Catégories
Histoire de l'humanité

Sparte

Sparte, connue pour sa culture militariste et les droits des femmes inégalés, était une puissance militaire dominante dans la Grèce classique.

Sparte était une ville-état importante de la Grèce antique, située sur les rives de l’Eurotas en Laconie, dans le sud-est du Péloponnèse. Elle est devenue une entité politique vers le Xème siècle avant J.-C., lorsque les Doriens envahisseurs ont assujetti la population locale non dorienne. Vers 650 avant J.-C., elle est devenue la puissance militaire dominante de la Grèce antique. Étant donné sa prééminence militaire, Sparte a été reconnue comme le leader général des forces grecques combinées pendant les guerres médiques. Entre 431 et 404 av. J.-C., Sparte a été le principal ennemi d’Athènes pendant la guerre du Péloponnèse, dont elle est sortie victorieuse, bien qu’à grands frais. La défaite de Sparte par Thèbes à la bataille de Leuctre en 371 avant J.-C. a mis fin au rôle prépondérant de Sparte en Grèce. Cependant, elle a maintenu son indépendance politique jusqu’à la conquête de la Grèce par les Romains en 146 avant J.-C.
La carte montre la structure politique de la Grèce à l’époque archaïque, de 750 à 490 avant J.-C. Boetia, Attica, Argolis, Delos, Crète, Lindos et Mytilène étaient des villes-états. Spara, Archaea, Aetolia, Epire, Thessalie et Macédoine, en revanche, étaient des zones tribales.

Carte des Cité-Etat et de la grèce antique
Géographie politique de la Grèce antique : La carte montre la structure politique de la Grèce à l’époque archaïque.

L’essor de la Sparte classique

Les Spartiates étaient déjà considérés comme une force de combat terrestre avec laquelle il fallait compter lorsque, en 480 avant J.-C., une petite force de Spartiates, de Thespies et de Thébains a pris une position finale légendaire à la bataille des Thermopyles contre l’armée massive perse pendant les guerres médiques. Les forces grecques ont subi de très lourdes pertes avant d’être finalement encerclées et vaincues. Un an plus tard, Sparte a mené une alliance grecque contre les Perses lors de la bataille de Plataea où leur armement supérieur, leur stratégie et leur armure de bronze se sont avérés être un atout énorme pour obtenir une victoire retentissante. Cette victoire décisive a mis fin à la guerre médique, ainsi que les ambitions des Perses de s’étendre en Europe. Bien qu’ayant été combattue dans le cadre d’une alliance, la victoire est attribuée à Sparte, qui a été le chef de facto de toute l’expédition grecque.

Au cours de la dernière période classique, Sparte s’est battue entre Athènes, Thèbes et la Perse pour la suprématie dans la région. À la suite de la guerre du Péloponnèse, Sparte a développé une formidable puissance navale, ce qui lui a permis de soumettre de nombreux États grecs clés et même de dominer l’élite de la marine athénienne. Une période d’hégémonie spartiate a été inaugurée à la fin du Vème siècle avant J.-C., lorsque Sparte a vaincu l’Empire athénien et a envahi les provinces perses d’Anatolie.

Culture et gouvernement spartiates

Sparte fonctionnait sous une oligarchie. L’État était dirigé par deux rois héréditaires des familles Agiad et Eurypontid, tous deux soi-disant descendants d’Héraclès, et égaux en autorité de sorte qu’on ne pouvait pas agir contre le pouvoir et les décrets politiques de son collègue. Unique dans la Grèce antique par son système social et sa constitution, la société spartiate était entièrement axée sur l’entraînement militaire et l’excellence. Ses habitants étaient classés en Spartiates (citoyens spartiates jouissant de tous les droits), Mothakes (non spartiates, hommes libres élevés comme spartiates), Perioikoi (hommes libres), et Helots (serfs de l’État, faisant partie de la population locale asservie, non spartiate).

Les Spartiates de sexe masculin commencent leur entraînement militaire à l’âge de sept ans. L’entraînement était conçu pour encourager la discipline et la résistance physique, ainsi que pour souligner l’importance de l’État spartiate. Les garçons vivaient dans des mess communaux et, selon Xenophon, dont les fils fréquentaient l’agoge, les garçons étaient nourris « juste la bonne quantité pour qu’ils ne deviennent jamais léthargiques en étant trop pleins, tout en leur donnant un goût de ce que c’est que de ne pas avoir assez ». Outre l’entraînement physique et l’entraînement aux armes, les garçons ont étudié la lecture, l’écriture, la musique et la danse. Des punitions spéciales étaient imposées si les garçons ne répondaient pas aux questions de manière suffisamment laconique (c’est-à-dire brièvement et avec esprit).

Un hoplite spartiate
Hoplite spartiate : Statue en marbre d’une hoplite à tête de mort (Vème siècle avant J.-C.), Musée archéologique de Sparte, Grèce.

À l’âge de 20 ans, le citoyen spartiate commence à adhérer à l’un des syssitia (mess ou clubs de restauration), composés d’une quinzaine de membres chacun, et qui sont obligatoires. Chaque groupe y apprenait à créer des liens et à compter les uns sur les autres. Les Spartiates n’étaient pas éligibles à une fonction publique avant l’âge de 30 ans. Seuls les spartiates de souche étaient considérés comme des citoyens à part entière, et étaient obligés de suivre un entraînement militaire comme le prescrivait la loi, ainsi que de participer et de contribuer financièrement à l’un des systèmes.

Les femmes spartiates

Les citoyennes spartiates jouissaient d’un statut, d’un pouvoir et d’un respect inégalés dans le reste du monde classique. Le statut supérieur des femmes dans la société spartiate a commencé dès la naissance. Contrairement à Athènes, les filles spartiates recevaient la même nourriture que leurs frères. Elles n’étaient pas non plus confinées dans la maison de leur père, ni empêchées de faire de l’exercice ou de prendre l’air. Les femmes spartiates participaient même à des compétitions sportives. Plus important encore, plutôt que de se marier à l’âge de 12 ou 13 ans, la loi spartiate interdisait le mariage d’une fille jusqu’à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine. Les raisons de retarder le mariage étaient d’assurer la naissance d’enfants en bonne santé, mais l’effet était d’épargner aux femmes spartiates les dangers et les dommages durables pour la santé associés à la grossesse chez les adolescentes.

Les femmes spartiates, mieux nourries dès l’enfance et plus en forme grâce à l’exercice physique, avaient beaucoup plus de chances d’atteindre la vieillesse que leurs sœurs dans d’autres villes grecques, où l’espérance de vie médiane était de 34,6 ans, soit environ dix ans de moins que celle des hommes. Contrairement aux Athéniennes, qui portaient des vêtements lourds et dissimulés et que l’on voyait rarement à l’extérieur de la maison, les Spartiates portaient des robes (peplos) fendues sur le côté pour permettre une plus grande liberté de mouvement, et se déplaçaient librement dans la ville, soit en marchant, soit en conduisant des chars.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Sparte était une ville-état importante de la Grèce antique, située sur les rives du fleuve Eurotas en Laconie, dans le sud-est du Péloponnèse.
  • En raison de sa prééminence militaire, Sparte a été reconnue comme le chef de file des forces grecques combinées pendant les guerres médiques, et a vaincu Athènes pendant la guerre du Péloponnèse.
  • La défaite de Sparte par Thèbes dans la bataille de Leuctre en 371 avant J.-C. a mis fin au rôle prépondérant de Sparte en Grèce, mais elle a maintenu son indépendance politique jusqu’à la conquête de la Grèce par les Romains en 146 avant J.-C.
  • Sparte a fonctionné sous une oligarchie de deux rois héréditaires.
    Unique dans la Grèce antique pour son système social et sa constitution, la société spartiate se concentrait fortement sur l’entraînement militaire et l’excellence.
  • Les femmes spartiates jouissaient d’un statut, d’un pouvoir et d’un respect inégalés dans le reste du monde classique.

Termes clefs

  • Sparte : Une ville-état importante de la Grèce antique située sur les rives du fleuve Eurotas en Laconie. La puissance militaire dominante dans la Grèce antique.
  • agoge : Le régime d’éducation et de formation rigoureux imposé à tous les citoyens spartiates de sexe masculin, à l’exception des fils ainés des maisons régnantes Eurypontid et Agiad.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.