Catégories
Histoire de l'humanité

Les défaites militaires byzantines

En 1071, l’Empire byzantin subit deux défaites importantes, contre les Ottomans à la bataille de Manzikert, et contre les Normands à Bari.

Les Normands et la défaite à Bari

Plusieurs guerres entre les Normands et l’Empire byzantin ont eu lieu de 1040 à 1185, date à laquelle la dernière invasion normande du territoire byzantin a été défaite. À la fin du conflit, ni les Normands ni les Byzantins ne pouvaient se vanter d’avoir beaucoup de pouvoir. Une défaite byzantine en 1071 s’est avérée décisive pour la désintégration et l’effondrement de l’empire.

Les Normands venaient du duché de Normandie en Francie occidentale, qui avait été concédé en 911 au Viking Rollon dans le traité de Saint-Clair-sur-Epte par le roi français Charles III le Simple. Les Normands et leur nouvelle terre ont pris le nom de ces « hommes du Nord ». Pendant la période où les Normands avaient conquis le sud de l’Italie et où l’Empire byzantin était en état de délabrement interne, l’administration de l’empire avait été anéantie et les institutions gouvernementales efficaces qui avaient fourni à Basile II un quart de million de soldats et des ressources adéquates par le biais de l’impôt s’étaient effondrées en l’espace de trois décennies. Les tentatives d’Isaac Ier Komnenos et de Romanos IV Diogène pour renverser la situation se révélèrent infructueuses. La mort prématurée du premier et le renversement du second ont entraîné un nouvel effondrement alors que les Normands consolidaient leur conquête de la Sicile et de l’Italie.

Reggio de Calabre, la capitale du tagma de Calabre, fut capturée par Robert Guiscard en 1060. À l’époque, les Byzantins tenaient quelques villes côtières des Pouilles, dont la capitale du catéchisme d’Italie, Bari. Otrante fut assiégée et tomba en octobre 1068 ; la même année, les Normands assiégèrent Bari elle-même, et, après avoir vaincu les Byzantins dans une série de batailles dans les Pouilles, et après que toute tentative de secours ait échoué, la ville se rendit en avril 1071, mettant fin à la présence byzantine en Italie du Sud.

L’aventurier normand Robert Guiscard s’est allié au pape pour chasser les Byzantins restants du sud de l’Italie et les remplacer par un royaume normand catholique romain. Guiscard a connu un succès incroyable, et il a tourné son regard vers la conquête de l’ensemble de l’Empire byzantin. Il traversa la Grèce, pilla la campagne et vainquit l’armée byzantine à la bataille de Dyrrhachium en 1081. Il est mort avant d’avoir pu achever ses conquêtes, mais l’Italie du Sud ne sera plus jamais dirigée par l’Empire byzantin.

Les Ottomans et la défaite à Manzikert

Plus dangereux encore que les Normands, un nouvel ennemi de la steppe, les Ottomans , est venu s’y ajouter. Ces anciens nomades pastoraux se sont convertis à l’Islam et ont inauguré une nouvelle phase de conquêtes islamiques. Alors que les Normands pillent l’Italie, les Ottomans envahissent l’Asie Mineure. L’empereur Romanos Diogène déplace l’armée byzantine à leur rencontre. Lors de la bataille de Manzikert en 1071, l’armée byzantine est totalement anéantie par les Ottomans. Ce fut peut-être le plus grand désastre militaire de l’histoire byzantine. Avec cette défaite, l’Anatolie est tombée entre les mains des Ottomans. L’Anatolie avait été le cœur de l’Empire byzantin, la patrie de la plupart de ses soldats et de ses agriculteurs. Cette défaite à Manzikert signifiait que le système de thèmes, qui avait effectivement fourni son armée à Byzance, était détruit. L’Empire byzantin était désormais vulnérable à la conquête.
Dans cette miniature française du XVème siècle représentant la bataille de Manzikert, les combattants sont vêtus d’une armure contemporaine d’Europe occidentale.

bataille de Manzikert
Bataille de Manzikert : Dans cette miniature française du XVème siècle représentant la bataille de Manzikert, les combattants sont vêtus d’une armure contemporaine d’Europe occidentale.

Les soldats professionnels des tagmata de l’Est et de l’Ouest ont porté le poids de la bataille, car un grand nombre de mercenaires et de prélèvements anatoliens ont fui tôt et ont survécu à la bataille. Les retombées de Manzikert ont été désastreuses pour les Byzantins, entraînant des conflits civils et une crise économique qui ont gravement affaibli la capacité de l’Empire byzantin à défendre ses frontières de manière adéquate. Cela a conduit à un déplacement massif des Ottomans vers l’Anatolie centrale – en 1080, une zone de 78 000 kilomètres carrés avait été gagnée par les Ottomans seldjoukides. Il a fallu trois décennies de conflits internes avant qu’Alexius Ier (1081-1118) ne rétablisse la stabilité à Byzance. En 1071, les Seldjoukides ont écrasé une armée impériale à la bataille de Manzikert (en Asie mineure orientale), et bien que les historiens ne considèrent plus cela comme un renversement totalement cataclysmique pour les Grecs, ce fut tout de même un revers cinglant. C’était la première fois dans l’histoire qu’un empereur byzantin était prisonnier d’un commandant musulman.

Des années et des décennies plus tard, Manzikert est considéré comme un désastre pour l’empire ; les sources ultérieures exagèrent donc grandement le nombre de troupes et le nombre de victimes. Les historiens byzantins se sont souvent penchés sur le passé et ont déploré le « désastre » de ce jour, le désignant comme le moment où le déclin de l’empire a commencé. Ce n’était pas un désastre immédiat, mais la défaite a montré aux Seldjoukides que les Byzantins n’étaient pas invincibles – ils n’étaient pas l’Empire romain millénaire et invaincu (comme les Byzantins et les Seldjoukides l’appelaient encore). L’usurpation d’Andronikos Doukas a également déstabilisé politiquement l’empire, et il a été difficile d’organiser la résistance aux migrations turques qui ont suivi la bataille.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Un certain nombre de guerres entre les Normands et l’Empire byzantin ont eu lieu entre 1040 et 1185 environ.
  • En 1071, les Byzantins ont été vaincus par les Normands lors de leur conquête de l’Italie, chassant ainsi les Byzantins du sud de l’Italie.
  • Plus dangereux encore que les Normands, un nouvel ennemi venu de la steppe : les Ottomans.
  • La bataille de Manzikert a été livrée entre l’Empire byzantin et les Ottomans seldjoukides le 26 août 1071 et s’est avérée une défaite décisive de l’armée byzantine.
  • Cette défaite et la capture de l’empereur Romanos IV Diogène ont joué un rôle important dans l’affaiblissement de l’autorité byzantine en Anatolie et en Arménie, le cœur de l’Empire byzantin.

Termes clefs

  • Bataille de Manzikert : Une bataille majeure entre les Byzantins et les Ottomans qui s’est terminée par une défaite byzantine et a inauguré le déclin de l’Empire byzantin.
  • Les Normands : Les individus qui, aux Xème et XIème siècles, ont donné leur nom à la Normandie, une région de France. Ils descendaient de pilleurs et de pirates scandinaves du Danemark, d’Islande et de Norvège qui, sous la direction de leur chef Rollon, ont accepté de jurer fidélité au roi Charles III de Francie occidentale.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.