Catégories
Histoire de l'humanité

Les guerres médiques

Les guerres médiques ont conduit à l’ascension d’Athènes à la tête de la Ligue Delian.

Les médiques (499-449 avant J.-C.) se sont déroulées entre l’Empire achéménide et le monde hellénique pendant la période classique grecque. Le conflit a vu l’essor d’Athènes et a conduit à son âge d’or.

Origines du conflit

Les Grecs de la période classique croyaient, et les historiens sont généralement d’accord, qu’à la suite de la chute de la civilisation mycénienne, de nombreuses tribus grecques ont émigré et se sont installées en Asie Mineure. Ces colons étaient issus de trois groupes tribaux : les Éoliens, les Doriens et les Ioniens. Les Ioniens se sont installés le long des côtes de Lydie et de Carie, et ont fondé 12 villes qui sont restées politiquement séparées les unes des autres, bien qu’ils aient reconnu un héritage culturel commun. Cela a constitué la base d’une « ligue culturelle » exclusivement ionienne. Les Lydiens d’Asie occidentale mineure ont conquis les villes d’Ionie, ce qui a mis la région en conflit avec l’Empire médian, précurseur de l’Empire achéménide des guerres médiques, et une puissance à laquelle les Lydiens s’opposaient.

De 553 à 550 avant J.-C., le prince persan Cyrus a mené avec succès une révolte contre le dernier roi médian Astyages, et a fondé l’Empire achéménide. Voyant une opportunité dans ce bouleversement, le célèbre roi lydien Crésus demanda à l’oracle de Delphes s’il devait attaquer les Perses afin d’étendre son royaume. Selon Hérodote, il reçut la réponse ambiguë que « si Crésus devait traverser le Halys [fleuve], il détruirait un grand empire ». Crésus choisit d’attaquer, et ce faisant, il détruit son propre empire, la Lydie tombant aux mains du prince Cyrus. Les Ioniens ont cherché à conserver leur autonomie sous les Perses comme ils l’avaient fait sous les Lydiens, et ont résisté militairement aux Perses pendant un certain temps. Cependant, en raison de leur réticence à se soulever contre les Lydiens lors des conflits précédents, ils n’ont pas obtenu de conditions spéciales. Trouvant les Ioniens difficiles à gouverner, les Perses ont installé des tyrans dans chaque ville, comme moyen de contrôle.
Dans sa plus grande partie, l’empire achéménide comprenait tout le territoire de l’Iran actuel, la Turquie, l’Irak, le Koweït, la Syrie, la Jordanie, Israël, la Palestine, le Liban, l’Afghanistan, tous les centres de population importants de l’Égypte ancienne jusqu’à l’est de la Libye, la Thrace-Macédoine et la Péonie, les régions côtières de la mer Noire de la Bulgarie, de la Roumanie, de l’Ukraine et de la Russie, toute l’Arménie, la Géorgie (y compris la Russie), l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, le Turkménistan, le Turkménistan, le Turkménistan et la Turquie. L’Arménie, la Géorgie (y compris l’Abkhazie), l’Azerbaïdjan, certaines parties du Caucase du Nord et une grande partie de l’Asie centrale, soit une superficie d’environ 5,5 millions de kilomètres carrés, ce qui en fait l’un des plus grands empires de l’histoire. Avec une population estimée à 50 millions d’habitants en 480 avant J.-C., l’Empire achéménide était, à son apogée, l’un des empires ayant la plus forte proportion de la population mondiale.

Carte de l'empire Perse à son apogée
Carte de l’Empire achéménide : L’Empire achéménide à son apogée.

La révolte ionienne

En 499 avant J.-C., les Grecs de la région se sont soulevés contre la domination perse lors de la révolte ionienne. Au cœur de la rébellion se trouvait un profond mécontentement à l’égard des tyrans qui avaient été nommés par les Perses pour diriger les communautés grecques locales. Plus précisément, l’émeute a été provoquée par le tyran de Milesian Aristagoras, qui, à la suite d’une expédition ratée pour conquérir Naxos, a utilisé les troubles grecs contre le roi persan Darius le Grand à ses propres fins politiques.

Athènes et d’autres villes grecques envoyèrent de l’aide, mais furent rapidement contraintes de faire marche arrière après leur défaite en 494 avant J.-C., à la bataille de Lade. En conséquence, l’Asie mineure est revenue sous le contrôle des Perses. Néanmoins, la révolte ionienne reste importante en tant que premier conflit majeur entre la Grèce et l’Empire perse, ainsi que la première phase des guerres médiques. Darius a juré de se venger d’Athènes et a élaboré un plan pour conquérir tous les Grecs afin d’assurer la stabilité de son empire.

Première invasion de la Grèce par les Perses

En 492 avant J.-C., le général persan Mardonius a mené une campagne à travers la Thrace et la Macédoine. Au cours de cette campagne, Mardonius a resoumis la Thrace et a forcé la Macédoine à devenir un client entièrement soumis de l’Empire persan, alors qu’auparavant ils avaient conservé un large degré d’autonomie.
Bien que victorieux, il fut blessé et contraint de se replier en Asie mineure. De plus, il a perdu sa flotte navale de 1200 navires lors d’une tempête au large des côtes du Mont Athos. Darius envoya des ambassadeurs dans toutes les villes grecques pour exiger une soumission complète à la lumière de la récente victoire perse, et toutes les villes se soumirent, à l’exception d’Athènes et de Sparte, qui exécutèrent toutes deux leurs ambassadeurs respectifs. Ces actions signalèrent la défiance continue d’Athènes et firent entrer Sparte dans le conflit.

En 490 avant J.-C., environ 100 000 Perses débarquèrent en Attique avec l’intention de conquérir Athènes, mais furent défaits à la bataille de Marathon par une armée grecque de 9 000 hoplites athéniens et de 1 000 Plateaux, dirigée par le général athénien Miltiades. La flotte perse continue de naviguer vers Athènes mais, la voyant en garnison, décide de ne pas tenter d’assaut. La bataille de Marathon fut un moment décisif dans les guerres médiques, en ce sens qu’elle démontra aux Grecs que les Perses pouvaient être vaincus. Elle a également démontré la supériorité des hoplites grecs, plus lourdement armés.

Combat entre les grecs et les perses
Le duel entre un grec et un perse : Représentation d’un hoplite grec et d’un guerrier persan s’affrontant sur un ancien kylix.
Interbellum (490-480 av. J.-C.)

Après l’échec de la première invasion perse, Darius a levé une grande armée avec l’intention d’envahir à nouveau la Grèce. Cependant, en 486 avant J.-C., les sujets égyptiens de Darius se révoltèrent, repoussant toute avancée contre la Grèce. Lors des préparatifs de la marche sur l’Égypte, Darius mourut et son fils, Xerxès Ier, hérita du trône. Xerxès écrasa rapidement les Égyptiens et reprit les préparatifs pour envahir la Grèce.

Deuxième invasion de la Grèce

En 480 avant J.-C., Xerxès envoya une force beaucoup plus puissante de 300 000 soldats par terre, avec 1 207 navires en soutien, sur un pont à double ponton au-dessus de l’Hellespont. Cette armée s’empara de la Thrace avant de descendre sur la Thessalie et la Boetia, tandis que la marine perse longeait la côte et ravitaillait les troupes terrestres. Pendant ce temps, la flotte grecque s’est précipitée pour bloquer le cap Artemision. Après avoir été retardé par Léonidas Ier, le roi spartiate de la dynastie des Agias, à la bataille des Thermopyles (bataille rendue célèbre par le déséquilibre des forces, 300 Spartiates affrontant l’armée perse tout entière), Xerxès s’avance dans l’Attique, où il capture et brûle Athènes. Mais les Athéniens avaient évacué la ville par la mer et, sous le commandement de Thémistocle, ont vaincu la flotte perse à la bataille de Salamine.

En 483 avant J.-C., pendant la période de paix entre les deux invasions perses, un filon de minerai d’argent avait été découvert dans le Laurion (une petite chaîne de montagnes près d’Athènes), et le minerai qui y était extrait a permis de payer la construction de 200 navires de guerre pour combattre la piraterie égéenne. Un an plus tard, les Grecs, sous les Pausanias spartiates, ont vaincu l’armée perse à Plataea. Entre-temps, la marine grecque alliée remporte une victoire décisive à la bataille de Mycale, détruisant la flotte perse, paralysant la puissance maritime de Xerxès et marquant l’ascension de la flotte grecque. Après la bataille de Plataea et la bataille de Mycale, les Perses ont commencé à se retirer de la Grèce et n’ont plus jamais tenté d’invasion.

Contre-attaque grecque

La bataille de Mycale a été à bien des égards un tournant, après quoi les Grecs sont passés à l’offensive contre la flotte perse. La flotte athénienne s’est tournée vers la chasse aux Perses de la mer Égée, et en 478 avant J.-C., la flotte a alors procédé à la capture de Byzance. Ce faisant, Athènes a enrôlé tous les États insulaires, et certains États continentaux, dans une alliance appelée la Ligue de Delos – ainsi nommée parce que son trésor était conservé sur l’île sacrée de Delos, dont le but était de continuer à combattre l’Empire perse, de préparer de futures invasions et d’organiser un moyen de partager le butin de la guerre. Les Spartiates, bien qu’ils aient pris part à la guerre, se sont ensuite retirés dans l’isolement. Les Spartiates croyaient que le but de la guerre avait déjà été atteint grâce à la libération de la Grèce continentale et des villes grecques d’Asie Mineure. Les historiens spéculent également que Sparte n’était pas convaincue de la capacité de la Ligue Delian à assurer la sécurité à long terme des Grecs d’Asie. Le retrait des Spartiates de la Ligue a permis à Athènes d’établir une puissance navale et commerciale incontestée au sein du monde hellénique.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les guerres médiques ont commencé en 499 avant J.-C., lorsque les Grecs du territoire contrôlé par les Perses se sont soulevés lors de la révolte ionienne.
  • Athènes, et d’autres villes grecques, ont envoyé de l’aide, mais ont été rapidement forcées de reculer après la défaite de 494 avant J.-C.
  • Par la suite, les Perses ont subi de nombreuses défaites aux mains des Grecs, menés par les Athéniens.
  • L’exploitation de l’argent a contribué au financement d’une armée grecque massive qui a pu réprimer les assauts des Perses et finalement les vaincre entièrement.
  • La fin des guerres perses a conduit à l’ascension d’Athènes à la tête de la Ligue Delian.

Termes clefs

  • Guerres médiques : Une série de conflits, de 499 à 449 avant J.-C., entre l’empire achéménide de Perse et les villes-états du monde hellénique.
  • hoplites : Un citoyen-soldat de l’une des cités-États de la Grèce antique, armé principalement de lances et d’un bouclier.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.