Catégories
Histoire de l'humanité

La dynastie Zhou

La dynastie Zhou a renversé la dynastie Shang, et a utilisé le Mandat du Ciel comme justification.

La chute de la dynastie Shang

En 1046 avant J.-C., les Zhou, un peuple sujet vivant dans la partie occidentale du royaume, ont renversé la dynastie Shang à la bataille de Muye. Ce fut une bataille entre les clans Shang et Zhou, à propos de l’expansion des Shang. Ils avaient largement le soutien du peuple chinois : Di Xin (le dernier roi de la dynastie Shang) était devenu cruel, dépensait l’argent de l’État pour la boisson et le jeu, et ignorait l’État. Les Zhou ont établi leur autorité en forgeant des alliances avec les nobles de la région, et ont fondé leur nouvelle dynastie avec sa capitale à Fenghao (près de l’actuelle Xi’an, dans l’ouest de la Chine).
La carte montre que la dynastie des Zhou couvrait des parties de la Chine du centre-est actuelle.

Carte de l'étendue de la Chine sous la dynastie Zhou
Carte de la dynastie Zhou : Cette carte montre l’emplacement de l’ancienne dynastie Zhou.

Le mandat du Ciel

Sous la dynastie des Zhou, la Chine s’est éloignée du culte de Shangdi (Seigneur céleste) au profit du culte de Tian (ciel), et ils ont créé le Mandat du Ciel. Selon cette idée, il ne pouvait y avoir qu’un seul dirigeant légitime de la Chine à la fois, et ce dirigeant régnait en tant que Fils du ciel avec l’approbation des dieux. Si un roi régnait injustement, il pourrait perdre cette approbation, ce qui entraînerait sa chute. Les renversements, les catastrophes naturelles et la famine étaient considérés comme le signe que le souverain avait perdu le mandat du Ciel.

Mandat du Ciel Chine antique
Le caractère chinois pour « Tian » : Le caractère chinois pour « Tian », qui signifie « ciel », en (de gauche à droite) écriture Bronze, écriture Sceau, écriture Oracle et moderne simplifiée.

Le Mandat du Ciel n’exigeait pas qu’un souverain soit de naissance noble, et n’était pas limité dans le temps. Au contraire, les dirigeants devaient être bons et justes afin de respecter le Mandat. Les Zhou prétendaient que leur règne était justifié par le Mandat du Ciel. En d’autres termes, les Zhou croyaient que les rois Shang étaient devenus immoraux par leur consommation excessive d’alcool, leur vie luxuriante et leur cruauté, et qu’ils avaient donc perdu leur mandat. La bénédiction des dieux a été donnée à la place au nouveau souverain de la dynastie Zhou, qui allait diriger la Chine pendant les 800 années suivantes.

La nécessité pour les Zhou de créer l’histoire d’une Chine unifiée est également la raison pour laquelle certains érudits pensent que la dynastie Xia pourrait être une invention des Zhou. Les Zhou ont dû effacer de l’histoire les différents petits États de la Chine préhistorique et les remplacer par la dynastie monocratique des Xia pour que leur mandat du ciel semble valide (c’est-à-dire pour soutenir l’affirmation selon laquelle il n’y aurait toujours, et n’avait toujours eu, qu’un seul dirigeant de la Chine).

Les Zhou ont régné jusqu’en 256 avant J.-C., lorsque le royaume de Qin a capturé Chengzhou. Cependant, la philosophie du Mandat du Ciel s’est poursuivie dans toute la Chine ancienne.

Principaux enseignements

Points clefs

  • En 1046 avant J.-C., la dynastie Shang fut renversée à la bataille de Muye, et la dynastie Zhou fut établie.
  • Les Zhou ont créé le Mandat du Ciel : l’idée qu’il ne pouvait y avoir qu’un seul souverain légitime de la Chine à la fois, et que ce souverain avait la bénédiction des dieux. Ils ont utilisé ce mandat pour justifier leur renversement du Shang et leur domination ultérieure.
  • Certains chercheurs pensent que la dynastie Xia n’a jamais existé, qu’elle a été inventée par les Zhou pour appuyer leur affirmation, dans le cadre du Mandat, qu’il n’y avait toujours eu qu’un seul dirigeant de la Chine.

Termes clefs

  • Bataille de Muye : La bataille qui s’ensuivit avec les Zhou, un peuple sujet vivant dans la partie occidentale du royaume, renversa la dynastie Shang.
  • Mandat du Ciel : Concept philosophique chinois des circonstances dans lesquelles un souverain est autorisé à gouverner. Les bons souverains étaient autorisés à gouverner sous le mandat du ciel, tandis que les souverains despotiques et injustes se voyaient retirer le mandat.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.