Catégories
Histoire de l'humanité

Les civilisations des vallées fluviales

Les premières civilisations se sont formées dans les vallées fluviales et se sont caractérisées par un système de castes et un gouvernement fort qui contrôlait l’accès à l’eau et les ressources.

Les premières civilisations

Les premières civilisations se sont formées sur les rives des rivières. Les exemples les plus remarquables sont les anciens Égyptiens, qui se sont basés sur le Nil, les Mésopotamiens dans le Croissant fertile sur le Tigre/Euphrate, les anciens Chinois sur le Fleuve jaune et les anciens Indiens sur l’Indus. Ces premières civilisations ont commencé à se former vers l’époque de la révolution néolithique (12 000 avant J.-C.).

Les rivières étaient des lieux attrayants pour les premières civilisations car elles fournissaient un approvisionnement régulier en eau potable et rendaient les terres fertiles pour les cultures. De plus, les biens et les personnes pouvaient être transportés facilement, et les habitants de ces civilisations pouvaient pêcher et chasser les animaux qui venaient boire de l’eau. De plus, ceux qui se perdaient dans la nature sauvage pouvaient retourner à la civilisation en voyageant en aval, où les principaux centres de population humaine ont tendance à se concentrer.

Les empires hydrauliques

Bien que chaque civilisation ait été unique et différente, nous pouvons voir des modèles communs parmi ces premières civilisations puisqu’elles étaient toutes basées autour des rivières. Plus particulièrement, ces premières civilisations étaient toutes des empires hydrauliques. Un empire hydraulique (également appelé despotisme hydraulique, ou empire du monopole de l’eau) est une structure sociale ou gouvernementale qui maintient le pouvoir par le contrôle exclusif de l’accès à l’eau. Ce système de gouvernement naît de la nécessité de contrôler les inondations et l’irrigation, ce qui nécessite une coordination centrale et une bureaucratie spécialisée. Cette structure politique est généralement caractérisée par un système de hiérarchie et de contrôle basé sur la classe ou la caste. Le pouvoir, à la fois sur les ressources (nourriture, eau, énergie) et sur un moyen d’exécution, comme l’armée, est vital pour le maintien du contrôle. La plupart des empires hydrauliques existent dans des régions désertiques, mais la Chine impériale possède également certaines de ces caractéristiques, en raison des besoins exigeants de la culture du riz. Le seul empire hydraulique à exister en Afrique était sous l’État d’Ajuran, près des rivières Jubba et Shebelle, au XVème siècle de notre ère.

Karl August Wittfogel, l’érudit allemand qui a été le premier à développer la notion d’empire hydraulique, a soutenu dans son livre, Oriental Despotism (1957), qu’un contrôle gouvernemental fort caractérisait ces civilisations parce qu’une ressource particulière (dans ce cas, l’eau des rivières) était à la fois une partie centrale des processus économiques et limitée sur le plan environnemental. Ce fait facilitait le contrôle de l’offre et de la demande et permettait l’établissement d’un monopole plus complet, et empêchait également l’utilisation de ressources alternatives pour compenser. Cependant, il est également important de noter que les projets d’irrigation complexes ont précédé les États de Madagascar, du Mexique, de la Chine et de la Mésopotamie, et on ne peut donc pas dire qu’une ressource économique clé et limitée nécessite nécessairement une forte bureaucratie centralisée.

Selon Wittfogel, le gouvernement typique d’un empire hydraulique n’a aucune trace d’une aristocratie indépendante.
en contraste avec le féodalisme décentralisé de l’Europe médiévale. Bien que les sociétés tribales aient des structures généralement de nature personnelle, exercées par un patriarche sur un groupe tribal lié par divers degrés de parenté, les hiérarchies hydrauliques ont donné naissance à l’institution permanente établie du gouvernement impersonnel. La révolution populaire dans un tel état était très difficile ; une dynastie pouvait s’éteindre ou être renversée par la force, mais le nouveau régime ne différait que très peu de l’ancien. Les empires hydrauliques étaient généralement détruits par des conquérants étrangers.

La rareté de l’eau aujourd’hui

L’accès à l’eau est toujours crucial pour les civilisations modernes ; la rareté de l’eau touche plus de 2,8 milliards de personnes dans le monde. Le stress hydrique est le terme utilisé pour décrire la difficulté à trouver de l’eau douce ou l’épuisement des sources d’eau disponibles. La pénurie d’eau est le terme utilisé lorsque l’eau est moins disponible en raison du changement climatique, de la pollution ou de la surutilisation. La crise de l’eau est le terme utilisé lorsqu’il n’y a pas assez d’eau douce et propre pour répondre à la demande locale. La pénurie d’eau peut être physique, c’est-à-dire que les ressources en eau disponibles dans une région sont insuffisantes, ou économique, c’est-à-dire que les gouvernements ne gèrent pas correctement les ressources disponibles. Le Programme des Nations unies pour le développement a constaté que la rareté de l’eau résulte généralement de ce dernier problème.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les rivières étaient des lieux attrayants pour les premières civilisations car elles fournissaient un approvisionnement régulier en eau potable et en gibier, rendaient la terre fertile pour les cultures et permettaient un transport facile.
  • Les premières civilisations fluviales étaient toutes des empires hydrauliques qui maintenaient le pouvoir et le contrôle grâce à un contrôle exclusif de l’accès à l’eau. Ce système de gouvernement est né de la nécessité de contrôler les inondations et d’irriguer, ce qui nécessite une coordination centrale et une bureaucratie spécialisée.
  • Les hiérarchies hydrauliques ont donné naissance à l’institution permanente de gouvernement impersonnel, puisque les changements de gouvernement concernaient généralement le personnel, mais pas la structure du gouvernement.

Termes clefs

  • Pénurie d’eau : L’eau est moins disponible en raison du changement climatique, de la pollution ou de la surconsommation.
  • Crise de l’eau : Il n’y a pas assez d’eau douce et propre pour répondre à la demande locale.
  • caste : Forme de stratification sociale caractérisée par l’endogamie (transmission héréditaire d’un mode de vie). Ce mode de vie comprend souvent une occupation, un statut rituel dans une hiérarchie, ainsi qu’une interaction et une exclusion sociales coutumières fondées sur des notions culturelles de pureté et de pollution.
  • empire hydraulique : Une structure sociale ou gouvernementale qui maintient le pouvoir par le contrôle exclusif de l’accès à l’eau.
  • Croissant fertile : Une région en forme de croissant contenant les terres relativement humides et fertiles de l’Asie occidentale, par ailleurs aride et semi-aride, et la vallée et le delta du Nil en Afrique du Nord-Est. Souvent appelé le berceau de la civilisation.
  • Révolution néolithique : Aussi appelée révolution agricole, elle a été la transition à grande échelle des cultures humaines de chasseurs-cueilleurs à agriculteurs sédentaires.
  • Le stress hydrique : Difficulté à trouver de l’eau douce, ou épuisement des sources d’eau disponibles.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.