Catégories
Histoire de l'humanité

La société athénienne classique

La société athénienne classique était structurée comme un patriarcat démocratique qui s’efforçait d’atteindre des idéaux égalitaires.

Structure du gouvernement athénien

Au sein de l’Assemblée du peuple, les citoyens athéniens décidaient des questions d’État. En théorie, elle était composée de tous les citoyens d’Athènes ; cependant, on estime que le nombre maximum de participants qu’elle comprenait était de 6 000. Comme de nombreux citoyens étaient incapables d’exercer leurs droits politiques, en raison de leur pauvreté ou de leur ignorance, il existait un certain nombre de ressources gouvernementales pour encourager l’inclusion. Par exemple, la démocratie athénienne a fourni les éléments suivants à sa population :

  • Concession des salaires aux fonctionnaires
  • Aider les pauvres à trouver du travail
  • Attribution de terres aux villageois dépossédés
  • Assistance publique aux veuves de guerre, aux invalides, aux
  • orphelins et aux indigents

Afin de décourager la corruption et le favoritisme, la plupart des fonctions publiques qui ne requièrent pas d’expertise spécialisée ont été nommées par tirage au sort plutôt que par élection. Les postes ont également fait l’objet d’une rotation afin que les membres puissent exercer toutes les fonctions à tour de rôle, afin de garantir que les fonctions politiques soient instituées le plus harmonieusement possible, indépendamment des capacités de chaque fonctionnaire.

Lorsque l’Assemblée du peuple prenait des décisions sur des lois et des décrets, la question était soumise à un organe appelé Conseil, ou Boule, pour approbation définitive. Le Conseil était composé de 500 membres, 50 de chaque tribu, et fonctionnait comme une extension de l’Assemblée. Les membres du Conseil, qui étaient tirés au sort, supervisaient le travail des autres fonctionnaires du gouvernement, les projets juridiques et autres détails administratifs. Ils supervisaient également les affaires extérieures de la cité-État.

Les Athéniens au temps des Périclès

L’élite athénienne vivait modestement et sans grand luxe par rapport aux élites des autres sociétés antiques. Les richesses et la propriété foncière n’étaient généralement pas concentrées dans les mains de quelques personnes. En fait, 71-73% de la population possédait 60-65% des terres. En revanche, les thètes occupaient la classe sociale la plus basse des citoyens à Athènes. Les thètes travaillaient pour un salaire ou avaient moins de 200 medimnoi comme revenu annuel. Nombre d’entre eux jouaient un rôle crucial dans la marine athénienne en tant que rameurs, en raison de la préférence de nombreuses marines antiques pour s’appuyer sur des hommes libres pour ramer leurs galères. Lors des réformes d’Éphialtès et de Périclès, vers 460-450 avant J.-C., les thètes ont obtenu le droit d’occuper des fonctions publiques.

Les garçons étaient éduqués à la maison jusqu’à l’âge de sept ans, date à laquelle ils commençaient leur scolarité formelle. Les matières enseignées comprenaient la lecture, l’écriture, les mathématiques et la musique, ainsi que des cours d’éducation physique destinés à préparer les élèves au futur service militaire. À l’âge de 18 ans, le service dans l’armée était obligatoire.

Les femmes athéniennes se consacrent aux soins et à l’entretien de la maison familiale. La société athénienne était un patriarcat ; les hommes détenaient tous les droits et avantages, tels que l’accès à l’éducation et au pouvoir. Néanmoins, certaines femmes, appelées hétaïres, recevaient une éducation dans le but spécifique de divertir les hommes, à l’instar de la tradition des geishas japonaises. Les hétaïres étaient considérées comme ayant un statut supérieur à celui des autres femmes, mais inférieur à celui des hommes. Un exemple célèbre d’hétaïres est la maîtresse de Périclès, Aspasia de Miletus, qui aurait débattu avec d’éminents écrivains et penseurs, dont Socrate.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les citoyens d’Athènes se prononcent sur les questions d’État au sein de l’Assemblée du peuple, principal organe de la démocratie athénienne.
  • La démocratie athénienne a fourni un certain nombre de ressources gouvernementales à sa population afin d’encourager la participation au processus démocratique.
  • De nombreux postes gouvernementaux dans l’Athènes classique ont été tirés au sort, afin de décourager la corruption et le favoritisme.
  • L’élite athénienne vivait de façon relativement modeste, et les richesses et les terres n’étaient pas concentrées dans les mains de quelques-uns, mais plutôt réparties assez équitablement entre les classes supérieures.
  • Les thés occupent le bas de l’échelle de la société athénienne, mais se voient accorder le droit d’occuper des fonctions publiques lors des réformes d’Éphialtès et de Périclès.
  • La société athénienne était un patriarcat ; les hommes détenaient tous les droits et avantages, comme l’accès à l’éducation et au pouvoir.
  • Les femmes athéniennes se consacraient aux soins et à l’entretien de la maison familiale.

Termes clefs

  • thètes : La plus basse classe sociale de citoyens dans l’Athènes antique.
  • Assemblée du peuple : La congrégation démocratique de l’Athènes classique, qui, en théorie, réunissait tous les citoyens pour décider des propositions de lois et de décrets.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.