Catégories
Histoire de l'humanité

Conquêtes militaires de l’Empire romain sous les Nerva-Antonins

La dynastie Nerva-Antonine a connu la plus grande expansion militaire de l’histoire romaine, conduisant l’empire à atteindre son étendue territoriale maximale.

Plusieurs des empereurs de la dynastie Nerva-Antonine étaient connus pour leurs remarquables succès militaires.

Trajan et les guerres daciques

Après le court règne de Nerva, son héritier adoptif, Trajan, un chef militaire populaire, a régné comme empereur de 98 à 117 CE. Officiellement déclaré par le Sénat comme optimus princeps (« le meilleur des empereurs »), Trajan est considéré comme un soldat-empereur qui a réussi à présider la plus grande expansion militaire de l’histoire romaine, conduisant l’empire à atteindre son étendue territoriale maximale au moment de sa mort.

Les guerres daciques (101-102, 105-106) sont deux campagnes militaires qui se sont déroulées entre l’Empire romain et la Dacie pendant le règne de l’empereur romain Trajan. Les conflits ont été déclenchés par la menace constante des Daces sur la province romaine du Danube, la Méssie, et aussi par le besoin croissant de ressources dans l’économie de l’Empire romain.

La Dacie, une région située au nord de la Macédoine et de la Grèce, et à l’est du Danube, était à l’ordre du jour des Romains depuis avant l’époque de César, lorsqu’ils ont vaincu une armée romaine à la bataille d’Histria. En 85 de notre ère, les Daces envahirent le Danube et pillèrent la Moesia, et battirent d’abord l’armée que l’empereur Domitien avait envoyée contre eux. Les Romains ont été vaincus à la bataille de Tapae en 88, et une trêve a été établie.

L’empereur Trajan reprit les hostilités contre la Dacie et, après un nombre incertain de batailles, vainquit le roi de Dacie Decebalus lors de la deuxième bataille de Tapae en 101. Alors que les troupes de Trajan se dirigent vers la capitale de la Dacie, la Sarmizegetusa Regia, Decebalus cherche une fois de plus à obtenir une trêve. Decebalus rétablit son pouvoir au cours des années suivantes et attaqua à nouveau les garnisons romaines en 105. En réponse, Trajan marcha de nouveau en Dacie, assiégeant la capitale de la Dacie lors du siège de Sarmizegetusa, et la rasant. Une fois la Dacie étouffée, Trajan envahit ensuite l’empire parthe à l’est, ses conquêtes élargissant l’empire romain dans sa plus grande mesure. Pendant un certain temps, les frontières de Rome à l’est ont été régies indirectement par un système d’États clients, ce qui a conduit à des campagnes moins directes qu’à l’ouest à cette époque.

La conclusion des guerres daciques a marqué un triomphe pour Rome et ses armées. Trajan annonce 123 jours de célébrations dans tout l’Empire. Les riches mines d’or de la Dacie ont été sécurisées, et on estime que la Dacie a alors contribué à l’économie romaine à hauteur de 700 millions de deniers par an, en fournissant des fonds pour les futures campagnes de Rome, et en aidant à l’expansion rapide des villes romaines dans toute l’Europe.

Les deux guerres ont été des victoires notables dans les vastes campagnes expansionnistes de Rome, gagnant l’admiration et le soutien du peuple de Trajan. La conclusion des guerres daciques a marqué le début d’une période de croissance soutenue et de paix relative à Rome. Trajan entreprit de vastes projets de construction et devint un chef civil honorable, améliorant les infrastructures civiques de Rome, ouvrant ainsi la voie à la croissance interne et au renforcement de l’empire dans son ensemble.
Un relief en pierre d’une scène de bataille entre Romains et Daces, représentant plusieurs hommes avec des boucliers en train de se battre et plusieurs hommes morts sur le côté droit.

Les guerres des Romains contre les Daces
Guerres daciques : Scène d’une bataille entre les armées romaines et daces.

Hadrien et le mur d’Hadrien

Malgré sa propre grande réputation d’administrateur militaire, le règne d’Hadrien a été marqué par une absence générale de conflits militaires majeurs documentés, à l’exception de la seconde guerre judéo-romaine. Hadrien avait déjà renoncé aux conquêtes de Trajan en Mésopotamie, les considérant comme indéfendables. En Orient, Hadrien se contentait de conserver la suzeraineté sur Osroène, qui était dirigée par le roi client, Parthamaspates, autrefois roi client de Parthie sous Trajan.

L’abandon par Hadrien d’une politique agressive est une chose que le Sénat et ses historiens n’ont jamais pardonnée : l’historien du IVème siècle, Aurelius Victor, l’a accusé d’être jaloux des exploits de Trajan et d’essayer délibérément de minimiser leur valeur. Il est plus probable qu’Hadrien ait simplement considéré que la charge financière à supporter pour maintenir une politique de conquêtes était une chose que l’Empire romain ne pouvait pas se permettre. La preuve en est la disparition sous son règne de deux légions entières. Par ailleurs, la reconnaissance du caractère indéfendable des conquêtes mésopotamiennes avait peut-être déjà été faite par Trajan lui-même, qui s’en était désengagé au moment de sa mort.

La politique de paix fut renforcée par l’érection de fortifications permanentes le long des frontières de l’empire. La plus célèbre d’entre elles est l’imposant mur d’Hadrien en Grande-Bretagne, construit en pierre et doublé sur son arrière par un fossé (Vallum Hadriani), qui marquait la limite entre une zone strictement militaire et la province. Les frontières du Danube et du Rhin ont été renforcées par une série de fortifications, de forts, d’avant-postes et de tours de guet, pour la plupart en bois, ces dernières améliorant spécifiquement les communications et la sécurité de la zone locale.

Pour maintenir le moral des troupes et éviter qu’elles ne deviennent rétives, Hadrien établit des routines d’exercices intensifs et inspecte personnellement les armées. Bien que ses pièces montrent des images militaires presque aussi souvent que des images pacifiques, la politique d’Hadrien est la paix par la force, voire la menace, avec un accent sur la discipline, qui fait l’objet de deux séries monétaires.
Une photo d’une partie restante du Mur d’Hadrien, un mur de pierre d’environ 1,50 m de haut qui serpente le long des pâturages.

Mur d'Hadrien en Grande-Bretagne
Le Mur d’Hadrien : Des tronçons du mur d’Hadrien subsistent le long du parcours, bien qu’une grande partie ait été démantelée au fil des ans, afin d’utiliser les pierres pour divers projets de construction à proximité.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Le deuxième empereur de la dynastie, Trajan, est considéré comme un soldat-empereur qui a réussi à présider la plus grande expansion militaire de l’histoire romaine, pendant les guerres daciques.
  • La conclusion des guerres daciques a marqué le début d’une période de croissance soutenue et de paix relative à Rome.
    Malgré sa propre grande réputation d’administrateur militaire, le règne d’Hadrien a été marqué par l’absence générale de conflits militaires majeurs documentés, à l’exception de la seconde guerre judéo-romaine, et est plutôt marqué par des tendances pacifistes.
  • La politique de paix a été renforcée par l’érection de fortifications permanentes le long des frontières de l’empire, la plus célèbre d’entre elles étant le massif Mur d’Hadrien en Grande-Bretagne.

Termes clefs

  • Le mur d’Hadrien : Une fortification défensive dans la province romaine de Britannia, commencée en 122 CE sous le règne de l’empereur Hadrien.
  • Guerres daciques: Deux campagnes militaires ont eu lieu entre l’Empire romain et la Dacie pendant le règne de l’empereur romain Trajan.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.