique (aujourd’hui Église catholique romaine).

Termes clefs

  • Schisme d’Orient : Séparation institutionnelle officielle en 1054 de l’Église orientale de l’Empire byzantin (en l’Église orthodoxe, aujourd’hui appelée Église orthodoxe orientale) et de l’Église occidentale du Saint-Empire romain (en l’Église catholique, aujourd’hui appelée Église catholique romaine).
  • Iconoclasme : destruction ou interdiction d’icônes religieuses et d’autres images ou monuments pour des motifs religieux ou politiques.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.