Catégories
Histoire de l'humanité

Les guerres byzantino-bulgares

L’Empire byzantin a eu une longue et tumultueuse relation avec l’Empire bulgare au nord.

L’Empire bulgare

Le Premier Empire bulgare était un État bulgare médiéval qui a existé en Europe du Sud-Est entre le VIIème et le XIème siècle. Il a été fondé vers 681, lorsque des tribus bulgares dirigées par Asparukh se sont installées dans le nord-est des Balkans. Elles y ont obtenu la reconnaissance par les Byzantins de leur droit à s’installer au sud du Danube, en vainquant – peut-être avec l’aide de tribus slaves du sud locales – l’armée byzantine dirigée par Constantin IV. Au plus fort de sa puissance, la Bulgarie s’étend du coude du Danube à la mer Noire, et du Dniepr à la mer Adriatique.

En consolidant sa position dans les Balkans, l’État est entré dans une interaction séculaire, tantôt amicale, tantôt hostile, avec l’Empire byzantin. La Bulgarie est devenue le principal antagoniste de l’Empire byzantin au nord, ce qui a entraîné plusieurs guerres. Les deux puissances ont également connu des périodes de paix et d’alliance, notamment lors du deuxième siège arabe de Constantinople, où l’armée bulgare a brisé le siège et détruit l’armée arabe, empêchant ainsi une invasion arabe de l’Europe du Sud-Est. Byzance a eu une forte influence culturelle sur la Bulgarie, qui a également conduit à l’adoption du christianisme en 864.

Après l’adoption du christianisme, la Bulgarie est devenue le centre culturel de l’Europe slave. Sa position de leader culturel a été consolidée avec l’invention des alphabets glagolitique et cyrillique précoce peu après dans la capitale Preslav, et la littérature produite en vieux bulgare a bientôt commencé à se répandre vers le nord. Le vieux bulgare est devenu la lingua franca d’une grande partie de l’Europe de l’Est et il a été connu sous le nom de slave de la vieille église. En 927, le patriarcat bulgare, totalement indépendant, est officiellement reconnu.

Les guerres byzantino-bulgares

Les guerres byzantino-bulgares sont une série de conflits entre les Byzantins et les Bulgares, qui ont commencé lorsque les Bulgares se sont installés dans la péninsule des Balkans au Vème siècle, et se sont intensifiés avec l’expansion de l’Empire bulgare au sud-ouest après 680. Les Byzantins et les Bulgares ont continué à s’affronter au cours du siècle suivant avec un succès variable, jusqu’à ce que les Bulgares, menés par Krum, infligent une série de défaites écrasantes aux Byzantins. Après la mort de Krum en 814, son fils, Omurtag, a négocié un traité de paix de trente ans. La lutte traditionnelle avec le siège de Rome se poursuivit pendant toute la période macédonienne, stimulée par la question de la suprématie religieuse sur l’État bulgare nouvellement christianisé. Après 80 ans de paix entre les deux États, le puissant tsar bulgare Siméon Ier envahit la Bulgarie en 894, mais il est repoussé par les Byzantins, qui utilisent leur flotte pour remonter la mer Noire et attaquer les arrières bulgares, avec le soutien des Hongrois. Les Byzantins ont cependant été vaincus à la bataille de Boulgarophygon en 896 et ont accepté de verser des subventions annuelles aux Bulgares.

En 971, Jean Ier Tzimiskes, l’empereur byzantin, subjugua une grande partie de l’Empire bulgare qui s’affaiblissait, en faisant face à des guerres avec les Russes, les Pechenègues, les Magyars et les Croates, et en battant Boris II et en capturant Preslav, la capitale bulgare. L’empereur byzantin Basile II a complètement conquis la Bulgarie en 1018, à la suite de la bataille de Kleidion en 1014. Il y a eu des rébellions contre le pouvoir byzantin de 1040 à 1041, et dans les années 1070 et 1080, mais elles ont échoué. En 1185, cependant, Théodore Peter et Ivan Assen ont déclenché une révolte, et l’Empire byzantin, affaibli et confronté à ses propres troubles dynastiques internes, n’a pas pu empêcher la révolte de réussir.

La rébellion n’a pas réussi à s’emparer immédiatement de la capitale historique de la Bulgarie, Preslav, mais a établi une nouvelle capitale à Tărnovo, vraisemblablement le centre de la révolte. En 1186, les rebelles subissent une défaite, mais Isaac II Angelos ne parvient pas à exploiter sa victoire et retourne à Constantinople. Avec l’aide de la population principalement Cuman au nord du Danube, Peter et Asen ont récupéré leurs positions et ont fait un raid en Thrace. Lorsqu’Isaac II Angelos pénétra à nouveau dans la Méssie en 1187, il ne réussit à capturer ni Tărnovo ni Loveč, et il signa un traité reconnaissant effectivement le second empire bulgare, mais aucune des deux parties n’avait l’intention de maintenir la paix.

Les combats se poursuivirent jusqu’en 1396, lorsque la Bulgarie tomba aux mains des Turcs ottomans, et jusqu’en 1453, lorsque Constantinople fut capturé. Comme les deux parties ont fait partie de l’Empire ottoman, ce fut la fin de la longue série de guerres byzantino-bulgares.

Guerres byzantino-bulgares
Bulgares combattant les Byzantins : Une peinture byzantine représentant des Bulgares massacrant des Byzantins, que l’on peut voir avec des halos sur la tête.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’Empire bulgare a été fondé au Vème siècle et a continué à s’étendre et à se heurter à l’Empire byzantin pendant des siècles.
  • Pendant une période de paix, en 864, l’Empire bulgare s’est converti au christianisme et a adopté de nombreuses pratiques culturelles byzantines.
  • Mettant fin à 80 ans de paix entre les deux États, le puissant tsar bulgare Siméon Ier envahit en 894, mais il est repoussé par les Byzantins.
  • En 971, Jean Ier Tzimiskes, l’empereur byzantin, subjugua une grande partie de l’Empire bulgare qui s’affaiblissait.
  • En 1185, cependant, les Bulgares Théodore Pierre et Ivan Assen déclenchèrent une révolte, et l’affaiblissement de l’Empire byzantin, confronté à ses propres troubles dynastiques internes, ne put empêcher le succès de la révolte.
  • En 1396, la Bulgarie tombe aux mains des Turcs ottomans, et en 1453, Constantinople est capturée. Comme tous deux ont fait partie de l’Empire ottoman, ce fut la fin de la longue série de guerres bulgares-byzantines.

Termes clefs

  • lingua franca : Une langue ou un dialecte systématiquement utilisé pour rendre possible la communication entre des personnes qui ne partagent pas une langue ou un dialecte maternel.
  • Bulgare : Groupe ethnique slave du Sud, originaire de Bulgarie et des régions voisines.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.