Catégories
Histoire de l'humanité

La chute de Constantinople en 1453

L’Empire byzantin restauré se convertit au catholicisme pour obtenir l’aide de l’Occident contre les Turcs ottomans, mais ceux-ci les vainquent en conquérant Constantinople, provoquant ainsi l’effondrement final des Byzantins.

La naissance de l’Empire ottoman

L’Empire byzantin restauré était entouré d’ennemis. L’Empire bulgare, qui s’était rebellé contre les Byzantins des siècles plus tôt, l’égalait désormais en force. Un nouvel empire est apparu dans les Balkans occidentaux, l’empire serbe, qui a conquis de nombreuses terres byzantines. Plus dangereux encore pour les Byzantins, les Ottomans s’emparent à nouveau des terres byzantines, et l’Asie mineure est envahie. Le système des thèmes étant révolu, les empereurs ont dû s’en remettre à des mercenaires étrangers pour approvisionner les troupes, mais ces soldats à gages n’étaient pas toujours fiables. L’Anatolie s’est progressivement transformée d’une terre chrétienne byzantine en une terre islamique dominée par les Ottomans.

Pendant longtemps, les Ottomans d’Anatolie ont été divisés en une mosaïque de petits États islamiques. Cependant, un souverain, Osman Ier, a bâti un puissant royaume qui a rapidement absorbé tous les autres et a formé l’Empire ottoman.

Au siècle suivant la mort d’Osman Ier, la domination ottomane a commencé à s’étendre sur la Méditerranée orientale et les Balkans. Le fils d’Osman, Orhan, s’empara de la ville de Bursa en 1324 et en fit la nouvelle capitale de l’État ottoman. La chute de Bursa signifia la perte du contrôle byzantin sur le nord-ouest de l’Anatolie. L’importante ville de Thessalonique a été prise aux Vénitiens en 1387. La victoire ottomane au Kosovo en 1389 a effectivement marqué la fin du pouvoir serbe dans la région, ouvrant la voie à l’expansion ottomane en Europe. La bataille de Nicopolis en 1396, largement considérée comme la dernière grande croisade du Moyen-Âge, n’a pas réussi à arrêter l’avancée des Ottomans victorieux. Avec l’extension de la domination turque dans les Balkans, la conquête stratégique de Constantinople est devenue un objectif crucial.

L’empire contrôlait presque toutes les anciennes terres byzantines entourant la ville, mais les Byzantins furent temporairement soulagés lorsque Timur envahit l’Anatolie lors de la bataille d’Ankara en 1402. Il a fait prisonnier le sultan Bayezid Ier. La capture de Bayezid I semé le trouble dans le jeune empire. L’État tomba dans une guerre civile qui dura de 1402 à 1413, les fils de Bayezid se battant pour la succession. Elle s’est terminée lorsque Mehmed Ier est devenu sultan et a rétabli le pouvoir ottoman.

Lorsque le petit-fils de Mehmed Ier, Mehmed II (également connu sous le nom de Mehmed le Conquérant) monta sur le trône en 1451, il se consacra au renforcement de la marine ottomane et prépara la prise de Constantinople.

Byzance cherche de l’aide à l’Ouest

Contre tous ces ennemis, les Byzantins ne pouvaient que regarder vers l’ouest en quête d’aide. Le pape, cependant, continuait à souligner que l’aide ne viendrait que si les Byzantins adoptaient le catholicisme de l’église latine. Alors que les empereurs byzantins étaient prêts à le faire pour sauver leur empire, la population détestait les catholiques pour le sac de Constantinople, et les tentatives de réconciliation avec l’Église catholique n’ont donc conduit qu’à des émeutes. D’autres désaccords théologiques exacerbent l’amertume entre les orthodoxes et les catholiques.

Alors que la guerre civile et les conflits religieux occupaient les Byzantins, les Ottomans se sont lentement refermés sur l’empire. Ils traversent l’Europe et annexent la plupart des terres autour de Constantinople. En 1400, l’empire byzantin n’était guère plus que la ville-État de Constantinople. Il était clair que la seule façon pour eux de recevoir une aide européenne pour repousser les Ottomans était de se réconcilier avec l’Église catholique.

Cela n’était pas acceptable pour la plupart des Byzantins. Un dicton populaire de l’époque était « Mieux vaut le turban turc que la tiare papale ». En d’autres termes, les Byzantins orthodoxes considéraient qu’il valait mieux être dirigé par les Turcs musulmans que d’aller à l’encontre de leurs croyances religieuses et de céder à l’Église catholique. Mais les empereurs ont réalisé que Byzance allait bientôt tomber sans l’aide de l’Occident.

En 1439, l’empereur Jean VIII Paléologue et les plus importants évêques byzantins ont conclu un accord avec l’Église catholique lors du Concile de Florence, dans lequel ils acceptaient le christianisme catholique. Cependant, lorsque les évêques sont retournés dans l’Empire byzantin, ils se sont retrouvés attaqués par leurs congrégations. Leur accord pour rejoindre l’Église catholique était extrêmement impopulaire.
La carte montre qu’en 1450, la Méditerranée orientale était divisée entre l’Empire ottoman, l’Émirat karamanide, le Royaume de Chypre, le Sultanat égyptien des Maluk, les territoires vénitiens, les territoires génois, le Duché de Naxos, les Chevaliers de Saint-Jean et l’Empire byzantin.

Carte de l'Empire Ottoman avant la chute de Constantinople
L’essor de l’Empire ottoman : Les frontières des empires byzantin et ottoman en Méditerranée orientale juste avant la chute de Constantinople en 1453.

La chute de Constantinople

À ce stade, Constantinople était sous-peuplée et délabrée. La population de la ville s’était tellement effondrée qu’elle n’était plus qu’un groupe de villages séparés par des champs. Le 2 avril 1453, l’armée ottomane, dirigée par le sultan Mehmed II, âgé de 21 ans, assiège la ville avec 80 000 hommes. Malgré une défense désespérée de la ville par les forces chrétiennes, massivement surpassées en nombre (7 000 hommes, dont 2 000 envoyés par Rome), Constantinople tombe finalement aux mains des Ottomans après un siège de deux mois le 29 mai 1453. Le dernier empereur byzantin, Constantin XI Paléologue, a été vu pour la dernière fois en train de larguer ses insignes impériaux et de se jeter dans un combat au corps à corps après la prise des murs de la ville.

Le troisième jour de la conquête, Mehmed II a ordonné l’arrêt de tous les pillages et a renvoyé ses troupes à l’extérieur des murs de la ville. L’historien byzantin Georges Sphrantzès, témoin oculaire de la chute de Constantinople, a décrit les actions du sultan :

Le troisième jour après la chute de notre ville, le sultan a célébré sa victoire par un grand et joyeux triomphe. Il a publié une proclamation : les citoyens de tous âges qui avaient réussi à échapper à la détection devaient quitter leurs cachettes dans toute la ville et sortir à l’air libre, car ils devaient rester libres et aucune question ne serait posée. Il déclara en outre la restauration des maisons et des biens à ceux qui avaient abandonné notre ville avant le siège, s’ils revenaient chez eux, ils seraient traités selon leur rang et leur religion, comme si rien n’avait changé.

La prise de Constantinople (et de deux autres territoires byzantins éclatés peu après) a marqué la fin de l’Empire romain, un état impérial qui avait duré près de 1 500 ans. La conquête de Constantinople par les Ottomans a également porté un coup sévère à la chrétienté, puisque les armées ottomanes islamiques ont ensuite pu avancer sans entrave en Europe sans avoir d’adversaire à leurs trousses. Après la conquête, le sultan Mehmed II a transféré la capitale de l’Empire ottoman d’Édirne à Constantinople. Constantinople fut transformée en une ville islamique : Sainte-Sophie devint une mosquée et la ville prit finalement le nom d’Istanbul.

La conquête de la ville de Constantinople, et la fin de l’empire byzantin, est un événement clé de la fin du Moyen Âge, qui marque aussi, pour certains historiens, la fin de la période historique du Moyen Âge.

Grande muraille d'Europe, murs de Constantinople
Les Murs de Constantinople : Parfois appelés « la grande muraille de l’Europe », les murs de Constantinople sont restés solides pendant des siècles. Pourtant, en 1453, ils sont tombés aux mains des Ottomans.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’Empire byzantin restauré était entouré d’ennemis. L’Empire bulgare et l’Empire serbe ont conquis de nombreuses terres byzantines, et les Ottomans ont complètement envahi l’Asie mineure.
  • L’Anatolie se transforme progressivement d’une terre chrétienne byzantine en une terre islamique dominée par les Ottomans. Elle deviendra finalement l’Empire ottoman.
  • L’Occident n’apporterait son aide à l’Orient contre les Ottomans que si celui-ci se convertissait du christianisme orthodoxe au christianisme catholique. Cela a déclenché des émeutes parmi la population orthodoxe orientale, qui détestait les catholiques occidentaux pour le sac de Constantinople.
  • Pendant ce temps, les Ottomans ont vaincu la plus grande partie de l’empire, à l’exception de Constantinople.
  • L’Est finit par capituler et accepter le catholicisme, mais il est trop tard. Le 29 mai 1453, Constantinople tomba aux mains des Ottomans et l’empire byzantin prit fin. Constantinople se transforme en la ville islamique d’Istanbul.

Termes clefs

  • Empire ottoman : Un grand empire qui a commencé comme un sultanat turc centré sur la Turquie moderne ; fondé à la fin du XIIIème siècle, il a duré jusqu’à la fin de la première guerre mondiale. Cet empire a également vaincu Constantinople et l’Empire byzantin en 1453.
  • Mehmed II : Sultan ottoman qui, à l’âge de 21 ans, a conquis Constantinople et mis fin à l’Empire romain d’Orient.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.