Catégories
Histoire de l'humanité

Art et culture sous Trajan et Hadrien

L’empereur Hadrien, parmi d’autres empereurs Nerva-Antonins, a favorisé les arts, a organisé des festivals publics et a influencé la culture de Rome et au-delà.

Plusieurs des empereurs Nerva-Antonins sont connus pour leur soutien aux arts et à la culture de Rome.

Trajan

Trajan était connu pour son règne philanthropique, supervisant de vastes programmes de construction publique et mettant en œuvre des politiques de bien-être social, ce qui lui a valu sa réputation durable de second des cinq bons empereurs qui ont présidé à une ère de paix et de prospérité dans le monde méditerranéen. Pendant une période de paix après les guerres daciques, il a lancé un festival de gladiateurs de trois mois dans le grand Colisée de Rome (la date précise est inconnue). Combinant courses de chars, combats de bêtes et effusions de sang de gladiateurs, ce spectacle sanglant aurait fait 11 000 morts (principalement des esclaves et des criminels, sans parler des milliers d’animaux sauvages tués à leurs côtés) et attiré au total cinq millions de spectateurs au cours du festival. Le soin apporté par Trajan à la gestion de ces spectacles publics a conduit l’orateur Fronto à déclarer avec approbation que Trajan avait accordé la même attention aux divertissements qu’aux questions sérieuses. Fronto a conclu que « la négligence des questions sérieuses peut causer plus de dommages, mais la négligence des divertissements plus de mécontentement ».

Hadrien

Hadrien a été décrit comme le plus polyvalent de tous les empereurs romains. Il aimait également faire preuve d’une connaissance de tous les domaines intellectuels et artistiques. Hadrien était un mécène des arts. La Villa d’Hadrien à Tibur était le plus grand exemple romain de jardin alexandrin, recréant un paysage sacré, bien que perdu en grande partie à cause de la spoliation des ruines par le cardinal d’Este, qui fit enlever une grande partie du marbre pour construire la Villa d’Este. À Rome, le Panthéon, construit à l’origine par Agrippa mais détruit par un incendie en 80, a été reconstruit sous Hadrien sous la forme de coupole qu’il conserve encore aujourd’hui. Il est l’un des bâtiments antiques les mieux préservés de Rome, et a eu une grande influence sur de nombreux grands architectes de la Renaissance et du Baroque italiens.

Ruines de la villa d'Hadrien
La Villa d’Hadrien : Les ruines de la Villa d’Hadrien dans leur état actuel.

Une autre contribution d’Hadrien à la culture romaine populaire est la barbe, qui symbolise son philhellénisme ; Dion de Prusse ou Dion Chrysostome avait assimilé l’utilisation généralisée de la barbe à l’ethos hellénique. Depuis l’époque de Scipion l’Africain, il était à la mode chez les Romains d’être rasé de près. De plus, tous les empereurs romains avant Hadrien, à l’exception de Néron (également grand admirateur de la culture grecque), étaient rasés de près. La plupart des empereurs après Hadrien étaient représentés avec une barbe. Leur barbe, cependant, n’était pas usée par l’appréciation de la culture grecque, mais parce que la barbe était, grâce à Hadrien, devenue à la mode. Cette nouvelle mode a duré jusqu’au règne de Constantin le Grand et a été reprise par Phocas au début du VIIème siècle. Cependant, malgré son philhellénisme, dans tous les autres domaines de la vie quotidienne, Hadrien se comportait comme un traditionaliste civique romain, qui exigeait l’utilisation de la toge par les sénateurs et les chevaliers en public, et une stricte séparation des sexes dans les bains publics et les théâtres.

Hadrien écrivait de la poésie en latin et en grec ; l’un des rares exemples qui subsistent est un poème latin qu’il aurait composé sur son lit de mort. Certaines de ses productions grecques se sont retrouvées dans l’Anthologie palatine.

En tant que philhellénique, Hadrien connaissait les travaux des philosophes Épictète, Héliodore et Favorinus d’Arles. Chez lui, il s’occupait des besoins sociaux. Hadrien a atténué l’esclavage ; les maîtres n’avaient pas le droit de tuer leurs esclaves à moins d’être autorisés par un tribunal à les punir pour un délit grave. Il était interdit aux maîtres de vendre des esclaves à un entraîneur de gladiateurs ou à un proxénète, sauf en cas de punition justifiée. Hadrien a également humanisé le code juridique et interdit la torture des accusés et témoins libres, en légiférant contre la pratique courante qui consiste à condamner des personnes libres pour les faire torturer afin de recueillir des informations sur leurs activités et complices présumés. Il a également aboli les prisons privées d’esclaves de type ergastula, dans lesquelles les hommes libres enlevés pouvaient également être détenus.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Trajan était connu pour son règne philanthropique, supervisant de vastes programmes de construction publique et mettant en œuvre des politiques de bien-être social, ainsi qu’en accueillant de grands festivals publics dans le Colisée.
  • L’empereur Hadrien a eu une influence majeure sur la culture romaine par son amour de la culture grecque.
  • Il était un mécène, construisant et reconstruisant des structures importantes et influentes, telles que la Villa d’Hadrien. Il a également introduit des styles grecs dans l’usage public, comme le port de la barbe au lieu d’être rasé de près.
  • En tant que philhellénique, Hadrien connaissait les travaux des philosophes Épictète, Héliodore et Favorinus d’Arles, et s’est servi de leurs idées pour améliorer le bien-être social à Rome.

Termes clefs

  • Villa d’Hadrien : grand complexe archéologique romain à Tivoli, en Italie, construit par l’empereur Hadrien et basé sur les styles architecturaux grecs.
  • philhellénisme : Utilisé pour décrire à la fois les non-Grecs, comme les Romains, qui étaient friands de culture grecque, et les Grecs qui défendaient patriotiquement leur culture.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.