Catégories
Histoire de l'humanité

La conversion d’Ashoka au Bouddhisme

L’empereur Maurya Ashoka a embrassé le bouddhisme après avoir été témoin des morts en masse de la guerre de Kalinga, qu’il avait lui-même menée par désir de conquête.

La conquête de Kalinga

Alors que le début du règne d’Ashoka était apparemment assez sanguinaire, il est devenu un adepte des enseignements du Bouddha après sa conquête de Kalinga sur la côte est de l’Inde, dans les États actuels d’Odisha et de Andhra Pradesh. Kalinga était un État qui était fier de sa souveraineté et de sa démocratie. Avec sa démocratie parlementaire monarchique, c’était une exception dans l’ancienne Bharata où existait le concept de Rajdharma. Rajdharma signifie le devoir des gouvernants, qui était intrinsèquement lié au concept de bravoure et de dharma. La guerre de Kalinga a eu lieu huit ans après son couronnement. Dès le 13ème édit d’Ashoka, nous apprenons que la bataille a été massive et a causé la mort de plus de 100 000 soldats et de nombreux civils qui se sont levés pour se défendre ; plus de 150 000 ont été déportés. Lorsqu’il se promenait dans les terres de Kalinga après sa conquête, se réjouissant de sa victoire, il était ému par le nombre de corps qui y étaient jonchés et par les pleurs des personnes en deuil.

Conversion au bouddhisme

L’édit 13 sur les inscriptions du rocher d’Ashoka reflète le grand remords que le roi a ressenti après avoir observé la destruction de Kalinga :

Sa Majesté a éprouvé des remords pour la conquête de Kalinga car, lors de la soumission d’un pays jusqu’alors non conquis, le massacre, la mort et l’enlèvement du peuple se produisent nécessairement, alors que Sa Majesté éprouve une profonde tristesse et des regrets.

L’édit poursuit en abordant le degré encore plus grand de tristesse et de regret résultant de la compréhension d’Ashoka que les amis et les familles des défunts souffriraient aussi beaucoup.

La légende raconte qu’un jour après la fin de la guerre, Ashoka s’est aventuré à parcourir la ville et tout ce qu’il a pu voir, ce sont des maisons brûlées et des cadavres éparpillés. La guerre meurtrière avec Kalinga transforma l’empereur vengeur Ashoka en un empereur stable et pacifique, et il devint un protecteur du bouddhisme. La religion personnelle d’Ashoka est devenue le bouddhisme, si ce n’est avant, alors certainement après la guerre de Kalinga. Cependant, le Dharma officiellement propagé par Ashoka n’était pas du tout du bouddhisme. Néanmoins, son patronage a conduit à l’expansion du bouddhisme dans l’empire Maurya et dans d’autres royaumes pendant son règne, et dans le monde entier à partir d’environ 250 avant Jésus-Christ.

Après la guerre de Kalinga et la conversion d’Ashoka, l’Empire a connu près d’un demi-siècle de paix et de sécurité. L’Inde Maurya a également connu une ère d’harmonie sociale, de transformation religieuse et d’expansion des sciences et des connaissances. L’adoption du jaïnisme par Chandragupta Maurya a favorisé le renouveau et les réformes sociales et religieuses dans sa société, tandis que l’adoption du bouddhisme par Ashoka a été, dit-on, le fondement du règne de paix sociale et politique et de non-violence dans toute l’Inde.

La royauté bouddhiste

L’un des héritages les plus durables d’Ashoka Maurya est le modèle qu’il a fourni pour la relation entre le bouddhisme et l’État. Dans tout le Theravada d’Asie du Sud-Est, le modèle de domination incarné par Ashoka a remplacé la notion de royauté divine qui dominait auparavant (dans le royaume d’Angkor, par exemple). Selon ce modèle de « royauté bouddhiste », le roi cherchait à légitimer son règne, non pas en descendant d’une source divine, mais en soutenant et en gagnant l’approbation de la sangha bouddhiste. Suivant l’exemple d’Ashoka, les rois ont établi des monastères, financé la construction de stupas et soutenu l’ordination des moines dans leur royaume. De nombreux souverains ont également joué un rôle actif dans la résolution des différends concernant le statut et la réglementation de la sangha, comme Ashoka l’a fait en convoquant un conclave pour régler un certain nombre de questions litigieuses pendant son règne. Cette évolution a finalement conduit à une association étroite dans de nombreux pays d’Asie du Sud-Est entre la monarchie et la hiérarchie religieuse, une association qui se manifeste encore aujourd’hui dans le bouddhisme thaïlandais soutenu par l’État, et le rôle traditionnel du roi thaïlandais en tant que chef religieux et laïc. Ashoka a également déclaré que ses courtisans ont toujours gouverné le peuple de manière morale.

En tant qu’empereur bouddhiste, Ashoka croyait que le bouddhisme était bénéfique pour tous les êtres humains, ainsi que pour les animaux et les plantes. Il a donc construit un certain nombre de stupas, de Sangharama, de viharas, de chaitya et de résidences pour les moines bouddhistes dans toute l’Asie du Sud et l’Asie centrale. Selon l’Ashokavadana, il a ordonné la construction de 84 000 stupas pour abriter les reliques des Bouddhas. Dans l’Aryamanjusrimulakalpa, Ashoka apporte des offrandes à chacun de ces stupas, voyageant dans un char orné de métaux précieux. Il fait des dons aux viharas et aux mathas. Il envoie sa fille unique, Sanghamitra, et son fils, Mahindra, pour répandre le bouddhisme au Sri Lanka (alors connu sous le nom de Tamraparni).

Grand Stupa
Stupa : Grand Stupa (IIIème siècle avant J.-C.), Sanchi, Inde. Ashoka a ordonné la construction de 84 000 stupas pour abriter les reliques des Bouddhas.

Débat sur la conversion et la règle d’Ashoka

L’utilisation de sources bouddhistes pour reconstruire la vie d’Ashoka a eu une forte influence sur les perceptions d’Ashoka, ainsi que sur les interprétations de ses édits. S’appuyant sur les récits traditionnels, les premiers érudits considéraient Ashoka comme un monarque essentiellement bouddhiste qui avait subi une conversion au bouddhisme et qui s’était engagé activement à parrainer et à soutenir l’institution monastique bouddhiste. Certains érudits ont eu tendance à remettre en question cette évaluation. Les édits d’Ashokan sont la seule source d’information non attribuable aux sources bouddhistes, et ceux-ci n’indiquent pas explicitement qu’Ashoka était bouddhiste. Dans ses édits, Ashoka exprime son soutien à toutes les grandes religions de son temps : le bouddhisme, le brahmanisme, le jaïnisme et l’ajivikaïsme. Ses édits s’adressant à la population en général (certains s’adressent spécifiquement aux bouddhistes, ce qui n’est pas le cas des autres religions) portent généralement sur des thèmes moraux que les membres de toutes les religions accepteraient.

Toutefois, les édits seuls indiquent fortement qu’il était bouddhiste. Dans l’un des édits, il rabaisse les rituels et interdit les sacrifices d’animaux védiques, ce qui suggère fortement qu’il ne s’est pas tourné vers la tradition védique pour se guider. En outre, de nombreux édits s’adressent uniquement aux bouddhistes ; dans l’un d’eux, Ashoka se déclare « upasaka » et dans un autre, il démontre une grande familiarité avec les textes bouddhistes. Il a érigé des piliers de pierre sur des sites sacrés bouddhistes, mais ne l’a pas fait pour les sites d’autres religions. Il a également utilisé le mot « dhamma » pour désigner les qualités du cœur qui sous-tendent l’action morale ; il s’agissait d’une utilisation exclusivement bouddhiste du mot. Enfin, il a promu des idéaux qui correspondent aux trois premières étapes du discours gradué du Bouddha.

Il est intéressant de noter que l’Ashokavadana, présente une autre vision de l’Ashoka familier. Dans cette source, sa conversion n’a rien à voir avec la guerre des Kalinga ou sa descendance de la dynastie Maurya. Au contraire, la raison pour laquelle Ashoka a adopté la non-violence semble beaucoup plus personnelle. L’Ashokavadana montre que la source principale de la conversion d’Ashoka, et les actes de bien-être qui ont suivi, sont plutôt enracinés dans une angoisse personnelle intense, provenant d’une source intérieure plutôt que d’un événement spécifique. Elle met ainsi en lumière le fait qu’Ashoka est plus humainement ambitieux et passionné, avec à la fois des grandes choses et des défauts. Cet Ashoka est très différent du « bienfaiteur de l’ombre » des chroniques Pali ultérieures.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Alors que le début du règne d’Ashoka était apparemment assez sanguinaire, il est devenu un adepte des enseignements du Bouddha après sa conquête de Kalinga.
  • Selon un texte contemporain, les édits d’Ashoka, Ashoka s’est converti au bouddhisme parce qu’il « a éprouvé des remords à cause de la conquête de Kalinga car, lors de la soumission d’un pays auparavant non conquis, le massacre, la mort et l’enlèvement du peuple en captivité se produisent nécessairement ».
  • Dans une source, sa conversion est présentée comme un processus graduel issu d’une angoisse personnelle intense, plutôt que stimulé par un événement spécifique.
  • En tant qu’empereur bouddhiste, Ashoka croyait que le bouddhisme était bénéfique pour tous les êtres humains, ainsi que pour les animaux et les plantes, et il a donc construit un certain nombre de stupas. Il a également bien répandu le bouddhisme dans les royaumes voisins.

Termes clefs

  • Dharma : Ordre et loi cosmiques, comportements considérés comme étant en accord avec l’ordre qui rend la vie et l’univers possible, y compris les devoirs, les droits, les lois, la conduite, les vertus et la « bonne façon de vivre ». Signifie aussi spécifiquement les enseignements du Bouddha.
  • Édits d’Ashoka : Une collection de 33 inscriptions sur les Piliers d’Ashoka, ainsi que des rochers et des murs de grottes, réalisées par l’Empereur Ashoka de l’Empire Maurya pendant son règne, de 269 à 232 avant J.-C.

 

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.