Catégories
Histoire de l'humanité

Le code Justinien

Justinien Ier a acquis une renommée durable grâce à ses réformes judiciaires, notamment grâce à la révision complète de tout le droit romain qui a été compilé dans ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de corpus juris civilis.

L’empereur byzantin Justinien Ier a atteint une renommée durable grâce à ses réformes judiciaires, en particulier grâce à la révision complète de tout le droit romain, ce qui n’avait jamais été tenté auparavant. Il existait trois codices (pluriel de codex) de lois impériales et d’autres lois individuelles, dont beaucoup étaient contradictoires ou dépassées. L’ensemble de la législature de Justinien est aujourd’hui connu sous le nom du Code de Justinien ou corpus juris civilis.

Ce corpus comportait trois parties :

  • Le Codex : une compilation, par sélection et extraction, des lois impériales en vigueur à ce jour, remontant à Hadrien au IIe siècle de notre ère.
  • Digesta : une encyclopédie composée essentiellement de brefs extraits des écrits des juristes romains. Des fragments ont été extraits de divers traités et avis juridiques et insérés dans les Digesta.
  • Institutiones : un manuel d’étudiant, présentant principalement le Codex, bien qu’il comporte des éléments conceptuels importants qui sont moins développés dans le Codex ou les Digesta.

Les trois parties, même le manuel, ont reçu force de loi. Elles ont été conçues pour être, ensemble, la seule source de droit ; la référence à toute autre source, y compris les textes originaux dont le Codex et les Digesta ont été tirés, est interdite. Néanmoins, Justinien se trouva dans l’obligation de promulguer d’autres lois, qui sont aujourd’hui considérées comme une quatrième partie du Corpus, les Novellae Constitutiones. Contrairement au reste du Corpus, les Novellae sont apparues en grec, la langue commune de l’Empire d’Orient.

L’ouvrage a été dirigé par Tribonien, un fonctionnaire de la cour de Justinien. Son équipe a été autorisée à éditer ce qu’ils contenaient. On ne sait pas dans quelle mesure ils ont apporté des modifications et, dans l’ensemble, on ne peut pas le savoir car la plupart des originaux n’ont pas survécu. Le texte a été composé et distribué presque entièrement en latin, qui était encore la langue officielle du gouvernement de l’Empire byzantin en 529-534, alors que la langue dominante des marchands, des fermiers, des marins et des autres citoyens était le grec.

De nombreuses lois contenues dans le Codex visaient à réglementer la pratique religieuse, comprenaient de nombreuses dispositions servant à garantir le statut du christianisme en tant que religion d’État de l’empire, unissant l’Église et l’État, et faisant de toute personne n’ayant pas de lien avec l’Église chrétienne un non-citoyen. Il contenait également des lois interdisant des pratiques païennes particulières ; par exemple, toute personne présente à un sacrifice païen peut être inculpée comme si elle avait commis un meurtre. D’autres lois, dont certaines ont été influencées par sa femme, Théodora, sont destinées à protéger les prostituées contre l’exploitation et les femmes contre la prostitution forcée. Les violeurs sont traités avec sévérité. En outre, selon ses politiques, les femmes accusées de crimes majeurs devaient être protégées par d’autres femmes pour éviter les abus sexuels ; si une femme était veuve, sa dot devait lui être restituée ; et un mari ne pouvait pas contracter une dette importante sans le double consentement de sa femme.

Le Code Justinien empire byzantin
Le Digesta Justinien : Une copie d’une page d’un exemplaire ultérieur du Digesta de Justinien : Digestorum, seu Pandectarum libri quinquaginta. Lugduni apud Gulielmum Rouillium, 1581. De la Biblioteca Comunale « Renato Fucini » di Empoli.

Postérité du Code Justinien

Le Corpus constitue la base de la jurisprudence latine (y compris le droit canonique ecclésiastique) et, pour les historiens, fournit un aperçu précieux des préoccupations et des activités du dernier Empire romain. En tant que collection, il rassemble les nombreuses sources dans lesquelles les lois et les autres règles ont été exprimées ou publiées (lois propres, consultations sénatoriales, décrets impériaux, jurisprudence, et opinions et interprétations des juristes). Elle a constitué la base du droit byzantin ultérieur, tel qu’il est exprimé dans la Basilique de Basile I et Léon VI le Sage. La seule province occidentale où le Code de Justinien a été introduit est l’Italie, d’où il devait passer en Europe occidentale au XIIème siècle, et devenir la base d’une grande partie du code de droit européen. Il est ensuite passé en Europe de l’Est, où il est apparu dans des éditions slaves, et il a également été transmis à la Russie.

Il n’était pas d’usage général au début du Moyen Âge. Après le Haut Moyen Âge, l’intérêt pour ce produit a repris. Il a été reçu ou imité en tant que droit privé, et son contenu de droit public a été exploité pour des arguments par les autorités séculières et ecclésiastiques. Le droit romain, ainsi relancé, devint à son tour le fondement du droit dans toutes les juridictions de droit civil. Les dispositions du Corpus Juris Civilis ont également influencé le droit canonique de l’Église catholique romaine ; on disait que ecclesia vivit lege romana – l’Église vit selon le droit romain. Son influence sur les systèmes juridiques de droit commun a été beaucoup plus faible, bien que certains concepts de base du Corpus aient survécu grâce au droit normand – comme le contraste, en particulier dans les Instituts, entre le droit (la loi) et la coutume. Le Corpus continue à avoir une influence majeure sur le droit international public. Ses quatre parties constituent donc les documents de base de la tradition juridique occidentale.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Peu après que Justinien soit devenu empereur en 527, il a décidé que le système juridique de l’empire avait besoin d’être réparé.
    Au début de son règne, Justinien a nommé un fonctionnaire, Tribonien, pour superviser cette tâche.
  • L’ensemble du projet fut connu sous le nom de Corpus juris civilis, ou Code Justinien.
    Il se compose du Codex Iustinianus, des Digesta, des Institutiones et des Novellae.
  • Nombre des lois contenues dans le Codex visaient à réglementer la pratique religieuse.
  • Le Corpus a non seulement constitué la base de la jurisprudence romaine (y compris le droit canonique ecclésiastique), mais a également influencé le droit civil tout au long du Moyen Âge et dans les États nations modernes.

Termes clefs

  • Corpus juris civilis : Nom moderne d’une collection d’ouvrages fondamentaux de jurisprudence, publiés de 529 à 534 par ordre de Justinien Ier, empereur romain d’Orient.
  • Justinien Ier : Empereur byzantin de 527 à 565. Pendant son règne, il a cherché à faire revivre la grandeur de l’empire et à reconquérir la moitié occidentale perdue de l’Empire romain historique ; il a également promulgué d’importants codes juridiques.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.