Catégories
Histoire de l'humanité

Les conséquences de la guerre du Péloponnèse

Après la guerre du Péloponnèse, Athènes a connu une période de dure gouvernance oligarchique et Sparte a connu une brève période hégémonique.

La guerre du Péloponnèse s’est terminée par la victoire de Sparte et de ses alliés, et a conduit directement à la montée en puissance navale de Sparte. Cependant, elle a marqué la fin de l’hégémonie athénienne dans toute la Méditerranée. Les destructions de la guerre du Péloponnèse ont affaibli et divisé les Grecs pendant des années, permettant finalement aux Macédoniens de les conquérir au milieu du IVème siècle avant Jésus-Christ.

Athènes

La démocratie à Athènes a été brièvement renversée en 411 avant J.-C. en raison de sa mauvaise gestion de la guerre du Péloponnèse. Les citoyens ont réagi contre la défaite d’Athènes, blâmant les politiciens démocratiques, tels que Cléon et Cléophon. L’armée spartiate a encouragé la révolte, installant une oligarchie pro-spartiate à Athènes, appelée les Trente Tyrans, en 404 avant J.-C. Lysandre, l’amiral spartiate qui commandait la flotte spartiate à Aegospotami en 405 avant J.-C., a aidé à organiser les Trente Tyrans en tant que gouvernement pendant les 13 mois où ils ont maintenu le pouvoir.

Pendant le règne des Trente Tyrans, cinq pour cent de la population athénienne ont été tués, des propriétés privées ont été confisquées et les partisans de la démocratie ont été exilés. Les Trente ont nommé un conseil de 500 personnes pour remplir les fonctions judiciaires qui appartenaient auparavant à tous les citoyens. Malgré tout cela, tous les hommes athéniens n’ont pas vu leurs droits supprimés. En fait, 3 000 de ces hommes furent choisis par les Trente pour participer au gouvernement d’Athènes. Ces hommes ont été autorisés à porter des armes, à être jugés par un jury et à résider dans les limites de la ville. Cette liste d’hommes était constamment révisée, et la sélection était très probablement le reflet de la loyauté au régime, la majorité des Athéniens ne soutenant pas le règne des Trente Tyrans.

Néanmoins, le régime des Trente n’a pas rencontré beaucoup d’opposition ouverte pour la majorité de leur régime, en raison des lourdes peines infligées aux dissidents. Finalement, le niveau de violence et de brutalité des Trente à Athènes a conduit à une opposition accrue, provenant principalement d’un groupe d’exilés rebelles dirigé par Thrasybule, un ancien tavernier de la marine athénienne. Cette opposition accrue a abouti à une révolution qui a finalement renversé le régime des Trente. Dans la foulée, Athènes a amnistié les 3 000 hommes qui avaient bénéficié d’un traitement spécial sous le régime, à l’exception de ceux qui faisaient partie des Trente au pouvoir et des fonctionnaires qui leur étaient associés. Athènes a lutté pour se remettre des bouleversements causés par les Trente Tyrans dans les années qui ont suivi.

Sparte

Suite à la guerre du Péloponnèse, Sparte, qui était avant tout une culture continentale, est devenue une puissance navale. À son apogée, Sparte a vaincu de nombreux États grecs clés, y compris l’élite de la marine athénienne. À la fin du Vème siècle avant J.-C., les succès de Sparte contre l’Empire athénien et sa capacité à envahir les provinces perses d’Anatolie ont inauguré une période d’hégémonie spartiate. Cette période d’hégémonie devait cependant être de courte durée.

Lysandre

Après la fin de la guerre du Péloponnèse, Lysandre a mis en place de nombreux gouvernements pro-spartiates dans toute la mer Égée. La plupart des systèmes de gouvernement mis en place par Lysandre étaient des oligarchies de dix hommes, appelées décarchies, dans lesquelles les harmosts, des gouverneurs militaires spartiates, étaient les chefs du gouvernement. Parce que Lysandre nommait au sein des classes dirigeantes de ces gouvernements, les hommes étaient plus loyaux envers Lysandre qu’envers Sparte, ce qui faisait de ces avant-postes égéens un empire privé.

Lysandre et le roi spartiate Agis étaient d’accord avec Corinthe et Thèbes pour qu’Athènes soit totalement détruite au lendemain de la guerre du Péloponnèse, mais ils étaient opposés par une faction plus modérée, dirigée par Pausanias. Finalement, la faction modérée de Pausanias a pris le dessus et Athènes a été épargnée, bien que ses murs de défense et les fortifications du port du Pirée aient été démolis. Lysandre parvient également à obliger Athènes à rappeler ses exilés, ce qui provoque une instabilité politique au sein de la cité-État, dont Lysandre profite pour établir l’oligarchie qui sera connue sous le nom de Trente Tyrans. Comme Lysandre a également été directement impliqué dans la sélection des Trente, ces hommes lui ont été fidèles à propos de Sparte, ce qui a amené le roi Agis et le roi Pausanias à accepter l’abolition de ses décarchies égéennes, et finalement la restauration de la démocratie à Athènes, ce qui a rapidement freiné l’influence politique de Lysandre.

Agesilaus et ses campagnes

Agesilaus II était l’un des deux rois spartiates pendant la période d’hégémonie spartiate. Lysandre était l’un des plus grands partisans d’Agesilaus , et a même été un mentor. Pendant son règne, Agesilaus s’est lancé dans plusieurs campagnes militaires dans les territoires orientaux de la mer Égée et de la Perse. Au cours de ces campagnes, les Spartiates sous le commandement d’Agesilaus ont rencontré de nombreux cités grecques rebelles, dont les Thébains. Les Thèbes, les Argives, les Corinthiens et les Athéniens s’étaient rebellés pendant la guerre de Corinthe de 395 à 386 avant J.-C., et les Perses aidèrent les Thèbes, les Corinthiens et les Athéniens contre les Spartiates.

Pendant l’hiver 379/378 avant J.-C., un groupe d’exilés thébains s’est faufilé à Thèbes et a réussi à la libérer, malgré la résistance d’une garnison spartiate de 1 500 hommes. Cela a conduit à un certain nombre d’expéditions spartiates contre Thèbes, connues sous le nom de Guerre de Bohème. Les villes-États grecques ont finalement tenté de négocier la paix, mais le diplomate thébain Epaminondas a mis Agesilaus en colère en plaidant pour la liberté des citoyens non spartiates en Laconie. En conséquence, Agesilaus exclut les Thébains du traité, et la bataille de Leuctre éclate en 371 avant J.-C. ; les Spartiates finissent par perdre. L’influence politique internationale de Sparte se précipita rapidement après leur défaite.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La guerre du Péloponnèse s’est terminée par la victoire de Sparte et de ses alliés, mais a marqué la fin de l’hégémonie navale et politique athénienne dans toute la Méditerranée.
  • La démocratie à Athènes a été brièvement renversée en 411 avant J.-C. en raison de sa mauvaise gestion de la guerre du Péloponnèse. Lysandre, l’amiral spartiate qui commandait la flotte spartiate à Aegospotami en 405 avant J.-C., a aidé à organiser les Trente Tyrans en tant que gouvernement d’Athènes pendant les 13 mois où ils ont maintenu le pouvoir.
  • Lysandre a établi de nombreux gouvernements pro-Spartan dans toute la mer Égée, où les classes dirigeantes lui étaient plus fidèles qu’à Sparte dans son ensemble. Finalement, les rois spartiates, Agis et Pausanias, abolirent ces décarchies égéennes, réduisant ainsi l’influence politique de Lysandre.
  • Agis II fut l’un des deux rois spartiates pendant la période d’hégémonie spartiate, et on se souvient de ses multiples campagnes dans les territoires orientaux de la mer Égée et de la Perse.
  • La perte d’Agesilaus à la bataille de Leuctre a effectivement mis fin à l’hégémonie spartiate dans toute la région.

Termes clefs

  • l’oligarchie : Une forme de structure de pouvoir dans laquelle un petit groupe de personnes détient tout le pouvoir et l’influence dans un État.
  • harmosts : Terme spartiate désignant un gouverneur militaire.
  • hégémonie : La prédominance ou le contrôle politique, économique ou militaire d’un État sur les autres.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.