Catégories
Histoire de l'humanité

La périodisation en Histoire

La périodisation historique est un processus consistant à classer le passé en blocs de temps quantifiés et nommés afin de faciliter l’étude et l’analyse de l’histoire. Il s’agit d’une partition arbitraire et ancrée dans des perspectives régionales particulières, mais qui sert à organiser et à systématiser la connaissance historique.

La périodisation

La périodisation est le processus qui consiste à classer le passé en blocs de temps discrets, quantifiés et nommés afin de faciliter l’étude et l’analyse de l’histoire. Il en résulte des abstractions descriptives qui fournissent des termes pratiques pour des périodes de temps présentant des caractéristiques relativement stables.
Dans la mesure où l’histoire est continue et ne peut être généralisée, tous les systèmes de périodisation sont arbitraires. De plus, la détermination précise du début et de la fin d’une période est également une question de décisions arbitraires. En fin de compte, les étiquettes de périodisation reflètent des perspectives culturelles et géographiques très particulières, ainsi que des sous-domaines ou thèmes spécifiques de l’histoire (par exemple, l’histoire militaire, l’histoire sociale, l’histoire politique, l’histoire intellectuelle, l’histoire culturelle, etc.).
Par conséquent, non seulement les blocs de périodisation se chevauchent inévitablement, mais ils semblent aussi souvent entrer en conflit ou se contredire les uns les autres. Certains ont un usage culturel (l’âge d’or), d’autres font référence à des événements historiques importants (l’entre-deux-guerres : 1918-1939), d’autres encore sont définis par des systèmes de numération décimale (les années 1960, le 17ème siècle). D’autres périodes sont nommées d’après des personnes influentes dont l’impact peut ou non avoir dépassé certaines régions géographiques (l’ère victorienne, l’ère édouardienne, l’ère napoléonienne).

Les périodes historiques occidentales

La division générale commune entre la préhistoire (avant l’histoire écrite), l’Antiquité, le Moyen Âge, les Temps Modernes et l’histoire contemporaine (l’histoire dans la mémoire vivante) est une division occidentale des plus grands blocs de temps convenus par les historiens occidentaux et représentant le point de vue occidental. Par exemple, l’histoire de l’Asie ou de l’Afrique ne peut être classée avec précision à la suite de ces périodes.

Cependant, même au sein de cette division largement acceptée, la perspective de développements et d’expériences nationales spécifiques divise souvent les historiens occidentaux, car certaines étiquettes de périodisation ne seront applicables qu’à des régions particulières. Cela est particulièrement vrai pour les étiquettes dérivées d’individus ou de dynasties régnantes ou dirigeantes, comme la période mérovingienne en France. ou l’ère jacksonienne aux États-Unis. Les termes culturels peuvent également avoir une portée limitée, même si elle est plus large. Par exemple, le concept de la période romantique est largement vide de sens en dehors de l’Europe et des cultures d’influence européenne; même à l’intérieur de ces zones, différentes régions européennes peuvent marquer différemment le début et la fin du romantisme. De même, les années 1960, bien que techniquement applicables à n’importe quel endroit du monde selon la numérotation de l’époque commune, ont un certain ensemble de connotations culturelles spécifiques dans certains pays, notamment la révolution sexuelle, la contre-culture ou la rébellion des jeunes. Cependant, celles-ci n’ont jamais vu le jour dans certaines régions (par exemple, en Espagne sous le régime autoritaire de Francisco Franco). Certains historiens ont également noté que les années 1960, en tant que période historique descriptive, ont en fait commencé à la fin des années 1950 et se sont terminées au début des années 1970, parce que les conditions culturelles et économiques qui définissent le sens de la période ont dominé plus longtemps que la décennie actuelle des années 1960.
image

Bien que l’histoire mondiale (également appelée histoire globale ou histoire transnationale) soit apparue comme un domaine académique distinct d’étude historique dans les années 1980 afin d’examiner l’histoire dans une perspective globale plutôt que dans une perspective d’investigation uniquement nationale, elle est toujours aux prises avec une périodisation intrinsèquement occidentale. Les divisions communes utilisées lors de la conception de cours d’histoire du monde complets de niveau universitaire (et donc également utilisées dans les manuels d’histoire qui sont généralement divisés en volumes couvrant les époques pré-moderne et moderne) sont encore le résultat de certains développements historiques présentés du point de vue du monde occidental et d’expériences nationales particulières. Cependant, même la division entre les époques pré-moderne et moderne est problématique car elle est compliquée par la question de savoir comment les enseignants d’histoire, les auteurs de manuels et les éditeurs décident de classer ce que l’on appelle le début de l’ère moderne, qui est traditionnellement une période entre la Renaissance et la fin du siècle des Lumières. En fin de compte, le fait que le début de l’ère moderne soit inclus dans la première ou la deuxième partie d’un cours d’histoire du monde fréquemment proposé dans les universités américaines est une décision subjective des professeurs d’histoire. Par conséquent, les mêmes questions et les mêmes choix s’appliquent aux manuels d’histoire écrits et publiés pour le public américain.

Les historiens du monde utilisent une approche thématique pour identifier les modèles communs qui émergent dans toutes les cultures, avec deux points principaux : l’intégration (comment les processus de l’histoire du monde ont rassemblé les peuples du monde) et la différence (comment les modèles de l’histoire du monde révèlent la diversité des expériences humaines). La périodisation de l’histoire du monde, aussi imparfaite et biaisée soit-elle, sert à organiser et à systématiser les connaissances.
Sans elle, l’histoire ne serait rien d’autre que des événements épars sans un cadre conçu pour nous aider à comprendre le passé.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.