Catégories
Histoire de l'humanité

Culture et religion en Arabie préislamique

Les tribus nomades de l’Arabie préislamique pratiquaient principalement le polythéisme, bien que certaines tribus se soient converties au judaïsme et au christianisme.

Contexte

La religion en Arabie préislamique était un mélange de polythéisme, de christianisme, de judaïsme et de religions iraniennes. Le polythéisme arabe, le système de croyance dominant, était basé sur la croyance en des divinités et autres êtres surnaturels tels que les djinns. Les dieux et déesses étaient vénérés dans des sanctuaires locaux, comme la Kaaba à la Mecque. Certains postulent qu’Allah a pu être l’un des dieux de la religion de la Mecque à qui le sanctuaire était dédié, bien qu’il semble qu’il ait eu peu de pertinence dans la religion. De nombreuses descriptions physiques des dieux préislamiques remontent à des idoles, en particulier près de la Kaaba, qui en aurait contenu jusqu’à 360.

La ka'ba
La Kaaba : La Kaaba est un bâtiment en forme de cube à la Mecque, considéré comme sacré à la fois par les musulmans et les tribus polythéistes préislamiques.

D’autres religions y sont représentées à des degrés divers et moins importants. L’influence des empires romains, axumites et sassanides adjacents a donné naissance à des communautés chrétiennes dans le nord-ouest, le nord-est et le sud de l’Arabie. Le christianisme a eu un impact moindre, mais a permis quelques conversions dans le reste de la péninsule. À l’exception du nestorianisme dans le nord-est et le golfe Persique, la forme dominante du christianisme était le monophysiisme. La péninsule arabique a été soumise à la migration juive depuis l’époque romaine, ce qui a donné lieu à une communauté de diaspora complétée par des convertis locaux. En outre, l’influence de l’empire Sasanian a entraîné la présence de religions iraniennes. Le zoroastrisme existait à l’est et au sud, et il existe des preuves de la pratique du manichéisme ou peut-être du mazdakisme à la Mecque.

Le polythéisme en Arabie préislamique

Avant la montée de l’islam, la plupart des tribus bédouines pratiquaient le polythéisme, le plus souvent sous forme d’animisme. Les animistes croient que les entités non humaines (animaux, plantes et objets ou phénomènes inanimés) possèdent une essence spirituelle. Le totémisme et l’idolâtrie, ou le culte de totems ou d’idoles représentant des phénomènes naturels, étaient également des pratiques religieuses courantes dans le monde préislamique. Les idoles étaient logées dans la Kaaba, un ancien sanctuaire de la ville de La Mecque. Le site abritait environ 360 idoles et attirait des adorateurs de toute l’Arabie. Selon le texte sacré musulman du Coran, Ibrahim, avec son fils Ismaël, a soulevé les fondations d’une maison et a commencé les travaux de la Kaaba vers 2130 avant JC.

Le dieu principal dans l’Arabie préislamique était Hubal, le dieu syrien de la lune. Les trois filles d’Hubal étaient les principales déesses de la mythologie arabo-mécanique : Allāt, Al-‘Uzzá et Manāt. Allāt était la déesse associée au monde souterrain. Al-‘Uzzá, « La plus puissante » ou « La forte », était une déesse de la fertilité, et elle était appelée à la protection et à la victoire avant la guerre. Manāt était la déesse du destin ; le Livre des idoles la décrit comme la plus ancienne de toutes ces idoles. Le Livre des idoles décrit les dieux et les rites de la religion arabe, mais critique l’idolâtrie de la religion préislamique.

Déesse Allat
Relief de la déesse Allāt, l’un des trois dieux protecteurs de la ville de La Mecque : Avant la montée des religions monothéistes du judaïsme, du christianisme et de l’islam, la plupart des tribus bédouines pratiquaient le polythéisme sous forme d’animisme et d’idolâtrie.

Le monothéisme en Arabie préislamique

Judaïsme

Les monothéistes les plus connus étaient les Hébreux, bien que les Perses et les Mèdes aient également développé le monothéisme. Le judaïsme est l’une des plus anciennes religions monothéistes.

Une communauté florissante de tribus juives existait dans l’Arabie préislamique et comprenait des communautés sédentaires et nomades. Les Juifs ont migré en Arabie dès l’époque romaine. Les Juifs d’Arabie parlaient l’arabe ainsi que l’hébreu et l’araméen et étaient en contact avec des centres religieux juifs en Babylonie et en Palestine. Les Himyarites yéménites se sont convertis au judaïsme au 4e siècle, et certains des Kindah, une tribu d’Arabie centrale qui étaient les vassaux des Himyarites, se sont également convertis au Vème siècle. Il est prouvé que les juifs convertis dans le Hejaz étaient considérés comme des juifs par les autres juifs et les non-juifs, et qu’ils demandaient conseil aux rabbins babyloniens sur les questions d’habillement et de nourriture casher. Dans un cas au moins, on sait qu’une tribu arabe a accepté d’adopter le judaïsme comme condition pour s’installer dans une ville dominée par des habitants juifs. Certaines femmes arabes de Yathrib/Médina auraient juré de faire de leur enfant un Juif si celui-ci survivait, car elles considéraient les Juifs comme des gens « de la connaissance et du livre ». L’historien Philip Hitti déduit des noms propres et du vocabulaire agricole que les tribus juives de Yathrib étaient principalement composées de clans judaïsés d’origine arabe et araméenne.

Christianisme

Après la conquête de Byzance par Constantin en 324, le christianisme s’est répandu en Arabie. Les principales tribus qui embrassèrent le christianisme furent les Himyar, Ghassan, Rabi’a, Tagh’ab, Bahra et Tunukh, des parties des Tay et Khud’a, les habitants de Najran et les Arabes de Hira. Traditionnellement, tant les juifs que les chrétiens croient au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, pour les juifs au Dieu du Tanakh, pour les chrétiens au Dieu de l’Ancien Testament, créateur de l’univers. Les deux religions rejettent l’idée que Dieu est entièrement transcendant, et donc séparé du monde, comme le Dieu inconnu grec pré-chrétien. Les deux religions rejettent également l’athéisme d’une part et le polythéisme d’autre part.

Les principales zones d’influence chrétienne en Arabie se situent aux frontières du nord-est et du nord-ouest et dans ce qui allait devenir le Yémen au sud. Le nord-ouest est sous l’influence de l’activité missionnaire chrétienne de l’Empire romain, où les Ghassanides, résidents d’un royaume client des Romains, se sont convertis au christianisme. Dans le sud, en particulier à Najran, un centre du christianisme s’est développé sous l’influence du royaume chrétien d’Axum, basé de l’autre côté de la mer Rouge en Éthiopie. Les Ghassanides et les chrétiens du sud adoptent le monophysiisme. La propagation du christianisme a été stoppée en 622 par la montée de l’islam, bien que la ville de La Mecque ait constitué un lieu central pour le mélange des deux cultures. Par exemple, en plus des idoles animistes, la Kaaba préislamique abritait des statues de Jésus et de sa sainte mère, Marie.

Culture et poésie nomades

Comme les cultures ultérieures de la région, les tribus bédouines ont accordé une grande importance à la poésie et à la tradition orale comme moyen de communication. La poésie était utilisée pour communiquer au sein de la communauté et favorisait parfois la propagande tribale. Les tribus construisaient des vers contre leurs ennemis, souvent en discréditant leur peuple ou leurs capacités de combat. Les poètes entretenaient des lieux sacrés dans leurs tribus et leurs communautés parce qu’ils étaient considérés comme étant d’inspiration divine. Les poètes écrivaient souvent en arabe classique, qui différait du dialecte tribal commun. La poésie était également une forme de divertissement, car de nombreux poètes construisaient des textes en prose sur la nature et la beauté qui entouraient leur vie nomade.

Musique

La musique arabe s’est étendue des peuples islamiques d’Arabie à l’Afrique du Nord, la Perse et la Syrie. Bien que les principaux écrits sur la musique arabe soient apparus après l’aube de l’Islam (622 de notre ère), la musique était déjà cultivée depuis des milliers d’années. La musique arabe préislamique était essentiellement vocale et a pu évoluer de simples chants de caravane (huda) à un chant profane plus sophistiqué (nasb). Les instruments étaient généralement utilisés seuls et servaient uniquement à accompagner le chanteur. Le luth court (‘ud), le luth long (tunbur), la flûte (qussaba), le tambourin (duff) et le tambour (tabl) étaient les instruments les plus populaires.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Avant la montée des religions monothéistes du judaïsme, du christianisme et de l’islam, la plupart des tribus bédouines pratiquaient le polythéisme sous forme d’animisme et d’idolâtrie.
  • Trois des tribus dirigeantes de Yathrib (Médine) étaient juives, l’une des plus anciennes religions monothéistes.
  • Le christianisme s’est répandu en Arabie après la conquête de Byzance par Constantin en 324 de notre ère, et il a été adopté par plusieurs tribus de Bédouins.
  • La poésie occupait une place importante dans la culture et la communication tribales, et elle était souvent utilisée comme propagande contre les autres tribus.

Termes clefs

  • polythéisme : Le culte ou la croyance en plusieurs divinités généralement assemblées en un panthéon de dieux et de déesses, avec leurs propres religions et rituels.
  • Ka’aba : Un bâtiment au centre de la mosquée la plus sacrée de l’Islam, Al-Masjid al-Haram, à La Mecque, al-Hejaz, en Arabie Saoudite. C’est le site musulman le plus sacré au monde.
  • monothéisme : La croyance en l’existence d’un dieu unique.
  • idolâtrie : Le culte d’une idole ou d’un objet physique, tel qu’une image de culte, en tant que dieu.
  • animisme : La vision du monde selon laquelle les entités non humaines (animaux, plantes et objets ou phénomènes inanimés) possèdent une essence spirituelle ; souvent pratiquée par des groupes tribaux avant la religion organisée.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.