Catégories
Histoire de l'humanité

L’iconoclasme byzantin

L’iconoclasme byzantin a été l’interdiction du culte des images religieuses, un mouvement qui a déclenché des troubles internes.

L’iconoclasme, du grec « briser l’image », est la destruction délibérée au sein d’une culture des icônes religieuses et autres symboles ou monuments propres à cette culture. L’iconoclasme est généralement motivé par une interprétation des dix commandements qui déclare que la fabrication et le culte d’images, ou d’icônes, de personnages saints (tels que Jésus-Christ, la Vierge Marie et les saints) sont de l’idolâtrie et donc un blasphème.

La plupart des sources survivantes concernant l’iconoclasme byzantin ont été écrites par les vainqueurs, ou les iconodules (personnes qui adorent des images religieuses), il est donc difficile d’obtenir un compte rendu précis des événements. Cependant, l’iconoclasme byzantin fait référence à deux périodes de l’histoire de l’Empire byzantin où l’utilisation d’images ou d’icônes religieuses était opposée par les autorités religieuses et impériales. Le « premier iconoclasme », comme on l’appelle parfois, a duré entre 730 et 787 environ, pendant la dynastie isaurienne. Le « second iconoclasme » a duré entre 814 et 842 de notre ère. Le mouvement a été déclenché par les changements dans le culte orthodoxe qui ont eux-mêmes été générés par les grands bouleversements sociaux et politiques du VIIème siècle pour l’Empire byzantin.

Iconoclastie dans l'empire byzantin
Iconoclasme byzantin : représentation de la destruction d’une image religieuse sous l’iconoclasme byzantin, par le Psautier de Chludov, IXème siècle.

Causes de l’iconoclastie byzantine

Les explications traditionnelles de l’iconoclasme byzantin ont parfois mis l’accent sur l’importance des interdictions islamiques contre les images influençant la pensée byzantine. Selon Arnold J. Toynbee, par exemple, c’est le prestige des succès militaires islamiques aux VIIème et VIIIème siècles qui a motivé les chrétiens byzantins à adopter la position islamique de rejet et de destruction des images idolâtres. Le rôle des femmes et des moines dans le soutien à la vénération des images a également été affirmé. Des arguments sociaux et de classe ont été avancés, comme l’affirmation que l’iconoclasme a créé des divisions politiques et économiques dans la société byzantine, et qu’il était généralement soutenu par les peuples orientaux, plus pauvres et non grecs de l’empire qui devaient constamment faire face à des raids arabes. D’autre part, les Grecs de Constantinople, plus riches, ainsi que les peuples des Balkans et des provinces italiennes, s’opposaient fortement à l’iconoclasme. Au cours des dernières décennies en Grèce, l’iconoclasme est devenu un sujet de prédilection des historiens et des spécialistes des sciences sociales progressistes et marxistes, qui le considèrent comme une forme de lutte des classes médiévale et s’en sont inspirés.

Le premier iconoclasme : Léon III

Le septième siècle avait été une période de crise majeure pour l’Empire byzantin, et les croyants avaient commencé à s’appuyer davantage sur le soutien divin. L’utilisation d’images du saint s’est accrue dans le culte orthodoxe, et ces images ont été de plus en plus considérées comme des points d’accès au divin. Léon III interpréta ses nombreux échecs militaires comme un jugement de Dieu sur l’empire, et décida qu’ils étaient jugés pour leur culte des images religieuses.

L’empereur Léon III, le fondateur de la dynastie isaurienne, et les iconoclastes de l’église orientale, ont interdit les images religieuses vers 730 de notre ère, affirmant que leur culte était une hérésie ; cette interdiction s’est poursuivie sous ses successeurs. Il a accompagné cette interdiction d’une destruction généralisée des images religieuses et de la persécution des personnes qui les adoraient.

L’Église occidentale est restée fermement en faveur de l’utilisation des images tout au long de la période, et tout l’épisode a accentué la divergence croissante entre les traditions orientale et occidentale dans ce qui était encore une Église unifiée, tout en facilitant la réduction ou la suppression du contrôle politique byzantin sur certaines parties de l’Italie.

Léon mourut en 741 de notre ère, et son fils et héritier, Constantin V, poursuivit ses vues jusqu’à la fin de son propre règne en 775. En 754, Constantin convoque le premier concile œcuménique consacré à l’imagerie religieuse, le Concile de Hieria, auquel participent 340 évêques. Au nom de l’Église, le concile a adopté une position iconoclaste et a déclaré que le culte de l’image était un blasphème. Jean de Damas, un moine syrien vivant en dehors du territoire byzantin, est devenu un opposant majeur à l’iconoclasme par ses écrits théologiques.

Le bref retour du culte des icônes

Après la mort du fils de Constantin, Léon IV (qui régna de 775 à 780), sa femme, Irène, prit le pouvoir en tant que régente de son fils, Constantin VI (qui régna de 780 à 797). Après la mort de Léon IV, Irène convoque un autre concile œcuménique, le second concile de Nicée, en 787 de notre ère, qui annule les décrets du précédent concile iconoclaste et rétablit le culte de l’image, marquant ainsi la fin du premier iconoclasme. Il s’agissait peut-être d’une tentative d’apaiser les relations tendues entre Constantinople et Rome.

Le deuxième iconoclasme (814-842)

L’empereur Léon V l’Arménien institua une seconde période d’Iconoclasme en 814 de notre ère, probablement motivée, là encore, par des échecs militaires considérés comme des indicateurs du mécontentement divin. Les Byzantins avaient subi une série de défaites humiliantes aux mains du Khan Krum bulgare. Elle fut officialisée en 815 de notre ère lors d’une réunion du clergé à Sainte-Sophie. Mais quelques décennies plus tard, en 842, la régente Théodora a de nouveau rétabli le culte des icônes.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’empereur isaurien Léon III a interprété ses nombreux échecs militaires comme un jugement de Dieu sur l’empire, et a décidé qu’il était jugé pour le culte des images religieuses. Il a interdit les images religieuses vers 730 de notre ère, au début de l’iconoclasme byzantin.
  • Lors du Concile de Hieria en 754 de notre ère, l’Église a adopté une position iconoclaste et a déclaré que le culte des images était un blasphème.
  • Lors du deuxième concile de Nicée en 787, les décrets du précédent concile iconoclaste ont été annulés et le culte de l’image a été rétabli, marquant la fin du premier iconoclasme.
  • L’empereur Léon V institua une deuxième période d’iconoclasme en 814 de notre ère, peut-être motivée par des échecs militaires considérés comme des indicateurs du mécontentement divin, mais ce n’est que quelques décennies plus tard, en 842 de notre ère, que le culte des icônes fut à nouveau rétabli.

Termes clefs

  • iconoclasme : destruction délibérée, au sein d’une culture, des icônes religieuses et autres symboles ou monuments propres à cette culture.
  • Conseil de Hieria : Le premier concile de l’église qui s’est intéressé à l’imagerie religieuse. Au nom de l’église, le conseil a approuvé une position iconoclaste et a déclaré que le culte de l’image était un blasphème.
  • Deuxième concile de Nicée : Ce concile a annulé les décrets du Conseil de Hiérie et a rétabli le culte de l’image, marquant la fin du premier iconoclasme byzantin.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.