Catégories
Histoire de l'humanité

La postérité de l’Empire byzantin

L’Empire byzantin a laissé un héritage durable en matière de religion, d’architecture, d’art, de littérature et de droit.

Byzance a souvent été identifiée à l’absolutisme, à la spiritualité orthodoxe, à l’orientalisme et à l’exotisme, tandis que les termes « byzantin » et « byzantinisme » ont été utilisés comme métaphores de la décadence, de la bureaucratie complexe et de la répression. Les auteurs d’Europe orientale et occidentale ont souvent perçu Byzance comme un ensemble d’idées religieuses, politiques et philosophiques contraires à celles de l’Occident. Même dans la Grèce du XIXème siècle, l’accent était principalement mis sur le passé classique, tandis que la tradition byzantine était associée à des connotations négatives.

Cette approche traditionnelle de Byzance a été partiellement ou totalement contestée et révisée par les études modernes, qui se concentrent sur les aspects positifs de la culture et de l’héritage byzantins. L’historien Averil Cameron, par exemple, considère que la contribution byzantine à la formation de l’Europe médiévale est indéniable, et tant Cameron qu’Obolensky reconnaissent le rôle majeur de Byzance dans le façonnage de l’orthodoxie. Les Byzantins ont également préservé et copié des manuscrits classiques, et ils sont donc considérés comme des transmetteurs du savoir classique, comme des contributeurs importants à la civilisation européenne moderne, et comme des précurseurs de l’humanisme de la Renaissance et de la culture orthodoxe slave.

Après la chute de Constantinople en 1453, le sultan Mehmed II a pris le titre de « Kaysar-i Rûm » (l’équivalent ottoman de César de Rome), car il était déterminé à faire de l’Empire ottoman l’héritier de l’Empire romain d’Orient.

Protection de l’Europe

L’Empire byzantin avait maintenu en vie la culture grecque et romaine pendant près de mille ans après la chute de l’Empire romain en Occident. Il avait préservé cet héritage culturel jusqu’à ce qu’il soit repris en Occident pendant la Renaissance. L’Empire byzantin avait également servi de tampon entre l’Europe occidentale et les armées conquérantes de l’Islam. Ainsi, à bien des égards, l’Empire byzantin avait isolé l’Europe et lui avait donné le temps nécessaire pour se remettre de sa période médiévale chaotique.

Constantinople à l'époque byzantine
Constantinople à l’époque byzantine : Une photo restructurée par un artiste de ce à quoi ressemblait la ville de Constantinople à l’époque byzantine.

Religion

L’orthodoxie occupe désormais une place centrale dans l’histoire et les sociétés de la Grèce, de la Bulgarie, de la Russie, de la Serbie et d’autres pays. Après la conquête de Constantinople en 1453, les Ottomans se sont considérés comme les « héritiers » de Byzance et ont préservé d’importants aspects de sa tradition, ce qui a facilité un « renouveau orthodoxe » pendant la période post-communiste des États d’Europe de l’Est. L’Église orthodoxe orientale actuelle est la deuxième plus grande église chrétienne du monde.

La religion orthodoxe dans le monde
L’orthodoxie orientale des temps modernes : Répartition des chrétiens orthodoxes orientaux dans le monde par pays. La carte montre que plus de 75 % de la population de Serbie, Roumanie, Moldavie, Chypre et Géorgie sont des chrétiens orthodoxes orientaux ; entre 50 et 75 % de la population du Monténégro, Russie, Grèce, Macédoine, Bulgarie et Ukraine sont des chrétiens orthodoxes orientaux ; entre 20 et 50 % de la Bosnie-Herzégovine, du Belarus et du Kazakhstan sont des chrétiens orthodoxes orientaux ; entre 5 et 20 % de la population de l’Alaska (États-Unis), de l’Albanie, de la Lettonie, de l’Estonie, du Liban et du Kirghizstan sont des chrétiens orthodoxes orientaux, entre 1 et 5 % du Canada, de l’Espagne, de la France, de la Suisse, de l’Italie, de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Slovénie, de la Croatie, de la Suède, du Kosovo, de la Lituanie, de la Finlande, de la Jordanie, de la Syrie, de l’Azerbaïdjan, du Turkménistan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et de l’Australie sont des chrétiens orthodoxes orientaux ; et une très petite partie de la population des États-Unis, de la Pologne, de la République tchèque, de la Slovaquie, de l’Égypte et de la Turquie sont des chrétiens orthodoxes orientaux.

Diplomatie et droit

Après la chute de Rome, le principal défi pour l’empire était de maintenir un ensemble de relations entre lui et ses voisins. Lorsque ces nations ont entrepris de mettre en place des institutions politiques officielles, elles se sont souvent inspirées de Constantinople. La diplomatie byzantine est rapidement parvenue à faire entrer ses voisins dans un réseau de relations internationales et interétatiques. Ce réseau tournait autour de la conclusion de traités, et comprenait l’accueil du nouveau dirigeant dans la famille des rois, ainsi que l’assimilation des attitudes, des valeurs et des institutions sociales byzantines. La préservation de l’ancienne civilisation en Europe est due à la compétence et à l’ingéniosité de la diplomatie byzantine, qui reste l’une des contributions durables de Byzance à l’histoire de l’Europe.

Dans le domaine du droit, les réformes du code juridique de Justinien I en sont venues à servir de base non seulement au droit byzantin, mais aussi au droit de nombreux pays européens, et continuent à ce jour à exercer une influence majeure sur le droit international public. L’Ecloga de Léon III a influencé la formation des institutions juridiques dans le monde slave. Au Xème siècle, Léon VI le Sage a réalisé la codification complète de l’ensemble du droit byzantin en grec, qui est devenu le fondement de tout le droit byzantin ultérieur, qui suscite encore aujourd’hui l’intérêt.

Art et littérature

Les influences de l’architecture byzantine, en particulier dans les édifices religieux, se retrouvent dans diverses régions, de l’Égypte et l’Arabie à la Russie et la Roumanie.

Pendant la Renaissance byzantine de la dynastie macédonienne, l’art et la littérature ont prospéré, et les artistes ont adopté un style naturaliste et des techniques complexes de l’art grec et romain ancien, en les mélangeant à des thèmes chrétiens. La peinture byzantine de cette période aura une forte influence sur les peintres ultérieurs de la Renaissance italienne.

Les vagues de migration des érudits et des émigrés byzantins dans la période qui a suivi le sac de Constantinople et la chute de Constantinople en 1453 sont considérées par de nombreux érudits comme la clé de la renaissance des études grecques et romaines qui a conduit au développement de la Renaissance dans l’humanisme et la science. Ces émigrés étaient des grammairiens, des humanistes, des poètes, des écrivains, des imprimeurs, des conférenciers, des musiciens, des astronomes, des architectes, des universitaires, des artistes, des scribes, des philosophes, des scientifiques, des politiciens et des théologiens. Ils ont apporté à l’Europe occidentale la connaissance bien plus grande, préservée et accumulée, de leur propre civilisation (grecque).

La Suda, encyclopédie byzantine
Encyclopédie byzantine : Une page d’une édition du XVIème siècle de la vaste encyclopédie byzantine, la Suda.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’Empire byzantin a laissé un héritage durable dans de nombreuses cultures ultérieures.
  • L’Empire byzantin a isolé l’Europe de ses ennemis et lui a donné le temps nécessaire pour se remettre de la période médiévale chaotique.
  • Le rôle de Byzance dans la formation de l’orthodoxie a également eu une influence considérable ; l’Église orthodoxe orientale actuelle est la deuxième plus grande église chrétienne du monde.
  • L’architecture byzantine, en particulier dans les édifices religieux, se retrouve dans diverses régions, de l’Égypte et de l’Arabie à la Russie et à la Roumanie.
  • La peinture byzantine de cette période aura une forte influence sur les peintres ultérieurs de la Renaissance italienne.

Termes clefs

  • lingua franca : Une langue commune utilisée par des personnes d’origines diverses pour communiquer entre elles ; souvent une forme de discours de base avec une grammaire simplifiée.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.