Catégories
Histoire de l'humanité

L’hégémonie d’Athènes en Grèce antique

Athènes a atteint son âge d’or sous Périclès au Vème siècle avant J.-C., et s’est épanouie culturellement en tant que puissance hégémonique du monde hellénique.

L’essor d’Athènes (508-448 avant J.-C.)

En 514 avant J.-C., le dictateur Hippias a établi la stabilité et la prospérité avec son règne sur Athènes, mais il est resté très impopulaire en tant que dirigeant. Avec l’aide d’une armée de Sparte en 511/510 avant J.-C., il fut renversé par Cléisthène, un politicien radical d’origine aristocratique qui instaura la démocratie à Athènes.

Avant l’essor d’Athènes, Sparte, ville-État à la culture militariste, se considérait comme le chef des Grecs et imposait son hégémonie. En 499 avant J.-C., Athènes a envoyé des troupes pour aider les Grecs ioniens d’Asie mineure, qui se rebellaient contre l’Empire perse lors de la révolte ionienne. Cela a provoqué deux invasions de la Grèce par les Perses appellées les guerres médiques, qui ont toutes deux été repoussées sous la direction des soldats-étatiques Miltiades et Thémistocle, pendant les guerres perses. Dans les décennies qui ont suivi, les Athéniens, avec l’aide des Spartiates et d’autres cités-états grecques alliées, ont réussi à mettre les Perses en déroute. Ces victoires ont permis à Athènes de réunir la plupart des habitants de la mer Égée et de nombreuses autres régions de la Grèce au sein de la Ligue de Délos, créant ainsi une alliance dominée par les Athéniens dont Sparte et ses alliés se sont retirés.

L’hégémonie athénienne et l’ère de Périclès

Le Vème siècle avant J.-C. a été une période d’hégémonie politique, de croissance économique et d’épanouissement culturel pour les Athéniens, que l’on appelle parfois l’âge d’or d’Athènes. La dernière partie de cette période est souvent appelée l’Âge de Périclès. Après la paix avec la Perse au Vème siècle avant J.-C., ce qui a commencé comme une alliance de villes-États indépendantes est devenu un empire athénien. Athènes a abandonné la prétention de parité entre ses alliés et a transféré le trésor de la Ligue de Délos à Athènes, où elle a financé la construction de l’Acropole athénienne, a mis la moitié de sa population sur la liste de paie publique et a maintenu la puissance navale dominante dans le monde grec. Avec les fonds de l’empire, la domination militaire et ses fortunes politiques guidées par l’homme d’État et l’orateur Périclès, Athènes a produit certains des artefacts culturels les plus influents et les plus durables de la tradition occidentale, pendant ce qui est devenu l’âge d’or de la démocratie athénienne, ou l’âge de Périclès. Les dramaturges Eschyle, Sophocle et Euripide ont tous vécu et travaillé à Athènes à cette époque, tout comme les historiens Hérodote et Thucydide, le médecin Hippocrate et le philosophe Socrate.

Colonnes de l'acropole
Cette image montre six cariatides. Une cariatide est une figure féminine sculptée servant de support architectural à la place d’une colonne ou d’un pilier soutenant un entablement sur sa tête.

Périclès était sans doute l’homme d’État, l’orateur et le général grec le plus éminent et le plus influent d’Athènes pendant son âge d’or. L’une de ses réformes les plus populaires pendant son règne fut de permettre aux thètes (Athéniens sans richesse) d’occuper des fonctions publiques. Un autre succès de son administration fut la création de la misthophorie, un salaire spécial pour les citoyens qui se rendaient aux tribunaux en tant que jurés. En tant que dirigeant d’Athènes, il a aidé la ville à prospérer grâce à une culture resplendissante et à des institutions démocratiques.

Institutions politiques athéniennes du Vème siècle

L’administration de l’État athénien était gérée par un groupe de personnes appelées magistrats, qui étaient soumis à un contrôle public rigoureux et choisis par tirage au sort. Seuls deux magistrats étaient directement élus par l’Assemblée populaire : les stratèges (ou généraux), et les magistrats des finances. Tous les magistrats ont servi pendant un an ou moins, à l’exception de Périclès, qui a été élu année après année à une fonction publique. À la fin de leur service, les magistrats étaient tenus de rendre compte de leur administration et de l’utilisation des finances publiques.

Les postes les plus élitistes du système politique athénien étaient occupés par des archontes. Dans le passé, ils étaient à la tête de l’État athénien, mais à l’époque de Périclès, ils ont perdu beaucoup de leur influence et de leur pouvoir, bien qu’ils aient continué à présider les tribunaux. L’Assemblée du peuple fut le premier organe de la démocratie à Athènes. En théorie, elle était composée de tous les citoyens d’Athènes. Cependant, on estime que le nombre maximum de participants qu’elle a connu était de 6000. L’Assemblée se réunissait devant l’Acropole et décidait des lois et des décrets. Une fois que l’Assemblée avait pris sa décision sur un sujet donné, la question était soumise au Conseil, ou Boule, pour approbation définitive.

Le Conseil était composé de 500 membres, 50 de chaque tribu, et fonctionnait comme une extension de l’Assemblée. Les membres du Conseil étaient choisis par tirage au sort de la même manière que les magistrats et supervisaient le travail des magistrats en plus d’autres projets juridiques et détails administratifs. Ils supervisaient également les affaires extérieures de la cité-État.

La défaite athénienne et la conquête de la Macédoine

Initialement prévue comme une association de cités-États grecques pour poursuivre la lutte contre les Perses, la Ligue de Délos s’est rapidement transformée en un véhicule pour les ambitions impériales d’Athènes et la construction d’un empire. Les tensions qui en ont résulté ont provoqué la guerre du Péloponnèse (431-404 avant J.-C.), au cours de laquelle Athènes a été vaincue par son rival, Sparte. Au milieu du IVème siècle avant J.-C., le royaume grec du nord de Macédoine devenait dominant dans les affaires athéniennes. En 338 avant J.-C., les armées de Philippe II de Macédoine ont défait une alliance de certaines des cités-États grecques, dont Athènes et Thèbes, à la bataille de Chéronée, mettant ainsi fin à l’indépendance d’Athènes.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Cléisthène renverse le dictateur Hippias en 511/510 avant J.-C. afin d’établir la démocratie à Athènes
  • Athènes est entrée dans son âge d’or au Vème siècle avant J.-C., lorsqu’elle a abandonné la prétention de parité et a transféré le trésor de la Ligue de Délos à Athènes. Cet argent a permis de financer la construction de l’Acropole athénienne, de mettre la moitié de la population athénienne sur la liste de paie publique et de permettre à Athènes de construire et de maintenir la puissance navale dominante dans le monde grec.
  • Grâce aux fonds de l’empire, à la domination militaire et aux fortunes politiques guidées par l’homme d’État et l’orateur Périclès, Athènes a produit certains des artefacts culturels les plus influents et les plus durables de la tradition occidentale.
  • Les tensions au sein de la Ligue de Délos ont provoqué la guerre du Péloponnèse (431-404 avant J.-C.), au cours de laquelle Athènes a été vaincue par son rival, Sparte. Athènes a perdu encore plus de pouvoir lorsque les armées de Philippe II ont défait une alliance de villes-États grecques.

Termes clefs

  • Périclès : Un homme d’État grec éminent et influent, orateur et général d’Athènes pendant son âge d’or, dans l’intervalle entre les guerres de Perse et du Péloponnèse.
  • Ligue de Délos: Fondée en 478 avant J.-C., une association de villes-États grecques sous la direction d’Athènes, dont le but était de combattre l’Empire perse pendant les guerres médiques.
  • Acropole : Une colonie, en particulier une citadelle, construite sur une zone de terrain surélevée, souvent une colline aux flancs abrupts, choisie à des fins de défense. Souvent le noyau de grandes villes de l’Antiquité classique.

 

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.