Catégories
Histoire de l'humanité

Naissance de l’Empire Byzantin

Tandis que l’Empire romain d’Occident tombait, l’Empire romain d’Orient, aujourd’hui connu sous le nom d’Empire byzantin, prospérait.

L’Empire byzantin, parfois appelé l’Empire romain d’Orient, était la continuation de l’Empire romain en Orient à la fin de l’Antiquité et au Moyen Age, lorsque sa capitale était Constantinople (l’actuelle Istanbul, fondée à l’origine sous le nom de Byzance). Elle a survécu à la fragmentation et à la chute de l’Empire romain d’Occident au Vème siècle de notre ère, et a continué à exister pendant un millier d’années supplémentaires jusqu’à sa chute aux mains des Turcs ottomans en 1453. Pendant la plus grande partie de son existence, l’empire a été la plus puissante force économique, culturelle et militaire d’Europe. L' »Empire byzantin » et l' »Empire romain d’Orient » sont des termes historiographiques créés après la fin du royaume ; ses citoyens ont continué à se référer à leur empire comme l’Empire romain, et se considéraient comme des Romains. Bien que les habitants de l’Empire romain d’Orient se désignaient eux-mêmes comme des Romains, ils se distinguaient par leur héritage grec, le christianisme orthodoxe et leurs liens régionaux. Au fil du temps, la culture de l’Empire romain d’Orient s’est transformée. Le grec a remplacé le latin comme langue de l’empire. Le christianisme a pris de l’importance dans la vie quotidienne, bien que le passé romain païen de la culture ait encore exercé une influence.

Plusieurs événements marquants du IVème au VIème siècle marquent la période de transition au cours de laquelle l’est grec et l’ouest latin de l’Empire romain se sont divisés. Constantin Ier (r. 324-337) réorganise l’empire, fait de Constantinople la nouvelle capitale et légalise le christianisme. Sous Théodose Ier (r. 379-395), le christianisme devient la religion d’État officielle de l’empire, et d’autres pratiques religieuses sont interdites. Enfin, sous le règne d’Héraclius (r. 610-641), l’armée et l’administration de l’empire furent restructurées et adoptèrent le grec comme langue officielle au lieu du latin. Ainsi, bien que l’État romain ait continué et que les traditions de l’État romain aient été maintenues, les historiens modernes distinguent Byzance de la Rome antique dans la mesure où elle était centrée sur Constantinople, orientée vers la culture grecque plutôt que latine, et caractérisée par le christianisme orthodoxe.

Tout comme l’Empire byzantin représentait la continuation politique de l’Empire romain, l’art et la culture byzantins se sont développés directement à partir de l’art de l’Empire romain, qui était lui-même profondément influencé par l’art grec ancien. L’art byzantin n’a jamais perdu de vue cet héritage classique. Par exemple, la capitale byzantine, Constantinople, était ornée d’un grand nombre de sculptures classiques, bien qu’elles aient fini par devenir un objet de perplexité pour ses habitants. Et en effet, l’art produit sous l’empire byzantin, bien que marqué par des renouvellements périodiques d’une esthétique classique, était surtout marqué par le développement d’une nouvelle esthétique. Ainsi, bien que l’Empire byzantin ait eu un caractère multiethnique pendant la plus grande partie de son histoire, et qu’il ait préservé les traditions romano-hellénistiques, ses contemporains occidentaux et nordiques l’ont identifié à son élément grec de plus en plus prédominant et à ses propres développements culturels uniques.

Carte de Constantinople avant l'arrivée des Ottomans
Carte de Constantinople : Une carte de Constantinople, capitale et ville fondatrice de l’Empire byzantin, dessinée en 1422 de notre ère par le cartographe florentin Cristoforo Buondelmonti. C’est la plus ancienne carte de la ville qui subsiste et la seule qui soit antérieure à la conquête de la ville par les Ottomans en 1453 de notre ère.

Nomenclature

La première utilisation du terme « byzantin » pour désigner les dernières années de l’Empire romain remonte à 1557, lorsque l’historien allemand Hieronymus Wolf a publié son ouvrage, Corpus Historiæ Byzantinæ, une collection de sources historiques. Le terme vient de « Byzance », le nom de la ville de Constantinople avant qu’elle ne devienne la capitale de Constantin. Ce nom plus ancien de la ville sera rarement utilisé à partir de ce moment, sauf dans des contextes historiques ou poétiques. Cependant, ce n’est qu’au milieu du XIXème siècle que le terme est devenu d’usage général dans le monde occidental ; l’appeler « Empire byzantin » a permis de souligner ses différences avec l’anciecn Empire romain de langue latine, centré sur Rome.

Le terme « byzantin » était également utile aux nombreux États d’Europe occidentale qui se réclamaient eux aussi des véritables successeurs de l’Empire romain, car il était utilisé pour délégitimer les prétentions des Byzantins en tant que véritables Romains. À l’époque moderne, le terme « byzantin » a également pris un sens péjoratif, utilisé pour décrire des choses trop complexes ou obscures. La « diplomatie byzantine » en est venue à signifier un recours excessif à la ruse et à la manipulation en coulisses. Tout cela est basé sur les stéréotypes médiévaux sur l’Empire byzantin qui se sont développés lorsque les Européens de l’Ouest sont entrés en contact avec les Byzantins, et ont été perplexes face à leur gouvernement plus structuré.

Cette distinction n’existait pas dans les mondes islamique et slave, où l’empire était plus directement considéré comme la continuation de l’empire romain. Dans le monde islamique, l’empire romain était surtout connu sous le nom de Rûm. Le nom de millet-i Rûm, ou « nation romaine », a été utilisé par les Ottomans tout au long du XXème siècle pour désigner les anciens sujets de l’Empire byzantin, c’est-à-dire la communauté chrétienne orthodoxe au sein des royaumes ottomans.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Alors que l’Empire romain d’Occident tombait en 476 de notre ère, l’Empire romain d’Orient, centré sur la ville de Constantinople, a survécu et prospéré.
  • Après la chute beaucoup plus tardive de l’Empire romain d’Orient en 1453, les spécialistes occidentaux ont commencé à l’appeler « l’Empire byzantin » pour souligner sa distinction par rapport à l’ancien Empire romain de langue latine centré sur Rome.
  • L’Empire byzantin est désormais le terme standard utilisé par les historiens pour désigner l’Empire romain d’Orient.
  • Bien que l’Empire byzantin ait eu un caractère multiethnique pendant la plus grande partie de son histoire et qu’il ait préservé les traditions romano-hellénistiques, il s’est identifié à son élément grec de plus en plus prédominant et à ses propres développements culturels uniques.

Termes clefs

  • Constantinople : Anciennement Byzance, la capitale de l’Empire byzantin, telle qu’elle a été établie par son premier empereur, Constantin le Grand. (Aujourd’hui, la ville est connue sous le nom d’Istanbul).

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.