Catégories
Histoire de l'humanité

La division de l’Empire byzantin en thèmes

Les guerres byzantines et arabes ont fait des ravages dans la dynastie byzantine, mais ont conduit à la création d’un système de thème militaire très efficace.

Les thèmes (themata en grec) étaient les principales divisions administratives de l’Empire byzantin moyen. Elles ont été établies au milieu du VIIème siècle, à la suite de l’invasion slave des Balkans et des conquêtes musulmanes de certaines parties du territoire byzantin. Ces thèmes ont remplacé le système provincial antérieur établi par Dioclétien et Constantin le Grand. À l’origine, les premiers thèmes ont été créés à partir des zones de campement des armées de campagne de l’armée romaine d’Orient, et leurs noms correspondaient aux unités militaires qui avaient existé dans ces zones. Le système de thèmes a atteint son apogée aux IXème et Xème siècles, lorsque les thèmes plus anciens ont été scindés et que la conquête du territoire a entraîné la création de nouveaux thèmes. Le système de thèmes initial a subi des changements importants aux XIème et XIIème siècles, mais le terme est resté en usage en tant que circonscription provinciale et financière, jusqu’à la toute fin de l’empire.

Contexte

À la fin du VIème et au début du VIIème siècle, l’Empire romain d’Orient a été fréquemment attaqué de toutes parts. Les successeurs d’Héraclius ont dû mener une guerre désespérée contre les Arabes afin de les empêcher de conquérir l’ensemble de l’Empire byzantin ; ces conflits étaient connus sous le nom de guerres byzantines-arabes. Les invasions arabes n’étaient pas comparables aux autres menaces auxquelles les Byzantins ont dû faire face. Les Arabes, qui menaient avec zèle une guerre sainte pour l’Islam, ont vaincu armée après armée les Byzantins, et ont failli détruire l’empire. L’Égypte tomba aux mains des Arabes en 642, et Carthage aussi en 647, et la Méditerranée orientale un peu plus tard. De 674 à 678, les Arabes assiégèrent Constantinople.

Afin de survivre et de se défendre, les Byzantins ont créé un nouveau système militaire, connu sous le nom de système à thème. Abandonnant l’armée professionnelle héritée du passé romain, les Byzantins accordent des terres aux fermiers qui, en retour, fourniront à l’empire des soldats loyaux. Ce système était similaire au système féodal de l’Europe occidentale médiévale, mais il en différait d’une manière importante. Dans le système des thèmes, l’État continuait à être propriétaire des terres et les louait simplement en échange de services, alors que dans le système féodal, la propriété des terres était entièrement confiée aux vassaux. Cette efficacité du système de thèmes a permis à la dynastie de conserver le cœur impérial de l’Asie mineure.

Ainsi, au tournant du VIIIème siècle, les thèmes étaient devenus la caractéristique dominante de l’administration impériale. Cependant, leur grande taille et leur puissance rendaient leurs généraux enclins à la révolte, comme l’avait montré la période turbulente de 695-715, et le sera à nouveau lors de la grande révolte d’Artabasdos en 741-742.
La carte montre, du nord-ouest au nord-est, Opskikion, Optimates, Bucellaires et Arméniaques. Au sud, elle montre les Thracésiens à l’ouest et les Anatoliques à l’est. Au sud, on trouve des Cibyrrhéotes.

Carte de la division de l'Empire Byzantin par thèmes
Le système de thèmes : Carte représentant les emplacements des thèmes établis pendant la dynastie d’Héraclius de l’Empire byzantin.

Malgré l’importance de ces thèmes, il a fallu un certain temps avant qu’ils ne deviennent l’unité de base du système administratif impérial. Bien qu’ils aient été associés à des régions spécifiques dès le début du VIIIème siècle, il a fallu attendre la fin du VIIIème siècle pour que l’administration fiscale civile commence à s’organiser autour d’eux, au lieu de suivre l’ancien système provincial. Ce processus, qui a abouti à un contrôle unifié des affaires militaires et civiles de chaque thème par ses stratèges, a été achevé au milieu du IXème siècle, et constitue le modèle thématique « classique ».

Structure des thèmes

Le terme « thème » est ambigu, car il fait référence à la fois à une forme de mandat militaire et à une division administrative. Un thème était un arrangement de parcelles de terre données aux soldats pour l’agriculture. Les soldats étaient encore techniquement une unité militaire, sous le commandement d’un stratège, et ils ne possédaient pas les terres qu’ils travaillaient, car elles étaient encore contrôlées par l’État. C’est pourquoi, pour son utilisation, la solde des soldats a été réduite. En acceptant cette proposition, les participants ont convenu que leurs descendants serviraient également dans l’armée et travailleraient dans un thème, réduisant ainsi simultanément le besoin d’une conscription impopulaire, tout en maintenant l’armée à bon marché. Cela permettait également de coloniser les terres conquises, car il y avait toujours un ajout important fait aux terres publiques lors d’une conquête.

Le commandant d’un thème, cependant, ne commandait pas seulement ses soldats. Il unissait les juridictions civiles et militaires dans la zone territoriale en question. Ainsi, la division mise en place par Dioclétien entre les gouverneurs civils (praesides) et les commandants militaires (ducs) fut abolie, et l’empire revint à un système beaucoup plus semblable à celui de la République ou du Principauté, où les gouverneurs provinciaux avaient également commandé les armées dans leur région.

Conséquences du système des thèmes

Très tôt, Héraclius s’est révélé être un bon empereur : sa réorganisation de l’empire en thèmes a permis aux Byzantins d’en extraire le maximum pour accroître leur potentiel militaire. Cela est devenu essentiel après 650, lorsque le califat islamique était beaucoup plus ingénieux et puissant que les Byzantins. Par conséquent, un haut niveau d’efficacité était nécessaire pour combattre les Arabes, ce qui était en partie dû au système de thèmes.

Les Arabes ont finalement été repoussés par l’utilisation du feu grégeois (du latin graecus, grec), des projectiles enflammés qui pouvaient brûler en flottant sur l’eau, et donc, pouvaient être utilisés pour la guerre navale. Le feu grégeois était un secret d’État étroitement gardé, un secret qui a été perdu depuis. La composition du feu grec reste une question de spéculation et de débat, avec des propositions incluant des combinaisons de résine de pin, de naphte, de chaux vive, de soufre ou de nitre. L’utilisation byzantine de mélanges incendiaires a été particulièrement efficace, grâce à l’utilisation de buses pressurisées ou siphōn pour projeter le liquide sur l’ennemi. Les marines arabo-musulmanes se sont finalement adaptées à leur utilisation. Sous la menace constante d’une attaque, la taille de Constantinople avait considérablement diminué, en raison d’un déménagement, passant de 500 000 à 40 000-70 000.

Feu grégeois dans l'antiquité
Feu grégeois : Image tirée d’un manuscrit enluminé (le manuscrit Skylitzes) montrant l’utilisation du feu grégeois par la marine byzantine contre la flotte du rebelle Thomas le Slave, vers le XIIème siècle. La légende au-dessus du navire de gauche indique « la flotte des Romains mettant le feu à la flotte des ennemis ».

À la fin de la dynastie d’Héraclius en 711, l’empire s’était transformé, passant de l’Empire romain d’Orient, avec sa civilisation urbanisée et cosmopolite, à l’Empire byzantin médiéval, une société agraire dominée par l’armée et en proie à une longue lutte avec les musulmans. La perte des provinces les plus riches de l’empire, associée aux invasions successives, avait réduit l’économie impériale à un état relativement pauvre, par rapport aux ressources dont disposait le califat. L’économie monétaire a persisté, mais l’économie de troc a également connu un renouveau. Cependant, cet État était également beaucoup plus homogène que l’Empire romain d’Orient ; les frontières avaient rétréci, de sorte que de nombreux territoires latinophones avaient disparu et que la dynastie était réduite à ses territoires essentiellement hellénophones. Cela lui a permis de résister à ces tempêtes et d’entrer dans une période de stabilité sous la dynastie suivante, la dynastie isaurienne.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Dans les guerres byzantines arabes de la dynastie d’Héraclius, les Arabes ont presque entièrement détruit l’Empire byzantin.
  • Afin de riposter, les Byzantins ont créé un nouveau système militaire, connu sous le nom de système thématique, dans lequel des terres étaient accordées à des fermiers qui, en retour, fourniraient à l’empire des soldats loyaux. L’efficacité de ce système a permis à la dynastie de garder l’emprise sur l’Asie Mineure.
  • Les Arabes ont finalement été repoussés par l’utilisation du feu grec, mais Constantinople avait massivement diminué en taille, en raison de la délocalisation.
  • L’empire était désormais plus pauvre et la société était dominée par les militaires, suite aux nombreuses invasions arabes.

Termes clefs

  • Califat : État islamique dirigé par un chef religieux et politique suprême, connu sous le nom de calife (c’est-à-dire « successeur ») de Mahomet et des autres prophètes de l’Islam.
  • cosmopolite : Une ville/un lieu ou une personne qui englobe une démographie multiculturelle.
  • feu grec : Une arme militaire inventée pendant la dynastie byzantine d’Héraclès ; des projectiles enflammés qui pouvaient brûler en flottant sur l’eau, et donc être utilisés pour la guerre navale.
  • système de thèmes : Un nouveau système militaire créé pendant la dynastie d’Héraclius de l’Empire byzantin, dans lequel des terres étaient accordées aux fermiers qui, en retour, fourniraient à l’empire des soldats loyaux. Semblable au système féodal de l’Europe occidentale médiévale.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.