Catégories
Histoire de l'humanité

Odoacre et la fin de l’Empire romain d’Occident en 476

Odoacre était un soldat germanique de l’armée romaine qui a déposé l’empereur Romulus Augustule, âgé de 14 ans, et est devenu le premier roi d’Italie, marquant la fin de l’Empire romain d’Occident, la chute de la Rome antique et le début du Moyen Âge en Europe occidentale.

Le contexte

Flavius Odoacre (433-493) était un soldat, probablement d’origine skire (un peuple allié des Huns), qui devint en 476 le premier roi d’Italie ou du Royaume d’Odoacre (476-493). Son règne est généralement considéré comme marquant la fin de l’Empire romain d’Occident. Bien que le pouvoir réel en Italie soit entre ses mains, il se présente comme à la solde de de Julius Népos et, après la mort de ce dernier en 480, de l’empereur de Constantinople. Odoacre utilisait généralement le titre honorifique romain de patricien, accordé par l’empereur Zénon, mais il est désigné comme un roi (rex en latin) dans de nombreux documents. Il a utilisé le terme rex lui-même au moins une fois, et à une autre occasion, il a été utilisé par le consul Basilius. Odoacre a introduit peu de changements importants dans le système administratif de l’Italie. Il avait le soutien du Sénat romain et pouvait distribuer des terres à ses partisans sans grande opposition. Des troubles parmi ses guerriers ont conduit à des violences en 477-478, mais aucune perturbation de ce type ne s’est produite pendant la dernière période de son règne. Bien qu’Odoacre soit un chrétien arien, il intervient rarement dans les affaires de l’Église d’État orthodoxe et trinitaire de l’Empire romain.

Comment Odoacre a-t-il accédé au pouvoir ?

Odoacre était un chef militaire italien qui prit la tête de la révolte des soldats hérules, ruges et skires qui déposèrent Romulus Augustule le 4 septembre 476. Romulus Augustule avait été déclaré empereur romain d’Occident par son père, le général rebelle de l’armée en Italie, moins d’un an auparavant, mais il n’avait pas réussi à obtenir l’allégeance ou la reconnaissance au-delà de l’Italie centrale.

En 475, un général romain nommé Oreste fut nommé Magister militum et patricien par l’empereur romain d’Occident Julius Népos et devint le chef des foederati germaniques (peuples fédérés, armées barbares mercenaires pour Rome). Cependant, Oreste se montra ambitieux et, avant la fin de l’année, chassa Népos d’Italie. Oreste proclame alors son jeune fils Romulus nouvel empereur, Romulus Augustule. Cependant, Népos réorganise sa cour à Salone, en Dalmatie, et reçoit l’hommage et l’affirmation des fragments restants de l’Empire d’Occident au-delà de l’Italie et, surtout, de Constantinople, qui refuse d’accepter Romulus Augustule et le marque, lui et son père, comme des traîtres et des usurpateurs.

À peu près à cette époque, les foederati, qui avaient été cantonnés chez les romains pendant toutes ces années, se sont lassés de cet arrangement. Ils souhaitaient avoir des toits et des terres à eux, et ils demandèrent à Oreste de les récompenser pour leurs services, en leur accordant des terres et en les installant définitivement en Italie. Oreste a refusé leur requête, et ils se sont tournés vers Odoacre pour mener une révolte contre Oreste. Oreste est tué à Plaisance, et son frère Paulus est tué près de Ravenne. Les foederati germaniques, les skires et les hérules, ainsi qu’une grande partie de l’armée romaine, proclament alors Odoacre rex Italiae ( » roi d’Italie « ). En 476, Odoacre s’avance vers Ravenne et s’empare de la ville, obligeant le jeune empereur de 14 ans, Romulus Augustule à abdiquer le 4 septembre. Selon l’Anonymus Valesianus (Anonyme de Valois, deux fragments historiques des VIème et VIème siècles qui portent le nom de l’éditeur qui a publié les manuscrits au XVIIème siècle, Henri Valois), Odoacre fut ému par la jeunesse et la beauté de Romulus, non seulement pour épargner sa vie, mais aussi pour lui donner une pension de 6 000 solidii et l’envoyer en Campanie vivre avec ses proches. Sa trace fut perdue dans le temps.

Odoacre, roi d’Italie

En 476, Odoacre devient le premier roi barbare d’Italie, initiant une nouvelle ère. Avec l’appui du Sénat romain, Odoacre gouverne désormais l’Italie de manière autonome, en respectant du bout des lèvres l’autorité de Julius Nepos, le dernier empereur d’Occident, et de Zénon, l’empereur d’Orient. Après le meurtre de Népos en 480, Odoacre envahit la Dalmatie pour punir les meurtriers. Il y parvient en exécutant les conspirateurs, mais en l’espace de deux ans, il conquiert également la région et l’intègre à son domaine.

Il est très important d’observer qu’Odoacre a établi son pouvoir politique avec la coopération du Sénat romain, et ce corps semble lui avoir apporté son soutien loyal tout au long de son règne, pour autant que nos maigres sources nous permettent d’en tirer des conclusions. Il nommait régulièrement des membres du Sénat au consulat et à d’autres fonctions prestigieuses : Basilius, Decius, Venantius et Manlius Boethius occupèrent le consulat et furent soit préfets de Rome, soit préfets prétoriens ; Symmaque et Sividius furent consuls et préfets de Rome ; un autre sénateur de vieille famille, Cassiodorus, fut nommé ministre des finances. Sous Odoacre, le Sénat acquit un prestige et une influence accrus afin de contrer toute velléité de restauration du pouvoir impérial. L’exemple le plus tangible de ce regain de prestige est l’émission, pour la première fois depuis le milieu du IIIème siècle, de pièces de cuivre portant la légende S(enatus) C(onsulto).

La chute et la mort d’Odoacre

Alors que la position d’Odoacre s’améliorait, Zénon, l’empereur d’Orient, le considérait de plus en plus comme un rival. Lorsqu’en 484, Illus, maître des soldats de l’Empire d’Orient, demande l’aide d’Odoacre dans sa lutte pour déposer Zénon, Odoacre envahit les provinces les plus occidentales de Zénon. Zénon réagit d’abord en incitant les ruges de l’actuelle Autriche à attaquer l’Italie. Au cours de l’hiver 487-488, Odoacre traverse le Danube et bat les ruges sur leur propre territoire. Dans sa quête pour détruire Odoacre, Zénon promet à Théodéric le Grand et à ses Ostrogoths la péninsule italienne s’ils parviennent à vaincre et à écarter Odoacre du pouvoir. En 489, Theoderic conduit les Ostrogoths à travers les Alpes juliennes et en Italie. Le 28 août, Odoacre le rencontre à l’Isonzo, mais il est vaincu. Il se replie sur Vérone, dont il atteint les faubourgs le 27 septembre, où il établit immédiatement un camp fortifié. Théodéric le suit et, trois jours plus tard, le bat à nouveau. Tandis qu’Odoacre se réfugie à Ravenne, Théodéric poursuit sa route à travers l’Italie jusqu’à Mediolanum, où la majorité de l’armée d’Odoacre, y compris son général en chef, Tufa, se rend au roi ostrogoth.

L’été suivant, le roi wisigoth Alaric II fait preuve de ce que Wolfram appelle l’une des rares manifestations de solidarité gothique et envoie une aide militaire pour aider son parent, forçant Odoacre à lever son siège. Le 11 août 490, les armées des deux rois s’affrontent sur la rivière Adda. Odoacre est à nouveau vaincu et contraint de retourner à Ravenne, où Théodéric l’assiège. Ravenne s’avéra invulnérable, entourée de marais et d’estuaires et facilement approvisionnée par de petits bateaux depuis son arrière-pays, comme le souligna plus tard Procope dans son Histoire.

À ce moment-là, Odoacre devait avoir perdu tout espoir de victoire. Une sortie de grande envergure à partir de Ravenne dans la nuit du 9 au 10 juillet 491 se solde par un échec, avec la mort de son commandant en chef, Livilia, ainsi que des meilleurs de ses soldats héroliens. Le 29 août 492, les Goths sont sur le point de réunir à Rimini suffisamment de navires pour mettre en place un blocus efficace de Ravenne. Malgré ces pertes décisives, la guerre s’éternise jusqu’au 25 février 493, date à laquelle Jean, évêque de Ravenne, parvient à négocier un traité entre Théodéric et Odoacre qui prévoit qu’ils occuperont Ravenne ensemble et gouverneront conjointement. Après un siège de trois ans, Theoderic entre dans la ville le 5 mars. Odoacre est mort dix jours plus tard, tué par Theoderic alors qu’ils partageaient un repas. Theoderic avait comploté pour qu’un groupe de ses partisans tue Odoacre alors que les deux rois festoyaient ensemble dans le palais impérial d’Honorius Ad Laurentum (Au bosquet de lauriers) ; lorsque ce plan a échoué, Theoderic a tiré son épée et a frappé Odoacre à la clavicule. En réponse à la question mourante d’Odoacre,  » Où est Dieu ? Theoderic s’est écrié, « Voilà ce que vous avez fait à mes amis. » On dit que Theoderic s’est tenu au-dessus du corps de son rival mort et s’est exclamé : « Il n’y avait certainement pas un os dans ce malheureux. »

Principaux enseignements

Points clefs

  • Odoacre était un soldat germanique de l’armée romaine qui, en 476, est devenu le premier roi d’Italie.
  • À l’époque, Rome utilisait de nombreuses armées mercenaires d’autres nations, appelées foederati, qui, avec l’ascension de l’empereur Romulus Augustule, ont été frustrées par leur traitement et leur statut. Ces armées, menées par Odoacre, se sont révoltées contre l’empereur Augustulus et l’ont déposé en 476, et ont accordé à Odoacre la royauté.
  • Odoacre coopéra avec le Sénat romain existant et les éleva au rang de prestige, stabilisant ainsi son pouvoir en Italie.
    Alors que la position d’Odoacre s’améliorait, Zénon, l’empereur d’Orient, le considérait de plus en plus comme un rival et, en réponse, lui opposa l’Ostrogoth Théodéric le Grand. Théodéric s’avéra vainqueur d’Odoacre à plusieurs reprises et finit par le tuer en 493.

Termes clefs

  • Empire romain d’Occident : Les provinces occidentales de l’Empire romain à un moment donné, pendant lequel elles étaient administrées par une cour impériale indépendante et distincte, coéquipière (ou seulement nominalement subordonnée) de celle qui administrait les provinces orientales.
  • foederati : L’une des nombreuses nations périphériques auxquelles la Rome antique offrait des avantages en échange d’une assistance militaire. Le terme était également utilisé, surtout sous l’Empire romain, pour désigner des groupes de mercenaires « barbares » de tailles diverses, qui étaient généralement autorisés à s’installer dans l’Empire.
  • Romulus Augustule : Empereur de l’Empire romain d’Occident de 475 à 476 après J.-C. ; sa déposition par Odoacre marque traditionnellement la fin de l’Empire romain d’Occident, la chute de la Rome antique et le début du Moyen Âge en Europe occidentale.
  • Chrétien arien : Secte chrétienne qui affirme que Jésus-Christ est le Fils de Dieu qui a été créé par Dieu le Père à un moment donné, qu’il est distinct du Père et qu’il lui est donc subordonné.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.