Catégories
Histoire de l'humanité

Expansion de l’empire Maurya

Après avoir gagné la guerre séleucide-mauryenne, l’empire Maurya s’est étendu au sous-continent indien du sud sous le règne d’Ashoka le Grand.

La guerre séleucide-mauryenne

En 305 avant J.-C., l’empereur Chandragupta Maurya a mené une série de campagnes pour reprendre les satrapies laissées par Alexandre le Grand lors de son retour vers l’ouest. Séleucus Ier s’est battu pour défendre ces territoires, mais les deux parties ont fait la paix en 303 avant J.-C.

Séleucus, l’un des généraux d’Alexandre, reçut Babylone et, de là, étendit ses dominions pour inclure une grande partie des territoires d’Alexandre situés près de l’est. Séleucus s’établit à Babylone en 312 av. J.-C., l’année utilisée comme date de fondation de l’empire séleucide. Il a régné non seulement sur Babylone, mais aussi sur toute l’énorme partie orientale de l’empire d’Alexandre. L’empire séleucide était un centre majeur de la culture hellénistique. Dans les régions où dominait une élite politique gréco-macédonienne (essentiellement urbaine), il a maintenu la prééminence des coutumes grecques.

En 305 avant J.-C., Séleucus Ier a tenté de reconquérir les régions du nord-ouest de l’Inde afin de les revendiquer pour l’empire séleucide en pleine expansion. On sait peu de choses sur la campagne au cours de laquelle Chandragupta a combattu avec Séleucus pour la vallée de l’Indus et la région du Gandhara.
un royaume très riche qui s’était soumis des décennies plus tôt à Alexandre le Grand.

Séleucus perdit la guerre Séleucide-Maurya, et les deux souverains se réconcilièrent avec un traité de paix. Les Grecs offrirent une princesse macédonienne en mariage à Chandragupta, ainsi que plusieurs territoires, dont les satrapies de Paropamisade (aujourd’hui Kamboja et Gandhara), d’Arachosie (aujourd’hui Kandhahar) et de Gedrosia (aujourd’hui Baloutchistan). En retour, Chandragupta envoya 500 éléphants de guerre, un atout militaire qui allait jouer un rôle décisif dans la victoire de Séleucus contre les rois hellénistiques de l’Ouest à la bataille d’Ipsus en 301 avant J.-C.
L’empire s’étendit plus à l’ouest jusqu’à l’Afghanistan actuel.

Carte de l'empire Maurya en 305 av. J.-C.
L’empire Maurya vers 305 avant J.-C : Chandragupta a étendu les frontières de l’empire Maurya vers la Perse séleucide, après avoir vaincu Séleucus vers 305 avant J.-C.

En plus de ce traité, Séleucus envoya deux ambassadeurs grecs, Mégasthène et, plus tard, Deimakos, à la cour de Maurya à Pataliputra. Plus tard, Ptolémée II Philadelphe, le souverain de l’Égypte ptolémaïque, envoya un ambassadeur nommé Dionysos à la cour de Maurya. Ainsi, les liens entre le monde hellénistique et l’empire Maurya se poursuivent.

Expansion sous Bindusara

Chandragupta Maurya a régné de 322 avant J.-C. jusqu’à sa retraite volontaire et son abdication, en faveur de son fils, Bindusara, en 298 avant J.-C. Bindusara (320-272 avant J.-C.) était le fils de Maurya et de sa reine, Durdhara. Pendant son règne, Bindusara a étendu l’empire Maurya vers le sud, avec Chanakya comme conseiller. Il a fait passer 16 états sous l’empire Maurya et a ainsi conquis la quasi-totalité de la péninsule indienne. Bindusara a ignoré les royaumes dravidiens amis des Cholas, gouvernés par le roi Ilamcetcenni, les Pandyas et les Cheras. En dehors de ces États du sud, Kalinga (aujourd’hui Odisha) était le seul royaume indien indépendant de l’empire de Bindusara.
L’empire s’est étendu plus au sud, de sorte qu’il couvre la plus grande partie de l’Inde actuelle.

Carte de l'empire Maurya en 290 av. J.-C.
L’empire Maurya vers 290 avant J.-C : Bindausara (298-272 av. J.-C.) étendit les frontières de l’empire vers le sud, sur le plateau du Deccan, vers 290 av.

Ashoka le Grand

Bindusara est mort en 272 avant J.-C., et son fils, Ashoka le Grand (304-232 avant J.-C.) lui a succédé. Jeune prince, Ashoka (r. 272-232 avant J.-C.) était un brillant commandant qui écrasa les révoltes à Ujjain et Taxila. En tant que monarque, il était ambitieux et agressif, réaffirmant la supériorité de l’Empire dans le sud et l’ouest de l’Inde. Mais c’est sa conquête de Kalinga (262-261 av. J.-C.) qui s’est avérée être l’événement décisif de sa vie. Bien que l’armée d’Ashoka ait réussi à écraser les forces de Kalinga composées de soldats royaux et d’unités civiles, on estime que 100 000 soldats et civils ont été tués dans cette guerre furieuse, dont plus de 10 000 des propres hommes d’Ashoka. Des centaines de milliers de personnes ont été touchées par les destructions et les retombées de la guerre. Lorsqu’il a été personnellement témoin de la dévastation, Ashoka a commencé à éprouver des remords. Bien que l’annexion de Kalinga ait été achevée, Ashoka a embrassé les enseignements du bouddhisme et a renoncé à la guerre et à la violence. Il envoie des missionnaires pour parcourir l’Asie et répandre le bouddhisme dans d’autres pays.

Carte de l'Empire Maurya en 265 avant J.-C.
Étendue de l’empire Maurya à son apogée en 265 av : Ashoka le Grand s’étendit à Kalinga pendant la guerre de Kalinga vers 265 avant J.-C., et établit sa supériorité sur les royaumes du sud.

En tant que dirigeant, Ashoka a mis en œuvre les principes de l’ahimsa (le principe de « ne pas blesser ») en interdisant la chasse et les activités sportives violentes, et en mettant fin au travail forcé et à l’esclavage (plusieurs milliers de personnes dans les Kalinga ravagés par la guerre avaient été forcées à travailler dur et à être réduites en servitude). Tout en maintenant une armée nombreuse et puissante pour maintenir la paix, Ashoka a développé des relations amicales avec des États d’Asie et d’Europe, et a parrainé des missions bouddhistes. Il entreprend une campagne massive de construction de travaux publics dans tout le pays. Parmi ces travaux figurait la construction de stupas, ou structures religieuses bouddhistes, contenant des reliques. L’un des stupas les plus remarquables créés sous le règne d’Ashoka est le Grand Stupa, qui se trouve à Sanchi, en Inde. Plus de 40 ans de paix, d’harmonie et de prospérité ont fait d’Ashoka l’un des monarques les plus célèbres de l’histoire indienne. Il reste une figure d’inspiration idéalisée dans l’Inde moderne.

Les édits d’Ashoka

L’une des plus grandes réalisations d’Ashoka est peut-être la création de ses édits, qui ont été érigés entre 269 et 232 avant J.-C. Les édits d’Ashoka, gravés dans la pierre, se retrouvent dans tout le sous-continent. S’étendant de l’ouest jusqu’en Afghanistan, et du sud jusqu’à Andhra (district de Nellore), les édits d’Ashoka énoncent ses politiques et ses réalisations. Bien que principalement écrits en prakrit, deux d’entre eux ont été rédigés en grec, et un en grec et en araméen. Les édits d’Ashoka désignent les Grecs, les Kambojas et les Gandharas comme des peuples formant une région frontalière de son empire. Ils témoignent également des voyages des envoyés d’Ashoka auprès des souverains grecs en Occident jusqu’à la Méditerranée. Les édits d’Ashoka mentionnent également les attributs sociaux et culturels de son empire, en mettant l’accent sur le bouddhisme, sans toutefois condamner les autres religions. Pour cette raison, les édits d’Ashoka sont connus comme un des premiers documents à promouvoir la tolérance religieuse.

Edit d'Asoka en grec et en araméen
Un édit d’Asoka : Inscription bilingue (grec et araméen) par le roi Asoka, de Kandahar. Musée de Kaboul.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’Empire séleucide a tenté, sans succès, de reconquérir la partie nord-ouest de l’Empire Maurya pendant la guerre séleucide-mauryenne, de 305 à 303 avant J.-C.
  • Dans le cadre de l’offre de paix, l’Empire Maurya a gagné cinq territoires en échange de 500 éléphants de guerre.
  • Plusieurs Grecs sont restés à la cour de Mauryan en tant qu’ambassadeurs dans le monde hellénistique.
  • Chandragupta Maurya fut succédé par son fils, Bindusara, en 298 av. J.-C., puis par le fils de Bindusara, Ashoka le Grand, en 272 av.
  • Sous Ashoka le Grand, l’empire Maurya s’est étendu à la partie sud du sous-continent indien.
  • Ashoka érigea les édits d’Ashoka, qui énoncent ses politiques et ses réalisations, et qui furent rédigés en grec et en sanskrit.

Termes clefs

  • satrapies : Les gouverneurs des provinces de l’ancien royaume des Mèdes et de l’empire achéménide (persan), et plusieurs de leurs successeurs, tels que l’empire sassanide et les empires hellénistiques.
  • Ashoka le Grand : A vécu de 304 à 232 avant J.-C. En tant que roi de l’empire Maurya, il a conquis le sous-continent indien.
  • Séleucus : Le roi de l’Empire séleucide qui a essayé de reconquérir le nord-ouest de l’Inde, mais a perdu la guerre séleucide-mauryenne.
  • Édits d’Ashoka : Les édits de pierre qui décrivent les politiques et les réalisations d’Ashoka le Grand, et qui ont été écrits en grec et en sanskrit.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.