Catégories
Histoire de l'humanité

Les Germains

Les peuples germaniques ou Germains, une ancienne civilisation nomade, ont utilisé leur force militaire supérieure pour jeter les bases de l’Europe moderne.

Origines

Les peuples germaniques (également appelés Teutons, Suèves ou Goths dans la littérature) sont un groupe ethnolinguistique indo-européen d’origine nord-européenne. Ils sont identifiés par leur utilisation des langues germaniques, qui se sont diversifiées à partir du proto-germanique pendant l’âge du fer pré-romain.

Le terme « germanique » est né à l’époque classique, lorsque des groupes de tribus vivant en Germanie inférieure et supérieure étaient désignés sous cette appellation par les scribes romains. Ces tribus vivaient généralement au nord et à l’est des Gaulois. Les historiens romains les ont décrites comme ayant eu un impact critique sur le cours de l’histoire européenne pendant les invasions barbares, en particulier lors de la bataille historique de la forêt de Teutoburg, où une coalition de tribus germaniques a pris en ambuscade et défait trois légions romaines, ce qui a précipité le retrait stratégique de l’Empire romain de la Grande Germanie.

En tant que groupe linguistique, les peuples germaniques modernes comprennent les Afrikaners, les Autrichiens, les Danois, les Néerlandais, les Anglais, les Flamands, les Frisons, les Allemands, les Islandais, les Écossais des plaines, les Norvégiens, les Suédois et d’autres (y compris les populations de la diaspora, comme certains groupes d’Américains européens).

L’Europe la plus septentrionale, dans ce qui constitue aujourd’hui les plaines européennes du Danemark et du sud de la Scandinavie, est le lieu d’origine le plus probable des peuples germaniques. C’est une région qui était « remarquablement stable » dès le néolithique, lorsque les hommes ont commencé à contrôler leur environnement par l’utilisation de l’agriculture et la domestication des animaux. Les preuves archéologiques donnent l’impression que les peuples germaniques ont commencé à uniformiser leur culture dès 750 avant Jésus-Christ. Avec la croissance de leur population, les Germains ont migré vers l’ouest dans les plaines inondables côtières en raison de l’épuisement des sols de leurs premiers établissements.

Peuples germaniques

Vers 250 avant J.-C., une nouvelle expansion vers le sud, en Europe centrale, a eu lieu et cinq groupes généraux de germaniques sont apparus, chacun employant des dialectes linguistiques distincts mais partageant des innovations linguistiques similaires. Ces cinq dialectes se distinguent comme suit : le germanique du nord dans le sud de la Scandinavie ; le germanique de la mer du Nord dans les régions situées le long de la mer du Nord et dans la péninsule du Jutland, qui forme la partie continentale du Danemark avec le Schleswig-Holstein, un État d’Allemagne du nord ; le germanique du Rhin et de la Weser le long du Rhin moyen et de la Weser, qui se jette dans la mer du Nord près de Bremerhaven ; le germanique de l’Elbe directement le long du fleuve Elbe moyen ; et le germanique de l’Est entre le milieu de l’Oder et la Vistule.

Certaines tendances reconnaissables dans les documents archéologiques existent, car on sait qu’en général, les germaniques de l’Ouest, bien que toujours migrateurs, étaient plus sédentaires géographiquement, alors que les germaniques de l’Est sont restés éphémères pendant une période plus longue. Trois modèles et solutions de peuplement se dégagent, le premier étant l’établissement d’une base agricole dans une région qui leur permettait de faire vivre des populations plus importantes, le deuxième étant que les peuples germaniques défrichaient périodiquement des forêts pour étendre l’étendue de leurs pâturages, et le troisième (et le plus fréquent) étant qu’ils émigraient souvent vers d’autres régions, car ils épuisaient les ressources immédiatement disponibles.

La guerre et la conquête ont suivi la migration des peuples germaniques, les amenant en conflit direct avec les Celtes qui ont été forcés de se germaniser ou d’émigrer ailleurs en conséquence. Les peuples germaniques de l’Ouest se sont finalement installés en Europe centrale et se sont habitués à l’agriculture. Ce sont les différents peuples germaniques de l’Ouest qui sont décrits par César et Tacite. Pendant ce temps, les peuples germaniques de l’Est ont continué leurs habitudes migratoires. Les écrivains romains ont caractérisé les peuples organisés et classifiés, et il se peut très bien qu’ils aient délibérément reconnu les distinctions tribales des différents peuples germaniques afin de choisir des chefs connus et d’exploiter ces différences à leur profit. Cependant, la plupart de ces premiers peuples germaniques partageaient une culture de base, fonctionnaient de manière similaire d’un point de vue économique et n’étaient pas aussi différenciés que les Romains le laissaient entendre. En fait, les tribus germaniques sont difficiles à distinguer des Celtes à bien des égards, simplement sur la base des données archéologiques.

Période de migration

Au cours du Vème siècle, alors que l’Empire romain d’Occident perdait sa force militaire et sa cohésion politique, de nombreux peuples germaniques nomades, sous la pression de la croissance démographique et de l’invasion de groupes asiatiques, ont commencé à migrer en masse dans diverses directions, les emmenant en Grande-Bretagne et loin au sud, à travers l’actuelle Europe continentale, vers la Méditerranée et l’Afrique du Nord.

Au fil du temps, cette errance s’est traduite par des intrusions dans d’autres territoires tribaux, et les guerres pour la terre qui ont suivi se sont intensifiées avec la diminution des territoires inoccupés. Les tribus errantes ont alors commencé à jalonner des maisons permanentes comme moyen de protection. Il en résulta des colonies fixes à partir desquelles de nombreuses tribus, sous la direction d’un chef puissant, s’étendirent vers l’extérieur.

Les Ostrogoths, les Wisigoths et les Lombards s’installent en Italie ; les Vandales, les Burgondes, les Francs et les Wisigoths conquièrent une grande partie de la Gaule ; les Vandales et les Wisigoths s’installent également en Espagne, les Vandales se rendant en outre en Afrique du Nord ; et les Alamans établissent une forte présence dans le Rhin moyen et les Alpes. Au Danemark, les Jutes ont fusionné avec les Danois ; et en Suède, les Geats et les Guts ont fusionné avec les Suédois. En Angleterre, les Angles fusionnent avec les Saxons et d’autres groupes (notamment les Jutes), et absorbent quelques indigènes, pour former les Anglo-Saxons (connus plus tard sous le nom d’Anglais). Essentiellement, la civilisation romaine a été envahie par ces variantes des peuples germaniques au cours du Vème siècle.

Force militaire

Les Germains étaient féroces au combat, créant une armée forte. Leur amour de la bataille était lié à leurs pratiques religieuses et deux de leurs dieux les plus importants, Wodan et son fils, Thor, étaient tous deux considérés comme des dieux de la guerre. L’idée germanique de la guerre était très différente des batailles rangées menées par Rome et la Grèce, et les tribus germaniques se concentraient sur les raids pour capturer des ressources et s’assurer un certain prestige.

Les guerriers étaient forts au combat et avaient de grandes capacités de combat, ce qui rendait les tribus presque imbattables. Les hommes ont commencé à s’entraîner au combat dès leur plus jeune âge et ont reçu un bouclier et une lance sur leur virilité, illustrant ainsi l’importance du combat dans la vie germanique. La perte du bouclier ou de la lance signifiait une perte d’honneur. L’intense dévouement du guerrier germanique envers sa tribu et son chef a conduit à de nombreuses victoires militaires importantes.

Les chefs étaient les dirigeants des clans, et les clans étaient divisés en groupes selon les liens familiaux. Les premiers Allemands ont élu des chefs, mais au fil du temps, cela est devenu héréditaire. L’une des tâches du chef était de maintenir la paix dans les clans, ce qu’il faisait en gardant les guerriers ensemble et unis.

Les chefs militaires s’appuyaient sur des « continuateurs », un groupe de disciples « retenus » par le chef. La suite d’un chef peut comprendre, mais sans s’y limiter, des parents proches. Les partisans dépendaient de la suite pour les services militaires et autres, et en retour, ils subvenaient aux besoins de la suite et partageaient avec elle le butin de la bataille. Cette relation entre un chef et ses partisans est à la base du système féodal plus complexe qui s’est développé dans l’Europe médiévale.

Figures historiques notoires

Des dirigeants politiques et diplomatiques, tels qu’Odoacre et Théodoric le Grand, ont changé le cours de l’histoire à la fin des années 400 de notre ère et ont ouvert la voie aux rois et conquérants ultérieurs. Odoacre, un général allemand, a pris la tête de l’Empire romain d’Occident en son nom propre, devenant ainsi le premier roi barbare d’Italie. Théodoric le Grand est devenu un roi barbare d’Italie après avoir tué Odoacre. Il a initié trois décennies de paix entre les Ostrogoths et les Romains et a uni les deux tribus germaniques.

Théodoric le Grand a vécu en otage à la cour de Constantinople pendant de nombreuses années et a beaucoup appris sur le gouvernement romain et les tactiques militaires, ce qui lui a bien servi lorsqu’il est devenu le dirigeant gothique d’un « peuple barbare » mixte mais largement romanisé.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Le peuple germanique était un groupe diversifié de tribus migratoires ayant des racines linguistiques et culturelles communes qui ont dominé une grande partie de l’Europe pendant l’âge du fer. Lorsque l’Empire romain a perdu de sa force au cours du Vème siècle, les peuples germaniques ont migré vers la Grande-Bretagne et l’Europe occidentale, et leurs colonies sont devenues des territoires fixes.
  • Diverses tribus germaniques ont migré vers l’Italie, la Gaule, l’Espagne et l’Afrique du Nord. De nombreuses tribus germaniques ont fusionné, notamment les Jutes avec les Danois au Danemark, les Geats et les Guts avec les Suèves en Suède, et les Angles avec les Saxons en Angleterre.
  • Les peuples germaniques avaient une forte armée, et les guerriers étaient férocement dévoués à leurs chefs militaires, ou chefferies.
  • Les dirigeants politiques Odoacre et Théodoric le Grand ont façonné les civilisations européennes ultérieures.

Termes clefs

  • nomade : mène une vie errante sans domicile fixe ; itinérant, péripatétique.
  • suites : Corps de personnes « retenues » au service d’un personnage noble ou royal.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.