Catégories
Histoire de l'humanité

Les villes de la vallée de l’Indus

La civilisation de la vallée de l’Indus contenait des centres urbains dotés d’infrastructures, d’une architecture et de systèmes de gouvernance bien conçus et organisés.

En 2600 avant J.-C., les petites communautés du début de l’ère harappéenne étaient devenues de grands centres urbains. Ces villes comprennent Harappa, Ganeriwala et Mohenjo-daro dans le Pakistan actuel, et Dholavira, Kalibangan, Rakhigarhi, Rupar et Lothal dans l’Inde actuelle. Au total, plus de 1052 villes et agglomérations ont été découvertes, principalement dans la région générale du fleuve Indus et de ses affluents. La population de la civilisation de la vallée de l’Indus a pu atteindre jadis cinq millions d’habitants.

Les vestiges des villes de la civilisation de la vallée de l’Indus indiquent une organisation remarquable ; il y avait des systèmes bien ordonnés d’évacuation des eaux usées et de collecte des déchets, et peut-être même des greniers et des bains publics. La plupart des citadins étaient des artisans et des commerçants regroupés dans des quartiers distincts. La qualité de l’urbanisme suggère des gouvernements municipaux efficaces qui accordaient une grande priorité à l’hygiène ou au rituel religieux.

Infrastructure

Harappa, Mohenjo-daro et le Rakhigarhi, récemment partiellement excavé, font la démonstration des premiers systèmes  d’assainissement urbain connus au monde. Les anciens systèmes d’égouts et de drainage de l’Indus développés et utilisés dans les villes de toute la région de l’Indus étaient bien plus avancés que tous ceux que l’on trouve dans les sites urbains contemporains du Moyen-Orient, et même plus efficaces que ceux de nombreuses régions du Pakistan et de l’Inde aujourd’hui. Les maisons individuelles tiraient l’eau de puits, tandis que les eaux usées étaient dirigées vers des égouts couverts dans les rues principales. Les maisons ne s’ouvraient que sur les cours intérieures et les petites ruelles, et même les plus petites maisons de la périphérie des villes étaient censées être reliées au système, ce qui confirme la conclusion selon laquelle la propreté est une question de grande importance.

Architecture

Harappa a fait la démonstration d’une architecture avancée avec des chantiers navals, des greniers, des entrepôts, des plates-formes en brique et des murs de protection. Ces murs massifs ont probablement protégé les harappéens des inondations et ont peut-être dissuadé les conflits militaires. Contrairement à la Mésopotamie et à l’Égypte ancienne, les habitants de la civilisation de la vallée de l’Indus n’ont pas construit de grandes structures monumentales. Il n’y a pas de preuve concluante de l’existence de palais ou de temples (ou même de rois, d’armées ou de prêtres), et les plus grandes structures sont peut-être des greniers. La ville de Mohenjo-daro abrite le « Grand bain », qui était peut-être une grande zone de baignade publique et sociale.

Autorité et gouvernance

Les archives archéologiques ne fournissent pas de réponses immédiates concernant un centre d’autorité, ni de représentations des personnes au pouvoir dans la société harappéenne. L’extraordinaire uniformité des artefacts harappéens est évidente dans les poteries, les sceaux, les poids et les briques aux dimensions et poids standardisés, ce qui suggère une certaine forme d’autorité et de gouvernance.

Au fil du temps, trois grandes théories se sont développées concernant la gouvernance ou le système de gouvernement de Harappa. La première est qu’il y avait un seul État englobant toutes les communautés de la civilisation, étant donné la similitude des artefacts, les preuves de colonies planifiées, le rapport standardisé de la taille des briques et l’établissement apparent de colonies près des sources de matières premières. La seconde théorie postule qu’il n’y avait pas de dirigeant unique, mais un certain nombre d’entre eux représentant chacun des centres urbains, y compris Mohenjo-daro, Harappa, et d’autres communautés. Enfin, les experts ont théorisé que la civilisation de la vallée de l’Indus n’avait pas de dirigeants au sens où nous l’entendons, chacun jouissant d’un statut égal.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La civilisation de la vallée de l’Indus comprenait plus de 1000 villes et établissements.
  • Ces villes possédaient des systèmes bien organisés d’évacuation des eaux usées, des systèmes de collecte des déchets, et peut-être même des greniers et des bains publics.
  • Bien qu’il y ait eu de grandes murailles et des citadelles, il n’y a aucune trace de monuments, de palais ou de temples.
  • L’uniformité des artefacts des harappéens suggère une certaine forme d’autorité et de gouvernance pour réglementer les sceaux, les poids et les briques.

Termes clefs

  • grenier : Un entrepôt ou une pièce dans une grange pour le grain battu ou l’alimentation animale.
  • citadelles : Zone centrale d’une ville fortement fortifiée.
  • Harappa et Mohenjo-daro : deux des principales villes de la civilisation de la vallée de l’Indus à l’âge du bronze.
  • urbanisme : Processus technique et politique concernant l’utilisation du sol et la conception de l’environnement urbain qui guide et assure le développement ordonné des établissements et des communautés.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.