Catégories
Histoire de l'humanité

La vie dans l’empire achéménide

Les empereurs Cyrus II et Darius Ier ont créé un gouvernement centralisé et un vaste réseau commercial dans l’Empire achéménide.

L’empire achéménide a atteint une taille énorme sous la direction de Cyrus II de Perse (576-530 avant J.-C.), communément appelé Cyrus le Grand, qui a créé un empire multi-étatique. Appelé Cyrus l’Ancien par les Grecs, il a fondé un empire comprenant initialement tous les états civilisés précédents du Proche-Orient ancien et finalement la plupart de l’Asie du Sud-Ouest et de l’Asie centrale ainsi que la région du Caucase, s’étendant de la mer Méditerranée à l’Indus. Le contrôle de ce vaste territoire impliquait un gouvernement centralisé, des monarques territoriaux qui servaient de gouverneurs par procuration à l’empereur, et un vaste système de commerce et d’échanges.

Organisation du gouvernement

Cyrus, dont le règne a duré entre 29 et 31 ans, jusqu’à sa mort au combat en 530 avant J.-C., contrôlait le vaste empire achéménide par l’intermédiaire de monarques régionaux, appelés satrapes, qui supervisaient chacun un territoire appelé satrapie. La règle de base de la gouvernance était basée sur la loyauté et l’obéissance du satrapy au pouvoir central, le roi, et le respect des lois fiscales. Cyrus reliait également les différentes régions de l’empire par un système postal novateur qui utilisait une vaste route et des stations de relais.

Cyrus le Grand a été reconnu pour ses réalisations dans le domaine des droits de l’homme et de la politique, ayant influencé la civilisation orientale et occidentale. Les anciens de Babylone l’appelaient « le Libérateur », tandis que la nation moderne d’Iran appelle Cyrus son « père ».

Le Cylindre de Cyrus

Le Cylindre de Cyrus est un ancien artefact d’argile, aujourd’hui brisé en plusieurs fragments, qui a été appelé la plus ancienne charte connue des droits de l’homme universels et un symbole de sa règle humanitaire.

Cylindre de Cyrus
Le cylindre de Cyrus, conservé au British Museum.

Le cylindre date du VIème siècle avant J.-C. et a été découvert dans les ruines de Babylone en Mésopotamie, aujourd’hui l’Irak, en 1879. En plus de décrire la généalogie de Cyrus, la déclaration en écriture cunéiforme akkadienne sur le cylindre est considérée par de nombreux biblistes comme une preuve de la politique de rapatriement du peuple juif par Cyrus après sa captivité à Babylone.

La nature historique du cylindre a fait l’objet de débats, certains érudits soutenant que Cyrus n’a pas fait de décret spécifique, mais que le cylindre a plutôt articulé sa politique générale permettant aux exilés de retourner dans leur patrie et de reconstruire leurs temples.

En fait, les politiques de Cyrus concernant le traitement des religions minoritaires étaient bien documentées dans les textes babyloniens, ainsi que dans les sources juives. Cyrus était connu pour avoir une attitude générale de tolérance religieuse dans tout l’empire, bien que l’on ait débattu de la question de savoir si c’était par sa propre mise en œuvre ou par la poursuite des politiques babyloniennes et assyriennes.

Les améliorations sous Darius

Lorsque Darius Ier (550-486 avant J.-C.), également connu sous le nom de Darius le Grand, monta sur le trône de l’Empire achéménide en 522 avant J.-C., il fit de l’araméen la langue officielle et élabora une codification des lois pour l’Égypte. Darius a également parrainé des projets de construction dans tout l’empire, en se concentrant sur l’amélioration des villes de Suse, Pasargades, Persépolis, Babylone et de diverses municipalités en Égypte.

Lorsque Darius a déplacé sa capitale de Pasargades à Persépolis, il a révolutionné l’économie en la plaçant sur une monnaie d’argent et d’or et en introduisant un système fiscal réglementé et durable. Cette structure a adapté avec précision les impôts de chaque satrapie en fonction de sa productivité et de son potentiel économique prévus. Par exemple, Babylone a été évaluée pour le montant le plus élevé des taxes sur l’argent, tandis que l’Égypte devait des céréales en plus des taxes sur l’argent.

Reliefs de Persépolis
Reliefs persans dans la ville de Persépolis : Darius le Grand a déplacé la capitale de l’Empire achéménide à Persépolis vers 522 avant J.-C. Il est à l’origine de plusieurs projets architecturaux majeurs, dont la construction d’un palais et d’une maison du trésor.

Inscription de Behistun

Quelque temps après son couronnement, Darius a fait graver une inscription sur une falaise calcaire du mont Behistun, dans l’Iran moderne. L’inscription de Behistun, dont Darius a écrit le texte, a pris une grande importance linguistique en tant qu’indice crucial pour déchiffrer l’écriture cunéiforme.

L’inscription commence par retracer l’ascendance de Darius, puis décrit une séquence d’événements qui ont suivi la mort des deux empereurs achéménides précédents, Cyrus le Grand et le fils de Cyrus, Cambyse II, au cours desquels Darius a livré 19 batailles en un an pour réprimer de nombreuses rébellions dans les terres perses.

L’inscription, qui mesure environ 15 mètres de haut et 25 mètres de large, comprend trois versions du texte en trois langues cunéiformes différentes : Le vieux persan, l’élamite et le babylonien, qui était une version de l’akkadien. Les chercheurs ont pu comparer les écritures et l’utiliser pour aider à déchiffrer les langues anciennes, rendant ainsi l’inscription Behistun aussi précieuse pour les cunéiformes que la pierre de Rosette l’est pour les hiéroglyphes égyptiens.

Inscriptions au mont Behistun en Iran actuel
Inscription Behistun : Une section de l’inscription Behistun sur une falaise calcaire du mont Behistun dans l’ouest de l’Iran, qui est devenue une clef pour déchiffrer l’écriture cunéiforme.

Commerce et échanges

Sous les Achéménides, le commerce était important et il existait une infrastructure efficace qui facilitait l’échange de marchandises dans les régions les plus éloignées de l’empire. Les tarifs douaniers sur le commerce constituaient l’une des principales sources de revenus de l’empire, en plus de l’agriculture et du tribut.

Les satrapies étaient reliées par une autoroute de 2 500 kilomètres, dont le tronçon le plus impressionnant était la route royale, de Suse à Sardes. Les relais des coursiers montés pouvaient atteindre les zones les plus reculées en 15 jours. Malgré la relative indépendance locale qu’offrait le système de satrapes, les inspecteurs royaux faisaient régulièrement le tour de l’empire et rendaient compte des conditions locales en empruntant cette route.

Bol en or achéménide
Bol en or achéménide avec des images de lions : Le commerce dans l’Empire achéménide était important. Les infrastructures, dont la route royale, la langue normalisée et un service postal facilitaient l’échange de marchandises dans les régions les plus éloignées de l’empire.

Armée

Cyrus le Grand a créé une armée organisée pour faire respecter l’autorité nationale, malgré la diversité ethnoculturelle des nations concernées, l’énorme taille géographique de l’empire et la lutte constante pour le pouvoir des concurrents régionaux.

Cette armée professionnelle comprenait l’unité des Immortels, composée de 10 000 soldats d’infanterie lourde hautement entraînés. Sous Darius le Grand, la Perse devint le premier empire à inaugurer et à déployer une marine impériale, dont le personnel comprenait des Phéniciens, des Égyptiens, des Chypriotes et des Grecs.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Cyrus le Grand a maintenu le contrôle d’un vaste empire en installant des gouverneurs régionaux, appelés satrapes, pour diriger les différentes provinces.
  • Lorsque Darius le Grand monta sur le trône en 522 avant Jésus-Christ, il organisa un nouveau système monétaire uniforme et
    a établi l’araméen comme langue officielle de l’empire.
  • L’infrastructure commerciale a facilité l’échange de marchandises dans les régions les plus éloignées de l’empire, notamment la route royale, la langue normalisée et un service postal.
  • Les tarifs douaniers sur le commerce en provenance des territoires étaient l’une des principales sources de revenus de l’empire, en plus de l’agriculture et du tribut.

Termes clefs

  • Cylindre Cyrus : Un ancien artefact d’argile qui a été appelé la plus ancienne charte des droits de l’homme connue.
  • Inscription : Une inscription gravée dans une falaise du mont Behistrun en Iran ; elle a fourni une clé pour déchiffrer l’écriture cunéiforme.
  • satrapy : Le territoire sous la domination d’un satrap.
  • satrap : Le gouverneur d’une province dans les anciens empires médian et achéménide (persan).

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.