Catégories
Histoire de l'humanité

Le christianisme dans l’Empire romain

Bien que les premiers chrétiens aient été persécutés sous certains empereurs, tels que Néron et Dioclétien, la religion a continué à prospérer et à se développer, devenant finalement la religion officielle de l’Empire romain sous Constantin.

Persécution des premiers chrétiens

Le christianisme représentait une menace sérieuse pour les Romains traditionnels. L’idée du monothéisme était considérée comme une offense au panthéon polythéiste romain, et entrait en conflit avec le culte impérial, dans lequel les empereurs et certains membres de leurs familles étaient vénérés comme des dieux. En tant que tel, le christianisme était considéré comme criminel et était sévèrement puni.

La première persécution officielle des chrétiens au nom de l’Empire romain a été enregistrée en 64 de notre ère, lorsque, comme le rapporte l’historien romain Tacite, l’empereur Néron a blâmé les chrétiens pour le grand incendie de Rome. Selon la tradition de l’Église, c’est sous le règne de Néron que Pierre et Paul ont été martyrisés à Rome. Cependant, les historiens modernes se demandent si le gouvernement romain a fait une distinction entre les chrétiens et les juifs avant la modification du Fiscus Judaicus par Nerva en 96, à partir de laquelle les juifs pratiquants ont payé l’impôt et les chrétiens non.

La Persécution de Dioclétien ou Grande persécution a été la dernière et la plus sévère persécution des chrétiens dans l’Empire romain, qui a duré de 302 à 311 après J.-C. En 303, les empereurs Dioclétien, Maximien, Galère et Constance publièrent une série d’édits annulant les droits légaux des chrétiens et exigeant qu’ils se conforment aux pratiques religieuses romaines traditionnelles. Les édits ultérieurs visaient le clergé et ordonnaient à tous les habitants de sacrifier aux dieux romains (une politique connue sous le nom de sacrifice universel). Les persécutions ont varié en intensité dans tout l’empire : elles ont été les plus faibles en Gaule et en Grande-Bretagne, où seul le premier édit a été appliqué, et les plus fortes dans les provinces de l’Est. Les lois de persécution ont été annulées par différents empereurs à différentes époques, mais l’édit de Milan de Constantin et Licinius (313) a traditionnellement marqué la fin des persécutions.

Pendant la Grande persécution, Dioclétien a ordonné que les bâtiments chrétiens et les maisons des chrétiens soient démolis, et que leurs livres sacrés soient collectés et brûlés pendant la Grande persécution. Les chrétiens ont été arrêtés, torturés, mutilés, brûlés, affamés et condamnés à des concours de gladiateurs pour amuser les spectateurs. La Grande Persécution prit officiellement fin en avril 311, lorsque Galère, le plus haut empereur de la Tétrarchie, publia un édit de tolérance qui accordait aux chrétiens le droit de pratiquer leur religion, sans toutefois leur restituer de biens. Constantin, César dans l’empire occidental, et Licinius, César en Orient, étaient également signataires de l’édit de tolérance. On a supposé que le revirement de Galère dans sa politique de longue date de persécution des chrétiens était attribuable à l’un de ces deux césars ou aux deux.

La montée du christianisme

La persécution de Dioclétien n’a finalement pas abouti. Les chrétiens n’ont jamais été systématiquement purgés dans aucune partie de l’empire, et l’évasion chrétienne a continuellement sapé l’application des édits. Bien que la persécution ait entraîné la mort, la torture, l’emprisonnement ou la dislocation de nombreux chrétiens, la majorité des chrétiens de l’empire ont évité la punition. Certains ont soudoyé leur chemin vers la liberté ou ont fui. Finalement, la persécution n’a pas réussi à freiner la montée de l’église. En 324, Constantin était le seul dirigeant de l’empire, et le christianisme était devenu sa religion de choix.

En 324, Constantin, le chrétien converti, dirigeait seul tout l’empire. Le christianisme est devenu le plus grand bénéficiaire des largesses impériales. Les persécuteurs avaient été mis en déroute. Comme l’a écrit l’historien J. Liebeschuetz : « Le résultat final de la Grande persécution a fourni un témoignage de la vérité du christianisme, qu’il n’aurait pu gagner autrement. » Après Constantin, la christianisation de l’empire romain se poursuivra rapidement. Sous Théodose Ier (r. 378-395), le christianisme devient la religion d’État. Au Vème siècle, le christianisme était la foi prédominante de l’empire, et remplissait le même rôle que le paganisme à la fin du 3e siècle. Cependant, en raison des persécutions, un certain nombre de communautés chrétiennes se sont retrouvées en concurrence entre celles qui s’étaient pliées aux autorités impériales (traditores) et celles qui avaient refusé. En Afrique, les donatistes, qui ont protesté contre l’élection du prétendu commerçant, Caecilian, à l’évêché de Carthage, ont continué à résister à l’autorité de l’église centrale jusqu’après 411. Les Mélitiens d’Égypte ont laissé l’Église égyptienne divisée de la même manière.

L’édit de Milan de 313

En 313, Constantin et Licinius annoncent dans l’édit de Milan « qu’il convient que les chrétiens et tous les autres aient la liberté de suivre le mode de religion qui paraît le meilleur à chacun d’eux », accordant ainsi la tolérance à toutes les religions, y compris le christianisme. L’édit de Milan est allé plus loin que l’édit de tolérance de Galère en 311, et a rendu les biens de l’Église confisqués. Cet édit a rendu l’empire officiellement neutre en ce qui concerne le culte religieux ; il n’a pas rendu les religions traditionnelles illégales, ni fait du christianisme la religion d’État (comme l’a fait l’édit de Thessalonique en 380 de notre ère). L’édit de Milan a cependant permis d’élever le niveau du christianisme au sein de l’empire et a réaffirmé l’importance du culte religieux pour le bien-être de l’État.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les chrétiens ont souffert de persécutions sporadiques et localisées sur une période de deux siècles et demi, car leur refus de participer au culte impérial de Rome était considéré comme un acte de trahison, et était donc passible d’exécution.
  • La Persécution de Dioclétien, ou Grande persécution, a été la dernière et la plus sévère des persécutions des chrétiens dans l’Empire romain, qui a duré de 302 à 311 après J.-C. En 311, Galère publia un édit de tolérance qui accordait aux chrétiens le droit de pratiquer leur religion, mais ne leur restituait aucun bien repris.
  • L’édit de Milan en 313 a rendu l’empire officiellement neutre en ce qui concerne le culte religieux ; il n’a ni rendu illégales les religions traditionnelles ni fait du christianisme la religion d’État.

Termes clefs

  • la Grande Persécution : La dernière et la plus grave persécution des chrétiens dans l’Empire romain.
  • Édit de Milan : Accord conclu en 313 de notre ère par Constantin et Licinius pour traiter les chrétiens avec bienveillance au sein de l’Empire romain.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.