Catégories
Histoire de l'humanité

Archéologie étrusque

Les historiens n’ont pas de littérature, ni de textes religieux ou philosophiques étrusques originaux, sur lesquels fonder la connaissance de leur civilisation. Une grande partie de ce que l’on sait provient de biens funéraires et de découvertes de tombes.

Les historiens n’ont pas de littérature ou de textes religieux ou philosophiques étrusques originaux sur lesquels fonder la connaissance de leur civilisation, de sorte qu’une grande partie de ce que l’on sait provient de biens funéraires et de découvertes de tombes. Les tombes princières n’abritaient pas des individus, mais des familles qui ont été enterrées pendant de longues périodes. Les décorations et les objets présents sur ces sites brossent un tableau de la vie sociale et politique étrusque. Par exemple, les richesses provenant du commerce semblent avoir soutenu l’essor des familles aristocratiques qui, à leur tour, ont probablement été à l’origine du système de gouvernance oligarchique étrusque. En effet, dans certaines tombes étrusques, des preuves matérielles du commerce ont été trouvées sous la forme d’objets funéraires, notamment des tasses en faïence fine, qui étaient probablement le résultat du commerce avec l’Égypte. En outre, la représentation de couples mariés sur de nombreux sarcophages donne un aperçu du respect et des libertés accordés aux femmes au sein de la société étrusque, ainsi que de l’importance accordée à l’amour romantique comme base des mariages.

Sarcophage étrusque
Sarcophage des époux : Sarcophage d’un couple étrusque au Louvre.

Bien que de nombreuses villes étrusques aient été par la suite assimilées par des groupes ethniques italiens, celtes ou romains, les noms et les inscriptions étrusques qui subsistent dans les ruines fournissent des preuves historiques de l’éventail des établissements construits par les Étrusques. Les villes étrusques ont prospéré sur la plus grande partie de l’Italie pendant l’âge de fer romain. Selon des sources anciennes, certaines villes ont été fondées par les Étrusques à l’époque préhistorique et portaient des noms entièrement étrusques. D’autres ont ensuite été colonisées par les Étrusques à partir de groupes italiens.

Néanmoins, on sait relativement peu de choses sur l’architecture des anciens Étrusques. Ce que l’on sait, c’est qu’ils ont adapté les styles italiques indigènes avec l’influence de l’apparence extérieure de l’architecture grecque. L’architecture étrusque n’est généralement pas considérée comme faisant partie du corps de l’architecture classique gréco-romaine. Bien que les maisons des riches étaient évidemment très grandes et confortables, les chambres funéraires des tombes, et les biens funéraires qui les remplissaient, ont survécu en plus grand nombre. Dans la région du sud de l’Étrurie, les tombes contiennent de grandes chambres creusées dans la roche sous un tumulus de grandes nécropoles.

Les historiens se demandent si Rome a été fondée par les cultures italiennes puis envahie par les Étrusques, ou si les objets culturels étrusques ont été adoptés par la suite par les peuples romains. En d’autres termes, il n’est pas clair si les objets culturels étrusques sont des influences sur la culture romaine ou s’ils font partie du patrimoine romain natif. Parmi les archéologues, le principal critère pour décider si un objet est originaire de Rome ou s’il descend des Étrusques, est la date de l’objet, qui est souvent déterminée par un processus de datation au carbone. Après ce processus, l’avis des sources antiques est consulté.

Bien que Diodore de Sicile ait écrit au 1er siècle sur les grandes réalisations des Étrusques, peu de choses en subsistent ou sont connues. La plupart des écritures étrusques qui subsistent sont des fragments de textes religieux et funéraires. Cependant, il est évident, d’après l’art visuel étrusque, que les mythes grecs étaient bien connus.

Principaux enseignements

Points clefs

  • Les tombes princières n’abritaient pas des individus, mais des familles qui ont été enterrées pendant de longues périodes.
  • Bien que de nombreuses villes étrusques aient été par la suite assimilées par des groupes ethniques italiques, celtes ou romains, les noms et les inscriptions étrusques qui subsistent dans les ruines fournissent des preuves historiques quant à l’éventail des colonies que les Étrusques ont construites.
  • Il n’est pas clair si les objets culturels étrusques sont des influences sur la culture romaine ou s’ils font partie du patrimoine romain natif. Le critère pour décider si un objet est originaire de Rome ou s’il descend des Étrusques est la date de l’objet et l’opinion des sources anciennes concernant la provenance du style de l’objet.
  • Bien que Diodore de Sicile ait écrit, au Ier siècle, sur les grandes réalisations des Étrusques, peu de choses en subsistent ou sont connues.

Termes clefs

  • sarcophages : Réceptacle funéraire en forme de boîte pour un cadavre, le plus souvent sculpté dans la pierre et exposé en surface.
  • oligarchique : Une forme de structure de pouvoir dans laquelle le pouvoir repose effectivement sur un petit nombre de personnes.
  • Ces personnes peuvent se distinguer par leur royauté, leur richesse, leurs liens familiaux, leur éducation, le contrôle qu’elles exercent sur les entreprises ou l’armée. Ces États sont souvent contrôlés par quelques familles importantes qui transmettent généralement leur influence d’une génération à l’autre, mais l’héritage n’est pas une condition nécessaire à l’application de ce terme.

Par Sam Zylberberg

Historien, professeur, passionné par les sciences humaines, la recherche, la pédagogie, les échanges culturels et les ailleurs.

Créateur de JeRetiens, JeComprends, et Historiquement point com.