Catégories
Histoire de l'humanité

L’époque classique de la Grèce antique

La Grèce classique s’est élevée après la chute des tyrans athéniens et l’institution des réformes démocratiques de Cléisthène, et a duré tout au long des Vème et IVème siècles avant Jésus-Christ.

La Grèce classique a été une période de 200 ans dans la culture grecque, du Vème au IVème siècle avant J.-C. Cette période a vu l’annexion d’une grande partie de la Grèce moderne par l’Empire perse, ainsi que son indépendance ultérieure. La Grèce classique a également eu une grande influence sur l’Empire romain, et a grandement influencé les fondements de la civilisation occidentale. Une grande partie de la politique occidentale moderne, de la pensée artistique et scientifique, de la littérature et de la philosophie dérive de cette période de l’histoire grecque. La période classique a été précédée par la période archaïque, et a été suivie par la période hellénistique.

L’essor des cités-États

Le terme « cité-État », d’origine anglaise, ne traduit pas complètement le terme grec pour ces mêmes entités, polis. Les polis étaient différentes des anciennes cités-États en ce sens qu’elles étaient dirigées par les corps des citoyens qui y vivaient. Nombre d’entre elles ont été initialement établies, comme à Sparte, par le biais d’un réseau de villages, avec un centre de gouvernance établi dans un centre urbain central. Au fur et à mesure que la notion de citoyenneté a pris de l’importance chez les propriétaires terriens, la polis en est venue à incarner un corps entier de citoyens et le terme pourrait être utilisé pour décrire la population d’un lieu, plutôt que l’emplacement physique lui-même. Les éléments de base d’une polis comprenaient souvent les éléments suivants :

  • Autonomie, autonomie et indépendance
  • Un centre social et un marché financier, appelé agora
  • Urbanisme et architecture
  • Temples, autels et autres lieux sacrés, dont beaucoup seraient dédiés à la divinité protectrice de la ville
  • Les espaces publics, tels que les gymnases et les théâtres
  • Des murs de défense pour se protéger contre les invasions
  • Monnaie frappée par la ville

Les Polis ont été établies et élargies par le synœcisme, ou l’absorption des villages et tribus voisins. La plupart des villes étaient composées de plusieurs tribus, elles-mêmes composées de groupes partageant des ancêtres communs, et de leurs familles élargies. Le territoire était un moyen moins utile pour réfléchir à la forme d’une polis que les régions d’associations religieuses et politiques partagées.

Les habitants d’une polis étaient généralement divisés en quatre classes sociales distinctes, le statut d’un individu étant généralement déterminé à la naissance. Les hommes adultes libres nés de citoyens légitimes étaient considérés comme des citoyens jouissant de tous les droits légaux et politiques, y compris le droit de vote, d’être élu et de porter des armes, avec l’obligation de servir dans l’armée en temps de guerre. Les femmes de la famille et les enfants mineurs des citoyens de plein droit étaient également considérés comme des citoyens, mais ils n’avaient pas de droits politiques formels. Ils étaient généralement représentés au sein de la société par leurs parents adultes de sexe masculin. Les citoyens d’autres pôles qui choisissaient de résider dans un autre pôle possédaient tous les droits dans leur lieu d’origine, mais n’avaient aucun droit politique dans leur nouveau lieu de résidence. Dans le cas contraire, ces citoyens jouissaient de tous les droits personnels et patrimoniaux soumis à l’impôt. Enfin, les esclaves étaient considérés comme des biens de leur propriétaire et n’avaient pas d’autres droits ou privilèges que ceux accordés par leur propriétaire.

Les guerres gréco-persanes

Les guerres gréco-persanes, également appelées guerres de Perse, sont une série de conflits qui ont commencé en 499 avant J.-C. et qui ont duré jusqu’en 449 avant J.-C., entre l’empire achéménide de Perse (l’Iran actuel) et les cités-états grecques. Le conflit a commencé lorsque Cyrus le Grand a conquis la région d’Ionie habitée par les Grecs en 547 avant Jésus-Christ. Après avoir lutté pour contrôler les villes d’Ionie, les Perses ont nommé des tyrans pour diriger chacune d’entre elles. Cependant, lorsque le tyran de Miletus se lança dans une expédition infructueuse pour conquérir l’île de Naxos avec le soutien des Perses, une rébellion fut déclenchée dans toute l’Asie mineure hellénique contre les Perses. Cette rébellion, connue sous le nom de révolte ionienne, dura jusqu’en 493 avant J.-C. et attira de plus en plus de régions de l’Asie mineure dans le conflit.

Finalement, les Ioniens ont subi une défaite décisive et la rébellion s’est effondrée. Par la suite, Darius le Grand, le perse, a cherché à protéger son empire contre de nouvelles révoltes et l’ingérence des Grecs du continent, et s’est lancé dans un plan pour conquérir toute la Grèce. La première invasion perse de la Grèce a commencé en 492 avant J.-C., et a réussi à conquérir la Macédoine et à soumettre à nouveau la Thrace. En 490 avant J.-C., une deuxième force fut envoyée en Grèce de l’autre côté de la mer Égée, et réussit à soumettre les Cyclades. Cependant, les Perses furent vaincus par les Athéniens à la bataille de Marathon, mettant ainsi un terme au plan de Darius jusqu’à sa mort en 486 avant J.-C.

En 480 avant J.-C., le fils de Darius, Xerxès, a personnellement dirigé la deuxième invasion perse de la Grèce avec l’une des plus grandes armées antiques jamais réunies. Son invasion fut couronnée de succès et Athènes fut brûlée. Cependant, l’année suivante, les États grecs alliés passèrent à l’offensive, en défaisant l’armée perse à la bataille de Plataea et en mettant fin à l’invasion de la Grèce. Les Grecs ont continué à expulser les forces persanes de Grèce et des régions environnantes, mais les actions du général spartiate Pausanias au siège de Byzance ont aliéné de nombreux États grecs des Spartiates, ce qui a entraîné la reconstitution de l’alliance anti-persane autour du leadership athénien dans ce qui est devenu la Ligue Delian. La Ligue Delian a poursuivi la campagne contre les Perses pendant les trois décennies suivantes. Certaines sources historiques suggèrent que la fin des hostilités entre les Grecs et les Perses a été marquée par un traité de paix entre Athènes et la Perse, appelé la Paix de Callias.

La démocratie athénienne

La démocratie athénienne s’est développée autour du Ve siècle avant J.-C., dans la cité-État grecque d’Athènes. C’est la première démocratie connue dans le monde. D’autres villes grecques ont mis en place des démocraties, la plupart suivant le modèle athénien, mais aucune n’est aussi bien documentée qu’Athènes. La démocratie athénienne était un système de démocratie directe, dans lequel les citoyens participants votaient directement sur les lois et les projets de loi de l’exécutif. La participation était ouverte aux hommes adultes propriétaires de terres, qui, selon les historiens, étaient au nombre de 30 000 à 50 000, sur une population totale d’environ 250 000 à 300 000 personnes.

Avant la première tentative de gouvernement démocratique, Athènes était gouvernée par une série d’archontes, ou premiers magistrats, et l’Aréopage, qui était composé d’anciens archontes. Les archontes étaient généralement des aristocrates qui dirigeaient à leur propre avantage. De plus, une série de lois codifiées par Dracon en 621 avant J.-C. renforça le pouvoir de l’aristocratie sur tous les autres citoyens. Un médiateur appelé Solon a remodelé la cité-État en restructurant la façon dont la citoyenneté était définie afin d’y absorber l’aristocratie traditionnelle, et a établi le droit de chaque Athénien à participer aux réunions des assemblées dirigeantes. L’Aréopage, cependant, a conservé le pouvoir législatif ultime.

Cléisthène

En 510 avant J.-C., les troupes spartiates ont aidé les Athéniens à renverser leur roi, le tyran Hippias, fils de Peisistratos. Cléomène Ier, roi de Sparte, met en place une oligarchie pro-Spartan dirigée par Isagoras. Mais son rival, Cléisthène, avec le soutien de la classe moyenne et aidé par les démocrates, parvient à prendre le pouvoir. Cléomène intervient en 508 et 506 avant J.-C., mais ne peut arrêter Cléisthène, qui est alors soutenu par les Athéniens. Par ses réformes, le peuple dote sa ville d’institutions dotées de droits égaux (institutions isonomiques) et instaure l’ostracisme, procédure par laquelle tout citoyen peut être expulsé de la ville-État d’Athènes pendant dix ans.

Cléisthène
Buste de Cléisthène : Buste moderne de Cléisthène, connu comme « le père de la démocratie athénienne », exposé à la Statehouse de l’Ohio, à Columbus, Ohio. Cléisthène, le père de la démocratie grecque, a réformé le gouvernement athénien traditionnel contrôlé par les tribus au pouvoir pour en faire le premier gouvernement « du peuple » (un demos, ou démocratie).

La démocratie isonomique et iségorique a d’abord été organisée en environ 130 dèmes – des subdivisions politiques créées dans toute l’Attique. Dix mille citoyens exerçaient leur pouvoir via une assemblée (l’ekklesia, en grec), dont ils faisaient tous partie, qui était dirigée par un conseil de 500 citoyens choisis au hasard. La géographie administrative de la ville est remaniée, l’objectif étant d’avoir des groupes politiques mixtes – non fédérés par des intérêts locaux liés à la mer, à la ville ou à l’agriculture – dont les décisions (déclaration de guerre, etc.) dépendraient de leur situation géographique. Le territoire de la ville a ensuite été divisé en 30 trithées. C’est ce corpus de réformes qui va permettre l’émergence d’une démocratie plus large dans les années 460 et 450 avant Jésus-Christ.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La période classique a suivi la période archaïque, et a été suivie par la période hellénistique.
  • Une grande partie de la politique occidentale moderne, de la pensée artistique et scientifique, de la littérature et de la philosophie dérive de cette période de l’histoire grecque.
  • Grâce aux réformes de Cléisthène, le peuple a doté sa ville d’institutions isonomiques et a instauré l’ostracisme.
  • Un corpus de réformes apportées à l’administration politique athénienne durant cette période a conduit à l’émergence d’une démocratie plus large dans les années 460 et 450 avant Jésus-Christ.

Termes clefs

  • trittyes : Divisions de la population dans l’Attique antique, établies par les réformes de Cléisthène en 508 avant J.-C.
    ostracisme : Procédure prévue par la démocratie athénienne selon laquelle tout citoyen pouvait être expulsé de la ville-État d’Athènes pendant dix ans.
  • isonomique : Terme utilisé par les écrivains de la Grèce antique pour désigner divers types de gouvernement populaire ayant pour objectif général « l’égalité des droits ».
  • Cléisthène : Un noble Athénien de la famille des Alcméonides, crédité d’avoir réformé la constitution de l’Athènes antique et de l’avoir démocratisée en 508/7 avant J.-C.
  • Grèce classique : Une période de 200 ans dans la culture grecque, du Vème au IVème siècle avant Jésus-Christ.

 

 

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.