Catégories
Histoire de l'humanité

La Pax Romana

La Pax Romana, qui a débuté sous Auguste, a été une période de paix de 200 ans au cours de laquelle Rome a connu une expansion minimale des forces militaires.

Les réformes constitutionnelles d’Auguste

Après la disparition du deuxième Triumvirat, Auguste restaure la façade extérieure de la République libre, le pouvoir gouvernemental étant confié à la
Le Sénat, les magistrats exécutifs et les assemblées législatives. En réalité, cependant, il a conservé son pouvoir autocratique sur la République en tant que dictateur militaire. En vertu de la loi, Auguste détenait des pouvoirs qui lui étaient accordés à vie par le Sénat, notamment le commandement militaire suprême et ceux de tribun et de censeur. Il a fallu plusieurs années à Auguste pour mettre en place le cadre dans lequel un État officiellement républicain pouvait être dirigé sous son seul pouvoir.

Entre les années 30 et 2 avant Jésus-Christ, Auguste a adopté une série de lois qui ont transformé la constitution de la République romaine en constitution de l’Empire romain. Pendant cette période, Auguste a réformé le système d’imposition romain, a développé des réseaux de routes avec un système de courrier officiel, a créé une armée permanente, a mis en place la Garde prétorienne, a créé des services officiels de police et de lutte contre les incendies pour Rome, et a reconstruit une grande partie de la ville pendant son règne.

Modification du système politique

Auguste a modifié le système politique romain pour le rendre plus acceptable aux classes sénatoriales, en évitant l’autoritarisme ouvert dont faisaient preuve Jules César et Marc Antoine. En 28 avant J.-C., dans un geste calculé, Auguste a éradiqué les pouvoirs d’urgence qu’il détenait en tant que dictateur et a rendu tous les pouvoirs et provinces au Sénat et au peuple romain. Les membres du Sénat sont mécontents de cette perspective et, pour les apaiser, Auguste accepte d’étendre pendant dix ans les responsabilités sur les provinces en désordre. En conséquence, Auguste conserve l’imperium sur les provinces où la majorité des soldats de Rome sont stationnés. Auguste a également rejeté les titres monarchiques, se faisant plutôt appeler princeps civitatis (« premier citoyen »). Le cadre constitutionnel qui en résulta fut connu sous le nom de Principate, la première phase de l’Empire romain.

À cette époque, Auguste a reçu des honneurs qui ont fait de son nom complet Imperator Caesar divi filius Augustus. Imperator mettait l’accent sur la puissance militaire et la victoire et soulignait son rôle de commandant en chef. Divi filius se traduit par « fils du divin », renforçant sa légitimité en tant que souverain sans le déifier complètement. L’utilisation de César a permis d’établir un lien entre lui et Jules César, qui était encore très populaire parmi les classes inférieures. Enfin, le nom d’Auguste permettait d’associer les traditions illustres et majestueuses de Rome, sans créer de lourdes connotations autoritaires.

Auguste se trouvait dans une position politique idéale. Bien qu’il ne détienne plus de pouvoirs dictatoriaux, il s’est créé une identité d’une telle influence que l’autorité s’en est suivie naturellement.

Deuxième colonisation

À la suite de la mauvaise santé d’Auguste, un deuxième règlement a été annoncé en 23 avant Jésus-Christ. Pendant cette période, Auguste semblait, à l’extérieur, freiner dans ses pouvoirs constitutionnels, mais continua réellement à étendre sa domination dans tout l’Empire. Auguste renonça à son consulat de dix ans, mais en contrepartie, il s’assura les concessions suivantes

  • Un siège sur l’estrade des consuls à l’avant de la Curie.
  • Le droit de prendre la parole en premier lors d’une réunion du Sénat, ou ius primae relationis
  • Le droit de convoquer une réunion du Sénat, qui était un
    un outil utile pour l’élaboration des politiques
  • Il s’occupait de l’approvisionnement en céréales de Rome, ou cura annonae, ce qui lui donnait un pouvoir de patronage considérable sur la plèbe

Auguste se voit également confier le rôle de tribunicia potestas, ce qui lui permet d’agir en tant que gardien des citoyens de Rome. Cette fonction s’accompagnait d’un certain nombre d’avantages, notamment le droit de proposer des lois au Sénat quand il le souhaitait, le droit de veto sur les lois et la possibilité d’accorder l’amnistie à tout citoyen accusé d’un crime. Bien que le rôle de la tribunicia potestas ait effectivement conféré à Auguste la suprématie législative, il avait également de nombreuses connotations positives qui revenaient à la République, ce qui rendait la position d’Auguste moins offensante pour l’aristocratie. Au-delà de Rome, Auguste s’est vu accorder le maius imperium, c’est-à-dire un pouvoir (proconsulaire) plus important. Cette position lui permettait de passer outre les ordres de tout autre gouverneur provincial de l’Empire romain, en plus de gouverner ses propres provinces et armées.

Auguste et la Pax Romana

La Pax Romana (« paix romaine ») a été une longue période de paix relative et d’expansion minimale des forces militaires vécue par l’Empire romain aux Ier et IIème siècles de notre ère. Comme cette période a été initiée pendant
Le règne d’Auguste, il est parfois appelé Pax Augusta. Sa durée était d’environ 206 ans (27 avant J.-C. à 180 après J.-C.).

La Pax Romana a commencé après qu’Auguste, alors Octave, ait rencontré et vaincu Marc Antoine à la bataille d’Actium en 31 avant J.-C. Auguste a créé une junte des plus grands magnats militaires et s’est donné l’honneur du titre. En réunissant ces grands magnats en un seul titre, il a éliminé la perspective d’une guerre civile. La Pax Romana ne fut pas immédiate, malgré la fin de la guerre civile, car les combats se poursuivirent en Hispanie et dans les Alpes.
Malgré des guerres continues d’expansion impériale aux frontières de l’Empire et une guerre civile d’un an sur la succession impériale, le monde romain fut largement exempt de conflits à grande échelle pendant plus de deux siècles. Auguste élargit considérablement l’Empire en annexant l’Égypte, la Dalmatie, la Pannonie, la Norique et la Raetie, étend ses possessions en Afrique ainsi qu’en Germanie, et achève la conquête de l’Hispanie. Au-delà des frontières de Rome, il sécurisa l’Empire avec une région tampon d’États clients et fit la paix avec le troublant Empire Parthien par la diplomatie.

Auguste a fermé trois fois les portes de Janus (l’ensemble des portes du temple de Janus, qui était fermé en temps de paix et ouvert en temps de guerre). La première fois en 29 av. J.-C. et la deuxième en 25 av. La troisième fermeture n’est pas documentée, mais des chercheurs ont pu dater l’événement de manière convaincante, à 13 avant J.-C., lors de la cérémonie de l’Ara Pacis, qui s’est tenue après le retour conjoint d’Auguste et d’Agrippa de la pacification des provinces.

Auguste a eu du mal à faire de la paix un mode de vie acceptable pour les Romains, qui avaient été en guerre avec une puissance ou une autre de façon continue pendant 200 ans avant cette période. Les Romains considéraient la paix non pas comme une absence de guerre, mais comme la rare situation qui existait lorsque tous les opposants avaient été battus et avaient perdu la capacité de résister. Le défi d’Auguste était de persuader les Romains que la prospérité qu’ils pouvaient atteindre en l’absence de guerre était meilleure pour l’Empire que la richesse potentielle et l’honneur acquis en combattant. Auguste y parvint grâce à une habile propagande. Les empereurs suivants suivirent son exemple, organisant parfois des cérémonies somptueuses pour fermer les portes de Janus, émettant des pièces de monnaie avec la Pax au verso et publiant des ouvrages condescendants vantant les avantages de la Pax Romana.

L’Ara Pacis Augustae

L’Ara Pacis Augustae, ou autel de la paix Auguste, est l’un des meilleurs exemples de la propagande artistique augustéenne et le symbole principal de la nouvelle Pax Romana. Il a été commandé par le Sénat en 13 avant J.-C. pour honorer la paix et la générosité établies par Auguste à son retour d’Espagne et de Gaule. Le thème de la paix se retrouve notamment dans les murs est et ouest de l’Ara Pacis, qui comportaient chacun deux panneaux, bien qu’il ne reste que de petits fragments pour un panneau de chaque côté. Sur le côté est se trouve une déesse non identifiée que les érudits présument être Tellus, Vénus ou la Paix, dans une scène allégorique de prospérité et de fertilité. Des jumeaux sont assis sur ses genoux, accompagnés d’une corne d’abondance de fruits. Des personnifications du vent et de la mer l’entourent, chacune chevauchant un oiseau ou un monstre marin. Sous les femmes repose un taureau et un agneau, tous deux animaux sacrificiels, et des plantes à fleurs remplissent l’espace vide. Le deuxième panneau oriental, presque incomplet, semble dépeindre une guerrière, peut-être rom, au milieu du butin de la conquête.

Panneau de Tellus Mater durant la Pax romana
Le panneau Tellus Mater de l’Ara Pacis : Le mur oriental de l’Ara Pacis, qui représente le Tellus Mater entouré de symboles de fertilité et de prospérité.

Auguste est mort en 14 de notre ère, à l’âge de 75 ans. Il est peut-être mort de causes naturelles, bien que des rumeurs non confirmées aient circulé selon lesquelles sa femme Livia l’aurait empoisonné. Son fils adoptif (également beau-fils et ancien gendre), Tibère, lui a succédé sur le trône.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La Pax Romana a été créée sous Auguste, et c’est pourquoi elle est parfois appelée Pax Augusta.
    Auguste a fermé les portes de Janus à trois reprises pour marquer le début de la paix : en 29 avant J.-C., 25 avant J.-C. et 13 avant J.-C., probablement en conjonction avec la cérémonie de l’Ara Pacis.
  • Les Romains ne considéraient pas la paix comme une absence de guerre, mais comme la rare situation qui existait lorsque tous les opposants avaient été battus et avaient perdu la capacité de résister. Ainsi, Auguste a dû persuader les Romains que la prospérité qu’ils pouvaient atteindre en l’absence de guerre était meilleure pour l’Empire que la richesse potentielle et l’honneur acquis en menant une guerre risquée.
  • L’Ara Pacis est un excellent exemple de la propagande qu’Auguste employait pour promouvoir la Pax Romana, et représente des images de dieux romains et de la ville de Rome personnifiée au milieu de la richesse et de la prospérité.

Termes clefs

  • Ara Pacis Augustae : L’autel de la paix d’Auguste, un autel sacrificiel qui montre des images de la paix et de la prospérité qu’Auguste a atteint pendant la Pax Romana.
  • Pax Romana : La longue période de paix relative et d’expansion minimale par la force militaire qu’a connue l’Empire romain aux 1er et 2e siècles de notre ère. Aussi parfois connue sous le nom de Pax Augusta.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.