Catégories
Histoire de l'humanité

La chute de l’Empire romain

La chute de l’Empire romain d’Occident a été la période de déclin au cours de laquelle l’empire s’est désintégré et s’est divisé en de nombreux États successeurs.

La chute de l’Empire romain d’Occident a été le processus de déclin au cours duquel l’empire n’a pas réussi à imposer sa domination, et son vaste territoire a été divisé en plusieurs régimes successifs. L’Empire romain a perdu les forces qui lui avaient permis d’exercer un contrôle efficace. Les historiens modernes mentionnent des facteurs tels que l’efficacité et le nombre de l’armée, la santé et le nombre de la population romaine, la force de l’économie, la compétence de l’empereur, les changements religieux de l’époque et l’efficacité de l’administration civile. La pression croissante des barbares extérieurs à la culture romaine a également largement contribué à l’effondrement. Les raisons de l’effondrement sont des sujets majeurs de l’historiographie du monde antique, et elles informent une grande partie du discours moderne sur la défaillance de l’État.

En 476 de notre ère, lorsqu’Odoacre déposa l’empereur Romulus Augustule, l’Empire romain d’Occident n’exerçait qu’un pouvoir militaire, politique ou financier négligeable et n’avait aucun contrôle effectif sur les domaines occidentaux dispersés que l’on peut encore qualifier de romains. Les barbares envahisseurs avaient établi leurs propres politiques sur la plus grande partie de l’Empire d’Occident. Alors que sa légitimité a duré des siècles de plus et que son influence culturelle demeure aujourd’hui, l’Empire d’Occident n’a jamais eu la force de se relever.

Il est important de noter, cependant, que la soi-disant chute de l’Empire romain fait spécifiquement référence à la chute de l’Empire romain d’Occident, puisque l’Empire romain d’Orient, ou ce qui est devenu l’Empire byzantin, dont la capitale a été fondée par Constantin, est resté pendant encore 1 000 ans. Théodose était le dernier empereur qui a régné sur tout l’empire. Après sa mort en 395, il a donné les deux moitiés de l’empire à ses deux fils, Arcadius et Honorius. Arcadius est devenu souverain en Orient, avec sa capitale à Constantinople, et Honorius est devenu souverain en Occident, avec sa capitale à Milan, et plus tard à Ravenne.

Rome au Vème siècle de notre ère

Tout au long du Vème siècle, les territoires de l’empire en Europe occidentale et en Afrique du Nord-Ouest, y compris l’Italie, sont tombés aux mains de divers peuples envahisseurs ou indigènes au cours de ce que l’on appelle parfois la période des migrations, également connue sous le nom d’invasions barbares, du point de vue des Romains et de l’Europe du Sud. Les premières migrations de peuples ont été effectuées par des tribus germaniques, telles que les Goths, les Vandales, les Angles, les Saxons, les Lombards, les Suèves, les Frisons, les Jutes et les Francs ; elles ont ensuite été poussées vers l’ouest par les Huns, les Avars, les Slaves et les Bulgares.

Bien que la moitié orientale ait survécu avec des frontières essentiellement intactes pendant plusieurs siècles (jusqu’aux conquêtes musulmanes), l’Empire dans son ensemble avait initié des transformations culturelles et politiques majeures depuis la crise du IIIème siècle, avec le passage à une forme de gouvernement plus ouvertement autocratique et ritualisée, l’adoption du christianisme comme religion d’État et un rejet général des traditions et des valeurs de l’Antiquité classique.

Les raisons du déclin de l’Empire romain sont encore débattues aujourd’hui, et sont probablement multiples. Les historiens en déduisent que la population semble avoir diminué dans de nombreuses provinces (en particulier en Europe occidentale), à en juger par la taille décroissante des fortifications construites pour protéger les villes des invasions barbares à partir du IIIème siècle. Certains historiens ont même suggéré que certaines parties de la périphérie n’étaient plus habitées, car ces fortifications étaient limitées au centre de la ville seulement. À la fin du IIIème siècle, la ville de Rome ne servait plus de capitale effective pour l’empereur, et plusieurs villes ont été utilisées comme nouvelles capitales administratives. Les empereurs successifs, à commencer par Constantin, ont privilégié la ville orientale de Byzance, qu’il avait entièrement reconstruite après un siège. Plus tard rebaptisée Constantinople, et protégée par de formidables murs à la fin du IVème et au début du Vème siècle, elle allait devenir la plus grande et la plus puissante ville de l’Europe chrétienne au début du Moyen Âge. Depuis la crise du IIIème siècle, l’empire a été dirigé de façon intermittente par plus d’un empereur à la fois (généralement deux), présidant différentes régions.

L’Ouest latinophone, en proie à une terrible crise démographique, et l’Est hellénophone, plus riche, ont également commencé à diverger politiquement et culturellement. Bien que ce processus ait été graduel, encore incomplet lorsque l’Italie est passée sous la domination de chefs barbares dans le dernier quart du Vème siècle, il s’est approfondi par la suite et a eu des conséquences durables sur l’histoire médiévale de l’Europe.

En 476, après s’être vu refuser des terres en Italie, les mercenaires germaniques d’Oreste, sous la direction du chef Odoacre, ont capturé et exécuté Oreste et se sont emparés de Ravenne, la capitale romaine occidentale de l’époque, déposant l’empereur occidental Romulus Augustule. Toute l’Italie fut rapidement conquise et la domination d’Odoacre fut reconnue dans l’Empire d’Orient. Pendant ce temps, la plupart des autres provinces occidentales ont été conquises par des vagues d’invasions germaniques, la plupart d’entre elles étant complètement déconnectées politiquement de l’Est et poursuivant un lent déclin. Bien que l’autorité politique romaine à l’ouest ait été perdue, la culture romaine allait perdurer dans la plupart des anciennes provinces occidentales jusqu’au VIème siècle et au-delà.

Romulus Augustule deposé par Odoacre
Romulus Augustule renonce à sa couronne : L’interprétation de Romulus Augustule par l’artiste Charlotte Mary Yonge en 1880, démissionnant de la couronne au profit d’Odoacre.

Théories sur le déclin et la chute

Les différentes théories et explications de la chute de l’Empire romain en Occident peuvent être classées de façon très générale en quatre écoles de pensée (bien que cette classification ne soit pas sans chevauchement) :

  • Déclin dû à un malaise général
  • Décroissance monocausale
  • Effondrement catastrophique
  • Transformation

La tradition du malaise général remonte à l’historien Edward Gibbon, qui affirmait que l’édifice de l’Empire romain avait été construit sur des fondations peu solides dès le début. Selon Gibbon, la chute était, en dernière analyse, inévitable. D’autre part, Gibbon avait attribué une grande partie de la responsabilité de la chute à l’influence du christianisme, et est souvent, bien que peut-être injustement, considéré comme le père fondateur de l’école de l’explication monocausale. D’autre part, l’école de l’effondrement catastrophique soutient que la chute de l’empire n’était pas un événement prédéterminé et ne doit pas être considérée comme acquise. Elle est plutôt due à l’effet combiné d’un certain nombre de processus défavorables, dont beaucoup ont été déclenchés par la période des migrations, qui, ensemble, ont exercé une pression excessive sur la structure fondamentalement saine de l’empire. Enfin, l’école de la transformation remet en question la notion même de « chute » de l’empire, en demandant au contraire de faire la distinction entre la chute en désuétude d’un dispositif politique particulier, de toute façon irréalisable vers sa fin, et le sort de la civilisation romaine qui sous-tendait l’empire. Selon cette école, qui tire son principe de base de la thèse de Henri Pirenne, le monde romain a subi une série de transformations progressives (bien que souvent violentes), se transformant en un monde médiéval. Les historiens appartenant à cette école préfèrent souvent parler de l’Antiquité tardive, plutôt que de la chute de l’Empire romain.
La carte montre qu’au zénith, le royaume ostrogothique s’étendait de la France moderne à l’ouest à la Serbie moderne au sud-est.

Carte du royaume ostrogoth
Royaume ostrogothique : Le royaume ostrogoth, qui s’est développé sur les ruines de l’Empire romain d’Occident.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Tout au long du Vème siècle, les territoires de l’empire en Europe occidentale et en Afrique du Nord-Ouest, y compris l’Italie, sont tombés aux mains de divers peuples envahisseurs ou indigènes, dans ce que l’on appelle parfois la période des migrations.
  • À la fin du IIIème siècle, la ville de Rome ne sert plus de capitale effective pour l’empereur, et plusieurs villes sont utilisées comme nouvelles capitales administratives. Les empereurs successifs, à commencer par Constantin, ont privilégié la ville orientale de Byzance, qu’il avait entièrement reconstruite après un siège.
  • En 476, après s’être vu refuser des terres en Italie, Odoacre et ses mercenaires germaniques s’emparent de Ravenne, la capitale romaine occidentale de l’époque, et déposent l’empereur occidental Romulus Auguste. Toute l’Italie est rapidement conquise et la domination d’Odoacre est reconnue dans l’Empire d’Orient.
  • Quatre grandes écoles de pensée existent sur le déclin et la chute de l’Empire romain : la décadence due au malaise général, la décadence monocausale, l’effondrement catastrophique et la transformation.

Termes clefs

  • Odoacre : Un soldat, qui est arrivé au pouvoir dans l’Empire romain d’Occident en 476 de notre ère. Son règne est généralement considéré comme marquant la fin de l’Empire romain d’Occident.
  • Période de migration : Également connue sous le nom de période des Invasions barbares, c’est une période d’intensification des migrations humaines en Europe, d’environ 400 à 800 de notre ère, pendant la transition de la fin de l’Antiquité au début du Moyen Âge.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.