Catégories
Histoire de l'humanité

Quelles sont les sources en Histoire ?

Si certaines sources primaires sont considérées comme plus fiables ou plus dignes de confiance que d’autres, pratiquement aucune preuve historique ne peut être considérée comme pleinement objective, car elle est toujours le produit d’individus, d’époques et d’idées dominantes particuliers.

Les sources primaires

Dans l’étude de l’histoire en tant que discipline universitaire, une source primaire (également appelée source ou preuve originale) est un artefact, un document, un journal intime, un manuscrit, une autobiographie, un enregistrement ou toute autre source d’information qui a été créée à l’époque étudiée. Elle sert de source d’information originale sur le sujet. On distingue les sources primaires des sources secondaires, qui citent, commentent ou s’appuient sur des sources primaires. Dans certains cas, une source secondaire peut également être une source primaire, selon la manière dont elle est utilisée. Par exemple, un mémoire serait considéré comme une source primaire dans une recherche concernant son auteur ou ses amis qui y sont caractérisés, mais le même mémoire serait une source secondaire s’il était utilisé pour examiner la culture dans laquelle son auteur vivait. Les termes « primaire » et « secondaire » doivent être compris comme des termes relatifs, les sources étant classées en fonction de contextes historiques spécifiques et de ce qui est étudié.

Utilisation des sources primaires : Méthode historique

L’histoire en tant que discipline académique est basée sur des sources primaires, telles qu’évaluées par la communauté des chercheurs pour qui les sources primaires sont absolument fondamentales pour reconstruire le passé. Idéalement, un historien utilisera autant de sources primaires qui ont été créées par les personnes concernées à l’époque étudiée qu’il est possible d’en consulter. Dans la pratique, cependant, certaines sources ont été détruites, tandis que d’autres ne sont pas disponibles pour la recherche. Dans certains cas, les seuls rapports de témoins oculaires d’un événement peuvent être des mémoires, des autobiographies ou des interviews orales prises des années plus tard. Parfois, les seules preuves relatives à un événement ou à une personne dans un passé lointain ont été écrites ou copiées des décennies ou des siècles plus tard. Les manuscrits qui sont des sources de textes classiques peuvent être des copies ou des fragments de documents. C’est un problème courant dans les études classiques, où parfois seul un résumé d’un livre ou d’une lettre, mais pas le livre ou la lettre proprement dit, a survécu. Alors que certaines sources sont considérées comme plus fiables ou plus dignes de confiance que d’autres (par exemple, un document gouvernemental original contenant des informations sur un événement par opposition à l’enregistrement d’un témoin se souvenant du même événement des années plus tard), les historiens soulignent que pratiquement aucune preuve historique ne peut être considérée comme pleinement objective car elle est toujours le produit d’individus, d’époques et d’idées dominantes particuliers. C’est également la raison pour laquelle les chercheurs s’efforcent de trouver le plus grand nombre possible d’enregistrements d’un événement faisant l’objet d’une enquête, et tentent de résoudre les preuves qui peuvent présenter des récits contradictoires des mêmes événements.
image

Fresque retrouvée à Pompei
Cette peinture murale (connue sous le nom de Portrait de Paquius Proculo et actuellement conservée au Musée archéologique national de Naples) a été trouvée dans la ville romaine de Pompéi et constitue un exemple complexe de source primaire.

La fresque ne dirait pas grand-chose aux historiens sans les preuves textuelles et archéologiques correspondantes qui aident à établir qui était le couple représenté. L’homme porte une toge, la marque d’un citoyen romain, et tient un rotulus, ce qui suggère qu’il est impliqué dans des affaires publiques et/ou culturelles. La femme tient un stylet et une tablette de cire, soulignant qu’elle est instruite et lettrée. On soupçonne, sur la base des caractéristiques physiques du couple, qu’ils sont samnites, ce qui peut expliquer le désir de montrer le statut qu’ils ont atteint dans la société romaine.

La méthode historique comprend les techniques et les directives selon lesquelles les historiens utilisent les sources primaires et d’autres preuves (y compris les preuves archéologiques) pour rechercher et écrire des récits historiques du passé. Les historiens continuent à débattre des aspects et des pratiques d’investigation des sources primaires à prendre en compte, et de ce qui constitue une source primaire lors de l’élaboration de la méthode historique la plus efficace. La question de la nature, et même de la possibilité, d’une méthode historique solide est si centrale qu’elle a été continuellement soulevée dans la philosophie de l’histoire comme une question d’épistémologie.

Trouver des sources primaires

Les sources primaires peuvent rester en mains privées ou se trouver dans des archives, des bibliothèques, des musées, des sociétés historiques et des collections spéciales. Elles peuvent être publiques ou privées. Certaines sont affiliées à des universités et des collèges, tandis que d’autres sont des entités gouvernementales. Les documents relatifs à un domaine donné peuvent être répartis entre un grand nombre d’institutions différentes. Celles-ci peuvent être éloignées de la source originale du document. Par exemple, la bibliothèque de Huntington en Californie abrite un grand nombre de documents provenant du Royaume-Uni. Bien que le développement de la technologie ait entraîné une augmentation du nombre de sources numérisées, la plupart des documents de source primaire ne sont pas numérisés et ne peuvent être représentés en ligne qu’avec une notice ou un instrument de recherche.

Traditionnellement, les historiens tentent de répondre aux questions historiques par l’étude de documents écrits et de récits oraux. Ils utilisent également des sources telles que des monuments, des inscriptions et des images. En général, les sources de connaissances historiques peuvent être classées en trois catégories : ce qui est écrit, ce qui est dit et ce qui est conservé physiquement. Les historiens consultent souvent ces trois catégories. Cependant, l’écriture est le marqueur qui sépare l’histoire de ce qui précède

L’archéologie est une discipline qui est particulièrement utile aux historiens. En traitant des sites et des objets enfouis, elle contribue à la reconstruction du passé. Cependant, l’archéologie est constituée d’un ensemble de méthodologies et d’approches indépendantes de l’histoire. En d’autres termes, l’archéologie ne « comble pas les lacunes » des sources textuelles mais confronte souvent ses conclusions à celles des sources textuelles contemporaines.

L’archéologie fournit également un exemple illustratif de la manière dont les historiens peuvent être aidés lorsque des documents écrits font défaut. Mettre au jour des artefacts et travailler avec des archéologues pour les interpréter en se basant sur l’expertise d’une époque historique et d’une zone culturelle ou géographique particulière est une manière efficace de reconstruire le passé. Si des documents écrits manquent, les historiens tentent souvent de recueillir des récits oraux d’événements particuliers, de préférence par des témoins oculaires, mais parfois, en raison du passage du temps, ils sont obligés de travailler avec les générations suivantes. Ainsi, la question de la fiabilité de l’histoire orale a été largement débattue.

Lorsqu’ils traitent de nombreux documents gouvernementaux, les historiens doivent généralement attendre un certain temps avant que les documents ne soient déclassifiés et mis à la disposition des chercheurs. Pour des raisons politiques, de nombreux documents sensibles peuvent être détruits, retirés des collections ou cachés, ce qui peut également inciter les chercheurs à s’appuyer sur les histoires orales. L’absence de traces d’événements, ou de processus qui, selon les historiens, se sont déroulés sur la base de preuves très fragmentaires, oblige les historiens à rechercher des informations dans des documents qui ne sont peut-être pas des sources d’information probables. En tant qu’archives
la recherche est toujours longue et exigeante en main-d’œuvre, cette approche présente le risque de ne jamais produire les résultats escomptés, malgré le temps et les efforts investis pour trouver des ressources informatives et fiables. Dans certains cas, les historiens sont obligés de spéculer (il faut le noter explicitement) ou simplement d’admettre que nous ne disposons pas d’informations suffisantes pour reconstruire des événements ou des processus passés particuliers.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Dans l’étude de l’histoire en tant que discipline universitaire, une source primaire est un artefact, un document, un journal intime, un manuscrit, une autobiographie, un enregistrement ou toute autre source d’information qui a été créée à l’époque étudiée.
  • L’histoire en tant que discipline académique est basée sur les sources primaires, telles qu’évaluées par la communauté des chercheurs pour qui les sources primaires sont absolument fondamentales pour reconstruire le passé. Idéalement, un historien utilisera autant de sources primaires qui ont été créées à l’époque étudiée qu’il est possible d’y accéder. Dans la pratique, cependant, certaines sources ont été détruites, tandis que d’autres ne sont pas disponibles pour la recherche.
  • Si certaines sources sont considérées comme plus fiables ou plus dignes de confiance que d’autres, les historiens soulignent que pratiquement aucune preuve historique ne peut être considérée comme pleinement objective, car elle est toujours le produit de personnes, d’époques et d’idées dominantes particulières.
  • La méthode historique comprend les techniques et les directives selon lesquelles les historiens utilisent les sources primaires et d’autres preuves (y compris les preuves archéologiques) pour rechercher et écrire des récits historiques du passé.
  • Les sources primaires peuvent rester en mains privées ou se trouver dans des archives, des bibliothèques, des musées, des sociétés historiques et des collections spéciales. Traditionnellement, les historiens tentent de répondre aux questions historiques par l’étude de documents écrits et de récits oraux. Ils utilisent également des sources telles que des monuments, des inscriptions et des images. En général, les sources de connaissances historiques peuvent être classées en trois catégories : ce qui est écrit, ce qui est dit et ce qui est conservé physiquement. Les historiens consultent souvent ces trois catégories.
  • Les historiens utilisent diverses stratégies pour reconstruire le passé lorsqu’ils sont confrontés à un manque de sources, notamment en collaborant avec des experts d’autres disciplines universitaires, en particulier l’archéologie.

Termes clefs

  • source secondaire : Un document ou un enregistrement qui relate ou discute des informations trouvées à l’origine dans une source primaire. Il contraste avec une source primaire, qui est une source originale de l’information discutée ; une source primaire peut être une personne ayant une connaissance directe d’une situation, ou un document créé par une telle personne. Une source secondaire implique la généralisation, l’analyse, la synthèse, l’interprétation ou l’évaluation de l’information originale.
  • source primaire : Dans l’étude de l’histoire en tant que discipline universitaire, un artefact, un document, un journal, un manuscrit, une autobiographie, un enregistrement ou toute autre source d’information créée à l’époque de l’étude. Elle sert de source d’information originale sur le sujet.
  • méthode historique : Une méthode scientifique qui comprend les techniques et les directives selon lesquelles les historiens utilisent les sources primaires et d’autres preuves (y compris les preuves archéologiques) pour rechercher et écrire des récits historiques du passé.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.