Catégories
Histoire de l'humanité

La philosophie grecque classique

La Grèce classique a vu fleurir les philosophes, notamment à Athènes pendant son âge d’or. Parmi ces philosophes, les plus célèbres sont Socrate, Platon et Aristote.

Socrate

Buste de Socrate
Socrate : Buste de Socrate, actuellement au Louvre.

Socrate, né à Athènes au Vème siècle avant J.-C., marque un tournant dans la philosophie de la Grèce antique. Athènes était un centre d’apprentissage, avec des sophistes et des philosophes qui voyageaient à travers la Grèce pour enseigner la rhétorique, l’astronomie, la cosmologie, la géométrie, etc. Le grand homme d’État Périclès était cependant étroitement associé à ces nouveaux enseignements, et ses opposants politiques l’ont frappé en profitant d’une réaction conservatrice contre les philosophes. C’est devenu un crime d’enquêter sur des questions au-dessus des cieux ou sous la terre parce qu’elles étaient considérées comme impies. Alors que d’autres philosophes, tels qu’Anaxagore, ont été contraints de fuir Athènes, Socrate a été le seul individu documenté à être accusé en vertu de cette loi, reconnu coupable et condamné à mort en 399 avant Jésus-Christ. Dans la version de son discours de défense présentée par Platon, il affirme que c’est l’envie que les autres ressentent du fait qu’il est philosophe qui conduira à sa condamnation.

De nombreuses conversations impliquant Socrate (telles que racontées par Platon et Xénophon) se terminent sans avoir abouti à une conclusion ferme, un style connu sous le nom d’aporie. On dit que Socrate a poursuivi ce style de questions-réponses approfondies sur un certain nombre de sujets, en essayant généralement d’arriver à une définition défendable et attrayante d’une vertu. Bien que les conversations enregistrées de Socrate fournissent rarement une réponse définitive à la question examinée, plusieurs maximes ou paradoxes pour lesquels il s’est fait connaître se répètent. Socrate enseignait que personne ne désire ce qui est mauvais, et donc que si quelqu’un fait quelque chose qui est vraiment mauvais, ce doit être contre son gré ou par ignorance ; par conséquent, toute vertu est une connaissance. Il fait souvent des remarques sur sa propre ignorance (en prétendant qu’il ne sait pas ce qu’est le courage, par exemple). Platon présente Socrate comme se distinguant du commun des mortels par le fait que, s’ils ne connaissent rien de noble et de bon, ils ne savent pas qu’ils ne savent pas, alors que Socrate sait et reconnaît qu’il ne connaît rien de noble et de bon.

Socrate était moralement, intellectuellement et politiquement en désaccord avec nombre de ses compatriotes athéniens. Lors de son procès, il a utilisé sa méthode de l’elenchos, une méthode dialectique d’enquête qui ressemble la méthode scientifique, pour démontrer aux jurés que leurs valeurs morales sont erronées. Il leur dit qu’ils se préoccupent de leur famille, de leur carrière et de leurs responsabilités politiques alors qu’ils devraient se préoccuper du « bien-être de leur âme ». L’affirmation de Socrate selon laquelle les dieux l’avaient choisi comme émissaire divin semblait provoquer de l’irritation, voire du ridicule. Socrate a également remis en question la doctrine sophistique selon laquelle l’arete (la vertu) peut être enseignée. Il aimait à observer que les pères qui réussissaient (comme l’éminent général militaire Périclès) ne produisaient pas de fils de leur propre qualité. Socrate soutenait que l’excellence morale était davantage une question de legs divin que d’éducation parentale.

Platon

Buste de Platon
Platon : Une copie du buste du portrait de Platon par Silanion.

Platon était un Athénien de la génération qui a suivi Socrate. La tradition antique lui attribue 36 dialogues et 13 lettres, bien que seuls 24 de ces dialogues soient aujourd’hui universellement reconnus comme authentiques. La plupart des érudits modernes pensent qu’au moins 28 dialogues et deux des lettres ont en fait été écrits par Platon, bien que les 36 dialogues aient tous des défenseurs. Les dialogues de Platon mettent en scène Socrate, bien qu’il ne soit pas toujours le chef de file de la conversation. Avec Xénophon, Platon est la principale source d’information sur la vie et les croyances de Socrate, et il n’est pas toujours facile de faire la distinction entre les deux.

Une grande partie de ce que l’on sait des doctrines de Platon provient de ce qu’Aristote rapporte à leur sujet, et de nombreuses doctrines politiques de Platon sont dérivées des œuvres d’Aristote, La République, les Lois et l’Homme d’État. La République contient la suggestion qu’il n’y aura pas de justice dans les villes à moins qu’elles ne soient dirigées par des rois philosophes ; les responsables de l’application des lois sont contraints de mettre en commun leurs femmes, leurs enfants et leurs biens ; et l’on enseigne à l’individu à poursuivre le bien commun par de nobles mensonges. La République détermine qu’une telle ville est probablement impossible, cependant, et suppose généralement que les philosophes refuseraient de gouverner si les citoyens le leur demandaient, et de plus, les citoyens refuseraient de contraindre les philosophes à gouverner en premier lieu.

Le « platonisme » est un terme inventé par les érudits pour désigner les conséquences intellectuelles de la négation, comme le fait souvent le Socrate de Platon, de la réalité du monde matériel. Dans plusieurs dialogues, notamment dans La République, Socrate inverse l’intuition de l’homme du commun sur ce qui est connaissable et ce qui est réel. Alors que la plupart des gens considèrent que les objets de leurs sens sont réels si quelque chose l’est, Socrate méprise les personnes qui pensent que quelque chose doit être saisissable entre les mains pour être réel. L’idée de Socrate selon laquelle la réalité n’est pas accessible à ceux qui utilisent leurs sens est ce qui le met en désaccord avec l’homme ordinaire et avec le bon sens. Socrate dit que celui qui voit avec ses yeux est aveugle, et cette idée est particulièrement célèbre dans son allégorie de la caverne, une analogie paradoxale dans laquelle Socrate affirme que le monde invisible est le plus intelligible et que le monde visible est le moins connaissable et le plus obscur.
Dans l’allégorie, Socrate décrit un groupe de personnes qui ont vécu enchaînées au mur d’une grotte face à un mur vierge. Les gens regardent les ombres projetées sur le mur par le feu qui brûle derrière eux, et les gens commencent à nommer et à décrire les ombres, qui sont les images les plus proches de la réalité dont ils disposent. Socrate explique alors qu’un philosophe est comme un prisonnier libéré de cette grotte qui en vient à comprendre que les ombres sur le mur ne sont pas la réalité.

Aristote

Buste d'Aristote
Aristote : Copie romaine en marbre d’un buste grec en bronze d’Aristote par Lysippe, vers 330 av. Le manteau en albâtre est moderne.

Aristote a quitté sa Stageira natale pour Athènes en 367 avant J.-C. et a commencé à étudier la philosophie, et peut-être même la rhétorique, sous la direction d’Isocrate. Il s’est finalement inscrit à l’Académie de Platon. Il a quitté Athènes environ vingt ans plus tard pour étudier la botanique et la zoologie, est devenu tuteur d’Alexandre le Grand, et est finalement revenu à Athènes une décennie plus tard pour créer sa propre école, le Lycée. Il est le fondateur de l’École de philosophie péripatétique, qui vise à glaner des faits à partir d’expériences et à explorer le « pourquoi » de toute chose. En d’autres termes, il prône l’apprentissage par induction.

Au moins 29 des traités d’Aristote ont survécu, connus sous le nom de corpus Aristotelicum, et abordent une variété de sujets, notamment la logique, la physique, l’optique, la métaphysique, l’éthique, la rhétorique, la politique, la poésie, la botanique et la zoologie. Aristote est souvent décrit comme étant en désaccord avec son professeur, Platon. Il critique les régimes décrits dans la République et les lois de Platon, et qualifie la théorie des formes de « mots vides et de métaphores poétiques ». Il a préféré utiliser l’observation empirique et les préoccupations pratiques dans ses travaux. Aristote ne considérait pas la vertu comme un simple savoir comme le faisait Platon, mais comme un savoir fondé sur la nature, l’habitude et la raison de chacun. La vertu s’acquiert en agissant en accord avec la nature et la modération.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Socrate est surtout connu pour avoir pratiqué un examen approfondi de type questions-réponses sur un certain nombre de sujets, en essayant généralement d’arriver à une définition défendable et attrayante d’une vertu.
  • En 399 avant J.-C., Socrate a été accusé de ses enquêtes philosophiques, condamné à mort.
  • Platon était un étudiant de Socrate, et est l’auteur de nombreux dialogues et lettres, ainsi que l’une des principales sources disponibles pour les chercheurs modernes sur la vie de Socrate.
  • Dans son œuvre déterminante, La République, Platon arrive à la conclusion qu’une ville utopique est probablement impossible parce que les philosophes refuseraient de gouverner et le peuple refuserait de les y contraindre.
  • Aristote était un élève de Platon, le précepteur d’Alexandre le Grand, et le fondateur du Lycée et de l’École de philosophie péripatétique d’Athènes. Il a écrit sur un certain nombre de sujets, notamment la logique, la physique, la métaphysique, l’éthique, la rhétorique, la politique et la botanique.

Termes clefs

  • allégorie de la grotte : Une analogie paradoxale dans laquelle Socrate affirme que le monde invisible est le plus intelligible, et le monde visible le moins connaissable et le plus obscur. Platon fait décrire à Socrate un rassemblement de personnes qui ont vécu enchaînées au mur d’une grotte toute leur vie, face à un mur vierge sur lequel des ombres sont projetées. Les ombres sont aussi proches que les prisonniers de la réalité.
  • aporie : En philosophie, un paradoxe ou un état de perplexité ; en
  • rhétorique, une expression utile du doute.
  • Socrate : Un philosophe grec classique (athénien) crédité comme l’un des fondateurs de la philosophie occidentale. Connu pour son style d’examen sous forme de questions-réponses.
  • Platon : Élève de Socrate et auteur de La République. Un philosophe et mathématicien de la Grèce classique.
  • Aristote : L’élève de Platon, précepteur d’Alexandre le Grand et fondateur du Lycée. Un philosophe grec qui a écrit sur un certain nombre de sujets, notamment la logique, l’éthique et la métaphysique.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.