Catégories
Histoire de l'humanité

La religion étrusque et l’Etrusca Disciplina

Le système de croyance étrusque était fortement influencé par les autres religions de la région et mettait fortement l’accent sur la divination de la volonté des dieux pour guider les affaires humaines.

Le système de croyance étrusque était un polythéisme immanent, c’est-à-dire que tous les phénomènes visibles étaient considérés comme une manifestation de la puissance divine et que cette puissance était subdivisée en divinités qui agissaient continuellement sur le monde des hommes et pouvaient être dissuadées ou persuadées en faveur des affaires humaines. L’approche polythéiste grecque était similaire à la base religieuse et culturelle étrusque. Lorsque les Romains ont émergé de l’héritage créé par ces deux groupes, ils ont partagé un système de croyance composé de nombreux dieux et divinités.

Etrusca Disciplina

Les écritures étrusques étaient un corpus de textes, appelé Etrusca Disciplina. Ces textes n’étaient pas des écritures au sens habituel du terme, et ne prédisaient aucune prophétie. Les Étrusques ne semblaient pas avoir de rubrique systématique pour l’éthique ou la morale. Ils s’intéressaient plutôt au problème de la compréhension de la volonté des dieux, que les Étrusques considéraient comme impénétrable. Les Étrusques n’essayaient pas de rationaliser ou d’expliquer les actions ou les intentions divines, mais simplement de deviner ce qu’étaient les volontés des dieux grâce à un système élaboré de divination. Par conséquent, l’Etrusca Disciplina est principalement un ensemble de règles pour la conduite de toutes sortes de divination. Elle ne dicte pas quelles lois doivent être faites ou comment les humains doivent se comporter, mais élabore plutôt des règles pour savoir comment poser ces questions aux dieux et recevoir leurs réponses.

Les divinations étaient conduites par des prêtres, que les Romains appelaient haruspices ou sacerdotes. Un magistrat spécial était désigné pour s’occuper des objets sacrés, mais chaque homme avait des responsabilités religieuses. Ainsi, les Étrusques accordaient une importance particulière au contact intime avec la divinité, en consultant les dieux et en leur demandant des signes avant de se lancer dans une tâche.

Les esprits et les divinités

Trois couches de divinités sont évidentes dans les nombreux motifs de l’art étrusque. L’une d’entre elles semble être des divinités de nature indigène : Catha et Usil, le soleil ; Tivr, la lune ; Selvans, un dieu civil ; Turan, la déesse de l’amour ; Laran, le dieu de la guerre ; Leinth, la déesse de la mort ; Maris ; Thalna ; Turms ; et les toujours populaires Fufluns, dont le nom est lié d’une manière inconnue à la ville de Populonia et au populus Romanus (le peuple romain). Ce panthéon de divinités inférieures est dominé par des divinités supérieures qui semblent refléter le système indoeuropéen : Tin ou Tinia, le ciel ; Uni, son épouse (Junon) ; et Cel, la déesse de la terre. En outre, les dieux grecs ont été introduits dans le système étrusque : Aritimi (Artémis), Menrva (Minerve) et Pacha (Bacchus). Les héros grecs tirés d’Homère apparaissent aussi largement dans les motifs artistiques.

Mars de Todi
Mars de Todi : La Mars de Todi, une sculpture en bronze étrusque grandeur nature représentant un soldat faisant une offrande votive, très probablement à Laran, le dieu étrusque de la guerre ; fin du Vème au début du IVème siècle avant Jésus-Christ.

La vie après la mort

Les croyances étrusques concernant l’au-delà semblent être influencées par un certain nombre de sources. Les Étrusques partageaient en général les premières croyances méditerranéennes. Par exemple, tout comme les Égyptiens, les Étrusques croyaient que la survie et la prospérité dans l’au-delà dépendaient du traitement des restes du défunt. Les âmes des ancêtres sont représentées autour des tombes étrusques, et après le Vème siècle avant J.-C., les défunts sont représentés dans l’iconographie comme voyageant dans le monde souterrain. Dans plusieurs cas, les esprits des morts sont appelés hinthiens, ou ceux qui se trouvent en dessous. Le monde transmigratoire au-delà de la tombe a été modelé sur le modèle de l’Hadès grec et dirigé par Aita. Les défunts y étaient guidés par Charun, l’équivalent de la Mort, qui était bleu et maniait un marteau. La version étrusque de l’Hadès était peuplée de personnages de la mythologie grecque, dont certains avaient une apparence composite par rapport à ceux de la mythologie grecque.

Les tombes étrusques imitaient les structures domestiques, contenaient des peintures murales et même des meubles, et étaient spacieuses. Le défunt était représenté dans la tombe à la fleur de l’âge, et souvent avec un conjoint. Cependant, tout le monde n’avait pas de sarcophage. Certains défunts étaient disposés sur des bancs de pierre, et selon la proportion d’inhumation, par rapport à l’incinération, les rites suivis, les cendres et les os incinérés pouvaient être mis dans une urne en forme de maison, ou dans une représentation du défunt.

Reconstruction d'un temple étrusque

Reconstruction d’un temple étrusque : Reconstruction d’un temple étrusque au XIXème siècle, dans la cour du musée de la Villa Giulia à Rome, en Italie.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Le système de croyance étrusque était un polythéisme immanent, ce qui signifie que tous les phénomènes visibles étaient considérés comme une manifestation du pouvoir divin, et que ce pouvoir était subdivisé en divinités qui agissaient continuellement sur le monde des hommes.
  • Les écritures étrusques consistent en un corpus de textes appelé Etrusca Disciplina, un ensemble de règles pour la conduite de toute divination.
  • Trois couches de divinités sont évidentes dans les nombreux motifs de l’art étrusque : indigène, indo-européen et grec.
  • Les croyances étrusques concernant l’au-delà ont été influencées par un certain nombre de sources, en particulier celles du début de la région méditerranéenne.

Termes clefs

  • Etrusca Disciplina : Corpus de textes comprenant les écritures étrusques, qui constituaient essentiellement un guide systématique de la divination.
  • polythéisme : Le culte ou la croyance en plusieurs divinités, généralement rassemblées en un panthéon de dieux et de déesses, chacun ayant ses propres religions et rituels spécifiques.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.