Catégories
Histoire de l'humanité

Le développement de la suprématie papale

Au cours du déclin et de la chute de l’Empire romain d’Occident, et tout au long du Moyen Âge, la fonction de pape a non seulement acquis la suprématie sur l’ensemble de l’Église chrétienne, mais a également développé un pouvoir politique rivalisant avec celui des souverains séculiers d’Europe.

Contexte

La suprématie papale est la doctrine de l’Église catholique romaine selon laquelle le pape, en raison de sa fonction de vicaire du Christ et de pasteur de l’ensemble de l’Église chrétienne, dispose d’un pouvoir total, suprême et universel sur l’ensemble de l’Église, pouvoir qu’il peut toujours exercer sans entrave. En bref, le pape jouit, par institution divine, d’un pouvoir suprême, total, immédiat et universel dans le soin des âmes.

La doctrine avait la plus grande importance dans la relation entre l’Église (pouvoir spirituel) et l’État (pouvoir temporel), dans des questions telles que les privilèges ecclésiastiques, les actions des monarques, et même les successions. La création du terme suprématie papale remonte au VIème siècle, au moment de la chute de l’Empire romain d’Occident, qui a marqué le début de l’accession des évêques de Rome non seulement à l’autorité religieuse, mais aussi au pouvoir de diriger en dernier ressort les royaumes de la communauté chrétienne (chrétienté), pouvoir qu’ils ont conservé depuis.

L’Église et l’Empire romain

Au début de l’ère chrétienne, Rome et quelques autres villes avaient des prétentions sur la domination de l’Église mondiale. Au cours du Ier siècle de l’Église (vers 30-130), la capitale romaine a été reconnue comme un centre chrétien d’une importance exceptionnelle. À la fin du IIème siècle de notre ère, les manifestations de l’autorité romaine sur les autres Églises se multiplient. En 189, l’affirmation de la primauté de l’Église de Rome peut être indiquée dans le livre d’Irénée Contre les hérésies :

Avec [l’Église de Rome], en raison de son origine supérieure, toutes les Églises doivent s’accorder… et c’est en elle que les fidèles ont partout maintenu la tradition apostolique.

En 195, le pape Victor Ier, dans ce qui est considéré comme un exercice de l’autorité romaine sur les autres Églises, excommunia les Quartodécimains pour avoir célébré Pâques le 14 nisan, date de la Pâque juive. La célébration de Pâques un dimanche, sur laquelle insiste le pape, est le système qui a prévalu.

Lorsque Constantin est devenu empereur de l’Empire romain d’Occident en 312, il a attribué sa victoire au Dieu chrétien. De nombreux soldats de son armée étaient chrétiens, et son armée était la base de son pouvoir (ceci explique en partie pourquoi Constantin se convertit au christianisme). Avec Licinius (empereur romain d’Orient), il publia l’édit de Milan, qui imposait la tolérance de toutes les religions dans l’empire. Les décisions prises au concile de Nicée (325) concernant la divinité du Christ ont conduit à un schisme ; la nouvelle religion, l’arianisme, a prospéré en dehors de l’Empire romain. En partie pour se distinguer des ariens, la dévotion catholique à Marie devient plus importante. Cela a conduit à d’autres schismes.

En 380, l’édit de Thessalonique déclara que le christianisme nicéen, par opposition à l’arianisme, était la religion d’État de l’empire, le nom de chrétiens catholiques étant réservé à ceux qui acceptaient cette foi. Alors que le pouvoir civil de l’Empire romain d’Orient contrôlait l’Église et que le patriarche œcuménique de Constantinople, la capitale, exerçait un grand pouvoir, dans l’Empire romain d’Occident, les évêques de Rome ont pu consolider l’influence et le pouvoir qu’ils possédaient déjà. Après la chute de l’Empire romain d’Occident, les tribus barbares se convertissent au christianisme arien ou au catholicisme ; Clovis, roi des Francs, est le premier souverain barbare notoire à se convertir au catholicisme plutôt qu’à l’arianisme, en s’alliant à la papauté. D’autres tribus, comme les Wisigoths, ont ensuite abandonné l’arianisme en faveur du catholicisme.

Le Moyen Âge

Après la chute de l’Empire romain d’Occident, le pape a servi de source d’autorité et de continuité. Le pape Grégoire Ier (vers 540-604) a administré l’église avec une réforme stricte. Grégoire était issu d’une ancienne famille de sénateurs et travaillait avec le jugement sévère et la discipline typiques de l’ancien régime romain. Sur le plan théologique, il représente le passage de la vision classique à la vision médiévale ; ses écrits populaires sont pleins de miracles dramatiques, de reliques puissantes, de démons, d’anges, de fantômes et de l’approche de la fin du monde.

La papauté byzantine est une période de domination byzantine de la papauté, de 537 à 752, au cours de laquelle les papes devaient obtenir l’approbation de l’empereur byzantin pour être consacrés. De nombreux papes étaient choisis parmi les apocrisiarii (liaisons entre le Pape et l’empereur) ou les habitants de la Grèce byzantine, de la Syrie byzantine ou de la Sicile byzantine. Justinien Ier a conquis la péninsule italienne lors de la guerre des Goths (535-554) et a nommé les trois papes suivants, une pratique qui sera poursuivie par ses successeurs et déléguée plus tard à l’Exarchat de Ravenne. À l’exception du pape Martin Ier, aucun pape de cette période n’a remis en cause l’autorité du monarque byzantin pour confirmer l’élection de l’évêque de Rome avant la consécration.

De la fin du VIème siècle à la fin du VIIIème siècle, la papauté s’est tournée vers l’Occident et a échappé à la subordination à l’autorité des empereurs byzantins de Constantinople. Cette phase a parfois été attribuée à tort au pape Grégoire Ier (qui a régné de 590 à 604 de notre ère), qui, comme ses prédécesseurs, représentait pour le peuple du monde romain une Église encore identifiée à l’Empire. Contrairement à certains de ces prédécesseurs, Grégoire a dû faire face à l’effondrement de l’autorité impériale en Italie du Nord. En tant que principal fonctionnaire de l’empire à Rome, il fut contraint de prendre en charge l’administration civile des villes et de négocier la protection de Rome elle-même avec les envahisseurs lombards qui la menaçaient. Une autre partie de cette phase se déroule au VIIIème siècle, après que la montée de l’Islam ait affaibli l’Empire byzantin et que les Lombards aient renouvelé leur pression en Italie. Les papes ont finalement cherché le soutien des souverains francs d’Occident et ont reçu du roi franc Pépin le Bref la première partie des territoires italiens connus plus tard comme les États pontificaux. Avec le couronnement par le pape Léon III de Charlemagne, premier des empereurs carolingiens, la papauté a également obtenu la protection de l’empereur ; cette action a établi le précédent selon lequel, en Europe occidentale, aucun homme ne serait empereur sans être couronné par un pape.

La deuxième phase de la suprématie papale

La deuxième grande phase du processus de montée en puissance de la suprématie papale s’étend du milieu du XIème siècle au milieu du XIIIème siècle. Elle se distingue tout d’abord par l’attaque audacieuse de Grégoire VII, après 1075, contre les pratiques traditionnelles selon lesquelles l’empereur contrôlait les nominations aux postes les plus élevés de l’Église. Cette attaque est à l’origine de la longue querelle civile et ecclésiastique en Allemagne et en Italie, connue sous le nom de Querelle des investitures. La question était de savoir qui, du Pape ou des monarques, avait l’autorité de nommer (investir) les responsables ecclésiastiques locaux tels que les évêques des villes et les abbés des monastères. Le conflit prend fin en 1122, lorsque l’empereur Henri V et le pape Calixte II conviennent du Concordat de Worms, qui établit une distinction entre les pouvoirs royal dit pouvoir temporel et religieux dit pouvoir spirituel et confère aux empereurs un rôle limité dans la sélection des évêques. Le résultat résulte en une victoire pour le Pape et son affirmation selon laquelle il est le principal représentant de Dieu dans le monde. Cependant, l’empereur conserve un pouvoir considérable sur l’Église.

La suprématie du Pape est également renforcée par le lancement des croisades par Urbain II en 1095. Dans le but de libérer la Terre Sainte de la domination musulmane, les énergies agressives de la noblesse européenne sont rassemblées sous la direction du Pape. Ces deux efforts, bien qu’ils n’aient finalement pas abouti, ont considérablement renforcé le prestige du pape aux XIIème et XIIIème siècles. Des papes aussi puissants qu’Alexandre III (règne de 1159-81), Innocent III (r. 1198-1216), Grégoire IX (r. 1227-41) et Innocent IV (r. 1243-54) ont exercé une primauté sur l’Église qui tentait de justifier une suprématie juridictionnelle sur les empereurs et les rois dans les affaires temporelles et spirituelles. Pendant tout le reste du Moyen Âge, les papes se disputent le pouvoir avec les monarques.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Au début de l’histoire du christianisme, Rome est devenue un centre de foi de plus en plus important, ce qui a donné à l’évêque de Rome (le Pape) plus de pouvoir sur l’ensemble de l’église, inaugurant ainsi l’ère de la suprématie papale.
  • Lorsque le catholicisme est devenu la religion officielle de l’Empire romain en 380, le pouvoir du pape a augmenté, même s’il était toujours subordonné à l’empereur.
  • Après la chute de l’Empire romain d’Occident, le Pape a servi de source d’autorité et de continuité ; toutefois, pendant plusieurs siècles, l’empereur romain d’Orient a conservé son autorité sur l’Église.
  • De la fin du VIème siècle à la fin du VIIIème siècle, la papauté s’est tournée vers l’Occident et a échappé à la subordination à l’autorité des empereurs byzantins de Constantinople.
  • Lorsque le pape Léon III couronna Charlemagne en tant qu’empereur romain en 800, il créa le précédent selon lequel, en Europe occidentale, aucun homme ne serait empereur sans être couronné par un pape.
  • À la suite d’un conflit connu sous le nom de la querelle des investitures, ainsi qu’à partir du lancement des croisades, la papauté a accru son pouvoir par rapport aux souverains séculiers d’Europe.
  • Tout au long du Moyen Âge, les papes se disputent le pouvoir avec les monarques.

Termes clefs

  • Papauté byzantine : Période de domination byzantine de la papauté, de 537 à 752, au cours de laquelle les papes devaient obtenir l’approbation de l’empereur byzantin pour obtenir la consécration épiscopale.
  • Arianisme : Secte chrétienne de l’Antiquité tardive qui affirme que Jésus-Christ est le Fils de Dieu qui a été créé par Dieu le Père à un moment donné, est distinct du Père et lui est donc subordonné.
  • La Querelle des investitures : Le conflit le plus important entre l’Église et l’État dans l’Europe médiévale, dans lequel une série de papes ont contesté l’autorité des monarchies européennes.
  • Suprématie papale : La doctrine de l’Église catholique romaine selon laquelle le pape, en raison de sa fonction de vicaire du Christ et de pasteur de toute l’Église chrétienne, a un pouvoir total, suprême et universel sur toute l’Église.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.