Catégories
Histoire de l'humanité

Division de l’Empire romain: d’Occident et d’Orient

Constantin a construit une nouvelle résidence impériale à Byzance et a rebaptisé la ville Constantinople en son honneur ; la ville est finalement devenue la capitale de l’empire pendant plus de mille ans.

L’ère de Constantin a marqué une époque distincte dans l’histoire de l’Empire romain. Il construit une nouvelle résidence impériale à Byzance et rebaptise la ville Constantinople en son honneur (l’épithète élogieuse de « Nouvelle Rome » viendra plus tard, et ne sera jamais un titre officiel). Elle deviendra plus tard la capitale de l’empire pendant plus de mille ans ; c’est pour cette raison que le futur empire d’Orient sera connu sous le nom d’empire byzantin.

Contexte : Guerre avec Licinius

Après avoir vaincu Maxence, Constantin a progressivement consolidé sa supériorité militaire sur ses rivaux de la tétrarchie en déclin. En 313, il rencontre Licinius à Milan pour assurer leur alliance par le mariage de Licinius et de la demi-sœur de Constantin, Constantia. Au cours de cette rencontre, les empereurs se sont mis d’accord sur l’édit de Milan, accordant officiellement une tolérance totale au christianisme et à toutes les religions de l’Empire. En 320, Licinius serait revenu sur la liberté religieuse promise par l’édit de Milan en 313, et aurait recommencé à opprimer les chrétiens, généralement sans effusion de sang, mais en ayant recours à des confiscations et au licenciement des titulaires de fonctions chrétiennes.

Cet arrangement douteux finit par devenir un défi pour Constantin en Occident, et atteint son apogée lors de la grande guerre civile de 324. Licinius, aidé par des mercenaires gothiques, représentait le passé et les anciennes croyances païennes. Constantin et ses Francs marchent sous l’étendard du labarum Chi-Rho, et les deux camps voient la bataille en termes religieux. En infériorité numérique, mais tirée par leur zèle, l’armée de Constantin sortit victorieuse de la bataille d’Adrianople. Licinius s’enfuit à travers le Bosphore et nomme César Martius Martinianus, le commandant de sa garde du corps, mais Constantin remporte ensuite la bataille de l’Hellespont, et finalement la bataille de Chrysopolis le 18 septembre 324. Licinius et Martinianus se sont rendus à Constantin à Nicomédie en lui promettant que leur vie serait épargnée : ils ont été envoyés vivre comme simples citoyens à Thessalonique et en Cappadoce, respectivement, mais en 325, Constantin a accusé Licinius de comploter contre lui et les a fait arrêter et pendre. Le fils de Licinius (le fils de la demi-sœur de Constantin) fut également tué. Ainsi, Constantin devint le seul empereur de l’Empire romain.

Fondation de Constantinople

La défaite de Licinius en est venue à représenter la défaite d’un centre rival d’activité politique païen et hellénophone en Orient, par opposition à la Rome chrétienne et latinophone, et il a été proposé qu’une nouvelle capitale orientale représente l’intégration de l’Orient dans l’Empire romain dans son ensemble, en tant que centre d’apprentissage, de prospérité et de préservation culturelle pour l’ensemble de l’Empire romain oriental. Parmi les différents lieux proposés pour cette capitale alternative, Constantin semble avoir joué plus tôt avec Serdica (l’actuelle Sofia), puisqu’il aurait dit que « Serdica est ma Rome ». Le Sirmium et Thessalonique ont également été pris en compte. Mais finalement, Constantin décida de travailler sur la ville grecque de Byzance, qui présentait l’avantage d’avoir déjà été largement reconstruite sur les modèles d’urbanisme romains, au cours du siècle précédent, par Septime Sévère et Caracalla, qui avaient déjà reconnu son importance stratégique.

La ville est ainsi fondée en 324, consacrée le 11 mai 330, et rebaptisée Constantinopolis (la ville de Constantin). Des pièces commémoratives spéciales ont été émises en 330 pour honorer l’événement. La nouvelle ville était protégée par les reliques de la Vraie Croix, le Bâton de Moïse et d’autres saintes reliques, bien qu’un camée qui se trouve maintenant au Musée de l’Ermitage représente également Constantin couronné par le tyché de la nouvelle ville. Les figures des anciens dieux ont été soit remplacées, soit assimilées dans un cadre de symbolisme chrétien. Constantin a construit la nouvelle église des Saints-Apôtres sur le site d’un temple d’Aphrodite. Des générations plus tard, on raconte qu’une vision divine a conduit Constantin à cet endroit, et qu’un ange que personne d’autre ne pouvait voir l’a conduit sur un circuit des nouveaux murs. La capitale était souvent comparée à la « vieille » Rome sous le nom de Nova Roma Constantinopolitana, la « nouvelle Rome de Constantinople ». Constantinople était une superbe base pour garder le Danube, et elle était assez proche des frontières orientales. Constantin a également commencé la construction des grandes murailles fortifiées, qui ont été agrandies et reconstruites dans les âges suivants.

Pièce de monnaie à l'effigie de Constantin le Grand
Pièce de monnaie de Constantinople : Pièce frappée par Constantin Ier pour commémorer la fondation de Constantinople. Sur le front se trouve une tête de soldat avec un casque. Sur le dos, un ange en tenue de combat.

Postérité

La fondation de Constantinople a inauguré une division permanente entre l’Orient et l’Occident, le Grec et le Latin, moitiés de l’empire division à laquelle les événements avaient déjà donné lieu et a affecté de manière décisive toute l’histoire ultérieure de l’Europe.

L’Empire byzantin considérait Constantin comme son fondateur, et le Saint Empire romain le comptait parmi les vénérables figures de sa tradition. Dans le futur État byzantin, c’était un grand honneur pour un empereur d’être salué comme un « nouveau Constantin ». Dix empereurs, dont le dernier empereur de l’Empire romain d’Orient, ont porté ce nom. Des formes monumentales de Constantin ont été utilisées à la cour de Charlemagne pour suggérer qu’il était le successeur et l’égal de Constantin. Constantin a acquis un rôle mythique de guerrier contre les païens.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Après avoir vaincu Maxence et sa rébellion, Constantin a progressivement consolidé sa supériorité militaire sur ses rivaux de la Tétrarchie en déclin, en particulier Licinius.
  • Finalement, Constantin a vaincu Licinius, faisant de lui le seul empereur de l’empire, mettant ainsi fin à la tétrarchie.
  • La défaite de Licinius en vint à représenter la défaite d’un centre rival de l’activité politique païenne et hellénophone en Orient, et il fut proposé qu’une nouvelle capitale orientale représente l’intégration de l’Orient dans l’Empire romain dans son ensemble ; Constantin choisit Byzance.
  • La ville fut donc fondée en 324, consacrée le 11 mai 330, et rebaptisée Constantinople.
  • L’Empire byzantin considérait Constantin comme son fondateur, et le Saint Empire romain le comptait parmi les vénérables figures de sa tradition.

Termes clefs

  • Byzance : Ancienne colonie grecque sur le site qui est devenu plus tard Constantinople, et finalement Istanbul.
  • Empire byzantin : Également appelé « Empire romain d’Orient », c’est la continuation de l’Empire romain en Orient pendant l’Antiquité tardive et le Moyen Âge, lorsque la capitale de l’empire était Constantinople.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.