Catégories
Histoire de l'humanité

Les Phéniciens

Connus pour leur alphabet, les Phéniciens étaient une ancienne culture sémitique de commerce maritime en Méditerranée. Ils sont tombés sous la domination perse et hellénistique.

La Phénicie était une ancienne civilisation sémite située sur la partie occidentale et côtière du Croissant fertile, près des actuels Liban, Israël, Jordanie, Palestine et Syrie. Toutes les grandes villes phéniciennes se trouvaient sur le littoral de la Méditerranée. C’était une culture commerciale maritime entreprenante qui s’est répandue dans toute la Méditerranée de 1550 à 300 avant Jésus-Christ. Les Phéniciens utilisaient la galère, un navire à voile à propulsion humaine, et on leur attribue l’invention de la birème à rames. Ils étaient connus dans la Grèce classique et à Rome comme « commerçants de pourpre », ce qui fait référence à leur monopole sur la précieuse teinture pourpre de l’escargot Murex, utilisée entre autres pour les vêtements royaux.

Bâteau phénicien
Le navire de guerre assyrien : Navire de guerre assyrien (probablement construit par les Phéniciens) avec deux rangées de rames, relief de Ninive, vers 700 av.

Le phénicien est devenu l’un des systèmes d’écriture les plus utilisés. Il a été diffusé par les marchands phéniciens dans le monde méditerranéen, où il a évolué et a été assimilé par de nombreuses autres cultures. L’alphabet araméen, une forme modifiée du phénicien, était l’ancêtre de l’écriture arabe moderne, tandis que l’écriture hébraïque est une variante stylistique de l’écriture araméenne. L’alphabet grec (et par extension ses descendants, tels que le latin, le cyrillique et le copte) était un successeur direct du phénicien, bien que certaines valeurs de lettres aient été modifiées pour représenter des voyelles.

On pense généralement que les Phéniciens sont originaires des premiers habitants cananéens de la région. Bien que des expéditions maritimes égyptiennes aient déjà été effectuées à Byblos pour ramener des « cèdres du Liban » dès le IIIème millénaire avant J.-C., les contacts continus n’ont eu lieu que pendant la période du Nouvel Empire égyptien.

Il est important de noter que la Phénicie est un terme grec classique utilisé pour désigner la région des grandes villes portuaires cananéennes, et ne correspond pas exactement à une identité culturelle qui aurait été reconnue par les Phéniciens eux-mêmes. On ne sait pas exactement dans quelle mesure les Phéniciens se considéraient comme une seule ethnie et une seule nationalité. Leur civilisation était organisée en cités-États, comme celle de la Grèce antique. Cependant, en termes d’archéologie, de langue, de mode de vie et de religion, les Phéniciens ne se distinguent guère des autres cultures sémitiques de Canaan. En tant que Cananéens, ils étaient uniques dans leurs remarquables réalisations maritimes.

Chaque cité-état phénicienne était une unité politiquement indépendante. Les villes-états entraient souvent en conflit les unes avec les autres, avec pour conséquence que l’une d’entre elles pouvait dominer l’autre. Les villes-États étaient également enclines à collaborer au sein de ligues et d’alliances. Bien que les anciennes frontières des cultures centrées sur les villes aient fluctué, la ville de Tyr était la frontière la plus méridionale du territoire phénicien.

Art phénicien mortuaire
Sarcophage phénicien : Un sarcophage phénicien dans le cimetière d’Antarados, au nord du Liban, 480-450 av. J.-C. Fabriqué avec du marbre grec.

Apogée et déclin des Phéniciens

Le point culminant de la culture et de la puissance maritime phénicienne est généralement situé vers 1200-800 avant J.-C., bien que beaucoup des plus importantes colonies phéniciennes aient été établies bien avant cette période. L’archéologie a identifié des éléments culturels du zénith phénicien dès le IIIème millénaire avant J.-C. La ligue des villes-ports indépendantes, avec d’autres sur les îles et le long des autres côtes de la Méditerranée, était idéalement adaptée au commerce entre la région du Levant (qui était riche en ressources naturelles) et le reste du monde antique. Au début de l’âge du fer, vers 1200 avant J.-C., des peuples de la mer sont apparus dans la région en provenance du nord, ce qui a affaibli et détruit les Égyptiens et les Hittites, respectivement. Dans le vide de pouvoir qui en a résulté, un certain nombre de villes phéniciennes sont devenues d’importantes puissances maritimes.

Ces sociétés reposaient sur trois bases de pouvoir : le roi, le temple et ses prêtres, et les conseils des anciens. Byblos est d’abord devenue le centre prédominant d’où les Phéniciens dominaient les routes de la Méditerranée et de la mer Érythrée (Rouge). C’est là que la première inscription de l’alphabet phénicien a été trouvée, sur le sarcophage d’Ahiram (vers 1200 av. J.-C.). Tyr est montée en puissance plusieurs centaines d’années plus tard. Un de ses rois, le prêtre Ithobaal (887-856 av. J.-C.), a régné sur la Phénicie jusqu’à Beyrouth et Chypre au nord. Carthage a été fondée en 814 avant J.-C., sous le règne de Pygmalion de Tyr (820-774 avant J.-C.). L’ensemble des villes-états constituant la Phénicie fut caractérisé par les étrangers et les Phéniciens comme la Sidonie ou la Tyrie. Les Phéniciens et les Cananéens étaient appelés Sidoniens ou Tyriens, car les villes phéniciennes se sont succédé.

Le règne perse

Cyrus le Grand de Perse a conquis la Phénicie en 539 avant Jésus-Christ. Les Perses ont divisé la Phénicie en quatre royaumes vassaux: Sidon, Tyr, Arwad et Byblos. Bien que ces royaumes vassaux aient prospéré et fourni des flottes aux rois perses, l’influence des Phéniciens a décliné après cette période. Il est probable qu’une grande partie de la population phénicienne a migré vers Carthage et d’autres colonies après la conquête perse. En 350 ou 345 avant J.-C., une rébellion à Sidon fut écrasée par Artaxerxès III.

Le règne hellénistique

Alexandre le Grand a pris Tyr en 332 avant J.-C. après le siège de Tyr, et a maintenu le roi actuel au pouvoir. Il prit le contrôle des autres villes phéniciennes de manière pacifique, et l’essor de la Grèce hellénistique évinça progressivement les vestiges de l’ancienne domination de la Phénicie sur les routes commerciales de la Méditerranée orientale. La culture phénicienne disparut entièrement dans la mère patrie. Carthage continua à s’épanouir en Afrique du Nord. Elle supervisait l’extraction du fer et des métaux précieux de la péninsule ibérique et utilisait sa considérable puissance navale et ses armées de mercenaires pour protéger ses intérêts commerciaux. Elle fut finalement détruite par Rome en 146 avant J.-C., à la fin des guerres puniques.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La Phénicie était une ancienne culture commerciale maritime sémitique située sur la partie occidentale et côtière du Croissant fertile et centrée sur le littoral du Liban moderne et du gouvernorat de Tartous en Syrie de 1550 à 300 avant J.-C.
  • Les Phéniciens utilisaient la galère, un navire à voile à propulsion humaine, et on leur attribue l’invention de la birème.
    Chaque ville-état phénicienne était une unité politiquement indépendante. Les Cités-états entraient souvent en conflit avec d’autres du même genre, ou formaient des ligues et des alliances.
  • Une ligue de villes-ports indépendantes, avec d’autres sur les îles et le long des autres côtes de la Méditerranée, était idéale pour le commerce entre la région du Levant (qui était riche en ressources naturelles) et le reste du monde antique.
  • Cyrus le Grand de Perse a conquis la Phénicie en 539 avant J.-C., et a divisé la Phénicie en quatre royaumes vassaux : Sidon, Tyr, Arwad et Byblos.
  • Alexandre le Grand conquit la Phénicie à partir de Tyr en 332 avant J.-C. L’essor de la Grèce hellénistique a progressivement chassé les vestiges de l’ancienne domination de la Phénicie sur les routes commerciales de la Méditerranée orientale.

Termes clefs

  • Cité-état : Entité indépendante ou autonome, non administrée comme faisant partie d’une autre administration locale, dont le territoire est constitué d’une ville et éventuellement de son territoire environnant.
  • Phénicie : Ancienne culture sémitique de commerce maritime située sur la partie occidentale et côtière du Croissant fertile.
    birème : Ancien navire de guerre à rames (galère) à deux ponts de rames, probablement inventé par les Phéniciens.
  • Alexandre le Grand : Aussi connu sous le nom d’Alexandre III de Macédoine. Son armée a connu un grand succès et il a créé l’un des plus grands empires de l’histoire.
  • Cyrus le Grand : Aussi connu sous le nom de Cyrus II de Perse, Cyrus l’Ancien. Fondateur de l’empire achéménide.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.