Catégories
Histoire de l'humanité

Constantin

Constantin le Grand a été empereur romain de 306 à 337 de notre ère; il a adopté le christianisme et l’a déclaré religion de l’Empire romain.

Constantin le Grand était un empereur romain de 306 à 337 de notre ère. Constantin était le fils de Flavius Valerius Constantius, un officier de l’armée romaine, et de sa compagne, Hélène. Son père est devenu César, le vice-empereur d’Occident, en 293 de notre ère. Constantin fut envoyé à l’est, où il gravit les échelons pour devenir tribun militaire sous les empereurs Dioclétien et Galère. En 305, Constance est élevé au rang d’Auguste, premier empereur d’Occident, et Constantin est rappelé à l’Ouest pour faire campagne sous son père en Britannia (la Grande-Bretagne actuelle). Acclamé comme empereur par l’armée à Eboracum (aujourd’hui York) après la mort de son père en 306 de notre ère, Constantin est sorti victorieux d’une série de guerres civiles contre les empereurs Maxence et Licinius, pour devenir le seul souverain de l’Ouest et de l’Est en 324 de notre ère.

En tant qu’empereur, Constantin a promulgué de nombreuses réformes administratives, financières, sociales et militaires pour renforcer l’empire. Le gouvernement est restructuré et les autorités civiles et militaires sont séparées. Une nouvelle pièce d’or, le solidus, est introduite pour combattre l’inflation. Elle deviendra la norme pour les monnaies byzantines et européennes pendant plus de mille ans. En tant que premier empereur romain à revendiquer sa conversion au christianisme, Constantin a joué un rôle influent dans la proclamation de l’édit de Milan en 313, qui décrétait la tolérance pour le christianisme dans l’empire. Il convoqua le premier concile de Nicée en 325, au cours duquel les chrétiens professèrent le Credo de Nicée. En matière militaire, l’armée romaine est réorganisée pour se composer d’unités de campagne mobiles et de soldats de garnison capables de contrer les menaces internes et les invasions barbares. Constantin poursuit avec succès ses campagnes contre les tribus des frontières romaines – les Francs, les Alamans, les Goths et les Sarmates – et réinstalle même les territoires abandonnés par ses prédécesseurs lors de la crise du IIIème siècle.

La réputation de Constantin s’est épanouie du vivant de ses enfants et pendant des siècles après son règne. L’église médiévale le considérait comme un parangon de vertu, tandis que les dirigeants laïques l’invoquaient comme un prototype, un point de référence, et le symbole de la légitimité et de l’identité impériales. L’un de ses principaux héritages politiques, outre le déplacement de la capitale de l’empire à Constantinople, est d’avoir remplacé la tétrarchie de Dioclétien par le principe de la succession dynastique en laissant l’empire à ses fils.

La bataille du pont de Milvius

Eusèbe de Césarée, et d’autres sources chrétiennes, rapportent que Constantin a vécu un événement dramatique en 312 à la bataille du pont Milvius, après quoi Constantin a revendiqué l’empereur en Occident et s’est converti au christianisme. La bataille du pont Milvius s’est déroulée entre les empereurs romains, Constantin Ier et Maxence, le 28 octobre 312. Il tire son nom du pont Milvius, une importante voie de passage sur le Tibre. Constantin remporta la bataille et s’engagea sur le chemin qui l’amena à mettre fin à la tétrarchie et à devenir le seul souverain de l’Empire romain. Maxence se noya dans le Tibre pendant la bataille, et son corps fut plus tard retiré du fleuve et décapité.

Selon des chroniqueurs, tels qu’Eusèbe de Césarée et Lactance, la bataille a marqué le début de la conversion de Constantin au christianisme. Eusèbe de Césarée raconte qu’avant la bataille, Constantin a levé les yeux vers le soleil et a vu une croix de lumière au-dessus de lui, et avec elle les mots grecs Ἐν Τούτῳ Νίκα (« dans ce signe, conquérir ! »), souvent rendus dans une version latine, in hoc signo vinces. Constantin ordonna à ses troupes de parer leurs boucliers d’un symbole chrétien (le Chi-Rho), et elles furent victorieuses par la suite. L’Arc de Constantin, érigé pour célébrer la victoire, attribue certainement le succès de Constantin à l’intervention divine ; cependant, le monument ne présente pas de symbolisme ouvertement chrétien, il n’y a donc pas de consensus académique sur la relation des événements avec la conversion de Constantin au christianisme.
Une image de Constantin au sommet d’un cheval en tenue de combat avec son fils et un préposé à ses côtés, l’un tenant son bouclier avec le symbole du Chi-Rho dessus.

Monogramme de Constantin
Constantin : Missorium représentant le fils de Constantin, Constante II, accompagné d’un gardien portant le monogramme Chi Rho sur son bouclier.

Après la bataille, Constantin a ignoré les autels aux dieux préparés sur le Capitole, et n’a pas effectué les sacrifices habituels pour célébrer l’entrée victorieuse d’un général à Rome, se dirigeant plutôt directement vers le palais impérial. Cependant, la plupart des personnes influentes de l’empire, en particulier les hauts responsables militaires, n’avaient pas été converties au christianisme et participaient toujours aux religions traditionnelles de Rome ; le règne de Constantin montrait au moins une volonté d’apaiser ces factions. Les pièces romaines frappées jusqu’à huit ans après la bataille portaient encore les images des dieux romains. Les monuments qu’il a d’abord commandés, comme l’arc de Constantin, ne contenaient aucune référence au christianisme.

Constantin et le christianisme

Alors que l’empereur romain Constantin le Grand régnait (306-337 de notre ère), le christianisme a commencé à se transformer en la religion dominante de l’Empire romain. Les historiens restent incertains quant aux raisons qui ont poussé Constantin à favoriser le christianisme, et les théologiens et historiens ont débattu de la forme de christianisme primitif à laquelle il a souscrit. Il n’y a pas de consensus parmi les érudits quant à savoir s’il a adopté le christianisme de sa mère Helena dans sa jeunesse, ou (comme le prétend Eusèbe de Césarée) s’il l’a encouragé à se convertir lui-même à la foi. Certains chercheurs se demandent dans quelle mesure il doit être considéré comme un empereur chrétien : Constantin se considérait comme un « empereur du peuple chrétien ». Si cela a fait de lui un chrétien est l’objet d’un débat », bien qu’il aurait reçu un baptême peu avant sa mort.

La décision de Constantin de mettre fin à la persécution des chrétiens dans l’Empire romain a été un tournant pour le christianisme primitif, parfois appelé le Triomphe de l’Église, la Paix de l’Église ou le Décalage Constantinien. En 313, Constantin et Licinius publièrent l’édit de Milan, décriminalisant le culte chrétien. L’empereur devint un grand patron de l’Église et créa un précédent pour la position de l’empereur chrétien au sein de l’Église, et la notion d’orthodoxie, de chrétienté, de conciles œcuméniques et d’Église d’État de l’Empire romain, déclarée par édit en 380. Il est vénéré en tant que saint et isapostolos dans l’Église orthodoxe orientale et l’Église orthodoxe orientale pour son exemple de « monarque chrétien ».

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’ère de Constantin a marqué une époque distincte dans l’histoire de l’Empire romain, tant pour la fondation de Byzance en Orient que pour son adoption du christianisme comme religion d’État.
  • En tant qu’empereur, Constantin a promulgué de nombreuses réformes administratives, financières, sociales et militaires pour renforcer l’empire.
  • Constantin a vécu un événement dramatique en 312 lors de la bataille du pont Milvius, après quoi Constantin a revendiqué l’empereur en Occident et s’est converti au christianisme.
  • Selon certaines sources, le soir du 27 octobre, alors que les armées se préparaient à combattre, Constantin eut la vision d’une croix, ce qui l’amena à combattre sous la protection du dieu chrétien.
  • L’adhésion de Constantin a été un tournant pour le christianisme primitif ; après sa victoire, Constantin a assumé le rôle de protecteur de la foi chrétienne.

Termes clefs

  • Édit de Milan : L’accord de février 313 de l’ère chrétienne pour traiter les chrétiens avec bienveillance au sein de l’Empire romain, mettant ainsi fin à des années de persécution.
  • Chi-Rho : L’une des premières formes de christogramme, utilisée par certains chrétiens, et qui fut utilisée par l’empereur romain Constantin Ier (r. 306-337), comme partie d’une norme militaire.
  • Bataille du pont Milvius : Bataille qui a eu lieu entre les empereurs romains, Constantin Ier et Maxence, le 28 octobre 312, et qui est souvent considérée comme le début de la conversion de Constantin au christianisme.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.