Catégories
Histoire de l'humanité

La dynastie isaurienne

La dynastie Isaurienne est caractérisée par une stabilité politique relative, après une défaite importante des Arabes par Léon III, et par l’iconoclasme, qui a entraîné des troubles internes considérables.

L’empire byzantin a été dirigé par la dynastie isaurienne de 717 à 802. Les empereurs d’Isaurie ont réussi à défendre et à consolider l’empire contre le califat après l’assaut des premières conquêtes musulmanes, mais ont moins bien réussi en Europe, où ils ont subi des revers contre les Bulgares, ont dû renoncer à l’exarchat de Ravenne et ont perdu de l’influence sur l’Italie et la papauté au profit du pouvoir croissant des Francs.

La dynastie isaurienne est principalement associée à l’iconoclasme byzantin, une tentative de restaurer la faveur divine en purifiant la foi chrétienne de l’adoration excessive des icônes, qui a entraîné des troubles internes considérables.

À la fin de la dynastie isaurienne en 802, les Byzantins continuaient à combattre les Arabes et les Bulgares pour leur existence même, les choses se compliquant lorsque le pape Léon III couronna Charlemagne Imperator Romanorum (« Empereur des Romains »), ce qui était considéré comme faisant de l’Empire carolingien le successeur de l’Empire romain, ou du moins de la moitié occidentale.

Léon III, qui allait devenir le fondateur de la dynastie isaurienne, est en fait né en Germanikeia dans le nord de la Syrie vers 685 ; son origine supposée d’Isaurie provient d’une référence dans Théophane le Confesseur, qui pourrait être un ajout ultérieur. Après avoir été élevé au rang de spatharios par Justinien II, il a combattu les Arabes en Abasie, et a été nommé stratège des Anatoliens par Anastase II. Après la chute de ce dernier en 716, Léon s’est allié à Artabasdos, le général des Arméniens, et a été proclamé empereur alors que deux armées arabes faisaient campagne en Asie Mineure. Léon a évité une attaque de Maslamah grâce à d’habiles négociations, au cours desquelles il a promis de reconnaître la suzeraineté du calife. Cependant, le 25 mars 717, il entre à Constantinople et dépose Théodose.

Le règne de Léon III

Après avoir préservé l’empire de l’extinction par les Arabes, Léon a procédé à la consolidation de son administration, qui, dans les années d’anarchie précédentes, était devenue complètement désorganisée. En 718, il réprime une rébellion en Sicile et en 719, il fait de même au nom de l’empereur déchu Anastasios II.

Léon sécurisa les frontières de l’empire en invitant des colons slaves dans les districts dépeuplés et en rétablissant l’efficacité de l’armée ; lorsque le califat omeyyade renouvela ses invasions en 726 et 739, dans le cadre des campagnes de Hisham ibn Abd al-Malik, les forces arabes furent battues de manière décisive, notamment à Akroinon en 740. Ses efforts militaires ont été complétés par ses alliances avec les Khazars et les Géorgiens.

Léon entreprit une série de réformes civiles, notamment l’abolition du système de paiement anticipé des impôts, qui avait pesé lourdement sur les propriétaires les plus riches ; l’élévation des serfs en une classe de locataires libres ; et le remodelage du droit de la famille, du droit maritime et du droit pénal, notamment en substituant la mutilation à la peine de mort dans de nombreux cas. Les nouvelles mesures, qui ont été incorporées dans un nouveau code appelé Ecloga (Sélection), publié en 726, ont rencontré une certaine opposition de la part des nobles et du clergé supérieur. L’empereur a également entrepris une certaine réorganisation de la structure en thèmes en créant de nouveaux thèmes dans la région égéenne.

Numismatique empire byzantin
Pièce byzantine : Pièce en or, ou solidus, gravée des empereurs de la dynastie byzantine d’Isaurien, datant d’environ 780 de notre ère. À gauche : Léon IV avec son fils Constantin VI ; à droite : Léon III avec son fils Constantin V au revers.

Le siège de Constantinople

Le deuxième siège arabe de Constantinople en 717-718 a été une offensive terrestre et maritime combinée des Arabes musulmans du califat omeyyade contre la capitale de l’Empire byzantin, Constantinople. Cette campagne a marqué le point culminant de vingt ans d’attaques et d’occupation arabe progressive des frontières byzantines, alors que la force byzantine était sapée par des troubles internes prolongés. En 716, après des années de préparation, les Arabes, menés par Maslama ibn Abd al-Malik, envahissent l’Asie mineure byzantine. Les Arabes espéraient d’abord exploiter les troubles civils byzantins, et firent cause commune avec le général Léon III l’Isaurien, qui s’était soulevé contre l’empereur Théodose III. Cependant, Léon les a trompés et s’est assuré le trône byzantin.

Après avoir hiverné sur les côtes occidentales de l’Asie Mineure, l’armée arabe a pénétré en Thrace au début de l’été 717 et a construit des lignes de siège pour bloquer la ville, qui était protégée par les énormes murs de Théodose. La flotte arabe, qui accompagnait l’armée de terre et devait compléter le blocus de la ville par la mer, a été neutralisée peu après son arrivée par la marine byzantine grâce à l’utilisation du feu grec. Cela a permis de ravitailler Constantinople par mer, tandis que l’armée arabe était paralysée par la famine et la maladie pendant l’hiver exceptionnellement dur qui a suivi. Au printemps 718, deux flottes arabes envoyées en renfort furent détruites par les Byzantins après la défection de leurs équipages chrétiens, et une armée supplémentaire envoyée par voie terrestre à travers l’Asie Mineure fut prise en embuscade et vaincue. En plus des attaques des Bulgares sur leurs arrières, les Arabes ont été forcés de lever le siège le 15 août 718. Sur son chemin du retour, la flotte arabe a été presque entièrement détruite par les catastrophes naturelles et les attaques byzantines.

L’échec des Arabes était principalement d’ordre logistique, car ils opéraient trop loin de leurs bases syriennes, mais la supériorité de la marine byzantine grâce à l’utilisation du feu grec, la force des fortifications de Constantinople et l’habileté de Léon III en matière de tromperie et de négociations, ont également joué un rôle important.

L’échec du siège a eu des répercussions de grande envergure. Le sauvetage de Constantinople assure la survie de Byzance, tandis que les perspectives stratégiques du califat sont modifiées : bien que les attaques régulières sur les territoires byzantins se poursuivent, l’objectif de conquête pure et simple est abandonné. Les historiens considèrent le siège comme l’une des batailles les plus importantes de l’histoire, car son échec a retardé de plusieurs siècles l’avancée des musulmans en Europe du Sud-Est. La survie de la capitale byzantine a préservé l’empire comme un rempart contre l’expansion islamique en Europe jusqu’au XVème siècle, où il est tombé aux mains des Turcs ottomans. Avec la bataille de Tours en 732, la défense réussie de Constantinople a été considérée comme un facteur déterminant pour stopper l’expansion musulmane en Europe.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La dynastie isaurienne, fondée par Léon III, a été une période de stabilité relative, comparée à la guerre constante contre les Arabes qui a caractérisé la dynastie d’Héraclius précédente.
  • Cependant, les Bulgares, une tribu nomade, se sont soulevés en Europe et ont pris quelques terres byzantines.
  • La dynastie isaurienne est principalement associée à l’iconoclasme byzantin, une tentative de restaurer la faveur divine en purifiant la foi chrétienne de l’adoration excessive des icônes, qui a entraîné des troubles internes considérables.
  • Le second siège arabe de Constantinople en 717-718 fut une offensive infructueuse des Arabes musulmans du califat omeyyade contre la capitale de l’Empire byzantin, Constantinople.
  • L’issue du siège a eu une importance macrohistorique considérable ; la survie de la capitale byzantine a préservé l’empire comme un rempart contre l’expansion islamique en Europe jusqu’au XVème siècle, où il est tombé aux mains des Turcs ottomans.
  • À la fin de la dynastie isaurienne en 802 de notre ère, les Byzantins continuaient à combattre les Arabes et les Bulgares, et l’empire, qui s’étendait sur toute la Méditerranée, avait été réduit à la Thrace et à l’Asie mineure.

Termes clefs

  • Les Bulgares : Une tribu nomade apparentée aux Huns ; ils représentaient une menace pour l’Empire byzantin.
  • iconoclasme : destruction délibérée, au sein d’une culture, des
  • icônes religieuses et autres symboles ou monuments propres à cette culture, généralement pour des motifs religieux ou politiques. Il s’agit d’un élément fréquent des grands changements politiques ou religieux.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.