Catégories
Histoire de l'humanité

Alexandre le Grand

En un peu plus de 30 ans, Alexandre le Grand a créé l’un des plus grands empires du monde antique, en utilisant son génie militaire et tactique.

Après le déclin des cités-états grecques, le royaume grec de Macédoine est arrivé au pouvoir sous Philippe II. Alexandre III, communément appelé Alexandre le Grand, est né à Pella en 356 avant J.-C. et a succédé à son père sur le trône à l’âge de 20 ans. Il a passé la plupart de ses années de règne à mener une campagne militaire sans précédent à travers l’Asie et le nord-est de l’Afrique, et à l’âge de 30 ans, il avait créé l’un des plus grands empires du monde antique, qui s’étendait de la Grèce à l’Égypte et jusqu’au Pakistan actuel. Il était invaincu au combat et est considéré comme l’un des commandants les plus performants de l’histoire.

Buste d'Alexandre le Grand

Alexandre le Grand : Buste d’un jeune Alexandre le Grand de l’époque hellénistique, aujourd’hui au British Museum.Pendant sa jeunesse, Alexandre a été suivi par le philosophe Aristote, jusqu’à l’âge de 16 ans. Lorsqu’il succède à son père sur le trône en 336 avant J.-C., après l’assassinat de Philippe, Alexandre hérite d’un royaume fort et d’une armée expérimentée. Il avait reçu le titre de général de Grèce et utilisa cette autorité pour lancer les plans d’expansion militaire de son père. En 334 av. J.-C., il envahit l’Empire achéménide, gouverne l’Asie mineure et entame une série de campagnes qui dureront dix ans. Alexandre brisa le pouvoir de la Perse dans une série de batailles décisives, notamment les batailles d’Issus et de Gaugamela. Il renverse le roi perse Darius III et conquiert l’ensemble de l’empire perse. Son empire s’étendait alors de la mer Adriatique à l’Indus.

Cherchant à atteindre « le bout du monde et la grande mer extérieure », il envahit l’Inde en 326 avant J.-C., mais fut finalement forcé de faire demi-tour à la demande de ses troupes. Alexandre mourut à Babylone en 323 avant J.-C., la ville qu’il prévoyait d’établir comme capitale, sans exécuter une série de campagnes planifiées qui auraient commencé par une invasion de l’Arabie. Dans les années qui ont suivi sa mort, une série de guerres civiles ont déchiré son empire, donnant naissance à plusieurs États dirigés par les Diadoches, les généraux et héritiers survivants d’Alexandre. L’héritage d’Alexandre comprend la diffusion culturelle que ses conquêtes ont engendrée. Il a fondé une vingtaine de villes qui ont porté son nom, la plus notable étant Alexandrie en Égypte. L’installation de colons grecs par Alexandre et la diffusion de la culture grecque en Orient ont donné naissance à une nouvelle civilisation hellénistique, dont certains aspects étaient encore évidents dans les traditions de l’Empire byzantin au milieu du XVème siècle. Alexandre est devenu un héros classique légendaire dans le moule d’Achille, et il figure en bonne place dans l’histoire et le mythe des cultures grecques et non grecques. Il est devenu la mesure à laquelle les chefs militaires se comparaient, et les académies militaires du monde entier enseignent encore ses tactiques.

Le généralat militaire

Alexandre a reçu l’épithète honorifique de « Grand » en raison de son succès inégalé en tant que commandant militaire. Il n’a jamais perdu une bataille, malgré le fait qu’il était généralement en infériorité numérique. Son impressionnant palmarès est dû en grande partie à son utilisation intelligente du terrain, de la phalange et des tactiques de cavalerie, à sa stratégie audacieuse et à la loyauté farouche de ses troupes. La phalange macédonienne, armée de la sarissa, une lance pouvant atteindre 6 mètres de long, avait été développée et perfectionnée par le père d’Alexandre, Philippe II. Alexandre utilisa sa vitesse et sa maniabilité avec beaucoup d’efficacité contre des forces perses plus importantes, mais plus disparates. Alexandre a également reconnu le potentiel de désunion au sein de son armée diversifiée, en raison de la diversité des langues, des cultures et des armes préférées de chaque soldat. Il a surmonté la possibilité de troubles parmi ses troupes en s’impliquant personnellement dans les batailles, comme cela était courant chez les rois macédoniens.

Lors de sa première bataille en Asie, à Granicus, Alexandre n’a utilisé qu’une petite partie de ses forces – peut-être 13 000 fantassins, avec 5 000 cavaliers – contre une force perse beaucoup plus importante de 40 000 hommes. Alexandre plaça la phalange au centre, et la cavalerie et les archers sur les ailes, de sorte que sa ligne correspondait à la longueur de la ligne de cavalerie perse. En revanche, l’infanterie perse était stationnée derrière sa cavalerie. Le positionnement militaire d’Alexandre garantissait que ses troupes ne seraient pas débordées ; en outre, sa phalange, armée de longues piques, avait un avantage considérable sur les cimeterres et les javelots des Perses. Les pertes macédoniennes furent négligeables par rapport à celles des Perses.

A Issus en 333 avant J.-C., sa première confrontation avec Darius, il utilisa le même déploiement, et une fois de plus la phalange centrale s’imposa. Alexandre a personnellement mené la charge au centre et a mis en déroute l’armée adverse. Lors de la rencontre décisive avec Alexandre à Gaugamela, Darius a équipé ses chars de faux sur les roues pour briser la phalange et a équipé sa cavalerie de piques. Alexandre disposa à son tour une double phalange, dont le centre avançait en angle, qui se séparait lorsque les chars s’abattaient et se reformaient une fois qu’ils étaient passés. L’avance s’avéra fructueuse et brisa le centre de Darius, qui fut forcé de battre en retraite une fois de plus.

Face à des adversaires qui utilisaient des techniques de combat peu familières, comme en Asie centrale et en Inde, Alexander a adapté ses forces au style de ses adversaires. Par exemple, en Bactriane et en Sogdiane, Alexandre a utilisé avec succès ses lanceurs de javelots et ses archers pour empêcher les mouvements de débordement, tout en massant sa cavalerie au centre. En Inde, face au corps d’éléphants de Porus, les Macédoniens ont ouvert leurs rangs pour envelopper les éléphants, et ont utilisé leurs sarisses pour frapper vers le haut et déloger les maîtres des éléphants.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Alexandre le Grand a passé la majeure partie de ses années de règne à mener une campagne militaire sans précédent à travers l’Asie et le nord-est de l’Afrique. À l’âge de 30 ans, il a créé un empire qui s’étendait de la Grèce à l’Égypte, et jusqu’au Pakistan actuel.
  • Alexandre a hérité d’un royaume fort et d’une armée expérimentée, qui ont tous deux contribué à ses succès.
  • L’héritage d’Alexandre comprend la diffusion culturelle que ses conquêtes ont engendrée, et l’essor de la culture hellénistique à la suite de ses campagnes militaires.
  • Le palmarès impressionnant d’Alexandre est dû en grande partie à son utilisation intelligente du terrain, de la phalange et des tactiques de cavalerie, à sa stratégie audacieuse et adaptative et à la loyauté farouche de ses troupes.

Termes clefs

  • phalange : Une formation militaire de masse rectangulaire, généralement composée entièrement d’infanterie lourde armée de lances, de piques, de sarisses ou d’armes similaires.
  • Alexandre le Grand : Officiellement Alexandre III de Macédoine, un roi macédonien invaincu au combat et considéré comme l’un des commandants les plus performants de l’histoire.
  • Philippe II : Un roi du royaume grec de Macédoine de 359 avant J.-C. jusqu’à son assassinat en 336 avant J.-C. Il était le père d’Alexandre le Grand.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.