Catégories
Histoire de l'humanité

Les dates et les calendriers en Histoire

 

Alors que divers calendriers ont été développés et utilisés à travers les millénaires, les cultures et les régions géographiques, la recherche historique occidentale a unifié les normes de détermination des dates en se basant sur le calendrier grégorien dominant.

Calendriers et écriture de l’histoire

Les méthodes de chronologie peuvent être reconstituées pour la période préhistorique à partir au moins de la période néolithique. Les unités naturelles de chronométrage utilisées par la plupart des sociétés historiques sont le jour, l’année solaire et la lune. Les premiers calendriers enregistrés remontent à l’âge du bronze et comprennent les calendriers égyptien et sumérien. Un plus grand nombre de systèmes de calendriers du Proche-Orient antique sont devenus accessibles à l’âge du fer et étaient basés sur le calendrier babylonien. L’un d’entre eux était le calendrier de l’Empire perse, qui a donné naissance au calendrier zoroastrien, ainsi qu’au calendrier hébreu.

Un grand nombre de calendriers helléniques ont été développés dans la Grèce classique et ont influencé des calendriers en dehors de la sphère immédiate d’influence grecque. Ils ont donné naissance aux différents calendriers hindous, ainsi qu’à l’ancien calendrier romain, qui contenait les très anciens vestiges d’une année solaire de dix mois pré-étrusque. Le calendrier romain a été réformé par Jules César en 45 av. Le calendrier julien ne dépendait plus de l’observation de la nouvelle lune, mais suivait simplement un algorithme consistant à introduire un jour intercalaire tous les quatre ans. Cela a créé une dissociation du mois calendaire et de la lune. Le calendrier grégorien a été introduit en 1582 comme un perfectionnement du calendrier julien et est aujourd’hui utilisé dans le monde entier comme calendrier de facto à des fins laïques.

Malgré la diversité des calendriers utilisés à travers les millénaires, les cultures et les régions géographiques, les études historiques occidentales ont unifié les normes de détermination des dates sur la base du calendrier grégorien dominant. Quelle que soit la période historique ou la zone géographique sur laquelle les historiens occidentaux enquêtent et écrivent, ils ajustent les dates du système de chronométrage original au calendrier grégorien. Parfois, certains historiens décident d’utiliser les deux dates : les dates enregistrées sous le calendrier original utilisé, et la date ajustée au calendrier grégorien, facilement reconnaissable pour l’étudiant occidental en histoire.

Le calendrier julien

L’ancienne année romaine comptait 304 jours divisés en dix mois, à partir de mars. Cependant, l’historien de l’Antiquité, Livy, a attribué au deuxième roi de l’Antiquité romaine, Numa Pompiliuss, le mérite d’avoir conçu un calendrier de douze mois. Les mois supplémentaires, Ianuarius et Februarius, avaient été inventés, soi-disant par Numa Pompilius, en tant que bouche-trou. Jules César s’est rendu compte que le système était devenu inopérant, il a donc procédé à des changements drastiques l’année de son troisième consulat. La nouvelle année de 709 AUC (ab urbe condita– année de la fondation de la ville de Rome) commençait le premier janvier et s’étendait sur 365 jours jusqu’au 31 décembre. D’autres ajustements ont été effectués sous Auguste, qui a introduit le concept d’année bissextile en 737 AUC (4 CE). Le calendrier julien qui en résulte est resté d’usage quasi universel en Europe jusqu’en 1582. Marcus Terentius Varro a introduit l’époque Ab urbe condita, en supposant une fondation de Rome en 753 av. J.-C.
Le système est resté en usage au début de la période médiévale jusqu’à l’adoption généralisée de l’ère dionysiaque à l’époque carolingienne. La semaine de sept jours a une tradition qui remonte au Proche-Orient antique, mais l’introduction de la semaine planétaire, qui reste d’usage moderne, date de la période de l’Empire romain.

Le calendrier grégorien

Le calendrier grégorien, également appelé calendrier occidental et calendrier chrétien, est aujourd’hui le calendrier civil le plus utilisé au niveau international. Il doit son nom au pape Grégoire XIII, qui l’a introduit en octobre 1582. Ce calendrier était un raffinement du calendrier julien, représentant une correction de 0,002% de la longueur de l’année. La motivation de la réforme était de stopper la dérive du calendrier par rapport aux équinoxes et aux solstices – en particulier l’équinoxe de printemps, qui fixait la date des célébrations de Pâques. Le passage au calendrier grégorien allait rétablir la fête à la période de l’année où elle était célébrée lorsqu’elle avait été introduite par l’Église primitive. La réforme a été adoptée dans un premier temps par les pays catholiques d’Europe. Les pays protestants et orthodoxes orientaux ont continué à utiliser le calendrier julien traditionnel, et ont finalement adopté la réforme grégorienne pour des raisons de commodité dans le commerce international. Le dernier pays européen à adopter la réforme a été la Grèce en 1923.

Les calendriers hors d’Europe

Si le calendrier grégorien européen a fini par dominer le monde et l’historiographie, un certain nombre d’autres calendriers ont façonné des systèmes de chronométrage qui sont encore influents dans certaines régions du monde.
Le calendrier islamique détermine la première année de l’an 622 de notre ère, au cours de laquelle l’émigration de Mahomet de La Mecque à Médine, connue sous le nom de l’hégire, a eu lieu. Il est utilisé pour dater les événements dans de nombreux pays musulmans (en même temps que le calendrier grégorien), et est utilisé par les musulmans partout dans le monde pour déterminer les jours appropriés pour observer et célébrer les pratiques religieuses islamiques (par exemple, le jeûne), les fêtes et les festivals.

Divers calendriers hindous se sont développés au cours de la période médiévale, avec l’astronomie de l’ère Gupta comme base commune. Parmi les calendriers hindous régionaux les plus importants, citons le calendrier népalais, le calendrier assamais, le calendrier bengali, le calendrier malayalam, le calendrier tamoul, le Vikrama Samvat (utilisé dans le nord de l’Inde) et le calendrier Shalivahana. Le point commun de tous les calendriers hindous régionaux est que les noms des douze mois sont les mêmes (car les noms sont basés en sanskrit), bien que l’orthographe et la prononciation en soient venues à varier légèrement d’une région à l’autre au fil des millénaires. Le mois qui commence l’année varie également d’une région à l’autre. Le calendrier bouddhiste et les calendriers lunisolaires traditionnels du Cambodge, du Laos, du Myanmar, du Sri Lanka et de la Thaïlande sont également basés sur une version plus ancienne du calendrier hindou.

De tous les anciens systèmes de calendrier, le système maya et les autres systèmes méso-américains sont les plus complexes. Le calendrier maya avait deux années, la Ronde Sacrée de 260 jours, ou tzolkin, et l’Année Vague de 365 jours, ou haab.
L’essentiel du calendrier maya est basé sur un système qui était d’usage courant dans toute la région, remontant au moins au cinquième siècle avant Jésus-Christ. Il partage de nombreux aspects avec les calendriers utilisés par d’autres civilisations méso-américaines antérieures, telles que les Zapotèques et les Olmèques, et avec des calendriers contemporains ou plus récents, tels que les calendriers mixtèques et aztèques. Le calendrier maya est toujours utilisé dans de nombreuses communautés modernes des hauts plateaux guatémaltèques, de Veracruz, d’Oaxaca et du Chiapas, au Mexique.

AD et BC: Anno Domini et before Christ

Les termes anno Domini (AD) et before Christ (BC) sont utilisés pour désigner ou numéroter les années dans les calendriers julien et grégorien. Le terme anno Domini est issu du latin médiéval, qui signifie dans l’année du Seigneur, mais est souvent traduit comme dans l’année de notre Seigneur. Il est parfois plus complet et s’appelle anno Domini nostri Iesu (ou Jesu Christi (« en l’année de Notre Seigneur Jésus-Christ »). Denys le Petit a introduit le système AD en 525 AD, en comptant les années depuis la naissance du Christ. Cette époque du calendrier est basée sur l’année traditionnellement reconnue de la conception ou de la naissance de Jésus de Nazareth, AD comptant les années après le début de cette époque et BC désignant les années avant le début de l’ère. Il n’y a pas d’année zéro dans ce schéma, de sorte que l’année AD 1 suit immédiatement l’année AD 1. Ce système de datation a été conçu en 525, mais n’a été largement utilisé qu’après 800.

Une époque du calendrier qui est souvent utilisée comme alternative pour nommer l’anno Domini est l’ère commune ou l’ère actuelle, en abrégé CE pour common era. Le système utilise BCE comme abréviation pour before common era « avant l’ère commune (ou actuelle) ». La désignation CE/BCE utilise les mêmes valeurs numériques que le système AD/BC, de sorte que les deux notations (CE/BCE et AD/BC) sont numériquement équivalentes. L’expression « Common Era » se trouve dès 1708 en anglais et remonte à l’usage latin parmi les chrétiens européens jusqu’en 1615, sous le nom de vulgaris aerae, et jusqu’en 1635 en anglais sous le nom de Vulgar Era.
Depuis la fin du XXème siècle, l’usage de CE et de BCE a été popularisé dans les publications universitaires et scientifiques en anglais et dans le monde des jeux vidéos, et plus généralement par les auteurs et les éditeurs souhaitant mettre l’accent sur la laïcité ou la sensibilité aux non-chrétiens, car le système ne fait pas explicitement usage des titres religieux pour Jésus, tels que « Christ » et Dominus (« Seigneur »), qui sont utilisés dans la notation BC/AD, et ne donne pas non plus une expression implicite au credo chrétien selon lequel Jésus est le Christ. Si les deux systèmes constituent donc une norme acceptée, le système CE/BCE est plus neutre et intègre une perspective non chrétienne.

Dans le monde francophone, l’usage est de noter avant ou après Jésus-Christ, ou tout simplement « – » pour avant, et aucun marqueur spécifique si non nécessaire pour tout ce qui se passe après.
Les abréviations sont: av. J.-C. et ap. J.-C.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les premiers calendriers enregistrés datent de l’âge du Bronze, y compris les calendriers égyptien et sumérien. Un plus grand nombre de systèmes de calendriers du Proche-Orient antique sont devenus accessibles à l’âge du fer et étaient basés sur le calendrier babylonien. Un grand nombre de calendriers helléniques se sont également développés dans la Grèce classique et ont influencé les calendriers en dehors de la sphère immédiate d’influence grecque, donnant naissance aux différents calendriers hindous, ainsi qu’au calendrier romain antique.
  • En dépit des divers calendriers utilisés à travers les millénaires, les cultures et les régions géographiques, les études historiques occidentales ont unifié les normes de détermination des dates en se basant sur le calendrier grégorien dominant.
    Jules César a apporté des changements drastiques au système de chronométrage existant. En 709, le Nouvel An commençait le premier janvier et s’étendait sur 365 jours jusqu’au 31 décembre.
  • D’autres ajustements ont été effectués sous Auguste, qui a introduit le concept d’année bissextile en 737 AUC (4 CE). Le calendrier julien qui en a résulté est resté d’usage quasi universel en Europe jusqu’en 1582.
  • Le calendrier grégorien, également appelé calendrier occidental et calendrier chrétien, est aujourd’hui le calendrier civil le plus utilisé au niveau international. Il doit son nom au pape Grégoire XIII, qui l’a introduit en octobre 1582. Ce calendrier était un raffinement du calendrier julien, représentant une correction de 0,002% de la longueur de l’année.
    Si le calendrier grégorien européen a fini par dominer le monde et l’historiographie, un certain nombre d’autres calendriers ont façonné
    des systèmes de chronométrage qui ont encore une influence dans certaines régions du monde. Il s’agit notamment du calendrier islamique, de divers calendriers hindous et du calendrier maya.
  • L’ère du calendrier, souvent utilisée comme nom alternatif du système anno Domini /avant le Christ, accepté depuis longtemps, est l’ère commune ou l’ère actuelle, en abrégé CE. Alors que les deux systèmes sont une norme acceptée, le système de l’ère commune est plus neutre et inclut une perspective non chrétienne dans le monde anglosaxon.

Termes clefs

  • Calendrier islamique : (également calendrier musulman ou calendrier hijri) : Calendrier lunaire composé de 12 mois dans une année de 354 ou 355 jours. Il est utilisé pour dater les événements dans de nombreux pays musulmans (en même temps que le calendrier grégorien), et est utilisé par les musulmans partout dans le monde pour déterminer les jours appropriés pour observer le jeûne annuel, pour assister au Hadj et pour célébrer d’autres fêtes et festivals islamiques. La première année correspond à l’an 622 de notre ère, au cours duquel s’est produite l’émigration de Mahomet de La Mecque à Médine, connue sous le nom de hégire.
  • anno Domini : terme latin médiéval, qui signifie l’année du Seigneur, mais qui est souvent traduit par l’année de notre Seigneur. Dionysius Exiguus, de Scythia Minor, a introduit le système basé sur ce concept en 525, en comptant les années depuis la naissance du Christ.
  • Calendrier maya : Système de calendriers utilisé en Méso-Amérique précolombienne, et dans de nombreuses communautés modernes des hauts plateaux guatémaltèques, de Veracruz, d’Oaxaca et du Chiapas, au Mexique. L’essentiel est basé sur un système qui était d’usage courant dans toute la région, remontant au moins au cinquième siècle avant Jésus-Christ. Il partage de nombreux aspects avec les calendriers utilisés par d’autres civilisations méso-américaines antérieures, comme les Zapotèques et les Olmèques, et avec les calendriers contemporains ou plus récents, comme les calendriers mixtèques et aztèques.
  • Calendrier julien : Calendrier introduit par Jules César en 46 av. J.-C. (708 AUC), qui était une réforme du calendrier romain. Il est entré en vigueur en 45 avant J.-C. (709 AUC), peu après la conquête romaine de l’Égypte. C’était le calendrier prédominant dans le monde romain, dans la plus grande partie de l’Europe et dans les colonies européennes en Amérique et ailleurs, jusqu’à ce qu’il soit affiné et progressivement remplacé par le calendrier grégorien, promulgué en 1582 par le pape Grégoire XIII.
  • Calendrier grégorien : (également le calendrier occidental et le calendrier chrétien) : Calendrier qui est aujourd’hui le calendrier civil le plus utilisé au niveau international. Il doit son nom au pape Grégoire XIII, qui l’a introduit en octobre 1582. Ce calendrier est un perfectionnement du calendrier julien, qui correspond à une correction de 0,002% de la longueur de l’année.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.