Catégories
Histoire de l'humanité

La culture dans la Sparte classique

Bien que la société spartiate ait été fortement régimentée, militairement et socialement, les classes asservies et les femmes ont bénéficié de plus grands privilèges par rapport aux populations des autres cités-états grecques.

Le système politique spartiate

Sparte fonctionnait sous une oligarchie. L’État était dirigé par deux rois héréditaires des familles Agiad et Eurypontid, tous deux soi-disant descendants d’Héraclès, et égaux en autorité de sorte qu’on ne pouvait pas agir contre le pouvoir et les décrets politiques de son collègue. Les devoirs des rois étaient de nature religieuse, judiciaire et militaire. Ils étaient les principaux prêtres de l’État et maintenaient le contact avec Delphes, le sanctuaire qui exerçait une grande autorité dans la politique spartiate.

En 450 av. J.-C., l’autorité judiciaire des rois se limitait aux affaires concernant les héritiers, les adoptions et les voies publiques. Au fil du temps, les prérogatives royales furent encore réduites jusqu’à ce que, en dehors de leur service en tant que généraux militaires, les rois deviennent de simples figures de proue. Par exemple, à partir des guerres médiques, les rois ont perdu le droit de déclarer la guerre et ont été suivis sur le terrain par deux fonctionnaires, appelés éphores. Les éphores ont également supplanté le leadership des rois dans le domaine de la politique étrangère. Les affaires civiles et pénales étaient également tranchées par les éphores, ainsi que par un conseil de 28 anciens de plus de 60 ans, appelé la gérousia. Les gérousia étaient élus à vie et étaient généralement membres de l’une des deux familles royales. Les gérousia discutaient des décisions politiques de haut niveau de l’État, puis proposaient des alternatives d’action au damos – un corps collectif de citoyens spartiates, qui choisissaient ensuite l’une des options par vote.

La citoyenneté spartiate

Unique dans la Grèce antique pour son système social, la société spartiate était entièrement axée sur l’entraînement militaire et l’excellence. Ses habitants étaient classés en Spartiates (citoyens spartiates, qui jouissaient de tous les droits), Mothakes (non spartiates, hommes libres élevés comme spartiates), Perioikoi (habitants libres, mais non citoyens), et Hilotes (serfs de l’État, faisant partie de la population locale asservie, non spartiate).

Les Spartiates masculins ont commencé leur entraînement militaire à l’âge de sept ans. L’entraînement était conçu pour encourager la discipline et la résistance physique, ainsi que pour souligner l’importance de l’état spartiate. En général, seuls les hommes qui devaient devenir Spartiates suivaient un entraînement militaire, bien qu’il y ait deux exceptions à cette règle. Les trophimoi, ou « fils adoptifs », provenant d’autres villes-états grecques étaient autorisés à suivre un entraînement en tant qu’étudiants étrangers. Par exemple, le général athénien Xénophon envoya ses deux fils à Sparte en tant que trophimoi. De plus, les fils d’Hilotes pouvaient s’inscrire en tant que syntrophos si un Spartiate l’adoptait officiellement et payait sa part. Si un syntrophos réussissait exceptionnellement bien à l’entraînement, il pouvait être parrainé pour devenir Spartiate. De même, si un Spartiate n’avait pas les moyens de payer les dépenses liées à l’entraînement militaire, il pouvait potentiellement perdre son droit à la citoyenneté.

Schéma hiérarchique des Spartiates
La société spartiate était fortement compartimenté, avec un système de classes clairement délimité.

Les garçons qui suivaient l’entraînement vivaient dans des mess communaux et, selon Xenophon, dont les fils fréquentaient l’agoge, les garçons étaient nourris « juste ce qu’il fallait pour qu’ils ne deviennent jamais léthargiques en étant trop pleins, tout en leur donnant un avant-goût de ce que c’est que de ne pas avoir assez ». Outre l’entraînement physique et l’entraînement aux armes, les garçons ont étudié la lecture, l’écriture, la musique et la danse. Des punitions spéciales étaient imposées si les garçons ne répondaient pas aux questions de manière suffisamment laconique (c’est-à-dire brièvement et avec esprit).

À l’âge de 20 ans, le citoyen spartiate commençait à adhérer à l’un des syssitia (cantines), qui étaient composés d’une quinzaine de membres chacun et qui étaient obligatoires. Chaque groupe y apprenait à créer des liens et à compter les uns sur les autres. Les Spartiates n’étaient pas éligibles à une fonction publique avant l’âge de 30 ans. Seuls les spartiates de souche étaient considérés comme des citoyens à part entière, et étaient obligés de suivre un entraînement militaire comme le prescrivait la loi, ainsi que de participer et de contribuer financièrement à l’un des systèmes.
Hilotes

Les Spartiates étaient en fait une minorité au sein de Sparte, et les Hilotes constituaient la plus grande classe d’habitants de la ville-État. Les Héros étaient à l’origine des Grecs libres que les Spartiates avaient vaincus au combat, puis réduits en esclavage. Contrairement aux populations conquises par d’autres villes grecques, la population masculine des Hilotes n’a pas été exterminée, et les femmes et les enfants n’ont pas été traités comme des biens meubles. Au contraire, les Hilotes se voyaient attribuer une position subordonnée au sein de la société spartiate, plus comparable à celle des serfs de l’Europe médiévale. Bien que les Hilotes n’aient pas eu le droit de vote, ils jouissaient d’une position relativement privilégiée par rapport aux populations esclaves des autres cités-états grecques.

Le poète spartiate Tyrtaios raconte que les Hilotes étaient autorisés à se marier et à conserver la moitié des fruits de leur travail. Ils jouissaient également de la liberté religieuse et pouvaient posséder une quantité limitée de biens personnels. Jusqu’à 6 000 Héros ont même accumulé assez de richesses pour acheter leur propre liberté en 227 avant Jésus-Christ.

Comme les Spartiates étaient des soldats à plein temps, le travail manuel revenait à la population hilote qui travaillait comme serfs non qualifiés, labourant la terre spartiate ou accompagnant l’armée spartiate en tant que non-combattants. Les femmes hilotes étaient souvent utilisées comme nourrices.

Les relations entre les Hilotes et leurs maîtres spartiates étaient souvent tendues, et il est prouvé qu’au moins une révolte d’Hilotes a eu lieu vers 465-460 avant JC. De nombreux historiens affirment que les Hilotes, parce qu’ils avaient droit à des privilèges tels que le maintien de la famille et des groupes de parenté et la propriété des biens, étaient mieux à même de conserver leur identité de peuple conquis et étaient donc plus efficaces pour organiser des rébellions. Au fil du temps, la population des Spartiates a continué à diminuer et celle des Hilotes à augmenter, et le déséquilibre du pouvoir a exaspéré les tensions qui existaient déjà.

Les Spartiates

Les femmes spartiates jouissaient d’un statut, d’un pouvoir et d’un respect inégalés dans le reste du monde classique. Le statut supérieur des femmes dans la société spartiate a commencé dès la naissance. Contrairement à Athènes, les filles spartiates recevaient la même nourriture que leurs frères. Elles n’étaient pas non plus confinées dans la maison de leur père, ni empêchées de faire de l’exercice ou de prendre l’air. Les femmes spartiates participaient même à des compétitions sportives. Plus important encore, plutôt que de se marier à l’âge de 12 ou 13 ans, la loi spartiate interdisait le mariage d’une fille jusqu’à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine. Les raisons de retarder le mariage étaient d’assurer la naissance d’enfants en bonne santé, mais l’effet était d’épargner aux femmes spartiates les dangers et les dommages durables pour la santé associés à la grossesse chez les adolescentes.

Les femmes spartiates, mieux nourries dès l’enfance et plus en forme grâce à l’exercice physique, avaient bien plus de chances de vieillir que leurs sœurs de
d’autres villes grecques où l’espérance de vie médiane était de 34,6 ans, soit environ dix ans de moins que celle des hommes. Contrairement aux Athéniennes qui portaient des vêtements lourds et dissimulés et que l’on voyait rarement à l’extérieur de la maison, les Spartiates portaient des robes (peplos) fendues sur le côté pour permettre une plus grande liberté de mouvement, et se déplaçaient librement dans la ville, soit en marchant, soit en conduisant des chars.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Sparte était une cité-état oligarchique, dirigée par deux rois héréditaires ayant une autorité égale.
    La société spartiate était largement structurée autour de l’armée, et autour de l’entraînement militaire.
  • Les habitants étaient classés en Spartiates (citoyens spartiates, qui jouissaient de tous les droits), Mothakes (non-Spartiate, hommes libres élevés en Spartiates), Perioikoi (habitants libres, mais non citoyens), et Hilotes (serfs de l’État, faisant partie de la population locale non-Spartiate asservie).
  • Les Spartiates ont commencé leur entraînement militaire à l’âge de sept ans.
  • À l’âge de 20 ans, les Spartiates ont été initiés à la citoyenneté à part entière et ont rejoint un syssitia.
  • Les Spartiates ont bénéficié de nombreux privilèges, en comparaison avec les populations esclaves des autres villes-états grecques.
  • La population des Hilotes était plus nombreuse que celle des Spartiates et s’est accrue au fil du temps, provoquant des tensions sociales.
  • Les femmes spartiates jouissaient d’un statut, d’un pouvoir et d’un respect inégalés dans le reste du monde classique.

Termes clefs

  1. Delphes : Un célèbre sanctuaire ancien qui servait de siège à un oracle, qui consultait sur les décisions importantes dans tout le monde classique antique.
  2. éphore : Les éphores étaient d’anciens fonctionnaires spartiates qui partageaient le pouvoir avec les rois héréditaires. Cinq personnes étaient élues chaque année pour prêter serment au nom de la ville, alors que les rois servaient toute leur vie et ne prêtaient serment qu’en leur nom propre.
  3. gérousie : La gérousie étaient un conseil des anciens de Sparte composé d’hommes de plus de 60 ans, élus à vie, et généralement membres de la famille de l’un des deux rois.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.