Catégories
Histoire de l'humanité

L’empire d’Alexandre le Grand

L’héritage d’Alexandre le Grand a été la diffusion de la culture grecque dans toute l’Asie.

L’héritage d’Alexandre s’étend au-delà de ses conquêtes militaires. Ses campagnes ont considérablement augmenté les contacts et le commerce entre l’Est et l’Ouest, et de vastes régions à l’Est ont été exposées à la civilisation et à l’influence grecques. Certaines des villes qu’il a fondées sont devenues des centres culturels majeurs, et beaucoup ont survécu jusqu’au XXIème siècle. Ses chroniqueurs ont enregistré des informations précieuses sur les régions qu’il a traversées, tandis que les Grecs eux-mêmes ont acquis un sentiment d’appartenance à un monde au-delà de la Méditerranée.

Les royaumes hellénistiques

L’héritage le plus immédiat d’Alexandre fut l’introduction de la domination macédonienne dans de vastes régions d’Asie. Nombre des régions qu’il a conquises sont restées aux mains des Macédoniens ou sous influence grecque pendant les 200 à 300 années qui ont suivi. Les États successeurs qui ont émergé étaient, du moins au début, des forces dominantes, et cette période de 300 ans est souvent appelée la période hellénistique.

cartouche avec le nom d'Alexandre le Grand en hiéroglyphe
Le nom d’Alexandre en hiéroglyphes : Nom d’Alexandre le Grand en hiéroglyphes égyptiens (écrit de droite à gauche), vers 330 avant J.-C., Égypte ; Musée du Louvre.

Les frontières orientales de l’empire d’Alexandre le Grand ont commencé à s’effondrer de son vivant. Cependant, le vide de pouvoir qu’il a laissé dans le nord-ouest du sous-continent indien a directement donné naissance à l’une des plus puissantes dynasties indiennes de l’histoire. Profitant de cette situation, Chandragupta Maurya (appelé Sandrokottos dans les sources grecques), d’origine relativement modeste, prit le contrôle du Pendjab et, avec cette base de pouvoir, entreprit de conquérir l’Empire Nanda.

La fondation des villes

Au fil de ses conquêtes, Alexandre a fondé une vingtaine de villes qui portent son nom, la plupart à l’est du Tigre. La première, et la plus grande, fut Alexandrie en Égypte, qui allait devenir l’une des principales villes méditerranéennes. L’emplacement des villes reflétait les routes commerciales, ainsi que les positions défensives. Au début, les villes devaient être inhospitalières et ne devaient être que des garnisons défensives. Après la mort d’Alexandre, de nombreux Grecs qui s’y étaient installés tentèrent de revenir en Grèce. Cependant, un siècle environ après la mort d’Alexandre, beaucoup de ces villes étaient florissantes, avec des bâtiments publics élaborés et une population importante comprenant à la fois des Grecs et des habitants locaux.

Les villes d’Alexandre étaient très probablement destinées à servir de siège administratif pour son empire, principalement peuplées de Grecs, dont beaucoup auraient servi dans les campagnes militaires d’Alexandre. Le but de ces centres administratifs était de contrôler les populations de sujets nouvellement conquises. Alexandre a tenté de créer une classe dirigeante unifiée dans les territoires conquis comme la Perse, en utilisant souvent les liens du mariage pour mêler les conquis aux conquérants. Il adopta également des éléments de la culture de la cour persane, en adoptant sa propre version de leurs robes royales et en imitant certaines cérémonies de la cour. De nombreux Macédoniens n’appréciaient pas ces politiques, estimant que l’hybridation des cultures grecques et étrangères était irrévérencieuse.

Les tentatives d’unification d’Alexandre s’étendirent également à son armée. Il a placé des soldats persans, dont certains avaient été formés dans le style macédonien, dans les rangs macédoniens, résolvant ainsi des problèmes chroniques de main d’œuvre.

La division de l’Empire

La mort d’Alexandre a été si soudaine que lorsque les rapports sur sa mort sont parvenus en Grèce, ils n’ont pas été immédiatement crus. Alexandre n’avait pas d’héritier évident ou légitime car son fils, Alexandre IV, est né après la mort d’Alexandre. Selon Diodore, un historien de la Grèce antique, les compagnons d’Alexandre lui ont demandé sur son lit de mort à qui il léguait son royaume. Sa réponse laconique fut, tôi kratistôi (« au plus fort »). Une autre histoire, plus plausible, prétend qu’Alexandre a passé sa chevalière à Perdiccas, garde du corps et chef de la cavalerie des compagnons, le désignant ainsi comme son successeur officiel.

Perdiccas n’a pas revendiqué le pouvoir au départ, suggérant plutôt que le bébé à naître d’Alexandre serait roi, s’il était de sexe masculin. Il s’est également proposé, ainsi que Craterus, Leonnatus et Antipater, comme gardiens de l’enfant à naître d’Alexandre. Cependant, l’infanterie a rejeté cet arrangement, car elle avait été exclue de la discussion. Ils ont plutôt soutenu le demi-frère d’Alexandre, Philippe Arrhidaeus, en tant que successeur d’Alexandre. Finalement, les deux parties se réconcilièrent et, après la naissance d’Alexandre IV, Perdiccas et Philippe III furent nommés rois conjoints, bien que de nom seulement.

La dissension et la rivalité n’ont pas tardé à affliger les Macédoniens. Après l’assassinat de Perdiccas en 321 avant J.-C., l’unité macédonienne s’est effondrée, et 40 ans de guerre entre « Les Successeurs » (Diadochi) ont suivi, avant que le monde hellénistique ne s’installe en quatre blocs de pouvoir stables : le royaume ptolémaïque d’Égypte, l’empire séleucide en Orient, le royaume de Pergame en Asie Mineure, et la Macédoine. Au cours de ce processus, Alexandre IV et Philippe III furent tous deux assassinés.

Hellénisation

Le terme « hellénisation » a été inventé pour désigner la diffusion de la langue, de la culture et de la population grecques dans l’ancien empire perse après la conquête d’Alexandre. Alexandre a délibérément mené des politiques d’hellénisation dans les communautés qu’il a conquises. Bien que ses intentions aient pu être simplement de diffuser la culture grecque, il est plus probable que ses politiques étaient de nature pragmatique et visaient à aider à la domination de son énorme empire par le biais de l’homogénéisation culturelle. Les politiques d’hellénisation d’Alexandre peuvent également être considérées comme le résultat de sa probable mégalomanie. Plus tard, ses successeurs ont explicitement rejeté ces politiques. Néanmoins, l’hellénisation s’est produite dans toute la région, accompagnée d’une « orientalisation » distincte et opposée des États successeurs.

Le noyau de la culture hellénistique était essentiellement athénien. L’association étroite d’hommes de toute la Grèce dans l’armée d’Alexandre a directement conduit à l’émergence du dialecte grec koine (ou « commun »), largement basé dans les comtés. Le koine s’est répandu dans le monde hellénistique, devenant la lingua franca des terres hellénistiques, et finalement l’ancêtre du grec moderne. En outre, l’urbanisme, l’éducation, l’administration locale et l’art durant les périodes hellénistiques étaient tous basés sur les idéaux grecs classiques, évoluant vers de nouvelles formes distinctes communément regroupées sous le terme d’hellénisme.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les campagnes d’Alexandre ont considérablement augmenté les contacts et le commerce entre l’Orient et l’Occident, et de vastes régions à l’Est ont été considérablement exposées à la civilisation et à l’influence grecques. Les États successeurs sont restés dominants pendant les 300 années suivantes de la période hellénistique.
  • Au cours de ses conquêtes, Alexandre a fondé une vingtaine de villes qui ont porté son nom et qui sont devenues des centres de culture et de diversité. La plus célèbre de ces villes est le port méditerranéen d’Alexandrie, en Égypte.
  • L’hellénisation fait référence à la diffusion de la langue, de la culture et de la population grecques dans l’ancien empire perse après la conquête d’Alexandre.
  • La mort d’Alexandre a été soudaine et son empire s’est désintégré en une période de 40 ans de guerre et de chaos en 321 avant JC.
  • Le monde hellénistique s’est finalement établi en quatre blocs de pouvoir stables : le royaume ptolémaïque d’Égypte, l’empire séleucide à l’est, le royaume de Pergame en Asie mineure et la Macédoine.

Termes clefs

  • L’hellénisation : La diffusion de la langue, de la culture et de la population grecques dans l’ancien empire perse après les conquêtes d’Alexandre.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.