Catégories
Histoire de l'humanité

Les éruptions du Vésuve: Pompéi et Herculanum

L’éruption du Vésuve en 79 de notre ère fut l’une des éruptions volcaniques les plus catastrophiques de l’histoire européenne, plusieurs colonies romaines ayant été effacées et enterrées, et donc préservées, sous les cendres.

Contexte

Bien que son administration ait été marquée par une absence relative de conflits militaires ou politiques majeurs, Titus a dû faire face à un certain nombre de catastrophes majeures au cours de son bref règne. Le 24 août 79 de notre ère, à peine deux mois après son adhésion, le Vésuve entre en éruption, entraînant la destruction presque complète des vies et des biens dans les villes et les stations balnéaires de la baie de Naples. Les villes de Pompéi et d’Herculanum ont été ensevelies sous des mètres de pierre et de lave, tuant des milliers de citoyens. Titus a nommé deux ex-consuls pour organiser et coordonner les secours, tout en faisant personnellement don d’importantes sommes d’argent provenant du trésor impérial pour aider les victimes du volcan. En outre, il s’est rendu à Pompéi une fois après l’éruption et une autre fois l’année suivante.

La ville a été perdue pendant près de 1 700 ans avant sa redécouverte accidentelle en 1748. Depuis lors, ses fouilles ont fourni un aperçu extraordinairement détaillé de la vie d’une ville à l’apogée de l’Empire romain, gelée au moment de son ensevelissement le 24 août 79. Le Forum, les thermes, de nombreuses maisons et quelques villas extérieures à la ville, comme la Villa des Mystères, sont étonnamment bien conservés. Aujourd’hui, c’est l’une des attractions touristiques les plus populaires d’Italie et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les fouilles en cours révèlent de nouvelles perspectives sur l’histoire et la culture romaines.

L’éruption du Vésuve

Les reconstructions de l’éruption et de ses effets varient considérablement dans les détails mais présentent les mêmes caractéristiques générales. L’éruption a duré deux jours. Le matin du premier jour, le 24 août, a été perçu comme normal par le seul témoin oculaire à avoir laissé un document survivant, Pline le Jeune, qui à ce moment-là se trouvait au Misenum, de l’autre côté de la baie de Naples, à environ 30 kilomètres du volcan, ce qui a pu l’empêcher de remarquer les premiers signes de l’éruption. Il ne devait pas avoir l’occasion, au cours des deux jours suivants, de parler aux personnes qui avaient été témoins de l’éruption de Pompéi ou d’Herculanum (en fait, il ne mentionne jamais Pompéi dans sa lettre), de sorte qu’il n’aurait pas remarqué les petites fissures et les dégagements de cendres et de fumée sur la montagne, si cela s’était produit plus tôt dans la matinée.

Vers 13 heures, le mont Vésuve a violemment explosé, projetant une colonne de haute altitude d’où des cendres ont commencé à tomber, recouvrant la région. Des sauvetages et des évasions ont eu lieu pendant ce temps. À un certain moment de la nuit ou tôt le lendemain, le 25 août, des coulées pyroclastiques ont commencé à se produire à proximité du volcan. Les lumières vues sur la montagne ont été interprétées comme des feux. Des gens aussi éloignés que le Misenum ont fui pour sauver leur vie. Les coulées étaient rapides, denses et très chaudes, renversant totalement ou partiellement toutes les structures sur leur passage, incinérant ou étouffant toute la population qui y demeurait et altérant le paysage, y compris le littoral. Elles ont été accompagnées de légères secousses supplémentaires et d’un léger tsunami dans la baie de Naples. Au soir du deuxième jour, l’éruption était terminée, ne laissant dans l’atmosphère qu’une brume, à travers laquelle le soleil brillait faiblement.

Pline le Jeune a écrit un récit de l’éruption :

De larges nappes de flammes illuminaient de nombreuses parties du Vésuve ; leur lumière et leur éclat étaient d’autant plus vifs que la nuit était sombre… il faisait jour maintenant ailleurs dans le monde, mais là, l’obscurité était plus sombre et plus épaisse que n’importe quelle nuit.

Victimes de l’éruption du Vésuve

A Pompéi, l’éruption a détruit la ville, tuant ses habitants et l’enterrant sous des tonnes de cendres. Les preuves de cette destruction proviennent à l’origine d’une lettre de Pline le Jeune, qui a vu l’éruption de loin et a décrit la mort de son oncle, Pline l’Ancien, un amiral de la flotte romaine, qui a essayé de sauver des citoyens. Le site a été perdu pendant environ 1 500 ans jusqu’à sa redécouverte initiale en 1599, et une redécouverte plus large près de 150 ans plus tard par l’ingénieur espagnol Rocque Joaquin de Alcubierre en 1748. Les objets qui se trouvaient sous la ville ont été préservés pendant des siècles en raison du manque d’air et d’humidité. Ces artefacts fournissent un aperçu extraordinairement détaillé de la vie d’une ville pendant la Pax Romana. Lors des fouilles, du plâtre a été utilisé pour combler les vides dans les couches de cendres qui contenaient autrefois des corps humains. Cela a permis aux archéologues de voir la position exacte dans laquelle se trouvait la personne au moment de sa mort.
Image des restes préservés de personnes tuées lors de l’éruption du Vésuve, gisant sur le sol.

Pompéi et les cadavres préservés sous les cendres
Le « Jardin des fugitifs » de Pompéi : Moulages en plâtre des victimes encore sur place ; de nombreux moulages se trouvent au Musée archéologique de Naples.

En 2003, environ 1 044 moulages réalisés à partir d’empreintes de corps dans les dépôts de cendres avaient été retrouvés à Pompéi et dans les environs, avec les os épars d’une centaine d’autres. Les restes d’environ 332 corps ont été retrouvés à Herculanum (300 dans des voûtes découvertes en 1980). Le pourcentage que ces chiffres représentent par rapport au nombre total de morts, ou le pourcentage de morts par rapport au nombre total de personnes en danger, reste totalement inconnu.

Trente-huit pour cent des 1 044 corps ont été retrouvés dans les dépôts de cendres, la majorité à l’intérieur des bâtiments. On pense que ces derniers ont été tués principalement par des effondrements de toits, le nombre de victimes trouvées à l’extérieur des bâtiments étant plus faible et ayant probablement été tuées par des chutes d’ardoises de toit ou par des rochers plus gros projetés par le volcan. Cela diffère de l’expérience moderne, car au cours des quatre derniers siècles, seulement 4 % environ des victimes ont été tuées par des chutes de cendres lors d’éruptions explosives. Les 62% restants des restes trouvés à Pompéi se trouvaient dans les dépôts de pyroclastites, et ont donc probablement été tués par celles-ci. On a d’abord pensé qu’en raison de l’état des corps retrouvés à Pompéi, et de la forme des vêtements sur les corps, il était peu probable que les températures élevées soient une cause importante. Mais en 2010, des études ont indiqué que lors de la quatrième poussée pyroclastique – la première à atteindre Pompéi – les températures ont atteint 300°C. Le volcanologue Giuseppe Mastrolorenzo, qui a dirigé l’étude, a noté que « [la température était] suffisante pour tuer des centaines de personnes en une fraction de seconde ». En ce qui concerne la raison pour laquelle les corps ont été gelés en suspension, il a déclaré : « Les postures déformées ne sont pas les effets d’une longue agonie, mais du spasme cadavérique, conséquence du choc thermique sur les cadavres ».

Squelette en cendres Vésuve
Dame aux anneaux : Le squelette d’une jeune femme tuée par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère. Le squelette, déterré des ruines d’Herculanum en 1982, a été nommé « la Dame aux anneaux » en raison des anneaux d’émeraude et de rubis trouvés sur la main gauche de la femme. Deux bracelets en or et des boucles d’oreilles en or ont également été retrouvés aux côtés de la femme.

Principaux enseignements

Points clefs

  • L’éruption du Vésuve en 79 de notre ère, sous le règne de l’empereur Titus, a été l’une des éruptions volcaniques les plus catastrophiques de l’histoire européenne.
  • Les historiens ont appris l’existence de cette éruption grâce au témoignage de Pline le Jeune, administrateur et poète romain.
  • Le mont Vésuve a craché un nuage mortel de gaz, de pierres et de cendres volcaniques jusqu’à une hauteur de 34 kilomètres, éjectant de la roche en fusion et de la pierre ponce pulvérisée au rythme de 1,5 million de tonnes par seconde, libérant finalement cent mille fois l’énergie thermique du bombardement d’Hiroshima.
  • Plusieurs colonies romaines ont été anéanties et enterrées sous des déferlantes pyroclastiques massives et des dépôts de cendres, dont les plus connus sont Pompéi et Herculanum.
  • Les restes préservés d’environ 1 500 personnes ont été retrouvés à Pompéi et à Herculanum, mais le bilan global des morts est encore inconnu.

Termes clefs

  • Pompéi : Une ancienne ville romaine près de l’actuelle Naples, dans la région de Campanie en Italie, détruite lors de l’éruption du Vésuve.
  • poussée pyroclastique : Masse fluidifiée de gaz turbulents et de fragments de roche, éjectée lors de certaines éruptions volcaniques.
  • Pline le Jeune : Un avocat, auteur et magistrat de la Rome antique qui a été témoin de l’éruption du Vésuve.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.