Catégories
Histoire de l'humanité

Héraclius

L’empereur Héraclius a défendu l’empire byzantin contre les Perses, mais a perdu les terres reconquises au profit des Arabes peu après.

Conflit avec les Perses et chaos dans l’Empire

Depuis la chute de l’Empire romain d’Occident, l’Empire romain d’Orient a continué à considérer l’Europe occidentale comme un territoire impérial légitime. Cependant, seul Justinien Ier a tenté de faire valoir cette revendication avec la puissance militaire. Le succès temporaire à l’Ouest s’est fait au prix de la domination perse à l’Est, où les Byzantins ont été contraints de payer un tribut pour éviter la guerre.

Cependant, après la mort de Justinien, une grande partie de l’Italie nouvellement récupérée tomba aux mains des Lombards, et les Wisigoths ne tardèrent pas à réduire les possessions impériales en Espagne. Dans le même temps, les guerres avec l’Empire perse n’ont pas apporté de victoire définitive. En 591, cependant, la longue guerre se termina par un traité favorable à Byzance, qui gagna l’Arménie. Ainsi, après la mort du successeur de Justinien, Tibère II, Maurice cherche à restaurer le prestige de l’Empire.

Même si l’empire avait remporté de plus petits succès sur les Slaves et les Avars dans des batailles rangées de l’autre côté du Danube, l’enthousiasme pour l’armée et la foi dans le gouvernement s’étaient considérablement amoindris. Des troubles avaient éclaté dans les villes byzantines alors que les différences sociales et religieuses se manifestaient par des factions bleues et vertes qui s’affrontaient dans les rues. Le coup final porté au gouvernement a été la décision de réduire la solde de son armée en réponse aux tensions financières. L’effet combiné d’une révolte de l’armée menée par un officier subalterne nommé Phocas et de soulèvements majeurs des Verts et des Bleus ont forcé Maurice à abdiquer. Le Sénat approuve Phocas comme nouvel empereur, et Maurice, le dernier empereur de la dynastie Justinienne, est assassiné avec ses quatre fils.

Le roi persan Khosrau II réagit en lançant un assaut sur l’empire, soi-disant pour venger Maurice, qui l’avait aidé auparavant à retrouver son trône. Phocas s’aliénait déjà ses partisans avec son régime répressif (introduisant la torture à grande échelle), et les Perses ont pu s’emparer de la Syrie et de la Mésopotamie dès 607.

Alors que les Perses progressaient dans leur conquête des provinces orientales, Phocas choisit de diviser ses sujets, plutôt que de les unir contre la menace des Perses. Considérant peut-être ses défaites comme un châtiment divin, Phocas lança une campagne sauvage et sanglante pour convertir de force les Juifs au christianisme. Les persécutions et l’aliénation des Juifs, peuple de première ligne dans la guerre contre les Perses, ont contribué à les pousser à aider les conquérants perses. Lorsque les Juifs et les chrétiens ont commencé à se déchirer, certains ont fui la boucherie pour se réfugier en territoire persan. Pendant ce temps, il semble que les désastres qui ont frappé l’empire ont conduit l’empereur dans un état de paranoïa.

La dynastie d’Héraclius

En raison des crises écrasantes qui avaient plongé l’empire dans le chaos, Héraclius le Jeune tentait maintenant de prendre le pouvoir à Phocas afin d’améliorer la situation de Byzance. Alors que l’empire était conduit à l’anarchie, l’exarchat de Carthage restait relativement hors de portée de la conquête perse. Loin de l’autorité impériale incompétente de l’époque, Héraclius, l’Exarque de Carthage, avec son frère Grégoire, commença à constituer ses forces pour attaquer Constantinople. En 608, après avoir coupé l’approvisionnement en céréales de la capitale à partir de son territoire, Héraclius dirige une importante armée et une flotte pour rétablir l’ordre dans l’Empire. Le règne de Phocas se termine officiellement par son exécution, et le couronnement d’Héraclius par le patriarche de Constantinople deux jours plus tard, le 5 octobre 610. Après avoir épousé sa femme au cours d’une cérémonie élaborée et avoir été couronné par le patriarche, Héraclius, âgé de 36 ans, s’est mis en route pour accomplir son travail d’empereur. La première partie de son règne a donné des résultats qui rappellent le règne de Phocas, en ce qui concerne les troubles dans les Balkans.

Pour se remettre d’une série apparemment interminable de défaites, Héraclite élabore un plan de reconstruction de l’armée, qu’il finance en infligeant des amendes aux personnes accusées de corruption, en augmentant les impôts et en dévalorisant la monnaie pour payer davantage de soldats et de prêts forcés.

Au lieu d’affronter les vagues des Perses envahisseurs, il les contourne, navigue sur la mer Noire et se regroupe en Arménie, où il trouve de nombreux alliés chrétiens. De là, il envahit l’Empire perse. En se battant derrière les lignes ennemies, il a fait en sorte que les Perses se retirent des terres byzantines. Il a vaincu toutes les armées perses envoyées contre lui et a ensuite menacé la capitale persane. Dans la panique, les Persans ont tué leur roi et l’ont remplacé par un nouveau dirigeant qui était prêt à négocier avec les Byzantins. En 628 de notre ère, la guerre s’est terminée par la défaite des Perses par Héraclius.

L'empereur Héraclius de l'Empire romain d'Orient
L’empereur Héraclius : Plaque représentant l’empereur byzantin Héraclius vainquant le roi persan Khosrau II, vers 1160-1170 de notre ère.

L’invasion arabe

À cette époque, la population byzantine s’attendait généralement à ce que l’empereur conduise Byzance vers une nouvelle ère de gloire. Cependant, toutes les réalisations d’Héraclius n’aboutiront à rien lorsque, en 633, les guerres byzantines-arabes commenceront.

Le 8 juin 632, le prophète islamique Mahomet meurt d’une fièvre. Cependant, la religion qu’il a laissée derrière lui allait transformer le Moyen-Orient. En 633, les armées musulmanes quittent l’Arabie avec pour objectif de répandre la parole de leur prophète, avec force si nécessaire. En 634, les Arabes ont vaincu une force byzantine envoyée en Syrie et ont capturé Damas. L’arrivée d’une autre grande armée byzantine en dehors d’Antioche (environ 80 000 hommes) a forcé les Arabes à battre en retraite. Les Byzantins avancent en mai 636. Cependant, une tempête de sable s’abattit sur les Byzantins le 20 août 636, et lorsque les Arabes chargèrent contre eux, ils furent complètement anéantis.

Jérusalem se rendit aux Arabes en 637, suite à une résistance acharnée ; en 638, le calife Omar entra dans la ville. Héraclius s’est arrêté à Jérusalem pour récupérer la Vraie Croix alors qu’elle était assiégée. Les invasions arabes sont considérées par certains historiens comme le début du déclin de l’empire byzantin. Seules certaines parties de la Syrie et de la Cilicie seront récupérées.

Controverse religieuse

La récupération des régions orientales de l’Empire romain auprès des Perses pendant la première phase du règne d’Héraclius a soulevé le problème de l’unité religieuse centrée sur la compréhension de la vraie nature du Christ. La plupart des habitants de ces provinces étaient des monophysites qui ont rejeté le Concile de Chalcédoine de 451. La définition chalcédonienne du Christ comme étant de deux natures, divine et temporelle, soutient que ces deux états restent distincts dans la personne du Christ et pourtant se rejoignent dans sa seule véritable substance. Les monophysites s’opposaient à cette position, estimant que le Christ ne possédait qu’une seule nature ; les natures humaine et divine du Christ étaient fusionnées en une nouvelle nature unique (mono). Cette division interne était dangereuse pour l’Empire byzantin, qui était constamment menacé par des ennemis extérieurs, dont beaucoup étaient favorables au monophysisme, des gens à la périphérie de l’Empire qui considéraient également la hiérarchie religieuse de Constantinople comme hérétique et uniquement intéressée à écraser leur foi.

Héraclius essaya d’unir toutes les différentes factions de l’empire avec une nouvelle formule plus inclusive et plus élastique. Avec la conclusion réussie de la guerre de Perse, Héraclius allait consacrer plus de temps à promouvoir son compromis.

Le patriarche Serge proposa une formule, qu’Héraclius publia sous le nom d’Ecthèse en 638. Elle interdisait toute mention du fait que le Christ possédait une ou deux énergies, c’est-à-dire une ou deux volontés ; au lieu de cela, elle proclamait maintenant que le Christ, tout en possédant deux natures, n’avait qu’une seule volonté. Cette approche semblait être un compromis acceptable, et elle a obtenu un large soutien dans tout l’Orient. Les deux patriarches restants en Orient approuvèrent également la doctrine, désormais appelée monothélitisme, et il semblait donc qu’Héraclius allait enfin guérir les divisions au sein de l’Église impériale.

Malheureusement, il n’avait pas compté sur les papes à Rome. En cette même année 638, le pape Honorius Ier était mort. Son successeur, le pape Séverin (640), condamna catégoriquement l’Ecthèse, et son siège lui fut donc interdit jusqu’en 640. Son successeur, le pape Jean IV (640-42), rejeta lui aussi complètement la doctrine, ce qui entraîna un schisme majeur entre les moitiés orientale et occidentale de l’Église chalcédonienne. Lorsque la nouvelle de la condamnation du pape parvient à Héraclius, il est déjà vieux et malade, et la nouvelle ne fait que précipiter sa mort, déclarant de son dernier souffle que la controverse est entièrement due à Serge, et que le patriarche a fait pression sur lui pour qu’il approuve l’Ecthèse sans le vouloir.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Après Justinien, l’empire byzantin a continué à perdre des terres au profit des Perses.
  • L’empereur Héraclius s’est emparé du trône en 610 de notre ère, et a battu les Perses en 628.
  • Cependant, après la victoire d’Héraclius contre les Perses, il a subi de telles pertes qu’il n’a pas pu défendre l’empire contre les Arabes, et ceux-ci ont donc à nouveau perdu les terres qu’ils venaient de reconquérir en 641 de notre ère.
  • Héraclius a essayé d’unir toutes les différentes factions religieuses de l’empire avec une nouvelle formule plus inclusive et plus élastique, appelée monothélitisme, qui a finalement été jugée hérétique par toutes les factions.

Termes clés

  • Muhammad : La figure centrale de l’Islam, largement considéré comme son fondateur.
  • Le monothélitisme : L’opinion selon laquelle Jésus-Christ a deux natures mais une seule volonté, une doctrine développée sous le règne d’Héraclius pour apporter l’unité à l’Église.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.