Catégories
Histoire de l'humanité

Les femmes dans l’Arabie pré-islamique

Les femmes n’avaient pratiquement aucun statut juridique en vertu du droit tribal dans l’Arabie préislamique.

Dans l’Arabie préislamique, le statut des femmes variait grandement selon les lois et les normes culturelles des tribus dans lesquelles elles vivaient. Dans la région prospère du sud de la péninsule arabique, par exemple, les édits religieux du christianisme et du judaïsme avaient une influence sur les Sabiens et les Himyarites. Dans d’autres endroits, comme la ville de La Mecque, et dans les tribus bédouines nomades, le droit tribal déterminait les droits des femmes. Il n’existait donc pas de définition unique des rôles joués et des droits détenus par les femmes avant l’avènement de l’Islam.

Femme dans la péninsule arabique avant l'Islam
Représentation des costumes de femmes aux IVème VIème siècles : Selon le droit coutumier tribal existant en Arabie avant la montée de l’Islam, en règle générale, les femmes n’avaient pratiquement aucun statut juridique ; les pères vendaient leurs filles en mariage pour un prix, le mari pouvait mettre fin à l’union à sa guise, et les femmes n’avaient que peu ou pas de droits de propriété ou de succession.

Le droit tribal

En vertu du droit tribal coutumier existant en Arabie à l’avènement de l’Islam, les femmes n’avaient en règle générale pratiquement aucun statut juridique. La tribu constituait la principale unité fonctionnelle de la société arabe et était composée de personnes ayant des liens avec un parent commun. Ces tribus étaient patriarcales et l’héritage était transmis par les hommes ; les femmes ne pouvaient pas hériter de biens. Le chef de tribu appliquait les règles parlées de la tribu, qui limitaient généralement les droits des femmes. Les femmes étaient souvent considérées comme des biens à hériter ou à saisir dans un conflit tribal.

Il existe également des cas d’homicides de femmes et de jeunes filles, y compris des cas de meurtres de nourrissons de sexe féminin s’ils sont considérés comme un handicap. Le Coran mentionne que les Arabes à Jahiliyyah (la période de l’ignorance ou période préislamique) avaient l’habitude d’enterrer leurs filles vivantes. Les motifs étaient doubles : la crainte qu’une augmentation de la descendance féminine n’entraîne un fardeau économique, et la crainte de l’humiliation fréquemment causée lorsque les filles étaient capturées par une tribu hostile et qu’elles préféraient ensuite leurs ravisseurs à leurs parents et frères.

Les femmes dans l’Islam et le Hijab

Après la montée de l’Islam, le Coran (la parole de Dieu) et les Hadith (les traditions du prophète Muhammad) sont devenus la charia, ou loi religieuse islamique. La charia stipule que les femmes doivent se couvrir d’un voile. Les femmes qui suivent ces traditions estiment que le port du hijab est leur revendication de respectabilité et de piété. L’un des passages pertinents du Coran se traduit par « Ô Prophète ! Dis à tes femmes et à tes filles, ainsi qu’aux femmes qui croient, qu’elles doivent jeter leurs vêtements extérieurs sur leurs personnes, qui sont les plus commodes, qu’elles doivent être connues et ne pas être molestées. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux » (Sourate Al-Ahzab 33:59 du Coran). Ces parties du corps sont connues sous le nom d' »awrah » (parties du corps qui doivent être couvertes) et sont mentionnées dans le Coran et le Hadith. Le terme « Hijab » peut également être utilisé pour désigner l’isolement des femmes par rapport aux hommes dans la sphère publique.

La pratique consistant à ce que les femmes se couvrent de voiles était également connue à l’époque préislamique. Dans l’Empire byzantin et la Perse préislamique, le voile était un symbole de respect porté par les femmes de l’élite et de la classe supérieure.

Représentation de femme voilée byzantine
Femme debout tenant son voile. Figurine en terre cuite, vers 400-375 av : Les voiles étaient présents dans l’Empire byzantin et la Perse préislamique, et le port du voile est aujourd’hui un principe de base de la foi islamique.

Mariage

Dans la culture arabe pré-islamique, les femmes avaient peu de contrôle sur leur mariage et étaient rarement autorisées à divorcer de leur mari. Les mariages consistaient généralement en un accord entre un homme et la famille de sa future épouse, et avaient lieu soit au sein de la tribu, soit entre deux familles de tribus différentes. Dans le cadre de cet accord, la famille de l’homme pouvait offrir des biens tels que des chameaux ou des chevaux en échange de la femme. Au moment du mariage, la femme quittait sa famille et résidait de façon permanente dans la tribu de son mari. Le mariage par capture, ou « Ba’al », était également une pratique pré-islamique courante.

Dans l’islam, la polygynie (mariage de plusieurs femmes avec un seul homme) est autorisée, mais elle n’est pas très répandue. Dans certains pays islamiques, comme l’Iran, le mari d’une femme peut contracter des mariages temporaires en plus du mariage permanent. L’islam interdit aux femmes musulmanes d’épouser des non-musulmans.

Structure de la famille

L’un des rôles les plus importants des femmes dans les tribus préislamiques était de produire des enfants, surtout des garçons. Les enfants mâles d’une femme pouvaient hériter de biens et augmenter la richesse de la tribu. Alors que les hommes s’occupaient souvent des troupeaux de bétail et gardaient la tribu, les femmes jouaient un rôle essentiel dans la société tribale. Les femmes préparaient les repas, trayaient les animaux, lavaient les vêtements, préparaient le beurre et le fromage, filaient la laine et tissaient le tissu pour les tentes.

Les femmes de classe supérieure

Alors que la population générale des femmes dans l’Arabie préislamique ne jouissait pas du luxe de nombreux droits, de nombreuses femmes de classe supérieure en jouissaient. Elles se mariaient dans des maisons confortables et pouvaient parfois posséder des biens ou même hériter de parents.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Dans les tribus bédouines nomades, la loi tribale déterminait les droits des femmes, tandis que dans la péninsule arabique du sud, chrétienne et juive, des édits chrétiens et hébreux déterminaient les droits des femmes.
  • En vertu du droit tribal coutumier existant en Arabie avant la montée de l’Islam, les femmes, en règle générale, n’avaient pratiquement aucun statut juridique ; les pères vendaient leurs filles en mariage pour un certain prix, le mari pouvait mettre fin à l’union à sa guise et les femmes n’avaient que peu ou pas de droits de propriété ou de succession.
  • L’un des rôles les plus importants des femmes était de produire des enfants, en particulier des descendants masculins ; les femmes préparaient également les repas, trayaient les animaux, lavaient les vêtements, préparaient le beurre et le fromage, filaient la laine et tissaient des tissus pour les tentes.
  • Les femmes de la classe supérieure avaient généralement plus de droits que les femmes des tribus et pouvaient posséder des biens ou même hériter de parents.
  • Dans de nombreux pays islamiques modernes, la politique et la religion sont liées par la charia, y compris le port obligatoire du hijab dans des pays comme l’Arabie saoudite.

Termes clefs

  • Charia : (loi islamique) traite de nombreux sujets abordés par la loi laïque, notamment la criminalité, la politique et l’économie, ainsi que des questions personnelles telles que les relations sexuelles, l’hygiène, le régime alimentaire, la prière, l’étiquette quotidienne et le jeûne. Historiquement, l’adhésion à la loi islamique a été l’une des caractéristiques distinctives de la foi musulmane.
  • Jahiliyyah : La période d’ignorance avant la montée de l’Islam.
    hijab : Un voile qui couvre la tête et la poitrine, qui est particulièrement porté par certaines femmes musulmanes en présence d’hommes adultes en dehors de leur famille immédiate.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.