Catégories
Histoire de l'humanité

L’Empire byzantin tardif

Michel VIII reprend Constantinople et restaure l’empire byzantin, donnant naissance à la dernière dynastie de l’empire et à une brève période d’épanouissement culturel.

Contexte

Après la quatrième croisade, l’empire byzantin s’est scindé en plusieurs États grecs successeurs de Nicée, d’Épire et de Trébizonde, le reste étant occupé par une multitude de possessions franques et latines, nominalement soumises aux empereurs latins à Constantinople. En outre, la désintégration de l’empire byzantin a permis aux Bulgares, aux Serbes et aux différents émirats ottomans d’Anatolie de faire des gains. Bien que l’Épire ait été au départ le plus puissant des trois États grecs, ce sont les Nicéens qui ont réussi à reprendre la ville de Constantinople à l’Empire latin

L’empire de Nicée a réussi à tenir tête à ses adversaires latins et seldjoukides. Lors de la bataille de la vallée des méandres, une force turque a été repoussée et un assaut antérieur sur Nicée a entraîné la mort du sultan seldjoukide. À l’ouest, les Latins ne parviennent pas à s’étendre en Anatolie ; la consolidation de la Thrace contre la Bulgarie est un défi qui occupe les Latins pendant toute la durée de l’Empire latin.

En 1261, l’Empire de Nicée est dirigé par Jean IV Laskaris, un garçon de dix ans. Cependant, Jean IV est éclipsé par son co-empereur, Michel VIII Paléologue. Paléologue était un noble de haut rang militaire et la figure principale de la régence de Jean IV, qui avait utilisé ce rôle pour se propulser au trône, et préparer le terrain pour qu’il devienne l’unique empereur de l’Empire byzantin restauré.

Restauration de l’Empire byzantin

En 1259 de notre ère, Michel VIII est monté sur le trône de l’Empire de Nicée. Il fonda la dynastie des Paléologue, la plus longue et la dernière dynastie de souverains byzantins. En 1261, les forces de Michel VIII parviennent à s’emparer de Constantinople alors que les chevaliers latins sont partis combattre ailleurs. Ils trouvèrent la ville comme une coquille vide, peu peuplée et en grande partie ruinée. Malgré tout, Michel VIII revint dans la ville et y fut proclamé empereur, marquant ainsi la restauration de l’Empire byzantin.

Pièce en or byzantine
Pièce byzantine : Pièce byzantine en or, appelée hyperpyron (qui a remplacé le solidus précédent), représentant le premier empereur de la dynastie paléolithique byzantine, Michel VIII.

Afin de protéger son empire contre de nouvelles attaques des chevaliers occidentaux, il a tenté de mettre fin au schisme entre les églises catholique et orthodoxe. Cela a indigné nombre de ses citoyens, qui ont blâmé les catholiques pour le sac de Constantinople. Un changement décisif a eu lieu : parmi les citoyens de l’Empire byzantin restauré, les « Latins » d’Europe occidentale étaient plus détestés que les musulmans eux-mêmes.

L’empire ravagé par la guerre était mal équipé pour faire face aux ennemis qui l’entouraient désormais. Afin de maintenir ses campagnes contre les Latins, Michel retira des troupes d’Asie Mineure et préleva des taxes écrasantes sur la paysannerie, ce qui provoqua beaucoup de ressentiment. Des projets de construction massifs furent réalisés à Constantinople pour réparer les dégâts de la quatrième croisade, mais aucune de ces initiatives ne fut d’un quelconque réconfort pour les paysans d’Asie Mineure, qui souffraient des raids de ghazis fanatiques.

En conséquence, l’Anatolie, qui avait constitué le cœur même de l’empire en déclin, fut systématiquement perdue pour de nombreux ghazis ottomans, dont les raids se transformèrent en expéditions conquérantes inspirées par le zèle islamique. Avec une source de nourriture et de main-d’œuvre en diminution, les Paléologue ont été contraints de se battre sur plusieurs fronts, la plupart étant des États chrétiens : le second empire bulgare, l’empire serbe, les restes de l’empire latin, et même les Chevaliers Hospitaliers.

La perte de terres à l’est au profit des Ottomans, et à l’ouest au profit des Bulgares, a été complétée par deux guerres civiles désastreuses, la peste noire et le tremblement de terre de 1354 à Gallipoli, dont la destruction et l’évacuation ont permis aux Ottomans de l’occuper. En 1380, l’Empire byzantin se compose de la capitale Constantinople et de quelques autres exclaves isolées, qui ne reconnaissent que nominalement l’empereur comme leur seigneur. Néanmoins, la diplomatie byzantine, associée à l’exploitation habile des divisions internes et des menaces extérieures de leurs ennemis, et surtout à l’invasion de l’Anatolie par Timur, a permis à Byzance de survivre jusqu’en 1453.

La Renaissance intellectuelle sous les Paléologue

Au cours de la dynastie des Paléologue, l’empire a connu une renaissance courte mais dynamique, connue sous le nom de Renaissance paléolithique. Alors que les empereurs paléologue tentaient de restaurer la gloire de Constantinople, ils ont parrainé l’art et encouragé la philosophie. Les artistes et les philosophes se sont tournés vers le passé classique et ont redécouvert de nombreux savoirs anciens. Bien que la Renaissance paléolithique soit arrivée trop tard pour sauver la civilisation byzantine en difficulté, elle sera un catalyseur majeur de la Renaissance italienne, d’autant plus que les artistes et les savants byzantins se sont rendus en Italie pour chercher un abri contre les nouvelles menaces qui assiégeaient l’empire.

Vers le XIVème siècle, alors que l’empire entre dans une phase de crise terminale, ces réalisations sont de moins en moins appréciées. Tout n’est pas perdu pour ces savants apparemment rejetés – beaucoup en Italie, qui s’étaient ouverts à Byzance par les expansions maritimes de Gênes et de Venise, en sont venus à apprécier leurs réalisations, ce qui a facilité la Renaissance. Ainsi, ces savants se sont retrouvés dans des institutions italiennes, exprimant leur culture gréco-romaine contre rémunération. L’immigration en Italie a été rendue moins attrayante par l’idée d’abandonner la foi orthodoxe pour pratiquer le catholicisme. Néanmoins, un nombre important et croissant de Grecs ont commencé à se rendre en Italie, d’abord temporairement, dans des colonies italiennes telles que la Crète ou Chypre avant de retourner à Byzance, puis, lorsque l’Empire a commencé à échouer horriblement, de façon plus permanente. La chute de Constantinople a été marquée par l’arrivée en Europe, via l’Italie, d’un grand nombre de réfugiés grecs fuyant la domination turque, accélérant ainsi la Renaissance.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Après le sac de Constantinople par l’Occident et la destruction de l’Empire byzantin, Michel VIII de l’Empire de Nicée, un état plus petit, revendique le trône et fonde la dynastie des Paléologue, la plus longue et la dernière dynastie de dirigeants byzantins.
  • En 1261 de notre ère, les forces de Michel reprennent Constantinople, bien qu’elle ne soit plus qu’une coquille de son ancien moi, marquant ainsi la restauration de l’Empire byzantin.
    Michel a tenté de mettre fin au schisme entre les églises catholique et orthodoxe, mais cela a indigné nombre de ses citoyens, qui détestaient désormais les Latins d’Europe occidentale plus que les musulmans, en raison de leur mise à sac de Constantinople.
  • Pendant la dynastie des Paléologue, l’empire a cependant connu la courte mais vibrante Renaissance intellectuelle, au cours de laquelle l’apprentissage, l’art et la philosophie ont fleuri.

Termes clefs

  • L’Empire de Nicée: Le plus grand des trois États successeurs de la Grèce byzantine fondés par l’aristocratie de l’Empire byzantin qui a fui après l’occupation de Constantinople par les forces d’Europe occidentale et de Venise pendant la quatrième croisade.
  • Renaissance intellectuelle : La période courte mais dynamique où les empereurs ont tenté de sauver Constantinople de la destruction et ont encouragé l’art, la philosophie et l’éducation.
  • La tentative de restauration de ce fondement culturel s’est produite pendant la dynastie de l’Empire byzantin la plus ancienne de l’histoire byzantine. La migration des érudits byzantins à la fin de cette période a contribué à déclencher la Renaissance en Italie.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.