Catégories
Histoire de l'humanité

Le théâtre grec classique

Le théâtre grec classique, qu’il soit tragique ou comique, a eu une grande influence sur la littérature et le théâtre modernes.

La culture théâtrale de la Grèce antique s’est épanouie à partir d’environ 700 avant Jésus-Christ. La cité-État d’Athènes était le centre du pouvoir culturel pendant cette période et organisait un festival de théâtre en l’honneur du dieu Dionysos, appelé la Dionysia. Ce festival a été exporté dans de nombreuses colonies d’Athènes afin de promouvoir une identité culturelle commune à travers l’empire. Deux genres dramatiques ont émergé de cette époque du théâtre grec : la tragédie et la comédie, qui ont toutes deux pris de l’importance vers 500-490 avant J.-C.

Tragédie grecque

Parfois appelée tragédie des greniers, la tragédie grecque est une extension des anciens rites effectués en l’honneur de Dionysos, et elle a fortement influencé le théâtre de la Rome antique et de la Renaissance. Les intrigues tragiques étaient souvent basées sur des mythes issus de la tradition orale d’épopées archaïques, et prenaient la forme de récits présentés par des acteurs. Les tragédies commençaient généralement par un prologue, dans lequel un ou plusieurs personnages présentent l’intrigue et expliquent le contexte de l’histoire qui s’ensuit. Le prologue est ensuite suivi de parodos, après quoi l’histoire se déroule en trois épisodes ou plus. Les épisodes sont entrecoupés de stasima, ou interludes choraux qui expliquent ou commentent la situation qui se développe. La tragédie se termine ensuite par un exode, qui met fin à l’histoire.

Eschyle et la codification du drame tragique

Eschyle a été le premier tragédien à codifier les règles de base du drame tragique. Il est souvent décrit comme le père de la tragédie. On lui attribue l’invention de la trilogie, une série de trois tragédies qui racontent une longue histoire. Les trilogies étaient souvent jouées en séquence au cours d’une journée, du lever au coucher du soleil. À la fin de la dernière pièce, une pièce satyrique était mise en scène pour raviver les esprits du public après qu’il ait été témoin des lourds événements de la tragédie qui l’avait précédée.

Buste en marbre d'Eschyle
Buste en marbre d’Eschyle.

Selon Aristote, Eschyle a également augmenté le nombre d’acteurs de théâtre pour permettre la dramatisation des conflits sur scène. Auparavant, il était normal qu’un seul personnage soit présent et interagisse avec le chœur homogène, qui commentait à l’unisson l’action dramatique se déroulant sur scène. Les œuvres d’Eschyle montrent une évolution et un enrichissement du dialogue, des contrastes et des effets théâtraux au fil du temps, en raison de la riche concurrence qui existait entre les dramaturges de cette époque. Malheureusement, ses pièces, ainsi que celles de Sophocle et d’Euripide, sont les seules œuvres de la littérature grecque classique à être restées pour la plupart intactes, de sorte qu’il n’y a pas beaucoup de textes rivaux sur lesquels examiner ses œuvres.

Les réformes de Sophocle

buste de Sophocle
Moulage du buste de Sophocle au musée Pouchkine

Sophocle était l’un de ces rivaux qui a triomphé du célèbre et jusqu’alors incontesté Eschyle. Sophocle a introduit un troisième acteur pour mettre en scène des tragédies, a augmenté le nombre de membres du chœur à 15, a brisé le cycle des trilogies (rendant possible la production de drames indépendants) et a introduit le concept de décor au théâtre. Par rapport aux œuvres d’Eschyle, les chœurs des pièces de Sophocle ont fait moins de travail d’explication, se concentrant sur le développement plus profond des personnages et sur la mise en scène des conflits. Les événements qui ont eu lieu sont souvent restés inexpliqués ou injustifiés, obligeant le public à réfléchir à la condition humaine.

Le réalisme d’Euripide

Euripide se distingue d’Eschyle et de Sophocle par sa recherche de l’expérimentation technique et par l’importance accrue accordée aux sentiments comme mécanisme d’élaboration du déroulement des événements tragiques. Dans les tragédies d’Euripide, on retrouve trois aspects expérimentaux. Le premier est le passage du prologue à un monologue interprété par un acteur qui informe les spectateurs du contexte de l’histoire. Le deuxième est l’introduction du deus ex machina, ou un dispositif d’intrigue par lequel un problème apparemment insoluble est soudainement et brusquement résolu par l’intervention inattendue d’un nouvel événement, personnage, capacité ou objet. Enfin, l’utilisation d’un refrain a été réduite au minimum au profit d’une monodie chantée par les personnages.

Statue d'Euripide
Statue d’Euripide.

Une autre nouveauté introduite par le drame euripidien est le réalisme avec lequel les dynamiques psychologiques des personnages sont représentées. Contrairement aux œuvres d’Eschyle ou de Sophocle, les héros des pièces d’Euripide étaient représentés comme des personnages peu sûrs d’eux, perturbés par des conflits internes, plutôt que simplement résolus. Les protagonistes féminins étaient également utilisés pour dépeindre une sensibilité tourmentée et des impulsions irrationnelles qui entraient en collision avec le monde de la raison.

Comédie grecque

Comme l’écrivait Aristote dans sa Poétique, la comédie se définit par la représentation de personnes risibles, et implique une sorte de gaffe ou de laideur qui ne provoque ni douleur ni désastre. La comédie athénienne est divisée en trois périodes : L’ancienne comédie, la moyenne comédie et la nouvelle comédie. La période de l’ancienne comédie est largement représentée par les 11 pièces d’Aristophane qui ont survécu, alors que la plupart des œuvres de la période de la moyenne comédie ont été perdues. La Nouvelle Comédie est surtout connue par les importants fragments de papyrus de Menandre. En général, les divisions entre ces périodes sont largement arbitraires, et la comédie grecque ancienne s’est presque certainement développée constamment au fil des ans.

L’ancienne comédie et Aristophane

Aristophane, le plus important dramaturge de l’Ancien Comique, a écrit des pièces qui abondaient en satire politique, ainsi qu’en insinuations sexuelles et scatologiques. Il lamentait les personnalités et les institutions les plus importantes de son époque, dont Socrate dans les nuages. Ses œuvres sont caractérisées comme définitives pour le genre de la comédie, même aujourd’hui.

Comédie moyenne

Bien que la frontière entre la comédie ancienne et la comédie moyenne ne soit pas clairement marquée chronologiquement, il y a quelques différences thématiques importantes entre les deux. Par exemple, le rôle du chœur dans la comédie moyenne a été largement réduit au point de n’avoir aucune influence sur l’intrigue. De plus, les personnages publics n’étaient plus imités ou personnifiés sur scène, et les objets de dérision avaient tendance à être plus généraux que personnels, et dans de nombreux cas, littéraires plutôt que politiques. Pendant un certain temps, le burlesque mythologique a été populaire parmi les poètes de la bande dessinée moyenne. Les personnages de série étaient également employés pendant cette période. Il est difficile d’évaluer et de critiquer en profondeur le style de la comédie moyenne, étant donné l’absence d’œuvres complètes. Cependant, étant donné la renaissance de ce style en Sicile et en Grande-Grèce, il semble que les œuvres de cette période aient eu un impact littéraire et social considérable et étendu.

Nouvelle comédie

Le style de la nouvelle comédie est comparable à ce que l’on appelle aujourd’hui la comédie de situation ou la comédie de mœurs. Les dramaturges de la nouvelle comédie grecque se sont appuyés sur les dispositifs, les personnages et les situations que leurs prédécesseurs avaient développés. Les prologues pour façonner la compréhension des événements par le public, les discours des messagers pour annoncer l’action en coulisse et les fins ex machina étaient tous des tropes bien établis qui étaient utilisés dans les Nouvelles Comédies. La satire et la farce occupaient une place moins importante dans les œuvres de cette époque, et les thèmes et sujets mythologiques étaient remplacés par des préoccupations quotidiennes. Les dieux et les déesses étaient, au mieux, des abstractions personnifiées plutôt que des personnages réels, et aucun miracle ou métamorphose ne se produisait. Pour la première fois, l’amour devient un élément principal dans ce type de théâtre.

Trois dramaturges sont bien connus de cette période : Ménandre, Philémon et Diphilus. Ménandre est le plus grand succès des Nouveaux Comédiens. Les comédies de Ménandre se concentraient sur les peurs et les faiblesses de l’homme ordinaire, par opposition aux récits satiriques de la vie politique et publique, ce qui a peut-être contribué à son succès comparatif dans le genre. Ses comédies sont les premières à démontrer la structure en cinq actes qui deviendra plus tard courante dans les pièces modernes. Les comédies de Philémon s’attardent sur des questions philosophiques, tandis que Diphilus était connu pour son recours à la violence grotesque.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La cité-état d’Athènes était le centre du pouvoir culturel pendant cette période, et a organisé un festival de théâtre en l’honneur du go Dionysos, appelé la Dionysia.
  • Deux genres dramatiques ont émergé de cette époque du théâtre grec : la tragédie et la comédie, qui ont toutes deux pris de l’importance vers 500-490 avant J.-C.
  • La tragédie grecque est une extension des anciens rites effectués en l’honneur de Dionysos ; elle a fortement influencé le théâtre de la Rome antique et de la Renaissance.
  • Les intrigues tragiques étaient souvent basées sur des mythes issus de la tradition orale d’épopées archaïques, et prenaient la forme de récits présentés par des acteurs.
  • Eschyle a été le premier tragédien à codifier les règles de base du drame tragique, et est considéré par beaucoup comme le « père de la tragédie ». La comédie athénienne est divisée en trois périodes: L’ancienne comédie, la moyenne comédie et la nouvelle comédie.

Termes clefs

  • chœur : Dans le contexte du théâtre grec, un groupe homogène et non individualisé d’artistes qui commentent, d’une voix collective, l’action dramatique.
  • deus ex machina : Un dispositif d’intrigue par lequel un problème apparemment insoluble est soudainement et brusquement résolu par l’intervention inattendue d’un événement, d’un personnage, d’une capacité ou d’un objet nouveau.
  • monodie : Dans le contexte du théâtre et de la littérature de la Grèce antique, poésie lyrique chantée par un seul interprète plutôt que par un chœur.

 

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.