Catégories
Histoire de l'humanité

La guerre du Péloponnèse

La guerre du Péloponnèse a marqué la fin du Vème siècle avant J.-C., brisant les tabous religieux et culturels, dévastant de vastes étendues de campagne et détruisant des villes entières.

La guerre du Péloponnèse (431-404 avant J.-C.) a opposé Athènes et son empire, connu sous le nom de Ligue de Délos, à la Ligue du Péloponnèse, dirigée par Sparte. Pendant ce conflit, la guerre grecque a évolué d’une forme de conflit initialement limitée et formalisée, à des luttes acharnées entre villes-États, avec des atrocités à grande échelle. La guerre du Péloponnèse a marqué la fin du Vème siècle avant J.-C., brisant les tabous religieux et culturels, dévastant de vastes étendues de campagne et détruisant des villes entières. Les historiens ont traditionnellement divisé la guerre en plusieurs phases différentes.

La guerre d’Archidamos

Pendant la première phase, connue sous le nom de guerre d’Archidamos, Sparte a lancé des invasions répétées de l’Attique tandis qu’Athènes a profité de sa suprématie navale pour faire des raids sur les côtes du Péloponnèse. Sparte et ses alliés, à l’exception de Corinthe, étaient presque exclusivement des puissances terrestres, alors que l’empire d’Athènes, bien que basé sur une péninsule, avait développé une impressionnante puissance navale. La stratégie des Spartiates pendant la guerre d’Archidamos consistait à envahir les terres entourant Athènes, privant ainsi les Athéniens des terres productives autour de leur ville. Cependant, Athènes a conservé un accès à la mer et n’a pas beaucoup souffert de cette stratégie, bien que de nombreux citoyens de l’Attique aient abandonné leurs fermes et se soient installés à l’intérieur des longs murs reliant Athènes au port du Pirée.
Les murs protégeant la ville et le port pendant la guerre du Péloponnèse en 431 avant J.-C. s’étendaient d’Athènes au Pirée sur la mer. Le mur nord est appelé « long mur nord » et le mur sud est appelé « long mur sud ».

Les murs qui protègent Athènes
Les Murs protégeant Athènes : Les murs protégeant Athènes pendant la guerre du Péloponnèse.

Au départ, la stratégie d’Athènes, guidée par Périclès, consistait à éviter les batailles ouvertes avec les hoplites spartiates, plus nombreux et mieux entraînés, et à s’appuyer sur la flotte supérieure d’Athènes. En conséquence, la flotte d’Athènes est passée à l’offensive, remportant une victoire à Naupactus. Leur victoire fut cependant de courte durée, car en 430 avant J.-C., une épidémie de peste frappa Athènes, ravageant la ville densément peuplée et anéantissant plus de 30 000 citoyens, marins et soldats, soit environ un tiers à deux tiers de la population athénienne. En conséquence, la main-d’œuvre athénienne a été considérablement réduite et, en raison des craintes généralisées de peste, les mercenaires étrangers ont refusé de se louer à Athènes. Sparte abandonna également son invasion de l’Attique pendant cette période, ne voulant pas risquer d’entrer en contact avec leur ennemi malade.

Périclès et ses fils périrent à cause de la peste, et par la suite, les Athéniens se retournèrent contre la stratégie défensive de Périclès en faveur d’une stratégie plus agressive qui amènerait la guerre directement à Sparte et à ses alliés. Au début, cette stratégie a connu un certain succès, car Athènes a poursuivi ses raids navals dans tout le Péloponnèse. Ces succès leur permirent de fortifier des postes dans tout le Péloponnèse. L’un de ces postes se trouvait près de Pylos, sur une petite île appelée Sphacteria. Il a commencé à attirer les fugitifs de Sparte, ce qui a fait craindre aux Spartiates que les activités athéniennes dans le Péloponnèse n’incitent à une révolte massive. En conséquence, les Spartiates ont été poussés à l’action. Au cours des conflits qui ont suivi, 300 à 400 Spartiates ont été pris en otage, ce qui a donné à Athènes une monnaie d’échange.

En retour, les Spartiates levèrent une armée d’alliés et de hordes et marchèrent le long de la Grèce jusqu’à la colonie athénienne d’Amphipolis, qui contrôlait plusieurs mines d’argent à proximité. Ces mines étaient particulièrement importantes car elles fournissaient une grande partie de l’argent qui finançait l’effort de guerre athénien. La prise de cette colonie fournit également à Sparte une monnaie d’échange, et les deux villes-états rivales acceptent de signer une trêve, échangeant les otages spartiates contre Amphipolis et ses mines d’argent.

La paix de Nicias

La Paix de Nicias a été signée en 421 avant J.-C., concluant la première phase de la guerre. En raison de la perte des faucons de guerre dans les deux villes-états lors du conflit précédent, la paix a duré environ six ans. Le traité a cependant été miné par la poursuite des combats et les appels à la révolte dans tout le Péloponnèse. Bien que les Spartiates se soient eux-mêmes abstenus de telles actions, leurs alliés, en particulier Argos, ont continué à se faire entendre. Les Athéniens soutiennent les Argoviens et les encouragent à former une coalition d’États démocratiques au sein du Péloponnèse et séparés de Sparte. Les premières tentatives des Spartiates pour contrecarrer une telle coalition ont finalement échoué, et les Argives, leurs alliés et une petite force athénienne ont décidé de s’emparer de la ville de Tégéa, près de Sparte.

La bataille de Mantinea a été la plus grande bataille terrestre menée en Grèce pendant la guerre du Péloponnèse. La coalition alliée d’Argive a d’abord utilisé la force pure de leurs forces combinées pour obtenir des succès précoces, mais n’a pas réussi à en tirer profit, offrant aux forces d’élite spartiates l’occasion de vaincre la coalition et de sauver leur ville d’une défaite stratégique. L’alliance démocratique d’Argive fut dissoute et la plupart de ses membres furent réincorporés dans la Ligue Péloponnésienne de Sparte, rétablissant ainsi l’hégémonie spartiate dans toute la région.

L’expédition sicilienne

Au cours de la 17ème année de guerre, Athènes a appris qu’un de ses lointains alliés en Sicile était attaqué par Syracuse. Les habitants de Syracuse étaient d’ethnie dorienne comme les Spartiates, et la Sicile et leurs alliés, les Athéniens, étaient d’ethnie ionienne. En 415 avant J.-C., Athènes a envoyé une force expéditionnaire massive pour attaquer Syracuse en Sicile. La force athénienne se composait de plus de 100 navires, d’environ 5 000 fantassins et de troupes légèrement blindées. Cependant, leur cavalerie était limitée à une trentaine de chevaux, ce qui ne faisait pas le poids face à la grande cavalerie syracusaine, très bien entraînée.

Entre-temps, les Syracusains demandèrent à Sparte de les aider dans cette affaire, et Sparte envoya leur général, Gylippus, en Sicile avec des renforts. Les attaques athéniennes ultérieures échouèrent et toute la force d’Athènes fut détruite en 413 avant J.-C.

La guerre des Dieux

Cela a marqué le début de la phase finale de la guerre, connue sous le nom de Guerre des Dieux, ou Guerre Ionienne. À cette époque, Sparte reçoit le soutien de la Perse et soutient les rébellions dans la mer Égée et les États sujets de la mer Ionienne, afin de saper l’empire d’Athènes. Cela a finalement conduit à l’érosion de la suprématie navale d’Athènes. Les Lacédémoniens ne se contentent plus d’envoyer de l’aide à la Sicile pour soutenir leur allié. Au lieu de cela, ils se sont tournés vers une stratégie offensive contre Athènes. C’est ainsi que Décélie, une ville proche d’Athènes, fut fortifiée afin d’empêcher les Athéniens d’utiliser leurs terres toute l’année et de contrecarrer les expéditions de fournitures par voie terrestre. Les mines d’argent voisines furent également perturbées, les hoplites spartiates libérant jusqu’à 20 000 esclaves athéniens dans les environs. En raison de cette perturbation financière, Athènes fut obligée d’exiger un tribut accru de ses alliés, ce qui augmenta encore la tension et la menace de rébellion dans tout l’empire athénien.

Les membres de la Ligue du Péloponnèse continuèrent à envoyer des renforts à Syracuse dans l’espoir de chasser les Athéniens, mais à la place, Athènes envoya 100 navires et 5 000 soldats supplémentaires en Sicile. Les forces de Gylippus, combinées à celles des Syracusains, ont vaincu les Athéniens sur terre. La destruction de la flotte d’Athènes à Aegospotami mit effectivement fin à la guerre, et Athènes se rendit un an plus tard en 404 avant J.-C. Corinthe et Thèbes exigèrent qu’Athènes soit détruite et que tous ses citoyens soient réduits en esclavage, mais Sparte refusa de détruire une ville qui avait rendu de bons services à une époque où la Grèce était en grand danger, et prit Athènes dans son propre système d’alliance.

Principaux enseignements

Points clefs

  • La guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.) opposa Athènes à son empire, connu sous le nom de Ligue de Délos, et la Ligue du Péloponnèse, dirigée par Sparte.
  • Au cours de ce conflit, la guerre grecque a évolué d’une forme de conflit initialement limitée et formalisée, à des luttes acharnées entre cités-États, avec des atrocités à grande échelle.
  • Au cours de la première phase, connue sous le nom de guerre d’Archidamos, Sparte a lancé des invasions répétées de l’Attique tandis qu’Athènes a profité de sa suprématie navale pour faire des raids sur les côtes du Péloponnèse.
  • Au départ, la stratégie d’Athènes, guidée par Périclès, consistait à éviter les batailles ouvertes avec les hoplites spartiates, plus nombreux et mieux entraînés, et à s’appuyer à la place sur la flotte navale supérieure d’Athènes.
  • À la suite d’un fléau dévastateur, les Athéniens se sont retournés contre la stratégie défensive de Périclès en faveur d’une stratégie plus agressive qui amènerait la guerre directement à Sparte et à ses alliés.
  • La Paix de Nicias fut signée en 421 avant J.-C., et mit fin à la première phase de la guerre. Cependant, le traité fut miné par la poursuite des combats et les appels à la révolte dans tout le Péloponnèse.
  • La destruction de la flotte d’Athènes à Aegospotami pendant la guerre de Décélie a effectivement mis fin à la guerre du Péloponnèse. Athènes se rendit un an plus tard, en 404 avant J.-C.

Termes clefs

  • hilote : Les hilotes étaient un groupe de population soumis qui formait la population principale de la Laconie et de la Messénie, les territoires contrôlés par Sparte.
  • hoplites : Les hoplites étaient des citoyens-soldats des cités-états de la Grèce antique qui étaient principalement armés de lances et de boucliers.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.